Textbase

Return to list of source texts

Anglo-Norman Letters and Petitions and Petitions from All Souls MS 182

Edited by M. Dominica Legge
Oxford, Anglo-Norman Text Society 1941
Genre: Legal, Administrative and Diplomatic
AND Bibliography: Lett & Pet

Original work © 1941 The Anglo Norman Text Society, which has granted permission for selected portions to be digitised, browsed and searched on this site. Any other use, including making copies of this electronic version, requires the prior written permission of the copyright holders, who may be contacted via Birkbeck College, University of London, Malet St, London WC1E 7HX, UK

Page ix

INTRODUCTION

I. DESCRIPTION OF THE MS.

ALL SOULS MS. 182 is a very thick quarto volume bound in oak boards covered in white leather, from which clasps have been removed. It is written on thick white vellum, in two columns to a page, in at least two similar, and almost indistinguishable, small fifteenth-century secretary-hands. Before it was bound, the MS. evidently lay about in sections, for certain folios, notably 191 and 205, are dirty and polished. The folios are gathered in eights. F. 120 bcd are blank, then come two stumps and a completely blank folio. After f. 162 there is a gathering of 14 leaves, and after f. 190 one of 6 followed by another of 14. The last gathering has only 7 leaves. At the bottom of f. 197 is written kij, of f. 198 kij, and of f. 199 the top of another k. All other marks, except catchwords, have been cut off. The binding is sixteenth-century. When the margins were cut parts of the inscriptions recording the gift to All Souls were clipped, affording clear evidence that the binding was undertaken by the College.

The MS. falls naturally into two parts, the first Latin, ff. 1-190, the second French ff. 191-375. The main contents of the MS. have long been known through the description by C. Trice Martin in the Introduction to the Registrum Epistolarum Fratris Johannis Peckham, edited in the Rolls Series, I xlix-liii. The different uses to which the two languages were put are responsible for the fact that the Latin section is ecclesiastical while the French section is mainly governmental and private. The Latin part consists of a copy of Peckham's Register and other letters described by Professor E. F. Jacob in Florida Verborum Venustas, Bulletin of the John Rylands Library XVII (1933) 264. Of these, one is of 1421 and another belongs to the early years of Henry VI's minority.

The letters of the French part, with a few stray earlier exceptions, date from 1390-1412. There appears to be

Page x

nothing later than the reign of Henry IV, and 371, 320 and 321, the latest which can be dated, are of about 1412. The fullest description of this part is by E. Stengel Zeitschrift für neufranzösische Sprache und Literatur I (1879) 1.

It is made up as follows:–


1 . ff.191-201 b. Petitions (incomplete at end). See below p. 1.
2 . ff.205-305. Letters. See below p. 45.
3 . ff.305-316. Dialogues. (Last published by Jean Gessler La Manière de Langage Brussels, Paris, Louvain, 1934).
4 . ff.316-321. Barton's Donait (published Stengel p. 25).
5 . ff.321-6. Phrases for children (Stengel and Gessler).
6 . ff.326-7. Vocabulary of adverbs.
7 . ff.327-9. Proverbs (published by J. Morawski Les Diz et Proverbes des Sages (Paris 1924).)
8 . f. 329. Dialogue on Love.
9 . ff.329-321. Classical and Biblical proverbs (cf. 7).
10 . ff.331-340. Walter of Bibbesworth (last published by A. Owen (Paris 1929) but cf. Wright A Volume of Vocabularies (1884) and Romania XIII (1884) 500).
11 . ff.340-344. Coyfurelly's Tractatus (Stengel p. 16).
12 . ff.344-359. Letters. See below p. 406.
13 . ff.361-372. Treatise on Conjugation (Stengel p. 33).
14 . f. 372. Sentences, part of 3.
15 . f. 375 Safe-conduct 1399, in a later hand. See below p. 467.

Page 1

Part I

PETITIONS

I

JOHN HETHE TO ? HENRY IV


                   Plese a nostre tresexcellent seigneur le Roy grantier a
                   vostre povere humble servant Jehan Hethe, un des poevres
                   clercs escrivantz en l'office de vostre privé seel, l'empension
                   annuel quelle celui que serra primerement créés en Evesque
               5  de N. serra tenuz de faire avoir a un de voz clercs luiquel
                   vous lui ferréz nommer. Pur Dieu et en oevre de charité.

Page 2

II

W.R. AND R.N. TO THE CHANCELLOR


                   Au tresgracieus seigneur le Chanceller d'Engleterre
                   supplie humblement W. R., personne de l'esglise de N. en
                   la diocise de L. et R.N., persone de l'esglise de C. en la
                   diocise de F. que, come, ils sont en purpos de permuter lour
               5  ditz beneficez, que please a vostre gracieuse seigneurie
                   grantier au dit W. un presentement au dite esglise de N. que
                   appent a vostre donnesoun par cause de vostre honneurable
                   office. Pur Dieu et en oevre de charitee.

III

A. DE B. TO THE TREASURER


                   A son tresgracious seigneur le Tresorer d'Engleterre
                   supplie humblement vostre poevre servant A. de B. que,
                   come il nadgairs pursua al Chanceller d'Engleterre pur un
                   DIIIL4 [DIIIL4] d. Ia. c. d.c.3breif directé as Justices de la pees garder deinz la contee de
               5  H. pur enquerer de les tortes et grevances a lui faitz par un
                   R. de W., officer et maintenir des querelles, come en un
                   bille enclose dedeinz le dit breif plenerement appiert, et
                   vous, tresgracious seigneur, lui grantastez voz tresgracieuses
                   lettres directz as ditz Justices, pur faire execucion du dit
             10  brief selonc le purport d'icel,–a quel brief riens uncquore
                   n'est fait,–puis quel [f.191b] temps ont esté pluseurs semblees
                   et congregacions des comunes et du people a cause du dit
                   Reigne as esglises, villes et marches en maniere de insurrec-
                   cioun, que please a vostre tresgracieuse seigneurie com-
             15  mander a J. de M. pur enquerer auxibien del dit brief et les
                   autres touchant le bille compris en icelle, come de les dites
                   semblees et ensurreccions sanz procés de ley et par quele
                   mocioun ilz sont faitz pur les perils que purront legierement
                   sourder. Pur Dieu etc.

Page 3

IV

R.L. TO THE CHANCELLOR, TREASURER, KEEPER OF THE PRIVY SEAL AND COUNCIL


                   As tressages et tresgracieuses seigneurs, les Chanceller,
                   Tresorer et gardein de privé seal nostre seigneur le Roy, et a
                   son sage Conseil supplie humblement R. L. un des clercs
                   jurés en la Chancellerie que, come R. de B. officer en N.
               5  prist la querele d'un H. R. en maintenance devers W. C.
                   en la court de M. par colour de son office,–quel R. vient a
                   dit Roger pur une prohibicioun de maintenance selonc la
                   fourme de l'estatut envers le dit R. de B., par cause que le dit
                   R. pursua pur le dite brief come apartient al Clerc en la
             10  Chancellerie,–le dit R. de B., eiant endignacion de celle
                   pursuit, manacea le dit Roger de vie et de membre et en
                   pursuiant la malice accompler le primer dismenge de ceste
                   quarisme le dit R. de B. apparcevant la venue le dit Roger a
                   F. y gisout en agait armé a feure de guerre ovec trois
             15  hommes ove lui et en le dit Roger [f.191c] illoeques assaut
                   firent et lui batirent, naufrerent et malement treterent ensy
                   que lui lesserent giser pur mort, et par cause que le dit
                   Roger ore pursuy la comune ley pur les grevances a lui
                   faites le dit R. de B. fait grand dolour q'il ne lui avoit tout
             20  outrement occis et lui manace de vie, issint que le dit Roger
                   n'ose demourer en le service le Roy, dont il prie de remedie
                   selonc vostre sage discrecioun.

V

O. DE C. TO THE KING


                   Au tresexcellent et tresredoubté seigneur nostre seigneur
                   le Roy supplie humblement vostre poevre lige O. de C.
                   que, come il a pleu a vostre tresgracieuse seigneurie d'escrire
                   a A. que fuist la femme de J., qu'est voeve, ele empriant

Page 4


               5  qu'ele voudroit prendre vostre dit suppliant a son marry,
                   et ce non obstant ele a pris un marri a sa voluntee sanz vostre
                   licence, et a cause de ce ele covient faire un fin ovec vous,
                   tresgracieus seigneur, please a vostre hautesse, come ensi soit
                   q'il ne poet avoir la femme, lui grantier la fin que ele doit
             10  paier a vous a cause qu'elle est mariéz sanz vostre licence.
                   En oevre de charité.

VI

THE TOWN OF DUNWICH TO THE KING


                   Supplient humblement voz poevres liges et tenantz de
                   vostre ville et port de D. en le contee de Suff' que, come les
                   mesmes voz povres tenans ont tenuz de vous, tresredoubté
                   seigneur, en fee ferme la mesme vostre ville et port
               5  par vostre roial Chartre [f.191d] ent a eux faite, ensealé par
                   l'espace de XL ans et plus, rendans annuelment a vostre
                   eschequer pur la ferme de mesme vostre ville xiiij li. etc.,
                   de laquelle ville une grande partie est quant a present
                   perdue et destruit par fortune et tempest de la mier et auxi
             10  voz mesmes povres liges et tenans sont en point d'estre
                   compelléz par les Barons de vostre Eschequer de paier pur
                   la mesme vostre ville et port, la ou ilz n'ont pas esté acus-
                   tums de paier pur tout la dite terme de XL ans forsque la
                   somme de xiiij li. avantdites, come en un aultre bille ovec
             15  certaines autres articles et pointes de toute la substance de
                   vostre matiere ent a vostre roial magestee fais et contenuz
                   plus plainement appiert, a tresgrande anientissement sibien
                   DVIL18 [DVIL18] poevrere5de voz ditz poevres tenans come de touz voz aultres povres
                   liges demurrans et habitans en la mesme vostre ville, s'ils
             20  n'aient a present vostre roial aide et socour, que please a
                   vostre roial magestee et trespuissant seigneurie pleine de
                   grace, compassion, pitié et mercie considerer coment
                   pluseurs gentz de la mesme vostre ville se sont retrains hors
                   d'icelle a cause qu'il ne pouroit plus longuement garder,

Page 5


             25  maintenir et salver illoeques vostre droit et proufit come en
                   leure autre bille ent fait a vostre roial magesté plus pleine
                   ment est contenuz, et sur ce de vostre benigne grace en
                   reverence du ce bon temps quant a present aprochant [f.192a]
                   comander que la mesme vostre ville soit repris en voz
             30  tresgracieux mains ensemblement ove vostre roiale Chartre
                   ent a eux fait come devant est dit, et les mesmes voz povres
                   liges et tenans deschargéz de leur dite ferme, pur Dieu et
                   en oevere de charité et pur les almes de voz nobles pro
                   genitours, sibien vostre dite ville come tous voz autres
             35  povres lieges en icelle habitans sont tout outrement destruis
                   et la mesme vostre ville perdu et degastéz a touz jours etc.

VII

E. TO JOHN OF GAUNT, STEWARD

After 1390


                   Au tresgracieus et tresexcellent seigneur le Duc de
                   Guyen et de Lancastre et Seneschal d'Engleterre supplie
                   humblement E. que, la ou W. M., nadgairs baillif de South
                   hamptoun torcenousement, colorousement, fausement et
               5  errenousement y donna juggement en un plé devant lui
                   encontre le dit suppliant, en destruccioun de lui, ses biens
                   et soun estat, sur quoy le dit suppliant pursua vers le dit W.
                   pur son accompt devant les barons de l'eschequer nostre
                   seigneur le Roy pur les ditz faux juggement et aultres
             10  extorcions et grevans a lui faitz par le dit W. encontre la

Page 6


                   comune loy, sur quoy un brief de Nisi prius del dit Eschequer
                   fuist granté al dit suppliant et Justices ordeignés et assignéz
                   de seir et terminer sur les duresses avantdites a la ville de
                   Ramesay, quelle chose cognoissant le dit W. lui ordeigna
             15  et arraia ove grande povoir de gentz d'armes et autres [f.192b]
                   bien mountéz a la nombre de cc. hommes pur estre a
                   Ramsaye al jour del dit brief retournable, le quel W. issint
                   araiéz vient ove tielle grande compaignie et devant eux
                   trompettes comme avoit esté en paijs de guerre, en destour-
             20  bance et affraie de les Justices et tout le poeple illoeques,
                   encontre loy et la pees nostre seigneur le Roy, par quelle
                   cause les Justices feurent en purpos de lever et nient plus
                   seier, et le dit suppliant pur doubte de eux voudroit avoir
                   fuye et avoir perdu et nounsue son brief, més le dit W. et sa
             25  compaignie firent les ditz Justices seir et le dit W. pristerent
                   et enprisonerent et en leur garde detienerent et lui mana-
                   cerent de vie et de membre s'il ne voudroit attendre la
                   voirdit de l'enquest, quelle enqueste fuist enformé, severé et
                   ordeigné a l'avys le dit W. et sa compaignie pur dire selonc
             30  lour avys et purpos en destruccioun du dit suppliant a touz
                   jours, s'il ne soit vostre gracieus eide, que please a vostre
                   hautisme et puissant seigneurie de appeller les partiez
                   avantditz devant vous et sur ce faire que raison demande as
                   ditez partiez pur Dieu etc., come apartient a vous qui estez
             35  fondement de droit, raison et mercie devant touz autres
                   de cest roialme.

Page 7

VIII

THE PRIOR AND CHAPTER OF PONTEFRACT TO HENRY IV

c. 1402


                   Supplient treshumblement voz povres chapellains [f.192c] et
                   continueles oratours, le priour et couvent de vostre povre
                   maison de seint Jehan l'Evangeliste de Pountfreit, que, come
                   ils tenont en propre oeps et de long temps ont tenuz l'eglise
               5  de touz seintz en P[ountfreit] ovec touz maniers de dismes,
                   oblacions, obvencions et profitz regardantz a ycelle par deu
                   appropriacioun par voz tresnobles progenitours a eux ent
                   fait, forspris une maison competent pur la mansion del
                   viker du dit esglise qui pur le temps serra et vingt livres
             10  appaiers par les mains du dit priour et ses successours
                   annuelment au dit viker pur sa sustenance tant seulement,
                   pur laquelle appropriacioun les ditz priour et covent sont
                   chargéz de sustenir un chapellain perpetuelment pur chanter
                   et divine service faire pur l'alme vostre tresnoble auncestre
             15  T[homas], jadys Conte de Lancastre, que Dieu assoille, en
                   la Chapelle appellé seint Thomas chapelle juxt Pountfreit,
                   et ore un J[ohan] Thorntoun, viker du dite esglise, ymagen-
                   ant et controuvant pur arreriser vostre dite povree maison
                   et defaire la dite Chaunterie, ad pursuéz devers la Court de
             20  Rome pur illoeques adnuller, adnientier l'appropriacioun
                   avantdite et de lui mesme ent provider par l'appostoille,
                   encontre les bonnes loys et estatutz de vostre roialme, a
                   tresgrande enpoverissement de vostre dite povre maison et
                   en [f.192d] overte enervacion de la Chanterie du dit Chapellain,
             25  please a vostre tresdroiturele roialtee d'ent faire ordeigner
                   remedye par l'avys de vostre tressage conseil en salvacioun
                   de vostre dite povere maisoun et del Chaunterie avantdite.
                   Pur Dieu etc.

Page 8

IX

J. DE G., THE GENTLES AND COMMONS OF W. AND T. AND OTHERS TO HENRY IV


                   A nostre treshaut, trespuissant et tresredoubté seigneur
                   nostre seigneur le Roy: moustront si plasir vous soit J.
                   de G., gentiles et comunes de W. et de T. et certeines
                   personnes de K. que, coment nous sumes devenuz voz
               5  loialx lieges et tenantz et nous avons soubz mettéz en vostre
                   treshault et tres excellente grace et volentee issint que
                   plaisir soit a vostre tresgracieus seigneurie, a voz ditz povres
                   et humbles gentiles et comunes des Contees susditiz par
                   donner de nostre insurreccioun et rebelté et nous acceptee
             10  ove noz terres, biens et chateux et receiver come loialx
                   et liegez tenantz a vous et a nulluy autre sinoun a nostre
                   tresredoubté seigneur le prince, le vostre tresgracieus filz
                   etc.

X

K. DE M. TO THE POPE


                   Illustrissime princeps potens omnipotentis Dei vicarie
                   ad pia fouenda et impia refrenanda diuinitus institute.
                   Supplicat excellencie vestre ligeus vester pauperculus K. de
                   M. theologorum nouissimus non solum notabiliter indebi
               5  tatus pro expensis suis tam Oxonie quam Rome set eciam
                   necessarijs suis sepius destitutis ex cautelose substractis
                   sibi proventibus beneficij sui libris et alijs rebus suis annis
                   fere viginti et [f.193a] eciam per graues vexaciones quorundam

Page 9


                   concupiscencium idem beneficium tanta violencia distractus
             10  a studioso scrutinio scripturarum diebus innumeris quod
                   frequenter visum sit sibi expedicius dicto beneficio suo
                   destitui quam esse incomodo institutum vlterius in eodem
                   quatinus licenciatum vti prouisione papali dignemini
                   amore Dei et patris vestri strenuissimi principis et christian
             15  issimi graciose responam efficere vnum de presbyteris
                   misse vestrem vt familiari tuicione regie magestatis possit
                   nedum expedite acquirere et reddere aliena set eciam ad
                   honorem Dei et regis in concernentibus clericalem hones
                   tatem cito de suis conformare se antiquis studentibus et eo
             20  facto libris vestris de gracia speciali diligenter inspectis
                   discendis et docendis sacris litteris solito vacare liberius ad
                   Dei honorem et meriti vestri et sui verisimile incrementum.

XI

JOHN SHENE AND PHILIPPA CASTELFORD, EXECUTORS OF STEPHEN INGRAM TO HENRY IV

After 1401


                   Please a nostre tresexcellent et tresredoubté seigneur le
                   Roy grantier garant desoubz le privé seel direct as Tresorer
                   et barons de vostre eschequer pur accompter ovec voz povres
                   lieges, oratours et servantz, Jehan Shene, Phelippe Castel
               5  forde et autres leur compaignons, executours del testament
                   de Estephen Ingram, clerc nadgairs assignéz pur les receiptes, [f.193b]
                   costages et dispences del hostiel de dame Isabelle, darrein
                   Royne d'Engleterre, de touz maniers receiptes, costages et
                   dispences du dit hostiel del cour, que le dit Estephen estoit
             10  primierement a ce assignéz, tanque al xje jour d'augst l'an de
                   vostre regne second, quel jour le dit hostiel par avys de
                   vostre conseil finist et departy, fesantz a eux deue allouance
                   par leur seurementz de touz maniers costages et dispenses
                   par le dit E. faitz en mesme l'ostiel ensemblement ovec les

Page 10


             15  fees et robes de touz maniers officers du dit hostiel deinz le
                   temps susdit, et auxi de les costages et paiementz par le dit
                   E. faitz et paiéz del ordeignance le Conte de Wircestre et
                   autres de son ordeignance pur cariage, freiteage, portage et
                   batillage des diverses hernois la dite nadgairs Royne as
             20  diverses parties deinz le temps susdit, et auxi de D. li.
                   paiéz et donnéz a touz les servantz de la dite nadgairs Royne
                   a son departier vers les ditez partiez de France de l'ordei-
                   gnance de vostre tressage conseil, et de touz autres douns
                   faitz par la dite Royne as diverses personnes en deniers par
             25  voie d'almoigne et de regarde deinz le temps susdit. Pur
                   Dieu etc.

XII

J. S. ESQUIRE TO THE KING


                   Supplie humblement vostre povre lige J. S. Escuier que,
                   come il est sodeignement pris par J. Venour, un des vis
                   contes de Londres [f.193c] et mys en garde en vostre countré
                   illoeques et la demoert en prisoun, et de la cause de son
               5  emprisonement le dit suppliant ne poet avoir nulle cognois-
                   sance mais que le dit visconte lui dist q'il lui prist par
                   commandement de vostre roiale persone, que plese a vostre
                   tresexcellent seigneurie et de vostre treshabundant grace
                   considerer que vostre dit povre lige ad esté la detenuz plus
             10  que six semaignes en grant arrerissement et anientisement
                   de son povre estat, et auxi que le dit suppliant est si malade
                   des diverses enfirmitéz que a peine il ne poet vivre, et
                   d'envoier pur le dit suppliant d'estre amesné devant vostre
                   roiale persone ou autrement devant vostre tressage conseil
             15  pur y respondre selonc ce que droit et ley demande. Pur
                   Dieu etc.

Page 11

XIII

RICHARD BECKOT TO HENRY IV


                   Plese a nostre tresredoubté, tresgracious et tresexcellent
                   seigneur le Roy granter a vostre humble servant R[ichard]
                   B[eckot], escuier de la roigne, voz gracieuses lettres del privé
                   seal directes al Tresorer et Barons de vostre Eschequer, de
               5  lui plainement faire quite de centz souldz currantz sur lui en
                   demande illoeques pur l'eschape d'un J. Northfolk, con-
                   siderant, nostre treshaut et tresgracious seignur le Roy, que
                   le Roy, qui estoit, lui pardona le viij jour de marcz l'an de
                   soun regne XX come appiert par ses lettres patentes, més
             10  pur tant que le jour del eschape [f.193d] n'est pas specifiéz en vostre
                   Eschequer més tant seulement l'an XXme il ne poet estre
                   aloué ne dischargié des ditz centz souldz sanz garrant de
                   vostre privé seal. Et ce pur Dieu etc.

XIV

LONDON AND SIXTEEN COUNTIES TO RICHARD II

1398-9


                   A nostre tresexcellent, tresredoubté, tressouverein seignur
                   le Roy, tres humblement supplient voz treshumbles liges
                   espirituelx et temporels, gentils et communes de voz citee de
                   Loundres, countees de Kent, Sussex', Surry, Suth', Wilts',
               5  Oxon', Berk', Bokyngham, Bedf', Huntyngdon', Cantabr',
                   Nortff', Suff', Essex', Hertf', et Midd', que, come tres grandes
                   et dolerouses malices, mesprisions et malveises conjectura
                   cions d'ascuns malfaisours de voz ditz citee et contees eient
                   estéz procurees, faites et perpetrés a vostre magesté roiale,
             10  a tresgrand et perpetuele confusioun et reproef des ditz
                   malfaisours et grand vergoine et vileiné de touz les inhabi-
                   tantz des ditz citee et contees, sibien innocentz come des

Page 12


                   autres, lesquelx malfaisours pur leur demerites ount deserviz
                   punissement asséz cruel si la treshaute benignité de vous,
             15  nostre tresredoubté seignur, replenis de toute grace vorroit
                   proceder envers eux selonc lour demeritez, que serroit
                   destruccioun de grande multitude de vostre poeple, y plese
                   a vostre tresexcellente et tresredoubté magesté roiale la
                   tresgrande repentance de les ditz malfaisours et lour tres
             20  ardant desir q'ils ount d'amender, redrescer et en toute
                   manere selonc lour [f.194a] petitz poers reformer, de tant comme ce
                   purra ascunement estre possible lour excesses, folies et
                   defautes desuznoméz, lour resceivere a mercie et grace et de
                   la habundante fontaigne de grace dount vous ad endowéz
             25  lui tout puissant Roy, exemplair de toute mercie et grace,
                   pardonner entierment et de coer tout qanque devers les
                   ditz malfaisours en lour defaute et les inhabitantz de mesme
                   les citee et countees par cause de eux ad conceu vostre
                   tres excellente magesté avantdite. Et lour vuillent voz
             30  ditz treshumbles lieges souzmettre, et lour souzmettent de
                   fet, de fere porter et obeier tout quaunque purra ascunement
                   plere vostre magesté roiale susdite. Et en oultre supplient
                   treshumblement voz ditz treshumbles liges que certaines
                   sufficiantz gentz de chescune des ditz citee et contees q'ore
             35  sont presentz devant vostre dite magesté roiale et eslitz
                   et ordeinéz par les ditz citee et contees, dount leur nouns
                   severalment desoubz sont escriptz, sufficiantement enfour
                   méz de lour voluntees et aiantz pleine auctoritee et poair de
                   DXIVL39 [DXIVL39] treshumblement.13par trestouz voz ditz treshumbles liges, purront estre
             40  receux en noun de eux et de chescun de eux et pur lour
                   mesmes a jurer d'estre toutdis voz loialx et obeissantz liges
                   a vostre dite magesté et de tenir loialment, garder, observer,
                   loer et maintenir a trestoutz leur poers sanz fraude ou
                   mal engin toutz les estatutz establissementz et juggementz
             45  faitz ou renduz en vostre treshaute parlement– [f.194b] somonz et
                   commencéz a Westm', lundy proschein aprés la feste de la
                   Exaltacioun de la Seinte Croice, l'an de vostre tresgracious
                   regne vintisme primer, et de illoeque ajournéz a Salop,
                   tanque al quinzisme de saint Hillaire alors proschein suyant
             50  et illoeque terminéz,–et touz les autres estatutes, ordenances

Page 13


                   et establissementz puis en cea faitz par auctoritee de vostre
                   dit parlement sanz jammais venir, fere ou procurer rien a
                   l'encontre en ascun manere a vivre et morir, au fyn q'ils
                   purront estre mys parmy vostre treshabundante grace hors
             55  de toute suspicioun et estre tenuz come ils desirent sur
                   toute rien voz loialx liges, pur Dieu et en oevre de charitee.
                   En tesmoignance de quele chose et pur icelle bien et loial
                   XIV-58 [XIV-58] Corr. by scribe from garder, tenir14ment tenir, garder, observer et maintenier pur touz jours a
                   trestouz lour poers a viver et morir en maner comme desus
             60  est dit, voz ditz treshumbles liges, si bien en noun de touz
                   voz ditz citee et countees come de lour mesmes, a iceste
                   supplicacioun ount mys lour sealx. C'est assavoir R[oger]
                   par la grace de Dieu Ercevesque de Cant[erbirs] etc.

XV

SIR GILBERT TALBOT'S EXECUTORS TO HENRY IV AND PARLIAMENT


                   Au tresexcellent et tresgracieux seigneur, nostre seigneur
                   le Roy, et son tressage Conseil de ceste present parlement
                   suppliont Margarete que fuist [la femme] sire Gilbert Talbot,
                   chivaler, J[ohan] P[ecche], J[ohan] L[ane], J[ohan] [Broune]
               5  persoun de l'esglise de Stowe, et W[illiam] Botoun, Chapel
                   lain, executours del testament le dit Gilbert, que, come le
                   Roy R[ichard] [f.194c] par ses lettres patentes granta a dite sire
                   Gilbert et a Johane, adonques sa femme, par noun de Gilbert
                   Talbot, chivaler, le manoir de Neutoun Longevile ove touz
             10  les appurtenances et toutes autres manoirs, terres, prees,
                   rentz, boys, molyns, porcions, droitures, seigneuries, issues,
                   DXVL12 [DXVL12] hertagages14emolementz, revercions, hertages, a le priorie de seinte

Page 14


                   Foy de Longevyle appurtenanz, et toutz autres possessions
                   auxi bien espirituelx come temporelx en le droit du dit
             15  prioré, en les mayns du dit Roy ou ses progenitours, par
                   cause de guerre par entre le dit Roy et ses adversairs de
                   France mové, seiséz a avoir as ditz G[ilbert] et J[ohane]
                   et as heirs et assignés du dit G[ilbert] durant le guerre,
                   rendant ent par an au dit Roy et a ses heirs iiijxx li. Et
             20  outre le dit Roy granta par mesmes ses lettres patentez que
                   les ditz G[ilbert] et [Johane] par ascunes lettres patentes ou
                   grantes a ascune autre persoun affaires, mésque ascune
                   autre persoune greindre somme pur la dite garde rendre
                   voloit au dit Roy, que les ditz G[ilbert] et J[ohane] ne
             25  serront oustéz de les manoirs et toutz autres possessions
                   avauntdites sicome par les dites lettres patentes plus pleine
                   ment appiert, par force de quele grant les ditz G[ilbert]
                   et J[ohane] feurent seiséz de dit manoir de Neutoun
                   Longevyle et toutes autres manoirs et possessions avantdites.
             30  Et Johane morust et le dit sire G[ilbert] survesqui et par
                   son testament fist les avantditz M[argarete] J[ohan], J[ohan],
                   J[ohan] et W[illiam] ses executours et par son dit testament
                   ordeigna le dit manoir et touz autres possessions et manoirs
                   avantditz a la disposicioun des avantditz executours pur
             35  ordeigner [f.194d] pur s'alme de les profitz du dit manoir et touz
                   autres possessions susditz outre la ferme due au dit Roy, et
                   morust; aprés que mort le dit manoir ove les appurtenances
                   ove toutes manoirs et possessions avantdites furent seiséz
                   en la main du dit Roy R[ichard]. Et puis le vte jour
             40  d'octobre, l'an de nostre seigneur le Roy q'ore est primer,
                   le dit manoir et toutes autres manoirs et possessions avant
                   dites a lez avantditz executours furent liveréz hors de la
                   mayn nostre seigneur le Roy q'ore est en sa chancellerie,
                   sicome par recorde du dite chancellerie apiert plus a plein,
             45  par force de quele liveree les ditz executours de l'avantdit
                   manoir et touz autres manoirs et possessions avantditz
                   furent seiséz et lour estat paisiblement contynuerent; et
                   puis nostre dit seigneur le Roy q'ore est le viijme jour de
                   novembre l'an de son regne primer avantdit, par ses lettres
             50  patentes a les avantditz executours en lour possessioun del
                   dit manoir et toutes autres manoirs et possessions avantditz

Page 15


                   esteantz, ratifia, conferma et approba l'estat et possessioun
                   queux les dit executours avoient en le dit manoir et touz
                   autres manoirs et possessions avantditz, par force de quele
             55  liveree et ratificacioun faitz a les ditz executours, les ditz
                   executours furent seiséz del dit manoir et toutes autres
                   manoirs et possessions susditz, tanque les avantditz execu-
                   tours, par colour d'un patent fait le xxvijme jour de novem-
                   bre proschein ensuyant aprés les ditz liveree et confirma-
             60  cioun par nostre dit seigneur le Roy, [f.195a] qu'ore est, a un Thomas
                   Tutbury, clerc, del dit manoir de Neutoun Longvyle ove
                   touz les appurtenances ensemblement ove toutes autres
                   manoirs et possessions avantditz as ditz manoirs et priorie
                   appurtenantz, rendant ent a nostre dit seigneur le Roy, q'ore
             65  est, iiijxx li. par an, sicome par les ditz lettres patentes
                   pleinement apiert, furent oustéz; par cause de quele oustre
                   les ditz executours suerent un brief de Scire facias devers le
                   dit Thomas pur repeller son dit patent de dit manoir et
                   toutes autres possessions avantditz et pur estre restitut au
             70  dit manoir et toutes autres possessions avantditz, processe
                   suye sur mesme le brief par les ditz executours tanque le dit
                   Thomas vient en court et alleggea pur plee un fait de relesse
                   de dit J[ohan] Spenser, coexecutour de les avantditz
                   XV-74 [XV-74coexecutours with co expunged.16executours ore suppliantz, par quel fait de relesse l'avantdit
             75  J[ohan] Spenser avoit relessé au dit Thomas tout le droit et
                   clayme queux le dit J[ohan] Spenser avoit en le dit manoir
                   ove toutes autres manoirs et possessions avantditz, le quele
                   plee unqore pent en juggement en le Bank nostre seigneur
                   le Roy q'ore est, sicome par les recordes du dit Bank pleine
             80  ment appiert; par force de quele relesse le dit T[homas]
                   soy purpose de barrer les ditz executours de lour accioun del
                   manoir et toutes autres possessions avantditz, a tort et a
                   grand damage du l'alme du dit testatour et en retardacioun
                   del execucioun [f.195b] del testament et voluntee del dit testatour
             85  encontre bone foy et conscience et la ley de Dieu, qe please
                   a voz tressages et tresnobles discrecions d'ordeigner
                   remedie en cest present parlement que par le dite relesse
                   faite par le dit J[ohan] Spenser, un de les executours de le
                   dit Gilbert, les autres executours de dit Gilbert ore suppliantz

Page 16


             90  ne soient forbarréz de lour accioun, mésque le dit relesse
                   fait par le dit J[ohan] Spenser soul soit voide et tenuz pur
                   nulle, eyant consideracioun que le dit J[ohan] Spenser rien
                   prist pur la dite relesse faire ne rien ad de faire en value a ses
                   coexecutours du dit Gilbert. Pur Dieu et en oevere de
             95  charitee.

XVI

JOHN WOLDE AND JOHN RECHE TO THE LORDS OF THE COUNCIL IN PARLIAMENT

? 1403


                   Aus honurables et sages seigneurs du conseil de cest
                   present parlement suppliont J[ohan] W[olde] et J[ohan]
                   R[eche] que, come ils estoient seiséz en lour demesne come
                   de fee d'un mees, sis shopes et un kaye de Billyngesgate en
               5  la paroche de Seinte Marie atte Hulle deins la citee de
                   Londres et auxi d'un tenement en Puddyng Lane en la
                   paroche de seinte Mergarete de Briggestrete de Londres et
                   auxi d'un shope en Briggestrete en la paroche de seinte Marie
                   juxt le pont de Londres, tanque en l'an second le Roie q'ore
             10  est, que les ditz suppliantz furont oustéz des ditz tenementz
                   par un J[ohan] Marshalle, A[gnes] C[rosby] et T[homas]
                   B[radwas] par colour des lettres patentes nostre seigneur le
                   Roy, q'ore est, a eux ent grantéz, sur quele les ditz suppliantz
                   ont longuement pursuys si bien [f.195c] en le conseil nostre dit

Page 17


             15  seigneur le Roy come en sa chancellerie d'avoir ent brief de
                   DXVIL16 [DXVIL16] susdiditez18scire facias as parties susditez direct, selon ce que la comune
                   XVI-17 [XVI-17] corr: by scribe from poient ent18loy demande et nulle ent poient avoir sanz voz graciouse eide
                   et requeste, a cause que nostre dit seigneur le Roy est
                   enfourmé que un J[ohane] Jordan, jadys possessour des
             20  ditz tenementz, deust avoir esté idiote continuele de sa
                   nastre tanque en cea, l'ou ele fuist de bone et seine memoire,
                   come purra overtement estre prové et declaré par aliena
                   DXVIL23 [DXVIL23] te.ntz18cions des tenementz susditz par ses faites en la citee de
                   Londres enroulléz et par plusours autres maners et loialx
             25  voies, plese a vous honurables sires par voz tressages senz
                   et discrecions supplier et requerer notre tresredoubté
                   seigneur le Roy de comander son Chanceller et ses Justicez
                   de faire et reddement granter as ditz suppliantz ce que la
                   commune loye demande en ceste partie, considerantz que
             30  les ditz suppliantz ont esté delaiéz en lour seute susdite par
                   un an et demy. Pur Dieu etc.

Page 18

XVII

JOHN HERFORDE TO HENRY IV

1399


                   XVII-1 [XVII-1] The scribe first wrote tressage and then substituted tresgracious.19Au tresexcellent, tresredoubté et tresgracious seigneur
                   nostre seigneur le Roy supplie humblement vostre povere
                   servant J[ohan] Herforde que, come R[ichard] nadgairs
                   Roy d'Engleterre le second puis le conquest granta a dit
               5  Johan par ses lettres patentes d'estre un des sergeantes
                   XVII-6 [XVII-6d. Repeated and expunged.19d'armes a terme de sa vie, preignant pur ses gaiges xij d. le
                   jour a l'escheqer et sa robe a sa Gar [f.195d] derobe, plese a vostre
                   tresexcellente, tresredoubté et tresgracieuse seigneurie
                   ratifier et confermer a dit suppliant les dites lettres patentes
             10  desoubz vostre grande seel, et en outre de vostre grace
                   speciale grantier que le dit J[ohan] puisse estre paiéz de ce
                   qu'est a derer de dite annuité par les mayns de les viscontes
                   de Londres qui pur le temps serront. Pur Dieu et en oevre
                   de charité. Et en outre plese a vostre tresgracieuse seigneurie
             15  grantier a dit suppliant q'il puisse estre paiéz de ce qu'est a
                   derere de dite annuité. En oevre de charité.

XVIII

ITALIAN MERCHANTS TO THE LORDS OF PARLIAMENT

1398-9


                   Aus treshonurables et tressages seigneurs de ceste present
                   parlement supplient treshumblement les marchans Tuskans,
                   Lumbardz et autres estrangiers Italiens demurrantz en

Page 19


                   Engleterre que par la ou ils soloient paier de custume
               5  quarant d. a la sak de leyne plus que ne fount les marchandes
                   Engleises tanque il fuist encrescé sur eux par vj s. viij d. a
                   la sake a la darrein parlement tenuz a Shrouesbury, que
                   fount x s. a la sak, pur quele cause de grande custume ils ne
                   pount achater des leynes come ils soloient d'ancien temps, le
             10  quel est grande desavantage au Roy, pur ceo q'ils soloient
                   achater et envoier a Caleys environ de vj ml. de saks de
                   leyne par an pur queux ils paient de custume Liij s. iiij d.
                   pur le sak, et maintenant ils [f.196a] ne fount passer nulles laynes, car
                   les marchantz Engleises fount passer ce que les ditz sup-
             15  pliantz soloient faire, paiantz l.s. pur le sak, si que le Roy
                   prent de damage de custume XL. d. a la sak, q'amonte en la
                   dit nombre a mil li. d'esterlinges par an. Et auxi il est
                   damage au roialme par tant que quant les marchantz En
                   gleises et les ditz marchantz estrangiers ambedeux achaterent
             20  de leyns ils furent le plus chiers, et quant les marchantz
                   Engleises achaterent par soy, come ils font maintenant, ils
                   sont le meillour marché. Par quoy plese a voz treshonurablez
                   seigneuries et tressages discrecions considerer cestes et
                   faire moever en cest parlement que les ditz suppliantz ne
             25  paient outre XL. d. a la sak plus que ne font les Marchantz
                   Engleises, come il soloient devant le dit parlement tenuz a
                   Shrouesbury, pur le profit et avantage du Roy et de royalme,
                   entendantz auxi, treshonurablez seigneurs, q'il avient au
                   damage du Roy et de roialme par tant q'ils soloient envoier
             30  en Itaille grande porcioun de leynes et ore ne font que poy
                   pur la grande charge de la custume susdite.

Page 20

XIX

THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY TO HENRY IV

c. 1399


                   Au tresexcellent et tresredouté seigneur, nostre seigneur
                   le Roy, supplie vostre humble chapelleyn, T[homas] Erce-
                   vesque de Cantirbirs et primat de tout Engleterre, que, come
                   le dit suppliant en le [f.196b] parlement tenuz a Westm' l'endemain
               5  del Exaltacioun de la seinte croys, l'an du regne sire R[ichard],
                   nadgairs Roy d'Engleterre le seconde, vintisme primer-
                   estoit nonduement des diverses matires empeschiéz, et sur
                   ce sanz ascune responce en sa absence ajuggéz d'estre exilee
                   hors du roialme d'Engleterre pur touz jours et ses temperal
             10  téz de sa dite Erceveschee en les mains le dit nadgairs Roy
                   seiséz et tous ses biens et chateux forfaitz encontre droit
                   loye et raisoun, que plese a vostre majesté roiale considerer
                   la matir du dit empeschement et le jugement issint erroyne
                   ment renduz en sa absence sanz response, par agarde affaire
             15  en cest present parlement le dit juggement revercer et le
                   come de nulle value declarer et lui ajugger d'estre a ses ditz
                   temperaltéz en mesme le degré restituit ove tous les issuez,
                   comoditéz et profitz ent prises ou a ycel appurtenantz del
                   jour del dit juggement tanque au jour de cest present parle
             20  ment ensemblement ove touz ses biens et chateux issint
                   sanz leye et raisoun forfaitz come nulle juggement ust
                   uncques vers lui renduz. Pur Dieu et en oevere de charitee.

Page 21

XX

THE ISLE OF WIGHT TO THE KING


                   Au tresredoubté et tresgracious seigneur, nostre seigneur
                   le Roy, suppliont humblement les povers gentz [f.196c] sibien
                   espirituels come temporels del Ysle de Wyght que vous
                   vuilléz considerer par vostre benigne grace, la grande
               5  travaille et custages q'ils ont porté devant ces heures et
                   unqore portont de jour en autre a cause de guerre de lez
                   enemys de France et de Britanné, par la quele cause ils ont
                   grand doubte de leur vie et biens, dont ils purposont de
                   remuer hors de dit Ysle et demourer deça la mier si ascun
             10  remedie ne soit ordeigné en brief temps pur le dit Ysle,
                   plese a vostre tresgracieuse seigneurie de granter as ditz
                   suppliantz de vostre benigne grace q'ils purront estre
                   deschargéz des touz maniers des dysmes et quinsismes et
                   touz maniers de taylleages deinz le dit Ysle, grantéz ou a
             15  granter, a vous ou a voz heirs, durant la guerre avantdite,
                   a fyn que les ditz suppliantz purront mettre ordennance pur
                   destruir les arrivayles des enemys illoeques ou de fere
                   forcelettes sur les ditz arrivailles a lour propre costages.
                   Pur Dieu et en oevere de charité.

XXI

W.B. TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   Au treshonneurable, tresgracieux seigneur et tres reverent
                   pere en Dieu l'Arcevesque de Cant[irbirs] etc. supplie
                   treshumblement vostre povere et humble serviteur N. B.
                   etc. que come par un an darrein passé vostre dit povere

Page 22


               5  suppliant, par vostre treshonneurable commandement,
                   comparust devant vostre tres noble persone a vostre ville
                   de Maidestoun pur un certein trespas qu'estoit sur [f.196d] lui mys
                   q'il deust avoir faite, sur quoy vous, mon tresnoble et
                   tresgracieus seigneur, lui commandastes q'il deust faire
             10  certeine penance selon vostre tresgracieuse assignement a
                   lui ent fait, et ore tarde come vostre dit povere suppliant
                   vouldroit avoir oie messe en l'esglise de W., E. M. persoun
                   du dit esglise, sanz ascun mandement de vous, mon tres
                   honneuré seigneur, comandoit vostre dit povere suppliant
             15  q'il deust aler hors du dit esglise et disoit q'il ne vouldroit
                   chanter nulle messe auxi long temps que mesme le suppliant
                   fuist en l'esglise, le quel suppliant disoit au dit persoun que
                   y fuist assés pur lui que vous, tresnoble seigneur, en sa
                   audience a Maidestoun suisdite eustez mys vostre dit
             20  povere suppliant a sa penance, et le dit persoun disoit q'il
                   vouldroit plus croire vostre lettre que voz honneurablez
                   paroles, ensi que vostre dit povere suppliant aloit hors du
                   dit esglise sanz oier devyne service la dymenge quant la
                   dite esglise estoit pleine de people, a grande esclandre et
             25  overt reproefe de vostre dit povere suppliant, que plese a
                   vostre tresnoble seigneurie et tresreverent paternité de
                   vostre especiale grace redrescer ceste matir en tiel manier
                   que plesir soit a vostre treshonneurable seigneurie, au fyn
                   que touz autres tiels q'ils sont a vous desobeissantz purront
             30  pre[n]dre ensample de lui. Et ce pur Dieu et en oevere de
                   charitee.

XXII

WILLIAM SANDEYE TO HENRY IV

c. Oct: 1402

[f.197a]
                   Supplie treshumblement vostre humble liege William
                   Sandeye, doctour de ley, persoun de l'esglise de Hadham en
                   la Countee de Hertford, que, come nostre tresseint pere le
                   Pape par ses bulles luy ad granté d'estre prebendere en les

Page 23


               5  esglises Cathedrales de seint Paul de Loundres et de Nichole,
                   et aussi d'avoir une dignité, et s'il serroit le greindour
                   ellectif aprés le Eveschie, en l'autre de les esglises Cathe-
                   drales avantdites ove sa dite esglise de Hadham, plese a
                   vostre tresredoubté seignurie considerer que le dit
             10  suppliant ad nulle aultre avancement forsque tantsoulement
                   l'avantdite esglise de H[adham] et que le dit suppliant ne
                   voule ne desire que par vertue d'iceste grace ascun aultre
                   occupiant benefice ou dignité serroit ousté d'icelle, et sur
                   ceo de vostre habundante grace especial grantier que le
             15  dit suppliant pourra les avandites graces poursuer et executer
                   selonc l'effect des dites bulles de benefice tantsoulement
                   voidant aprés voz tresgracious grant et licence sanz riens
                   pour ent estre empeschable a vostre haulte seignurie, l'esta
                   tut des Provisours au contrarie ent fait nient obstant. Pour
             20  Dieu et en oevre de charitee.

XXIII

COMPLAINT AGAINST GREAT YARMOUTH

Perhaps 1380


                   Ceux sount les pointz queux les Burgeises de Grande
                   Jernemuthe ont usé, c'este au contre la tenure de la charte de
                   lour franchise.


                   Primerement les ditz Burgeises ont fait un Crie
               5  en le Kirkelerode que nulle homme soit ci hardy de
                   vendre nul manere de harang durant la faire d'icelle a nulle
                   homme de nulle condicion si non a les ditz Burgeises de
                   Grand Jernemuthe, sur peyne de forfai [f.197b] ture de niefs et de
                   lour biens.


             10  Item que nul homme ne soit sy hardy d'achatre nulle
                   harang durant la faire d'icelle sinon de les ditz Burgeises de

Page 24


                   Grand J[ernemuthe], la ou en lour dite chartre est contenuz
                   que chescun si bien forein come denisein que a le dit lieu
                   voet venir durant la dite faire fraunchement et pesiblement
             15  puissent vendre et achatre et a lour volunté charger harang
                   sanz grevance ou destourbance de nully. Item les ditz
                   Burgeises ont ordeigné quatre Gardeines del dit faire, si
                   que nul homme ne puisse riens vendre ne achatre sinon par
                   les mains des ditz quatre Gardeines, lesqueux achatent la
             20  dite harang a lour pris propre et le vendrent come ils voillent
                   en grand encrees des ditz Burgeises et grand anientissement
                   et prejudice de toute la roialme, la ou en lour dite chartre
                   est contenuz et defenduz que nulle abrocour ne soit en la
                   dite ville de J[ernemuthe] a destourber nul Marchaundises
             25  queconques de lour ventz et achatez fraunchementz a faire.


                   Item si chescun pessoner pourroit franchement vendre
                   son harang a quy que lour plerra quant ils veignent a la dite
                   Rode ove lour harang, ils vendront illeoques grand plenté,
                   la ou la greindre des ditz pessoners s'en vont en Flandres et
             30  en aultres lieux de la, la ou ils puissent vendre lour harang
                   fraunchement a qui lour plerra sanz estre constreint par
                   nully en grand anientissement et damage de tout le roialme
                   et a grand parde au Roy de son custume.


                   Item les ditz Burgeises ont fait tielle ordeignance entre
             35  eux que chescun pessoner qui vient a la dite Rode [f.197c] ove harang
                   avera vostre host en la dite ville de J[ernemuthe] a qui
                   covient le dit pessoner vendre son harang voille ou noun au
                   pris de son dit host soulement, countre la tenure de lour dit
                   chartre, la ou il ne ad xxij ou xxiij personnes en la dite ville
             40  de Graunt Jernemuthe que porte la profit d'icelle faire et
                   que ount hostes, la ou mil ou ml. ml. de personnes averoient
                   ent proufit si la dite faire estoit frank, que checun qui vient
                   purroit fraunchement achater et vendre come en lour
                   chartre suisdite est contenuz.

Page 25

XXIV

MEMORANDUM OF PARLIAMENT

Oct: 31st, 1399


                   Les pointz des articles comunes par entre les seignurs
                   et comunes du parlement en la veile de Toutz Seintz pur
                   estre moustréz a nostre tresredoubté seignur le Roy par les
                   seignurs avaunditz.


               5  Primerement touchant ascunes juggementz a rendre en
                   ceste present parlement ou en ascun parlement en temps
                   a venir, que l'assent des comunes du royaume du parlement
                   ne soit entré en les rolles du parlement de record sanz estre
                   appeléz a ceo et q'ils overtement assentont en plein parle
             10  ment.


                   Item touchant l'eisné filz le Roy q'est fait Prince en cest
                   parlement, que ce soit fait entree et enacté de recorde que ce
                   fuist fait par essent du comune du parlement pour la greindre
                   seurté etc.


             15  Item le dit Prince ne passe hors du roialme en si tendre age
                   tanque le pees soit mieulz establéz deinz le roialme etc.


                   Item touchant les Justices, q'ils ne soient mie receuz en
                   temps a venir a dire de lour excuser q'ils n'oserent faire ne
                   dire la leye pour doubte de mort etc.


             20  Item touchant la marche d'Escoce, que [f.197d] soit bien ordeiné
                   pur la sauf garde d'icelle.


                   Item touchant la terre d'Irland, que soit bien ordeiné
                   pur la sauf garde d'icelle.


                   Item touchant le Duk de Bretaigne pour le Conté de
             25  Rychemond pour la bien de pees etc.


                   Item touchant les viscontz parmy le roialme d'Engleterre,
                   q'ils soient créables, honastes et suffisantes personnes et
                   nulles extorsioners ne oppressours du peple, et q'ils ne
                   demurgent en lour office oultre un an contre la forme de
             30  l'estatut etc.


                   Item que lour subviscontz, clerks de viscontz, retourners
                   des briefs ne les resceivours des viscontz ne demurgent en
                   lour office oultre un an et q'ils ne soy entremellent [des]

Page 26


                   ditz offices par trois ans ensuantz pour eschuir l'extorcion
             35  du people sur grande peine etc.


                   Item touchant les viscontes d'Essex' et Hertford' et
                   plusours autres du roialme touchant lour outrageouses
                   charges et pardes par lour aunciens fermes queux sont
                   anientéz par franchises et hundres et wapentakes come
             40  parcelle des fermes des ditz contés grantéz par Richard
                   darrein Roy etc.

XXV

W.T. TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A tresnoble et tresreverent pere en Dieux, l'Ercevesque
                   de C[antirbirs], supplie le vostre W. T., merchant, que
                   come il chargea deux niefs de diverses marchandies vers
                   l[e]s parties de dela et soit obligéz a les custumers de Hulle en
               5  Cent marcz pour la custume d'iceux et en seglantz çur la
                   mere surveignerent ennemys et de guerre pristerent les
                   dites niefs et toutes les marchandies en yceux, come il est
                   conuz a vostre tresnoble personne par rela [f.198a] cion des gens
                   du dit W. qui fuerent en les dites niefs, queux vous con-
             10  fortastez et relevastez grandement depar de la, la vostre
                   mercy, que plese a vostre tresreverent et tresnoble paternitee
                   et seigneurie d'estre bien voillant et eidant que le dit sup-
                   pliant purra avoir pardoun de nostre tresredoubté seigneur,
                   le Roy de la dit custume, considerant, tresnoble seigneur,
             15  le grand damage et parde du dit W. en ycelle partie. Pour
                   Dieu et en oevere de charitee.

Page 27

XXVI

J. C. TO MASTER WILLIAM MILTON

After 1406


                   A son tres honurable, tressage et discret seigneur, Mestre
                   W[illiam] Milton, archedeakne de B., supplie treshumble-
                   ment un povere homme J. C. de Croidoun, tenaunt a mon
                   treshonuré seignur l'Ercevesque de C[antirbirs], que, come
               5  en le mois d'august darrein passé sicome Margerie la
                   femme de dit suppliant estoit passant a surveier ses servantz
                   overantz en le champe, la vient J. Piers le puisnee baillif
                   de mon dit seignur en C. et par force et maistrie en la
                   champe venquyst la dite Margerie et elle la hountousement
             10  surgisoit et defoilla carnelement countre sa volunté, et
                   sovent foitz depuis le dit J. ad gisé en gait par diverses
                   chemyns et voies pour faire vilonye carnelment et houn-
                   tousement a dit Margerie. Et a ceo en le mesne temps que le
                   dit suppliant ad esté hors de ville entour ces occupacions le
             15  dit J. ceo parceyvant par plusours foitz ad venu et entree
                   dedeins la mansion de dit suppliant et la par force ad
                   surgisé et defoillé carnelement la dite Margerie, sicome bien
                   et verraiement sur [f.198b] luy puet estre prové par plusours vail-
                   lantz et discretz gentz de C., a perpetuel anientisement
             20  de dit suppliant et de sa dite femme et oultre diffesance de
                   lour noms et honour. Par quoy vous plese par vostre tressage
                   avys faire relacion d'iceste horrible matier a mon dit
                   treshonuré seignur et vostre bon aide mettre au fin que
                   duhe remedie en soit ordeigné et fait come droit requiert,
             25  pour Dieu et en oevere de charité.

Page 28

XXVII

J.M. TO HENRY IV

1399


                   Supplie humblement vostre povre lige J. M., chapelein
                   de mon seigneur Conte d'Arundelle, come le dit J. fust
                   en possession del provendre de Halgton de l'esglise collegial
                   de S. en le countee de N. del collacion T[homas] Arundelle
               5  adunque Erchevesque d'Everwik, quel possession le dit
                   suppliant continua ans et jours peysiblement tanque l'an xxj
                   le Roy Richard secunde, que le dit suppliant fust ousté par
                   un Meistre J[ohan] L[eyot] par colour d'un presentement
                   fait par le dit Roy R[ichard] a dit Meistre J[ohan] L[eyot]
             10  a cause d'exil de dit T[homas] Arundelle ore Erchevesque de
                   Cant[irbirs], a quel temps le dit suppliant fust en prisoun en
                   le Tour de Londres, quel exil en vostre tresgracious present
                   parlement est reverssé et adnully en tout, que pleise a vostre
                   treshault et tresgracious seigneurie de graunter que le dit
             15  suppliant pourra estre restoré a la possession del provendre
                   susdit ensemblement ov ses aultres biens apartenantz a dit
                   provendre [f.198c] adonques illeoques trovés come la ley voet.
                   Et ceo pour Dieux et en oevere de charité.

Page 29

XXVIII

MAUD CURTEYS TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

c. 1404


                   DXXVIIIL1 [DXXVIIIL1] treshonura30A mon treshonuré tresnoble et tresgracious seigneur
                   et tresreverent pere en Dieu l'Ercevesque de Canterbirs,
                   primat de tout Engleterre, treshumblement et pitousement
                   supplie vostre povere et devoute oratrice Maulde Curceys
               5  que, come un J[ohan] Moylle l'eisné est emprisonee al suyte
                   du dite suppliante pour la mort d'un R. A. filz a mesme
                   celluy suppliante, qui par son abettement felonousement
                   fust occis, et come la dite suppliante ad entendu les amys du
                   dit J[ohan] M[oylle] vous ont enfourméz q'il nest pas
             10  coulpable de la mort suisdit a fin pour avoir vostre sou
                   courable eide a sa deliverance, la ou en veritee, tresgracious
                   seigneur, il est de ceo tout coulpable et principalle cause et
                   abettour d'icelle fuist, come bien poet estre provee, si bien
                   par record de les plus vaillantz gentiles de countee de
             15  Cornewaille, come principalment par l'enditement sur luy
                   ent fait, que plese a vostre tresgracious seigneurie et tres
                   reverente paternitee considerer coment le dit J[ohan]
                   M[oylle] aussi est enditee pour tresoun envers la personne
                   nostre tresredoubté seigneur le Roy, et sur ceo graciouse
             20  ment suffrer que la comune ley puisse courger sur le dit
                   Johan M[oylle] pour la cause susdite en ensample de tielx
                   aultres et en sustenance de droiture sanz luy eider ou pour

Page 30


                   luy prier eiant pitee et compassion del horrible mourdre du
                   dit R. A. et del grand dolour que la dit suppliante sustient
             25  pour icelle. Pour Dieu et en oevere de charitee.

XXIX

H.C. TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A tresreverent pere en Dieu et tresgracious seigneur
                   l'Ercevesque de C[antirbirs] et primat [f.198d] de tout Engleterre
                   supplie treshumblement vostre povere oratour H. C. de
                   K., jadis baillif de N. en le countee de S. appurtenant al
               5  priour et covent de Y., que, come il fuist baillif du dit N.
                   par l'espace de vj ans et plus, le mesme temps q'il fuist issi
                   baillif il paia pour diverses necessaires et costages al oeps et
                   profit des priour et covent par lour commandement amon-
                   tantz a la somme de xxxiij li. viij s. vj d., come par ses evi
             10  dences ent faitz appiert pluis au plein, et sovent foitz depuis
                   le dit suppliant ad demandé des ditz priour et couvent d'estre
                   paié de eux la dite somme issint expenduz a lour oeps, et ils
                   luy ne voillent, a luy tout oultre anientissement ore en son
                   veillesse s'il n'eit vostre tresgracious aide en ceste cas, que
             15  plese a vostre tresreverent paternitee come vous estez
                   founteigne de grace aider que le dit suppliant purroit estre
                   paié de levantdite somme de xxxiij li. viij s. vj d. de les
                   priour et covent avantditz come bone foie et droit demandent
                   en relevement ore de son povre estate et veillesse. Pour Dieu
             20  et en oevere de charitee.

Page 31

XXX

THE PRISONERS IN LUDGATE TO HENRY, PRINCE OF WALES


                   Suppliont treshumblement voz devoutz oratours les
                   poveres prisoners en Ludgate que plese a vostre treshonuré
                   et tresgracious seigneurie par vostre bone mediacion et
                   gracious pere ayder et soucourer que la bille faite par eux et
               5  doné a nostre tresredoubté seigneur le Roy H[enry] le
                   gracious conquerour d'Engleterre, quelle bille de mot en
                   mot en forme qu'ensuyt poet estre bien esploit. Pour
                   Dieux et en oevre de charité.

XXXI

THE PRISONERS IN LUDGATE TO HENRY IV


                   A nostre tresgracious, tresexcellent [f.199a] et tresredoubté
                   seigneur le Roy H[enry] le gracious conquerour d'Engle-
                   terre suppliont treshumblement voz devoutz oratours les
                   poveres prisoners de Ludgate, Citeseins de vostre chambre
               5  de Londres, que, come vous estez prince de bone gouver-
                   nance du le grace du seint esperit enluminés, droiturel juge
                   des traitours et malfesours, a vostre tresnoble roialme
                   tresdoulce comfort, a toutz voz loyalls lieges dolentez
                   tortousement mys en grandz et dolorous tormentes queux
             10  par excessives taxes et talages de(l) eux devant ces heures
                   continuelment levéz sont mys en grand dette et illeoques en
                   divers maners suffront grand meschieffs et dissayses en le
                   dite prisonne dont ils sont en point en perir s'ils n'eyent
                   vostre gracious confort, ascuns pour plegges, ascuns par
             15  pardes de lour biens par aventure sur la mier et par terre,
                   ascuns par preste de lour biens as gentz quex sont alléz et
                   fuyéz hors de vostre roialme, ascuns par plees de ley
                   ensuyant droit de lour droit heritage, ascuns par estatutz

Page 32


                   marchantz faulsement conspiréz, que plese a vostre tres
             20  excellent et roialle dignitee de vostre treshabundante grace
                   et pour l'alme de vostre pere, que Dieu assoille, granter
                   que voz ditz oratours purrent aller a large lour corps a
                   terme de cinq ans chescun sur son propre seurtee doné en
                   court de record, a recoverer lour biens et accorder ovesque
             25  lour adversaires, et s'ils ne pourront accorder le mesme
                   temps aprés ce rendre lour corps au dite prisonne, issint
                   que [f.199b] ils queux sont cristiens ne morront pour defaulte en
                   prisonne ou aultrement, de vostre especial [grace] granter
                   vostre tresmerciable conformacion que la ley faite en
             30  DXXXIL30 [DXXXIL30] prodecessour33temps de vostre gracious predecessour Roy H[enry], que
                   Dieu assoille, poet estre fermement tenuz en salvacion de
                   voz poverez lieges, c'est assaver que chescun prisoner
                   qu'est detenuz en prisonne pour dette poet aver en partie
                   de son susteynance chescun jour trois mailles et la demenge
             35  deux deners rebatantz des somes en queux ils sont con
                   dampnéz a lour adversairs queux teignent eux en prisonne
                   sanz mercy ou pitee, et ceo pou[r] l'alme de la tresgracieuse
                   dame, dame Blanche vostre tresexcellente mere, que Dieux
                   assoille. Pour Dieux et en overe de charité.

XXXII

WALTER FRYE TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A mon treshonuré et tresgracious seigneur et tresreverent
                   pere en Dieu l'[Ercevesque] de C[antirbirs], p[rimat] de
                   t[out] E[ngleterre] et del apostelle sé legat, supplie tres
                   humblement vostre povere et continuelle oratour W[aulter]
               5  Frye, nadgairs vicair del esglise de P. el diocise de Nicolle,
                   que, come un W. S., nadgairs persone del chapelle de seint
                   Johan le Baptistre de E. el diocise de Sar., se pretendant
                   d'estre persone del esglise de T. en mesme diocise, entour

Page 33


                   le Fest del Nativitee de seint Johan le Baptistre ore darrein
             10  passé envoyast un Johan Archer son procurour se preten-
                   dant d'estre un notair, la ou en verité il n'est pas, au dit
                   suppliant pour permuter son dit benefice de P. ovesque la
                   dite esglise de T., et puis le mesme J[ohan] Archer moustra
                   DXXXIIL14 [DXXXIIL14] au aut34au dit suppliant la dite esglise de T. ensemblement ove la
             15  rectorie d'icelle, et la en mesme [f.99c] [f.199c] la rectorie luy fist grand
                   chier et bon disport en disant et certifiant a celle temps au
                   dit suppliant que le dit W. fuist alors a Oxenford, et lui
                   promettast seurement que le mesme W. duist estre en brief
                   ove le dit suppliant pour faire plein fin par entre eux de la
             20  dite matiere, dont ils furent ensemblement tout bien
                   agrééz et accordéz, et sur ceo les ditz W. et suppliant veign-
                   ent a Londres al certein jour assigné par le dit procurour,
                   a quel temps le mesme suppliant demanda du dit W. s'il
                   fuist persone del dite esglise de T. quel le dit J[ohan]
             25  Archer avoit moustré au dit suppliant ou nemye, et il
                   disoit par sa loialtee qu'il fuist, et sur celle condicion les
                   XXXII-27 [XXXII-27] corr: by scribe from accordant.34ditz W. et Waulter pleinement ceo accordent de faire la
                   dite permutacioun, en quel temps le mesme suppliant fuist
                   en si grand maladie q'il ne pourroit mye ascunement
             30  travailler, eyns pria le dit J[ohan] Archer d'estre son pro-
                   curour en la dite permutacion, le quel J[ohan] Archer
                   ordeigna desceivablement un aultre procurour pour le dit -
                   suppliant, le quel procurour permuta la dite esglise de P.
                   ove la dite chapelle en le lieu del aultre esglise de T.
             35  avauntdite pour ensi a tort anyenter et disfaire le dit sup-
                   pliant pour toutz jours, si ne soit le vostre tresnoble eide et
                   gracious socour, que plese voz honurables lettres auctori-
                   sacion de frank rëentree en la dite esglise de P., sicome la
                   leie de toute espirituelle gist soulement en vostre bon et
             40  sage gouvernaille. Pour Dieu et en oevere de charitee et pour
                   les almes de voz honurablez pere et mere queux Dieu
                   assoille.

Page 34

XXXIII

FULK GREY TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A tresreverent pere etc. supplie humblement vostre
                   poevere oratour, Fouk Grey, que, come il ad poursué longe
                   ment par monseigneur J[ohan] Pelham et aultres ses amys
                   si bien a vous, mon treshonuré seigneur, come a sire
               5  T[homas] Fernby et as aultres enffefféz de mon seigneur
                   de Glouc[estre] en le manoir de H.–lequel est taillé as
                   auncestres du dit suppliant, qui heir il est, et nulle matere
                   par ley ne par reson, est de luy barrer–nepourquant pour
                   avoir son droit en pees et relés du ditz enfefféz il est accordé(r)
             10  de paier C. li., des queux le dit T[homas] ad rescieu XL
                   marcs sur condicion, sy vous, mon treshonuré seigneur, et
                   aultres voz jointefefféz assentéz au dit accord, et auxint que
                   la dite suyte soit fait a vostre honurable presence par le dit
                   suppliant en sa propre persone, plese de vostre benigne
             15  grace envoier au dit T[homas] vostre gracious advys par voz
                   lettres ovesque sa dite supplicacion, et, si vostre assent soit
                   au dit accord, que adonques vous ovesque voz joyntefeffés
                   relesséz au dit monsire J. Pelham, W. N. et as aultres qui
                   tard sont enfefféz en le dit manoir par l'advys et consaille
             20  du dit suppliant, et que le dit T[homas] F[ernby] preigne
                   seurté pur la residue du dite some selon lour dit accord.
                   Pour Dieu et en oevere de charité.

Page 35

XXXIV

THE HERMITS OF CORDAU TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A tresreverent etc. supplient humblement voz poeverez
                   oratours les heremites de la chapelle et tour de Nostre
                   Dame de Cordau que, come la dite tour, qu'est salvacion de
                   toutz niefs alantz devers la citee de Burdeux, est en point de
               5  tumber, si en brief remedie pour aide d'icelle ne soit purveu,
                   en ce que le [f.200a] mier ad destruit les diffenses et trenchee la
                   chapelle et mesons que furont al pé du dit tour, et le tour
                   mesmes q'est fendu, et come aussi les poeveres oratours
                   fisront amesner les ornementz de la dite chapelle ovesque
             10  toutz lour biens a une ville et toutz les biens des ditz
                   DXXXIVL11 [DXXXIVL11] Part of a sentence appears to be missing here.36poeverez oratours et toutz les ornementz du dite chapelle,
                   plese a vostre tresreverent et gracious seigneurie et tres
                   noble paternitee en Dieux avoier pieté et misericord des
                   ditz poeveres oratoures et lour aider de vostre tresbenignes
             15  et tresgraciouses lettres directes a toutz ercevesques,
                   evesques et aultres ministres de sainte mere esglise par tout
                   le roialme d'Engleterre q'ils aient les ditz poveres oratours
                   pour recommandéz en donantz en yceux a toutz ceux que
                   lour aideront et releveront c. jours de vraie perdone.
             20  Pour Dieux et en oevere de cheritee.

XXXV

R. T. TO ANON

1402


                   A tresnoble etc. supplie humblement vostre povere clerc,
                   si vous plest, R. T., persone del esglise de E. el diocise de
                   Nicolle, que, come son tresnoble seigneur Duc d'Everwyk,
                   que Dieu assoille, trespassa a Dieux en sa dite paroche et en
               5  sa vie devisa son corps pour estre sevely as Frerers de

Page 36


                   Langeley, et sitost come il estoit comandé a Dieux fuist
                   cariee vers Langeley sanz ascun divine service en sa dite
                   esglise faire pour s'alme, quel R. ad estee ovesque le priour
                   des ditz Frerers pour ly requere del quarte partie de son
             10  armure et de son chevalle que serront offree pour le princi
                   palle et de toutes aultres oblacions queconques illeoques
                   affaire, sicome droit co [f.200b] mune de seint esglise le demande,
                   et le priour le denye, en disant q'il n'avera riens de ceo,
                   please a vostre tresnoble et tresgracious seigneurie et
             15  reverente paternitee en Dieux, come vous estez primat et
                   chief de clergie de toute Engleterre, ordeigner que le dit R.
                   pourra avoir ceo que droit de seinte esglise demande celle
                   cas. Pour Dieu et en oevere de cheritee.

XXXVI

THOMAS REMYS TO HENRY IV

A roy


                   Supplie humblement T[homas] R[emys] que, come sire
                   Ric[hard], nadgairs Roy d'Engleterre, par ses lettres patentes
                   comist le garde del manoir de F[romptoun] ove les appur-
                   tenantz en le counté de Dors', appellé le Priorie de Fromp-
               5  toun aliene, a dit suppliant et a un T[homas] Bredoun,
                   chapelein, a avoire tantcome le dit nadgairs Roy pleroit,
                   reddant a dit nadgairs Roy la verroie value de dit Priorie si
                   le droit d'icelle a dit nadgairs Roy serroit ajuggé, come en
                   ses lettres patentes plus au plain est contenuz–de quel
             10  priorie le dit suppliant ne prist unques les profitz, més
                   Margarete, que fuist la femme monsire Johan Devereux,
                   les prist par force d'un fait a lui graunté par l'abbé de C[ame]
                   en Normandye pur terme de sa vie, come par licence du dit
                   nadgairs Roy plus evidentement appiert, et nientmeyns ore

Page 37


             15  XXXVI-15 [XXXVI-15c'est, i. e. s'est.38procés c'est fait envers le dit suppliant en vostre exchequer
                   pour acomptier des profitz du dit priorie, nient countre
                   esteant que le droit du temporaltés de dit priorie ne fuist
                   unques ajuggé a dit nadgairs Roy ne a vous, tressouveraigne
                   seigneur, par force du quel procés le dit suppliant ad entré
             20  al compt–plese a vostre treshaulte, tresexcellent, tresgracious
                   seigneurie consi [f.200c] derier que le dit suppliant ne prist unques
                   profit des temporaltees de dit priorie par force des lettres
                   patentes avantdites a lui fait, més la dite Margarete les prist
                   par force del purchace suisdit, et aussi que nul droit des
             25  temporaltees le dit priorie fuist unques ajuggé a dit nadgairs
                   Roy, et sur ceo mandier a voz Barons de l'eschequer de
                   cesser del procés suisdit et deschargier le dit suppliant
                   d'acompt ent rendre, nient obstant que le dit suppliant soi
                   oblige par force du dit processe a faire son acompt en vostre
             30  dit eschequer. Pour Dieu et en oevere de charitee. Et
                   fere procés envers ceux qu'ont ocupiéz le priorie suisdit
                   et ent priz les profitz, entendantz qu'autrement le dit sup-
                   pliant serroit destruit et anientv a toutz jours.

XXXVII

THE PRIOR AND CHAPTER OF MOUNTGRACE TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A tresseintisme et tresgracious seigneur et pere etc.
                   Supplient treshumblement voz simples et poeveres chapel
                   leins et oratours, les priour et covent del meson de Monte
                   grace del ordre de Charteuse, que, come les ditz suppliantz,
               5  al honeur de Dieu et encrees de seinte esglise et divines
                   services, furent ore novelment fonduz, a sustenance des

Page 38


                   queux et fundacion et edificacion de lour esglise, celles et
                   aultres mesons necessairs pour lour ordre et aultres costages
                   entour lour fundacioun, nostre seigneur le Roy granta a
             10  eux les possessions del priorie de Ware alien durant le
                   guerre par ses lettres patentes, quel priorie est appurtenant
                   al meson de seint Ebrulf en Normandye, pur quel grant
                   ils sont paiéz a nostre [f.200d] seigneur le Roy mil livres pour
                   un fin sanz aultres petitz fees et fines et edificacions du dite
             15  esglise, qu'est bien prés edifié, et aultres diverses costages
                   entour la dite fundacioun, que amonte viijc marcz et plus,
                   a cause de quel les ditz suppliantz et aultres lour amis par
                   diverses créances et appromptes sont endettéz en mil marcz
                   et pluis, et pour ceo que nostre seigneur le Roy avoit lessé
             20  a ferme les possessions du dit priorie a W[illiam] H[erberde],
                   moigne du dite meson de seint Ebrulf, durant le guerre,
                   reddant ent a nostre seigneur le Roy CCXL li., les ditz sup-
                   pliantz granteront au dit W[illiam] par accord et covenant
                   faitz entre eux une annuité de XLV marcz durant sa vie, de
             25  quelle il est tanqu'en cea loialment paié, et ore le dit
                   W[illiam] par diverses mesnes fait un grand suite al tres
                   puissant prince, le Duc de Lancastre, et aultres seigneurs
                   pour ouster les ditz suppliantz des possessions suisdites,
                   fesant suggestion que le dit grant fait al dite meson de
             30  M[ontegrace] est fait al perdicion et perpetuelle disheritance
                   du dite meson de seint Ebrulf, plese a vostre tresseintisme et
                   tresgracious seignurie et paternitee que tous jours al
                   encrees de seinte esglise et divines services ad esté favorable
                   de considerier les matiers susditz et de mettre voz tres
             35  graciouses maines eidresses as ditz suppliantz, que issint sont
                   en point d'estre perpetuelment destruitz, et d'estre lour
                   reformer et un de lour foundours issint q'ils poent aver et
                   continuer les possessions suisdites durant le guerre, paiantz
                   au dit W[illiam] l'avantdite annuité de XLV marcz, ou
             40  aultrement que le dit W[illiam] preigne d'eulx les posses
                   sions [f.201a] reddant as ditz suppliantz mesme la somme q'il rendi
                   a nostre seigneur le Roy, considerantz, tresseintisme et
                   tresgracious seigneur et pere en Dieu, que ceo n'est mye
                   al disheritance du dite meson de seint Ebrulf eins soulement
             45  durant le guerre. Pour Dieu et en oevere de charitee.

Page 39

XXXVIII

JOHN NICHOLLE, ABBOT OF NEATH TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A tresreverent pere en Dieu et mon tresgracious
                   seigneur, l'Ercevesque de C[antirbirs], supplie tres humble
                   ment vostre povere et continuel oratour Johan Nicholle,
                   abbé de Neeth en Gales, qui est del fundacion del sire le
               5  Spenser, que, come mesme vostre oratour le darrein an
                   passé achata un petit crayer ovesque une petite batelle
                   appurtenant a ycel, lequel craier servie al Duc d'Everewike
                   envers Cardefe et en aultres viages envers les dites parties,
                   depuis que celle temps et aussi, tresgracious seigneur,
             10  mesme le craier ovesque son batelle feust prest a toutz voz
                   lieges sur les costes de Gales suisditz et ore, tresgracious
                   seigneur, le sire de Berkeley, admiralle, par male enformacion
                   et faulx suggestion d'un Johan Cacoce, son deputé a cel
                   temps, et d'aultres ses officers pour lour singulier profite
             15  detient le dit craier ovesque son batelle come forfaitz et en
                   nulle manere delivere mesme le craier ove le dit batelle a
                   vostre dit oratour, que plese a vostre tresgracieuse sei
                   gneurie de parler a mon dit sire de Berkeley en tant que vostre
                   dit oratour poet estre restoré a dit craier ove le batelle
             20  suisdit ove lour apparelle, et, s'il ceo ne vuet a cause de
                   vous, faire que adonques vous plese de parler a nostre
                   tresgracious seigneur le Roy [f.201b] q'il face venir devaunt nostre
                   dit seigneur le Roy ou son conseille le dit sire de B[erkeley]
                   a moustre[r] pour quelle cause q'il detient les ditz craier et

Page 40


             25  batelle, lequel vostre oratour serra prest a pursuier son
                   droit a mesme le jour que le dit sire de B[erkeley] avera son
                   jour devaunt nostre dit seigneur le Roy ou son conseil. Et
                   ceo pour Dieu et en oevere de charité.

XXXIX

J.G. TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A tresseintisme pere en Dieu et mon tresgracious
                   seigneur, l'Ercevesque de C[antirbirs], supplie humblement
                   un povere homme J. S. de K. que, come il ad applené une
                   Maute T. demourant en Royston pur luy avoir a sa com-
               5  paigne, et ore, par maintenance del priour de R. et aultres
                   gentz del affinité du dite Maute, elle soy retreet et ne voet
                   mye accomplier le dit contract come la ley de seinte esglise
                   requiert et bone concience, et par cause que parcelle du dite
                   ville de Roiston est del diocise de Loundres et parcelle del
             10  diocise de Ely, quant la dite Maute est somonee d'apperer
                   devant la ley en l'une diocise adonque ele fuy en l'aultre
                   diocise, si que ele ne voet mie apperer devant la ley en nul
                   manere par cause del maintenance avauntdit, par ont plese
                   a vostre seintisme paternitee et gracieuse seignurie granter
             15  au dit suppliant une citacion pour faire la dite Maute apparer
                   devant vostre propre persone, si que vous purréz oier
                   overtement le dit contract et ent ordeigner due remedie,
                   come la ley et bone concience demandent. Pour Dieu et en
                   oevere de charitee.

XL

MARGERY WIFE OF W.G. TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A tresreverent pere en Dieu et son tresgracious seig-
                   neur l'Ercevesque supplie humblement Margery, la femme
                   de W. G. de Londres, que come ele ad [f.201c] esté espousé a dit W.

Page 41


                   et demuré ove luy en legal matrimone par iiij ans sanz ceo
               5  que la dite Margeri avoit ascun droit a ascun aultri homme
                   devaunt les espoisalx par entre eux solempniséz, ore le dit
                   W., ymagenant fauxment d'estre departi de dite suppliante
                   par faulx conspiracie par entre luy e(s)t un Robert C.,
                   notair, ad feyné une faulx cause en la courte de le tresreverent
             10  pere en Dieu l'Evesque de Loundres, et la ad surmys a dite
                   suppliante q'ele deust avoir fait un precontrait ovesque un
                   ault[r]e homme, la ou la dite suppliante n'ad conisance de
                   nulle tiel homme en monde, et par celle cause le dit W. ad
                   pursué un devors par entre luy et la dite suppliante, le quel
             15  devors par faulx ymaginacions de dit Robert serra parforny
                   s'il ne soit remedie par vostre treshault seigneurie, plese a
                   vostre tresnoble paternitee en salvacion del alme de dit W.
                   ordeigner remedie en ceste partie. Pour Dieu et en oevere de charitee.

XLI

W. GRAMORY TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   A treshonurable et gracious seigneur et tresreverent
                   pere etc. supplie humblement vostre povere oratour W.,
                   filz et heir a W. Gramory, chivaler, que, come le dit W.
                   Gramory, le pere du dit suppliant, fuist seisi en fee simple
               5  d'un annuel rent de XX marcz issint de manoire de B. deins
                   DXlIL6 [DXlIL6] de Deverwyk43le countee d'Everwyk, et soi obligea par un estatut de
                   l'estaple a un T. C. en viijc marcz, le quel estatut fuist fait sur
                   certeins covenantz et condicions escriptz et entenduz par [f.201d]
                   entre les ditz W.C. le pere et le dit T. desoubz lour sealx en
             10  defesance du dit estatut, les quelles condicions sont pleine
                   ment parfournéz de par le dit W. le pere, issint que le dit
                   estatut parde sa force, et aprés la mort du dit W. le pere le
                   dit rent de XX marcz descendy a dit suppliant come fitz et
                   heir; et ore pour ceo que la partie du dite endenture des ditz
             15  covenautz et condicions est retraiéz et detenuz del dit
                   XlI-16 [XlI-16] The petition is incomplete.43suppliant certeins personnes.

Page 43

Part II

LETTERS

Page 45

1

HENRY IV TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

Signet, Pontefract July 14th, 1404


                   Reverent pere en Dieu. Nous avons grande cause de nous
                   merveiller de ce que vous n'avéz rien volu faire par con
                   sideracioun de noz lettres ja tarde a vous adrecees, par
                   lesquelles vous priasmes de cesser de vostre pursuit en une
               5  assise envers le maire et communs de la ville de Lenne ou de
                   le mettre en suspense pour un temps, et que vous nous
                   deussiéz avoir certifier en hast ce que vous pensastes en
                   faire, puis que la busoigne feust mys pardevant en certeines
                   personnes de l'assent de vous et de les ditz maire et com-
             10  muns, et en nostre darrein parlement devant nostre conseil
                   vous estiéz agrééz de cesser de toutes maneres accions
                   personeles a pursuir encontre les ditz maire et communs,
                   mais nonobstant celle accord et noz dites lettres et auxi les
                   lettres de nostre dit conseil, par lesquelles ils vous prierent
             15  de cesser de vostre dit pursuit par la cause suisdite, vous
                   avéz si fortement pursuiz la dite assise devers les ditz maire
                   et communs, que vous avéz recoveré de eulx cent acres de
                   terre deins la dite ville et mil marcs pour voz damages, sanz
                   nous certifier primierment vostre entencion en celle partie
             20  solom ce que nous vous escrisasmes comme dessus. Si nous,
                   desirantz que bonne paix et tranquillitee puissent estre
                   nourrees et continuees par entre vous et les ditz maire et
                   communs et que la busoigne soit desmesnéz solom la dit
                   accord, come reson est et bonne conscience le demande,
             25  meesment que pour eschuir la destruccioun de la dite ville
                   et autres grantz perils qu'en purront avenir, chargé avons
                   nostre visconte de Norff' et Suff' de surseer d'aucune execu-
                   cioun faire a vostre suyte contre lez ditz maire et communs
                   et de le mettre en suspense tanque [f.205b] il en ait autre mandement
             30  de nous. Par quoy volons et vous mandons fermement en
                   chargeantz que par les causes susdites n'attemptéz riens
                   contre les ditz maire et communs jusqes a tant que nous de
                   l'avys de nostre dit conseil puissens ordenner de tiel fin en

Page 46


                   celle partie que soit a bonne quiete d'ambes partiez. Et ce
             35  ne lesséz, sicomme vous vuillés avoir bon seignurie de nous.
                   Donné soubz nostre signet a nostre Chastiel de Pountfreyt
                   le xiiijme jour de juillet.


                   De par le Roy a l'Evesque de Norwyz.

2

HENRY IV TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

c. March 2nd, 1403


                   Reverent pere en Dieu nostre treschier cousin. Comme
                   nous, desirans que bonne amistee et accord se preigne d'entre
                   vous et noz améz ligez les maire et communaltee de nostre
                   ville de Lenne sur tous les debatz ore pendantz par entre vous
               5  d'une part et d'autre, si bien pour cesser et estanchier les
                   disaises, damaiges et effusioun d'expenses de chescune
                   cousté, come pour eschuir le peril que avenir pourroit a
                   nostre dite ville, et par consequence a nostre royaulme, si de
                   bon et hastive remede ne soit purveu en celle partie, éons
             10  ordennéz et deputéz noz treschiers et foiaulx cousins les
                   Contes de North' et de Wircestre et noz treschiers et bien améz
                   Thomas Langley, gardein de nostre privé seel, et Thomas
                   Herpyngham, lour donantz plein pouoire par noz lettres
                   dessoubz nostre grand seel de trautier d'entre vous sur les
             15  debatez susditz et de vous amesner a bonne amistee et
                   concord selon leur sages discrecions, voulons et vous
                   prions, treschier et tresamé cousin, que en [f.205c] vostre personne
                   estre vuilléz a vostre manoir de Greywod lundy douszisme
                   jour de cest present moys de mars devant nos ditz com-
             20  missairs, qui y serront mesme le jour, en vous enformant et

Page 47


                   enclinant a toutes bonnes voies de concorde et amistee selon
                   le sage avis et discrecion de noz ditz commissairs, a per-
                   petuele unitee, paix et tranquillitee de vous d'une part et
                   d'autre. Et ce ne vuilliéz lesser, sicomme vous desiréz que
             25  nous soions enclins de vous moustrer bon et gracieux
                   seignurie es choses que vous averéz a faire pardevers nous
                   en temps a venir, entendant de certain que depuis que les
                   ditz maire et communalté sont prestz d'esteer et obeier de
                   leure part a toute manere d'ordennan[c]e sur lez ditz debatz
             30  par noz ditz commissairs a faire, en cas que vous ne vuilliéz
                   de vostre partie faire ce mesmes, quelle chose nous ne
                   voulons supposer, il nous couviendra delors par avis de
                   nostre conseil purvoier de tiel remedie en ce cas en vostre
                   defaute comme il semblera a nous et a mesme nostre
             35  conseil pluis expedient et raisonable. Donné etc. le jour de
                   mars.


                   De par le Roy a l'Evesque de Norwys.

3

RICHARD II TO PHILIP, DUKE OF BURGUNDY

Haverfordwest Sept: 1394


                   Richard par la grace de Dieu Roy d'Engleterre et de
                   France et seignur d'Irlande a noble et puissant prince
                   Phelip, filz de Roy, Duc de Burgoigne, Count de Flaundres,
                   d'Artois et de Burgoigne, nostre treschier et tresamé cousin, [f.205d]
               5  salut et tresentier dileccioun.


                   Treschier et tresamé cousin, nous, affiantz fermement que
                   vous, voz merciez, vorriéz voluntiers et sovent oier de nous

Page 48


                   et de nostre estat bones novelles, vous faisoms savoir q'a
                   la fesance de cestes noz lettres nous estoioms par la grace de
             10  nostre seignur en bone sauntee du corps et en toute quiete,
                   aise et prosperitee, si ne feusse le grevous pesantie de la
                   mort de nostre treschiere compaigne la Roine, qui Dieu
                   assoille, que ne nous sciet lesser més nous vient au memoire
                   come continuel, dount, toutes choses pensees, ne fet geires
             15  a merveiller. Et, treschier et tresamé cousin, vraiment droit,
                   si comme nous vous quidoms avoir autiel desir de savoir de
                   nous ces novelles, tout ensi avoms nous semblable affec-
                   cioun d'avoir toudis de vous et de vostre bon estat et saintee
                   tresbons novelles, desqueux nous vous prions treschierment
             20  q'au pluis sovent nous vuilliéz acerter que vous purréz
                   bonement. Et quaunt as novelles de par decea, vuilliéz,
                   treschier et tresamé cousin, savoir que ice jour nous estoioms
                   a nostre ville de Haverforde prés de la mer en nostre terre
                   de Gales prestz et apparailéz al eide de Dieu sur nostre
             25  passage envers nostre terre d'Irlande, pour y parfere par sa
                   grace le voiage quel nous avoms purposéz, si bien au punis
                   sement et correccioun de noz rebelx illoeque, come pour
                   bone governance et juste reule faire et establir de et sur noz
                   foialx liges de nostre terre avantdite, vous em priantz
             30  tresentierment de cuer q'a toutes les foitz [f.206a] que vous purréz
                   bonement nous vuilliéz certifier de toutz voz novelles, et si
                   ascune chose soit de par decea q'a bien vous purra torner
                   ou honur et nous la vorroms faire tresvoluntiers. Treschier
                   et tresamé cousin, entre plusours autres choses dount mercier
             35  vous sumes tenuz especialment, vous mercioms d'entier
                   cuer de les bons eide, conseil et favour queux vous avéz
                   tresgentilment fait a nostre chier et foial bachiler, William
                   Elmham, en sa pursuyte q'il ad fait, est en fesant et pense
                   faire en voz partiez, vous em priantz treschierment q'envers
             40  luy les vuilliéz continuer tanque sa dite pursuite soit final
                   ment determinee sur l'affiance quele nous avoms de vous.
                   Treschier et tresamé cousin, tres bone vie a long duree
                   vous ottroie par sa grace la seinte Trinitee. Donné etc.


                   De par le Roy al Duc de Burgoigne etc.

Page 49

4

HENRY, PRINCE OF WALES TO ALEXANDER, BISHOP OF NORWICH

Aug: 16th, 1408


                   Reverent pier en Dieu, treschier et tresamé cousin, nous
                   vous saluons tressouvent, et vous remercions treschierment
                   de la bone naturesse quele vous nous promistez, a nostre
                   darraine entreparlance a Lynne, touchant l'ercedekenye de
               5  Northfolk pour nostre treschier clerc Johan Macworthe,
                   nostre chanceller, l'avancement de qui nous desirons tres
                   affectueusement; pour l'esploit de quele matire, vous
                   escrivastez a nostre bienamé cousin et le vostre, Maistre
                   Yon le Zouche, et ainsi fismes nous par noz lettres lesquelles
             10  nous fismes envoier au dit Maistre Yon par nostre amé
                   serviteur Johan Attibrig, vadlet, ussher de nostre chambre;
                   et le susdit Maistre Yon disoit que y fu une clause en voz
                   dites lettres [f.206b] qu'il n'entendist pas, més il vouldroit parler
                   ovec vous en haste et savoir vostre entent, lequelle repons
             15  nous sembloit bien nuy; nientmeins vous prions, reverent
                   pere en Dieu, treschier et tresamé cousin, que puis ce que de
                   vostre bone naturesse et gentilesse, vous nous avéz promys
                   pour moustrer vostre povoir et bone volunté a l'avancement
                   de nostre dit clerc, vous vuilléz ainsi fere a ce foiz que nous
             20  purrons avoir cause pour vous mercier et bon gree savoir,
                   si chose y soit que fere purrons a vostre priere par le temps
                   a venir, donantz outre ferme foy et credence a ce que nostre
                   dit serviteur vous reportera de nostre part par bouche, car
                   nous nous fions grandement de vostre promesse. Et nostre
             25  seignur vous sauve et mayntiegne longement en honnour.
                   Donné soubz nostre signet etc. l'endemain de l'assumpcioun
                   de Nostre Dame.


                   De par le Prince au l'Evesque de Norwiz.

Page 50

5

HENRY, PRINCE OF WALES TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

1399-1406


                   Reverent pier en Dieu, treschier et tresamé cousin, nous
                   vous saluons tressouvent et d'entier cuer, et nous vous
                   signiffions que nous envoiasmes nadegairs pur un Thomas
                   Brigge et lui avons fait aresoner devant nostre conseil a
               5  Londres d'une certeine offense qu'il fist en nostre courte et le
                   vostre de le Tolbothe de Lynne, luiquel Thomas se a soub-
                   mys a nostre grace, et trouvé seurté de CC li. pur attendre
                   ce que nous lui volons agarder pur l'amender par l'avys [f.206c]
                   de nostre dit conseil, sur quoy nous lui avons agardé qu'il
             10  s'en irra en la courte qu'il fist la dite offense et illoeques il
                   serra cognuz qu'il s'ad ainsi a nous soubmys et y ferra
                   resonable gré a vous pur vostre damage, et a vostre seneschal
                   et as partiez devers lesqueux il a trespassé, et auxi qu'il
                   serra devant nostre dit conseil a Londres a XV. de Pasque
             15  proschein, et sur vostre certificacioun que ce est fait nous
                   voulons estre aviséz quele grace nous lui vorrons faire pur
                   l'offence qu'il ad fait devers nous. Nientmeinz nous vous
                   prions que vous lui vuilléz le plus easement treter par tant
                   qu'il ad si humblement a nous soubmys et nous certifiéz en
             20  nostre Receipte a Londres en quel manere le dit Thomas se
                   governe, affin que selon ce nous lui porrons treter a sa
                   venue. Reverent piere etc. Donné etc.


                   De par le Prince au l'Evesque de Norwz.

Page 51

6

RICHARD II TO ROGER WALDEN, TREASURER

Sept: 1395


                   Treschier et bienamé. Sur ce que nous ad estéz donnéz
                   a entendre que le tresreverent piere en Dieu l'Ercevesque de
                   Cantirbirs, s'ottroit d'estre a nostre Abbacie de Westm'
                   a les exequies du reverent piere en Dieu l'Evesque de
               5  Saresbirs, qui Dieux assoille, et ent faire mesmes la solemp-
                   nitee, par ount purroit d'aventure debat sourdre par entre
                   les arcevesque et abbé susditz, lez, oblacions queles se
                   ferront illoeque esteantes en cause, avons envoiéz devers
                   eulx noz lettres soubz nostre signet severales au fin q'ils
             10  lerront lour interesse q'ils purront avoir es dites oblaciouns,
                   icelles lessees [f.206d] en vostre garde pur un temps tanque nous
                   purrons ent clerement ordeigner noz avis et declaracioun
                   egales pur ambedeux parties avantdites. Si voulons et vous
                   mandons que vous par celle cause et soubz celle forme
             15  resceivéz et gardés les oblaciouns desuisdites. Et nostre
                   seignur vous eit en sa seinte garde. Donné etc.


                   De par le Roy a Roger Waldene, Tresorer d'Angleterre.

7

RICHARD II TO JOHN, ARCHBISHOP OF ARMAGH

?1393


                   Tresreverent pere en Dieu, nous vous saluons sovent
                   d'entier cuer, vous faisantz savoir que voz lettres queles vous
                   nous avéz envoiéz avons receu, et icelles ovec nouvelles y
                   contenuz bien entenduz, de lesqueux voz lettres et novelles,
               5  queux nous sount venuz a graunde plesance, nous vous
                   mercions et remercions d'entier cuer, et par especial de les
                   bons reule et governance quelx vous avéz fait entour la
                   salvacioun de noz loialx liges entour de vous et en vous
                   parties. Si nous prions treschierment de trestout nostre cuer

Page 52


             10  de vostre bone continuance en celle partie, sachantz que
                   tresparfitement vous ent verrons mercier de fet selonc voz
                   merites passéz et a venirs, si pensons al eide de Dieu au
                   pluis tost que nous purrons fere ordeigner et establir parmi
                   toute nostre terre d'Irlande tielle governance, q'a noz foialx
             15  liges sera plesance, et a noz rebelx parmi lour demerites
                   punissement tiel que lour sera a memoire de lour abstiner
                   en aprés de lour ensi mesprendre envers nous et noz liges.
                   De temps en temps vous prions q'acerter nous vuilléz de
                   touz voz novelles. Et nostre sire [f.207a] vous eit en garde. Donné
             20  etc.


                   De par le Roy au l'Ercevesque d'Armaghe.

8

HENRY, PRINCE OF WALES TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

1399-1406


                   Reverent pere en Dieu, tres chier et bienamé cousin,
                   nous vous saluons tressouvent et vous remercions treschier
                   ment de la bone ease et favour queux, a nostre priere, vous
                   avéz moustré et fait a nostre bien amé Thomas Brugge de
               5  Lynn, sicome il nous a enformés que vous fait avéz, vostre
                   chiere mercy, et vous prions tresaffecteusement que vous
                   vuilléz fere grace au dit Thomas de les quarant livres queux
                   il vous bailla sur l'aggarde pur les trespas et offense queux le
                   dit Thomas nadegairs fist envers vous en le courte de le
             10  Tolbothe de Lynne, et lui fere bonement en estre repaiéz de
                   vostre grace en manere come vous promystes au Roy nostre
                   tresredoubté seignur et pere a le chastel de Tutbury. Et
                   nostre seignur etc. Donné etc.


                   De par le Prince au l'Evesque de Norwiz.

Page 53

9

HENRY IV TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

x [x] Signet, 1399-140654


                   Reverent pere en Dieu, nous avons receu voz lettres a
                   nous apportees par vostre clerc, William Friseby, faisantz
                   mencioun d'autres voz lettres a nous presentees touchantes
                   certeines matires dont nous vous avions escript pardevant.
               5  Si volons que, tantost veues cestes, vous vous tailler de
                   venir pardevers nous quelque part que nous soiens deinz
                   nostre royaume, tant pur ycelles matires, come autres,
                   queles serront declarees a vous a vostre venue pardevers
                   nous. Et ce ne vuilléz lesser. Donné soubz nostre signet etc.


             10  De par le Roy au l'Evesque de Norwiz.

10

CHARLES VI OF FRANCE TO RICHARD II

Paris Aug: 11th, 1392


                   A moult hault et puissant prince, R[ichard] par la grace
                   de Dieu Roy d'Angleterre, nostre treschier cousin, C[harles]
                   par celle mesme grace Roy de France, salut et parfaite
                   dileccion.


               5  Treschier cousin, nous sommes continuelment desirans
                   d'oïr et scavoir bonnes nouvelles de vostre estat, et pur ce
                   vous prions tresacertes que pour nostre singulier plaisir vous
                   nous en vueilliéz faire savoir la certeinté le plus souvent que
                   bonnement faire pourréz. Et, treschier cousin, car nous
             10  tenons fermement que semblement vous desirés savoir de
                   nostre estat, vueilleiz savoir que a la facion de ces lettres,
                   nous estions en tresbonne santé et prosperité de nostre
                   personne, la mercy nostre sire, qui ce ottroier vous vueille,
                   ainsi que Robert l'Ermite, lequel pur certeins besognes que
             15  chargees lui avons vous dire de par nous, nous envoions

Page 54


                   presentement devers vous, vous pourra de p[l]us a plain
                   informer, si le vueilliéz croire et adjouster plaine foy en tout
                   ce que de par nous il vous dira et par lui nous faire savoir
                   de voz estat et nouvelles, et vous nous feréz tresgrant et
             20  parfair plaisir. Donné a Parys le xjme jour d'aoust.


                   De par le Roy de France au Roy d'Angleterre.

11

ROBERT SELBY, TREASURER OF CALAIS, TO ROGER WALDEN, SECRETARY

Canterbury Sept: 6th, 1392-5, probably 1395


                   Mon treschier et treshonuré sire et maistre, treshumble
                   ment de cuer me recomande a vostre tresnoble et tres
                   gracieux seignurie, vous faisant, si plesir vous soit, assavoir
                   que samady devant la fesance de cestes nostre seignur
               5  toutpuissant Dieu m'ad de sa grace especiale ensi visitéz ore
                   a Cantirbirs en venant devers vostre noble seignurie, que je
                   ne puisse chivacher [f.207c] ne travailler, par ont il plaise a vostre
                   tresgracieuse seignurie, sibien pour le bien et profit nostre
                   seignur le Roy, comme pur l'estat de ma petit persone,
             10  envoier a Cantirbirs Richard Clyderowe pour y comuner
                   bonement ovec moy de l'estat de mon office, en salvacioun
                   de son estat et le mien sicome il estoit vostre voluntee et
                   D11L13 [D11L13] la ha55avys a nostre darrein entreparlance, et ce a tout le hast que
                   D11L14 [D11L14] q.v v.q55vous bonement pourréz. Et vous plese aussint envoier
             15  ovesque lui ascun autre homme en qui vous avéz plein
                   affiance enforméz clerement vostre voluntee entier tou
                   chant les obligacions de Johan de Bloys, queux j'ay aussint
                   apportéz ovec moy en Engleterre. Ceste chose vous plaise

Page 55


                   prendre effectuelment a coer come toute m'affiance est
             20  souvereignement en vous devant toutz autres personnes
                   D11L21 [D11L21] Moun treshonure moun treschier et treshonure sire et maister56vivantz. Moun treshonuré etc. la tresbenoite Trinitee vous
                   maynteigne et encresse toudis a vostre desir et vous ottroie
                   D11L23 [D11L23] etc. a Cantirbirs susdit le vj iour de Septembre vostre humble clerc et oratour R.S tresorer de Caleis56joy et santee a treslong duree. Escript etc.


                   De par le Tresorer de Caleys a Roger Waldene secretair
             25  11-25 [11-25] om.56du Roy.

12

JOHN CAMPEDEN, MASTER OF ST CROSS TO ROGER WALDEN, TREASURER

St Cross Aug: 30th, 1397


                   Mon treschier et treshonuré maistre, vous plaise savoir
                   que puis le jour de seinte Marie Magdaleyne j'ay esté et sui
                   uncquore si feble et malades que je ne puisse en nulle manere
                   travailer sanz grant peril de mon corps. Et, mon treshonuré
               5  maistre, il moy disploit grevousement que je ne fuy a la
                   petite meson de Seint Crois yce Joefdy, le jour de les seintz
                   martirs Felice et Adaucte, quant vous fuistez a Wyncestre,
                   en espoir de vous avoir eu a la dite petite maisoun [f.207d] en
                   vostre propre persone, ensemblement ove vostre honurable
             10  compaignie, pour vous avoir fait tiel révérence et honur

Page 56


                   come mon cuer desire et simple estat demande, et come je
                   sui moult tenuz. Sur quoy, mon treshonuré maistre, je en
                   voie pardevers vous moun chier clerc, J[ohan] E[lcombe],
                   portour d'icestes, pleinement enformé de ma voluntee et
             15  entent touchant ceste matir et pour moy excuser devers
                   vous, et de vous supplier que a vostre revenue vers Londres
                   vous please de visiter vostre dite povere maisoun et ad
                   D12L18 [D12L18] nostre mon57joustre ferme foy et credence de ce que nostre dit clerc vous
                   12-19 [12-19en om.57dira et priera de par moy en celle partie. Et, mon treschier
             20  maistre, si riens vous plerra de par moy que faire puisse, moy
                   vuilléz toutdis commander voz honourablez voluntéz, et je
                   les ferra tresvoluntiers et de tresbone cuer solonc mon
                   petite pouaire sanz nulle defaute. Et prie a lui toutpuissant,
                   nostre seignur Jhesu Crist, q'il vous voille toutz jours
             25  meynteigner et gouverner et vous encresce en honures.
                   D12L26 [D12L26] etc. a la mesoun de seint croys le Jeody des martirs susditz tout le vostre Johan Campedene57Escript etc.


                   12-27 [12-27] om.57De par J[ohan] de Campedene a R[oger] Waldene.

13

WALTER, BISHOP OF DURHAM TO ROGER WALDEN, SECRETARY

Durham Oct: 4th, 1392-4, probably 1394


                   Treschier sir et tresfiable amy, nous escrisons a Roy
                   D13L2 [D13L2] seignur sovereigne57nostre soverein seignur par manere que s'ensuist:


                   Mon tresredoubté et souverein seignur, je me recom-
                   mande a vostre hault roiale magestee si avant et si humble

Page 57


               5  ment comme je scay et puisse, de trestout moun cuer
                   desirant souverainement, tresredoubté seignur, bones
                   nouvelles de vostre hault et noble estat, lequel lui tout
                   puissant Dieu veuille [f.208b] tous jours garder et mainteigner en
                   si grant honour et joye come homme du monde purra mielx
             10  penser ou souhaider. Et, mon treshault seignur, pur ce que
                   D13L11 [D13L11] d'envois58j'entens d'envoier devers la courte de Rome mon treschier
                   clerc, maistre Thomas de Westoun, mon Chanceller, por
                   13-13 [13-13pour om.58tour de cestes, pour moy purchacer congié de fondre une
                   certaine chanterie pour vous, moun tresredoubté seignur,
             15  qui m'avéz avancé, et pour le bon estat de vostre roialme,
                   D13L16 [D13L16] sui su58et auxi pour moy et mes amys a quelx je sui tenue, dont,
                   D13L17 [D13L17] vous corrected from le plus tendrement58tresredoubté seignur, vous me grantastes congié pour une
                   certeine fin le darrain foiz que j'estoye en vostre hault
                   D13L19 [D13L19] a W. de W.58presence a Wyndesore; si vous supplie, treshault et tres
             20  13-20 [13-20seignur om.58redoubté seignur, le plus tendrement et humblement que
                   je puisse de trestout mon cuer, que commandre vuilléz que
                   lettres bones, especiales et gracieuses soient fetes dessoubz
                   vostre signet a nostre seint pere le pape et as certeins car
                   dinalx pour les besoignes susdites, et auxi, treshault seignur,
             25  que les dites lettres soient recommandatoires de ma per-
                   sonne, car le saint pere ad durement conceu encontre moy
                   par cause que par vostre commandement j'ay estee occupiéz
                   D13L28 [D13L28] vous mesmes58en vos traittiés de France come mesmes, tresredoubté
                   seignur, mieulx savéz. Et seurement, treshault seignur, a ce
             30  q'il me semble, il serroit et almoigne et honour pur vous
                   que je fuisse sur ce tendrement excusé, quar, tresredoubté
                   D13L32 [D13L32] fui fu58seignur, en ma concience et devant Dieu je ne fui unques en
                   traittié, ne serray si Dieu plaist, ou prejudice lui estoit fait [f.208a]
                   ou procuré, si ce ne feust que finale paix pu trieues lui ser
             35  roient dommage. Tresredoubté etc.


                   Sur quoy, nostre tresfiable amy, nous vous supplions si
                   tresentierment de cuer come plus pouons que pour le bon
                   et hastif exploit des dites lettres, si bien au seint pere come
                   as cardinalx, vuilléz mettre vostre bone peyne et diligence
             40  D13L40 [D13L40] nous feissions58pour l'amour de nous et come vous vouldriéz que faissions

Page 58


                   D13L41 [D13L41] ou vous supplied from 10 B IX.59pour vous si nous estiens en lieu [ou vous] pouriens valoir.
                   Treschier sire etc. Escript etc.


                   13-43 [13-43] om.59De par l'Evesque de Duresme a Roger Walden.

14

RICHARD II TO ROGER WALDEN, TREASURER

Signet, Bridlington Mar: 22nd, 1396-8


                   Treschier et bienamé, suppliéz nous ad nostre amé lige,
                   J[ohan] B., qui de long temps, a ce q'il dit, ad occupiéz, par
                   vertue de nostre grant a lui fete, l'office du custumer de
                   nostre ville de Lenne, que, come il soit ore tarde par vous
               5  remuéz du dit office et un R[oger] G. mys en son lieu sanz
                   ascun cause resonable ou default trovéz en sa persone, nous
                   D14L7 [D14L7] f.r.corrected fromrestituer faire MS.59plese de luy faire restituer a son dit office, sur quoy volons
                   D14L8 [D14L8] que quell59et vous mandons que celuy des deux personnes susdites que
                   vous semblera par vostre bone discrecion estre plus suffi
             10  ceant et hables pour nous servir en dit office, le suffréz avoir
                   D14L11 [D14L11] etc. soubz nostre signet a la Priorie de Brydelyngtoun le xxij iour de mars A nostre treschier clerc Roger Waldene nostre Tresorer59et occupier a nostre voluntee. Donné etc.


                   14-12 [14-12] om.59De par le Roy a Roger Waldene.

Page 59

15

ROGER MORTIMER TO ROGER WALDEN, TREASURER

Kilmainham Apr: 16th, 1396-8, probably 1396


                   Treschier et tresamé sir, je vous mercie de trestout mon
                   cuer del grande tendresce et entier bien vuillance que vous
                   avéz fait et moustré a moy entour l'esploit et pursuite de
                   mes besoignes par de la, et facéz de jour en aultre, sicomme
               5  mon conseil par de la m'ad certifié, [f.208c] dont, sir, vous sui
                   moult especialment tenuz, en priant entierment que vostre
                   bonne amistee et bien vuillance vuilléz bonement continuer
                   D15L8 [D15L8] de en60en oevre pardevers moy, sicome je m'affie entierment de
                   vous. Et, tresamé sire, pur ce que j'ay plusours matires et
             10  besoignes a purseure devers nostre seignur le Roy et son
                   conseil, lesquelx serroit trope diffus de vous escrier, queux
                   j'ay chargé mes treschiers clercz, Sire W[autier] de B. et Sir
                   15-13 [15-13et om.60D15L13 [D15L13] de O.60T[homas] O., ou l'un d'eux, de vous moustrer et declarer a
                   vostre limitation et leiser, al entente que, si vous les semble
             15  resonables et affaire de les pursuir outre a nostre dit seignur
                   le Roy, q'ils adonques les pursuent en manere comme vous
                   lour plaise conseiller et charger, vous em priant especial
                   ment q'a quele heure vous purréz pur autres ocupacions
                   doner benignement audience et leiser a mes ditz clercz, pour
             20  vous moustrer et declarer mez besoignes avantdites et sur
                   ceo doner vostre sage avys et estre aidant et tendre al
                   esploit d'icelles, sicome ma tresgrande affiance est en vous,
                   D15L23 [D15L23] econtre60entendantz que je ne pense rien pursuer que serra encontre
                   D15L24 [D15L24] ne en60nostre seignur le Roy ne son profit, si Dieu plaist, einz atant
             25  ou plus pour son profit come pour le mien, comme je sup-
                   pose, si la chose soit bien examinéz. Et, tresamé sire, en
                   droit de l'estat et novelles de cestz parties, le dit Wautier
                   vous ent savera enformer plus au plain, a qui vuilléz doner

Page 60


                   D15L29 [D15L29] du61foie et cré [f.208d] ance de ceo q'il vous signifiera celle partie. Et,
             30  D15L30 [D15L30] Mid And.61tresamé sire, veulléz ordener que l'Evecque de Mid, chan-
                   celler d'Irlande, puisse estre deliveré pour retournir en
                   Irlande au plus tost qui ce purra bonement estre, pur profit
                   de nostre dit seignur et de sa dite terre par plusours causes
                   des queux le dit W[autier] vous savera en partie enformer.
             35  Et, treschier sire, vous pri le pluis especialment que je puisse
                   que vous veulléz estre aidant et bien veullant au dit Sire
                   W[autier] en ceo q'il avera a faire pardevers vous, et le plus
                   tendrement a cause de cestes mez priers, sicomme je m'assure
                   entierment en vous, en quei, sire, certainement vous moi
             40  purréz faire grande ease et plesance a cause del bone et longe
                   servyce que le dit W[autier] ad fait, sibien a mon treshonuré
                   seignur et pere, qui Dieu assoille, come a moy, par ont sui
                   tenuz de lui faire et procurer le bien qui je puisse parmye
                   D15L44 [D15L44] etc. et tresame sire la benoite Trinite vous ait toutdiz en sa seintisme garde.61toutz mes amystees et bienveullantz. Treschier etc. Escript
             45  D15L45 [D15L45] etc. a Kylmaynan le xvj jour d averille le conte de le Marche et D'ulvestier61etc.


                   De par le Conte de la Marche et d'Ulvestier a Sire Roger
                   15-47 [15-47] om.61Waldene.

16

RICHARD II TO WALTER, BISHOP OF DURHAM

Signet, Dublin Jan: 8th, 1395 For the text, see 143.

Page 61

17

RICHARD II TO THE DEAN AND CHAPTER OF LLANDAFF

Signet, July-Aug: 1393


                   Chiers en Dieu, sur ce que nous est ja tard par relacioun [f.209b]
                   créable reportéz, que l'Evesque de l'esglise cathedrale de
                   Landaf, vostre prelat, est a Dieu commandéz, et ensi mesme
                   l'esglise de pastour destitute, avons tresgrand désir q'a
               5  icelle esglise–a quelle nous portons tresgrande affeccioun
                   as plusours causes–feusse purveu, eeu et esluz bone per-
                   sonne et convenable pur le bon et just governement de
                   l'esglise avauntdite, si vous prions tresentie[r]ment de coer
                   q'en vostre eleccion par entre vous affere d'un vostre prelat
             10  futur, vous vuilléz avoir especialment recommendéz nostre
                   17-11 [17-11T. de W. supplied from 10 B IX62treschier en Dieu, Danz T[ydeman] de W[ynchecombe],
                   D17L12 [D17L12] que qui62Abbé de l'abbacie de Beaulieu, que nous tenons verraiement
                   D17L13 [D17L13] des de62homme moult vertuous et des grandes sen et prudence,
                   sibien es choses espiriteles come temporeles, et en mesme
             15  vostre eleccion condescendre et assentir de lui avoir et
                   eslire canoniquement en vostre pere et prelat, pour amour
                   de nous et sicome nous nous fions de vous, sachantz q'en ce
                   fesantz vous ferréz, sicome nous tenons fermement, chose
                   D17L19 [D17L19] et a a om.62moult meritoire, a Dieu plesante, a vous et a la dite esglise
             20  profitable et a nous en la promocioun du dit prodehomme
                   accompliement de nostre affeccioun longement desirree, par
                   ont nous vous vorrons estre tenuz de mercier de coer
                   D17L23 [D17L23] moustre62entierment, et a vous, et chescun de vous, moustrer et fere
                   par temps a venir si bone seignurie et gracieuse que vous
             25  averéz tresgrande léésce d'avoir accompliz cestes noz prieres
                   especiales. Chiers etc. Donné etc.


                   17-27 [17-27] om.62De par le Roy au le Dean et Capitre de Landaf.

Page 62

18

RICHARD II TO THE ABBOT AND CHAPTER OF SHERBORNE

Signet, Westm: Jan: 10th? 1386


                   Chiers en Dieu, pour ce que nostre treschier clerc, Johan
                   Boor, dean de nostre chapelle deinz nostre hostel, est en
                   voluntee, a ce q'il dit, de lesser l'estat q'il ad en l'empension
                   18-4 [18-4a om.63annuele, laquele a nostre envoie il soloit receivre de vous
               5  avant ces heures par resone de la novelle créacion de vous
                   Abbé de Shirburne, par manere come par voz lettrez
                   patentes a lui ent faitez soubz vostre commune seal plus
                   D18L8 [D18L8] bien bonne63pleinement appiert, au fin que nostre bien amé H[enry] H.,
                   clerc, puisse avoir l'empension avantdite, vous prions
             10  D18L10 [D18L10] divers63treschierment que, receues devers vous voz lettres patentes
                   susditez, veulléz a la reverence de nous granter au dit Henry
                   la dite empensione par voz autres lettres patentes sufficeantes
                   ent affaire soubz vostre commun seal, a prendre chescun an
                   tanque il soit par vous avancéz covenablement au benefice
             15  de seinte esglise par manere come nostre dit clerc la dite
                   D18L16 [D18L16] solert63empension soleit prendre par avant, par vertue de voz lettres
                   patentes susdites. Et ceste chose preignéz entierment a cuer
                   pur amour de nous. Et si vous volons par tant moult
                   D18L19 [D18L19] etc. souz nostre seignet a nostre paleis de Westm' le x jour de Januer A noz chiers en Dieu les abbe et covent de Schirborn63especialment bon gré savoir. Donné etc.


                   18-20 [18-20] om.63De par le Roy a les abbé et covent de Shirburne.

Page 63

19

JOHN OF GAUNT TO RICHARD II

Blavet Nov: 7th, 1394


                   Mon treshonuré, tresredoubté et tressouverein seignur, je
                   me recomandz tant humblement et tresentierment de cuer
                   comme je plus puisse a vostre treshaute seignurie, et sui tres
                   liéz et joieux au cuer de ce que par diverses vessealx venantz
               5  de vostre pays d'Irlande ay estee enforméz de vostre bone et
                   gracieuse passage vers vostre dite pays, dont nostre seignur
                   toutpuissant en soit regraciéz, a qi [f.209d] je pri que par sa seinte
                   grace vous ottroie, mon tresredoubté seignur, si tres
                   gracieuse exploite en tous voz affaires par dela et par tout
             10  19-10 [19-10et om.64ailleurs come pour vostre honour et parfaite plesir a vostre
                   hautesse mielx plerroit deviser ou souhaider. Et si de moy,
                   moun tresredoubté seignur, vous plaist savoir, j'ay euz a
                   D19L13 [D19L13] grant64cest foiz grande adversitee de vent et n'ay unquore pu passer
                   D19L14 [D19L14] Gynee64plus avant en moun journee vers Guyene a la fesance de
             15  cestes, que a un port en Bretaigne appellé Bleuet, ou je sui,
                   19-16 [19-16ma om.64Dieu mercie, et tous voz autres liges de ma compaignie, en
                   bone sauftee attendantz tanq'a Dieu plerra a nous ottroier
                   D19L18 [D19L18] en outre encutere64vent covenable pur nostre passage en outre. Et, mon tres
                   redoubté seignur, quant as autres novelles, je ne scay nulles,
             20  més que en le dit port est venu le jour que cestes furent
                   escriptz un barche en quele venoit Machin, esquier a mon
                   treschier cousin, Monsire Charles de Beaumount, Alfferiz
                   de Navarre, moy apportant une lettre de mon dit cousin,
                   quelle j'envoie a vostre hautesse closee en ycestes, vous em
             25  priant, mon tresredoubté seignur, que touchant ce que vous
                   plest que je ferray touchant la livree de Mauleoun au dit
                   Monsire Charles, vous plaise moy escripre pleinement par
                   voz treshonurables lettres desoubz vostre signet ou privé

Page 64


                   19-29 [19-29cas om.66seel tout en certain vostre voluntee, laquele en ce cas et en
             30  tous autres choses jeo suy, et serray, prest et apparaillé de
                   parfaire selon voz treshonurablez commandementz a moun
                   D19L32 [D19L32] etc. tresredoute et tressouerein seignur le benoit fitz de Dieux vous doint honorure ioye et parfit prosperite solonc le desir de vostre treshonure cuer vraiement comme si le desire si tresparfitement que a ma propre persone Escript deins le nief en le dit port de Bloet le vij iour de Novembre Tout vostre humble s'il vous plest Lancastre.66povoir. Moun treshonuré etc.


                   De par le Duc de Lancastre au Roy soun souvereign
                   19-34 [19-34] om.66seignur.

20

RICHARD II TO MAUD, COUNTESS OF OXFORD

Signet, Westm: May 21st, 1393-9


                   Treschiere et tresamee cousine, nous vous prions chier
                   ment que, considerantz les foialtee et les grandes travailx et
                   disaises que nostre bien amé W[auter] H., nadgairs clerc
                   purveour et cook, a ce q'il dit, de soun seignur, nostre
               5  cousin le Duc d'Irlande vostre filz, qui Dieu assoille, avoit
                   pur le temps q'il estoit demorant en le service de nostre dit
                   cousin es parties outre la meer, par ont il ad perduz ses
                   rentz et touz ses biens et chateux, a grand anientissement de
                   soun pover estat, lui veulléz avoir par tant le plus chierment
             10  D20L10 [D20L10] revelacione66recommendéz, et en relevacioun de son povere estat lui
                   ottroier la garde de vostre park de Bockyngfolde, a avoir a
                   terme de sa vie ove les gages, fees et profitz a mesme la
                   garde appurtenantz, pour amour de nous et par considera
                   cioun de la matire susdite, par ensi que nulle autre personne
             15  eit estat a terme de vie en la garde du park avantdite. Donné
                   D20L16 [D20L16] etc. souz nostre signet a paleys corr. by scribe from paylay de Westm' le xxj jour de May A nostre treschiere et tresamee cousine la contesse d'oxenforde66etc.


                   20-17 [20-17] om.66De par le Roy a la Contesse d'Oxenforde.

21

CHARLES III OF NAVARRE TO RICHARD II

Pampeluna Sept: 28th, 1397


                   Treshaut et trespuissant Prince, treschier et tresamé
                   cousin, le xxiije jour de ce present moys je receus voz
                   hounorables lettres par lesqueilles j'ay sceu vostre bon estat
                   et santé estre bon, Dieu loué, de quoy j'ay esté parfaitement
               5  joious et liéz, nostre sire par sa grace me les doint oïr toudis
                   D21L6 [D21L6] si bonnes66telles et bonnes nouvelles, come vous veullés et desirés et
                   je vouldroye pour moy mesmes, si vous pri, treschier et
                   tresamé cousin, que, pour ma tresgrande consolacione et
                   plaisir, il vous plaise par lettres et par messages me escripre
             10  et faire [f.210b] savoir si avant come il vous vendra a plaisir. Et a
                   ce que de vostre hounour et curtoisie vous plest savoir de
                   D21L12 [D21L12] present66mon estat, a la faisance de ces presentes je estoie en bonne
                   D21L13 [D21L13] seignur66santé, la mercye nostre sire, qui ce par sa seinte grace vous
                   ottroit. Treshaut et trespuissant Prince, treschier et tresamé
             15  cousin, quant a ce que vous priés que je veulle donner
                   congié a mon trescher et féal Alferis, Messire Charles de
                   Beaumont, a aler devers vous pour aucuns matirs char
                   geantz, que a sa venue lui vuillés moustrer et parler pour
                   hounour et amour de vous, je lui ay doné licence, et après ce
             20  D21L20 [D21L20] Guyance66que mon treschier et tresamé cousin, le Duc de Guyene et
                   D21L21 [D21L21] arivé asee alme66de Lancastre, sera arivé par de ça, tantost partira pour aler
                   D21L22 [D21L22] poura66devers vous. Et soit en ce et en toutes choses que je pourray
                   fere pour vous et pour vostre hounour, escripvéz a moy

Page 66


                   féablement, et je les accompliray et ferray de tresbonne
             25  D21L25 [D21L25] etc. soit toudys garde de vous Escript a Pampelune le xxviij iour de Septembre Vostre cousin le Roy de Navarra67voulenté. Le seint espirit etc.


                   21-26 [21-26] om.67De par le Roy de Navarra au Roy d'Engleterre.

22

JOHN OF LANCASTER TO ROGER WALDEN, TREASURER

Paris Apr: 9th, 1396


                   Treshonuré et puissant seignur, je me recommande a
                   D22L2 [D22L2] puis plus67vostre grace tant et si humblement come je pluis puis, non
                   pas tant come je doy et sui tenuz, en vous regraciant de la
                   22-4 [22-4pur om.67grant aide, secours et amour que je trouve en vous, et pur
               5  D22L5 [D22L5] en ou67la grant confiance que j'ay en vous de y trouver encores
                   consolacione et confort, ainsi que mestier en ay et en vous
                   en est par singuler fiance. Je envoie le portour de ces pre
                   sentes par de la, lequel vous monstrera la copie des lettres
                   et de la responce que Jehan de Bret[aigne] [f.210c] a derrain faite
             10  D22L10 [D22L10] qui67et plusurs autres copies de lettres que touchent le fait, si
                   comme vous dira plus a plain de bouche le dit portour,
                   D22L12 [D22L12] au a67au quel vous plaise de adjouster foy de ce q'il vous dira de
                   par moy touchant le fait de la misere en quoy je sui et ma
                   deliverance, de laquelle je m'afiance en vous sur touz autres
             15  D22L15 [D22L15] ce=se67aprés mesire Dieux, et pense bien que, ce n'est par vostre
                   bon purchace et aide, je sui en peril de longement estre en
                   cest misere ou je si longuement demeure et demeure. Si vous
                   supplie, treshonuré et puissant seignur, que [pour] l'amour
                   de nostre sire vous plaise [avoir] mon dit fait pour recom

Page 67

-
             20  mandé par manerie que je, qui sui tout vostre, vous soye
                   encores plus tenuz et obligéz. Et je pri nostre sire que par
                   sa grace il vous doint bone vie et longue en augmentacioun
                   D22L23 [D22L23] comme que68de bon et honour ainsi comme vostre cuer desire. Escript
                   D22L24 [D22L24] etc. a Paris le ix jour d avril vostre humble serviteur J. de Lancastre68etc.


             25  22-25 [22-25] om.68De par J[ehan] de Lancastre a R[oger] Walden.

23

RICHARD II TO THE COUNCIL

Signet, Nottingham Castle Mar: 2nd, 1396


                   Reverentz peres en Dieu et treschiers et foialx, savoir
                   vous faisons que Henry Vandrede, portour de cestes, nous
                   ad porté un bele presente des parties de dela, c'est assavoir,
                   deux corps des Innocens occis soubz Herode en la Nativitee
               5  de nostre sire, liquel Henry nous ad certifiéz coment certeinz
                   ses biens et marchandises estoient arrestuz par noz custumers
                   en port de nostre citee de Londres, tanque le dit Henry avoit

Page 68


                   trovéz plegges sufficeantz d'ent paier la custume. Sur quoy,
                   nous, veullantz, si ensi soit, que le dit H[enry] eit de nostre
             10  doun en recompensacioun de coustages et travaux par lui
                   faitz, amesnant devers nous les [210d] dites reliques, ses biens et
                   marchandises susdites sanz nulle custume ent paier, et par
                   tant vous mandons que la dite matire a bone deliberacioun
                   pensee, facéz par voz avis et discrecion, que ses biens et
             15  marchandises susdites lui soient livréz a avoire par la cause
                   23-16 [23-16] om.69D23L16 [D23L16] etc. soubz nostre signet a nostre chastel de Notyngham le second iour de Mars69susdite. Donné etc.


                   De par le Roy a soun Conseil.

24

JOHN, BISHOP OF SALISBURY TO RICHARD II

?Sept: 1394


                   D24L1 [D24L1] tresreellent69Tresexcellent, tresredoubté et mon souverain seignur,
                   je me recommanc a vostre haut roiale majesté si humblement
                   et obeissantment de trestout mon cuer corne aucun loial lige
                   D24L4 [D24L4] si69se poet recommander a son seignur lige, et, mon soverein
               5  seignur, j'ay receu et entendu voz gracieuses lettres roiales
                   24-6 [24-6m'envoier om.69queles y vous a plu par le reportour d'icestes m'envoier,
                   contenantes que en certeines chargeantes matiers, desqueles
                   24-8 [24-8de om.69il estoit pleinement enforméz pur moy les reporter de par
                   vostre hautesse, je lui deusse doner plein foy et ferme
             10  créance, touchant lesquelles, mon tresredoubté seignur, j'ay
                   oiez et entendu la credence quele il m'ad fait de par mesme
                   vostre hautesse. Si plaise a vostre haut noblesse, moun
                   tresgracieus seignur, entendre que la veille de la Nativitee de

Page 69


                   Nostre Dame darrein passee, je venoie primerement a cestes
             15  de la meer, et toudis delors tanque en cea j'ay estee prest
                   d'avoir venuz devers vostre haut roiale presence, si n'eusse
                   estee la contrariousetee del vent, qu'ad esté aussi impedi-
                   D24L18 [D24L18] de cestes70ment a toutes les niefs [f.211a] gisantes es portz d'icestes partiez de
                   D24L19 [D24L19] ce ces70leur venu a Melforde par l'espace de ce deux symaignes
             20  passéz, et certes, mon soverein seignur, je n'avoy unques si
                   graund desir d'avoir estee en vostre gracieuse presence come
                   j'ay a present, car je ne sui pas cy a ease de nulle part en
                   24-23 [24-23ascun corr. by scribe from acun aucunement70certain, si come le dit portour vous en sciet aucunement
                   enformer, s'il soit plaisir a vostre hautesse. Et sanz faille,
             25  mon tresgracieuse seignur, je me teigne seure que si tost
                   D24L26 [D24L26] averez70come le vent soit prospre vous averiéz sufficeantment de
                   niefs et a grande plentiee, et en ce cas je ne serra pas a derere
                   ov l'eide de Dieu, qui serra toutesfoiz prest et apparailléz a
                   voz comandementz parfournir a trestoute mon loial poair,
             30  priant a la benoit Trinitee d'ottroier a vostre roiale personne
                   atant de honour et prosperité come vostre noble coer mielx
                   D24L32 [D24L32] etc. vostre humble creature et chaplein J. Evesque de Saresbirs70savera deviser. Escript etc.


                   24-33 [24-33] om.70De par l'Evesque de Sar[esbirs] au Roy Richarde.

25

RICHARD II TO LADY POYNINGS

Signet, Windsor Dec: 6th, 1398


                   Treschiere et bien amee cousine, nous vous saluons
                   especialement de cuer, vous faisantz assavoir que a la
                   fesance de cestes nous estiens en bon point et santee, la
                   mercy nostre seignur, desirantz moult entierment de cuer de
               5  D25L5 [D25L5] semblable novelle70vous oier toudis et savoir sembleablez novelles pour l'ease
                   et confort de nous. Treschiere cousine, pour ce que nous
                   D25L7 [D25L7] de70avons ordenéz par l'assent des seignurs de nostre grand

Page 70


                   conseil que vous serréz ovec nous et nostre treschiere com-
                   paigne la Royne a nostre manoir de Eltham, pour y tenir [f.211b]
             10  ovec nous la solempnitee de ceste proscheine feste de Noel,
                   si volons et vous prions treschierement que, toutes autres
                   choses lessees et excusacions cessantes, viegnéz devers nous
                   a nostre dit manoir si que vous soiéz illoeqes en mesme la
                   feste par la cause susdite. Et nostre seignur vous veulle
             15  toutdiz garder. Donné etc.


                   25-16 [25-16] om.71De par le Roy a la Dame de Ponynges.

26

JOHN SPENSER TO THE TREASURER

Northampton July 22nd, c. 1401


                   D26L1 [D26L1] recommande71Treshonuré et reverent seignur, je me recomank a vous
                   en tant come je scay ou plus puisse. Et pour ce que mon
                   treshonuré seignur le Conte de Kent vous ad certifiéz par
                   son lettre de mon demaunde a le Roy pour la garde de les
               5  terres et tenementz queux feurent a William Marche, chiva-
                   ler, esteantz en les mains du Roy par la meindre age de
                   Thomas, son filz et heir, laquele garde ovesque la mariage je
                   D26L8 [D26L8] voudra71vouldroie avoir, si vous plerroit, paiauntz resonablement
                   pour ycelles, issint vous plaise, treshonuré seignur, moustrer
             10  D26L10 [D26L10] d'ycestes71vostre bon seignurie a Thomas Chipstede, portour de cestes,
                   D26L11 [D26L11] que71qui vous certifiera pleinement, et ferra ovesque vous fin de
                   D26L12 [D26L12] suppliantz71par moy en cest matier, toutdiz vous supplantz que je les

Page 71


                   D26L13 [D26L13] puisse72puis avoir devant ascun autre, paiantz resonablement pour
                   icelles solonc vostre sage et honourable discrecioun. Tres
             15  26-15 [26-15etc. om.72honuré seignur etc. Escript etc.


                   26-16 [26-16] om.72De par Jehan Spenser a le Tresorer d'Engleterre.

27

PHILIP LA VACHE AND ROGER WALDEN TO RICHARD II

Bristol Apr: 21st, 1395


                   Nostre tresredoubté, tresgracious et souverein seignur,
                   le plus humblement et obeissantment que ascuns loialx liges
                   se doivent ou poient recomander a lour souverain seignur
                   lige, nous recommandons a vostre haute magestee roiale, em
               5  priant a lui toutpuissant Dieu de vous [f.211c] ottroier accomplisse
                   ment de voz honurablez desirs et gracieusement de venir
                   dedeinz brief en vostre noble roialme d'Engleterre pur joie
                   et recomfort de toutz l'estatz d'icelle. Et, nostre tresredoubté
                   et tresgracious seignur, plaise a vostre roial hautesse a
             10  entendre que vostre Tresorer d'Engleterre et les autres
                   q'estoient chargiéz de faire ordenance des niefs pur vostre
                   gracieuse venue en vostre dit roialme, ont fait si diligent
                   ment lour devoir que, ove l'eide de Dieu, vous averéz le
                   D27L14 [D27L14] des de72nombre des niefs que nous fuist doné en charge, come le
             15  portour de cestes, a qui nous avons bailléz par escript la

Page 72


                   nombre des ditz niefs et un copie de lour endentures, vous
                   pourra moustrer, si y pleist a vostre hautesse roiale. D'autre
                   part, nostre soverein seignur lige, tous voz autres messages
                   que y pleust a vostre hautesse nous commander de faire, tant
             20  a vostre dit Tresorer, come as autres persones, nous les
                   avons faitz en la melioure manere que nous savons, et avons
                   D27L22 [D27L22] vaillantz73troevéz chescun en son degré si bien vuillantz en toutz
                   choses que touchent vostre estat roial, que, si Dieu plaist,
                   vous troveréz a vostre venue touz voz commandementz
             25  tresbien accompliz. Et auxi, nostre tresgracieuse seignur,
                   nous avons repaiéz voz cc. marcs a Sire Guy Mone dedeins
                   le terme que nous fuist ordeignéz. De tous vos autres
                   gracieuses plaisirs devers nous, vous nous plaise faire vos
                   D27L29 [D27L29] que73honourablez comandementz [f.211d] come a ceulx qui sumes voz
             30  loialx obeissantz créatures, toutesfoitz prestes et apparailléz
                   a trestout nostre poair de vous faire loiale service et plesance.
                   D27L32 [D27L32] etc. tresgracious et soverain seignur73Nostre tresredouté etc, nous supplions a la tresseinte
                   D27L33 [D27L33] sanitee.73Trinitee de vous ottroier entier santee, et tresjoiouse vie ov
                   D27L34 [D27L34] seintisme73victoriel honur par sa seintetisme grace.


             35  27-35 [27-35jour om.73D27L35 [D27L35] xxij73Escripte a vostre ville de B[ristuyt], le xxj jour d'aprylle,
                   ou nous sumes attendantz graciouses novelles de vostre
                   honurable aryvaille come par vostre hautesse esteions
                   D27L38 [D27L38] en doigne73chargés, Dieu nous doint ent tiels come nous desirons ove
                   27-39 [27-39] Royal 10 B IX adds after cuer sur touz autres choses terriens voz treshumbles creatures P. la Vache et R. Wad.73trestout nostre cuer.


             40  De par P[helip] la Vache et R[oger] Waldene a
                   27-41 [27-41] om.73Roy Richarde.

Page 73

28

PHILIPPA OF PORTUGAL TO RICHARD II

Guimares Oct: 1st 1397-9


                   Trespuissant prince, mon treshonuré et tresredoubté
                   seignur, je me recomank a vous le plus entierement que je
                   say ou puisse,de trestout mon cuer desirante de vous et de
                   vostre treshaute roial estat d'oier et savoir bones et gracieuses
               5  novelles, desquelx je pri a Dieu q'il me lesse toudiz avoir si
                   bones come mon cuer desir ou come vous saveréz mesmes
                   D28L7 [D28L7] léésce prosperité74mielx deviser, a la tresparfaite léésce et sovereigne confort
                   de moy. Et si a vostre hautesse plesir soit d'oier des estatz de
                   moun tresdouté seignur le Roy, de ses quatre fils et de moy
             10  entre eux, plese vous assavoir q'a la departier de ces pre
                   D28L11 [D28L11] leez74sentes trestous estoions en bone seintee, loéz en soit nostre
                   seignur, par manere que mon bienamé clerc Mestre Adam
                   D28L13 [D28L13] Danport74Davenport, mon Chanceller, vous savera asséz pleinement
                   enformer [f.212a] ensemblement ovec les autres nouvelles de cestes
             15  parties. D'autre part, tresredoubté seignur, a vostre dit
                   D28L16 [D28L16] le74hautesse plese a entendre que pour la bon et agreeable ser
                   D28L17 [D28L17] neef74vice que le dit Mestre Adam m'ad fait cestes oyt ou noef
                   ans en l'office de mon chanceller et unquore m'ad affaire en
                   ycel, je sui tresgrandement tenue de procurer sa promocioun
             20  et encrees accordantement a son desir, et tout soit ensy q'il
                   eit et poet avoir beneficez et avancementz teulx come sont en
                   D28L22 [D28L22] cestes74mon pouair de lui faire avoir en ycestes parties, nientmeins
                   come chescun esteant hors de son propre paijs de naturele
                   D28L24 [D28L24] de et74inclinacioun desire de resorter a ycelle, il ad tresgrand
             25  desir, si Dieu lui voleit ottroier, de fere ses darreins jours en
                   vostre tresnoble terre d'Engleterre, et pour tant q'il n'ad
                   benefice n'autre possessioun par que il se pourra honeste
                   ment sustener si come appartient a son estat, vous supplie,
                   mon tresgracieus seignur, le plus effectuelment que je saye
             30  D28L30 [D28L30] veullez74ou puisse que mon dit clerc veulliéz avoir especialment

Page 74


                   recommendéz, et de vostre bonteuouse noblesse lui doner le
                   28-32 [28-32bonteuouse … vostre om.75primere benefice que apartiendra a vostre donison coven
                   able pour son estat, parmy quel il pourra le plus honurable
                   ment soy meinteigner. Et si plaisir vous soit d'accomplier
             35  ceste ma priere, vous me ferréz en ce chose de trop grand
                   honour et plesance. Autres ne scays a present notifier a
                   D28L37 [D28L37] se; puisse75vostre dite hautesse, [f.212b] mais si riens y soit que faire puis a
                   28-38 [28-38et om.75vostre plesance, vous m'en vuilléz faire savoir et a vostre
                   commandement vous me troveréz touz jours prest de treslé
             40  coer a parforner a trestout mon poair. Trespuissant Prince
                   D28L41 [D28L41] etc. mon treshonure et tresredouté seignur li toutpuissant vous ottroie bone vie et longe ovec tiel encrees d'onour comme vous mesmes desires75etc.


                   D28L42 [D28L42] etc. a guymarens le primer jour du moys d'Octobre. Vostre tres humble cosine si vous plest P. de Portugale75Escript etc.


                   28-43 [28-43] om.75De par P[helippe] de Portugale a Roy.

29

JOHN OF GAUNT TO RICHARD II.

Pontefract Tues: Aug: 25th, 1397


                   D29L1 [D29L1] tresdoute75Mon treshonure, tresredoubté et tressouvereigne seignur,
                   D29L2 [D29L2] recomande75je me recomank treshumble[ment] a vostre hautesse,
                   esmerciant a ycelle si avant come je puis pluis, de toutes

Page 75


                   bones seignuries q'en vous ay tous jours trové et par es
               5  D29L5 [D29L5] tresdoute76pecial, mon tresredouté seignur, de voz gracieuses lettres
                   D29L6 [D29L6] ad de76quelles a vostre hautesse ad pleu moy mander darreineres
                   29-7 [29-7q'estoit om.76touchant vostre gracious grant de la meson q'estoit a
                   D29L8 [D29L8] monseignur76Monsire W[illiam] Walworthe en Londres, por lesqueles
                   voz lettres j'ay entendu, moun tressouvereigne seignur, a
             10  tresgrant joie de mon cuer la saintee de vostre treshonuré
                   personne en laquelle Dieu par sa puissance vous veulle tous
                   jours conserver ovec tresparfite encroissement du bien et
                   honur selonc le desir de vostre treshonuré cuer. Et, mon
                   treshonuré, tresredoubté et tressovereigne seignur, plesir
             15  vous soit assavoir que heir soir et ce marsdy xxv jour
                   d'augst, mes treschiers freres d'Everwyk et de Gloucestre,
                   mon treschier nepveu de Routelonde et moy esteions en
                   semble a Pountefreyt, desirantz de tous noz cuers que [pur]
                   vostre ebatement et deduyt vous y purriéz par souhait avoir
             20  esté, et la arere a [f.212c] vostre bon plaisir pur tresentier léésce de
                   nous tous qui bien sovent le souhaidasmes, si ceo eust estee
                   D29L22 [D29L22] cestoit76la voluntee de Dieu et de vous come s'estoit nostre desir.
                   D'autre part, mon tressovereigne seignur, vous plese en
                   29-24 [29-24de om.76tendre que je sui enforméz coment il y a un que de simple
             25  estat, noun scay q'il est, venant en vostre treshonurable
                   hostelle q'ad parlé illoeqes tout apertement chose que serroit,
                   que Dieu ne veulle, trope encontre mon honur et touchant
                   vostre treshonuree personne, dont je m'ose mettre en la
                   tesmoignance de Dieu et de tous loialx créatures que unques
             30  ne pensoie ne avoie l'entencioun de riens faire encontre
                   vostre treshonuré estat, ne autrement que un vraye lige ne
                   deust par tout loialté faire devers son tressovereigne seignur
                   lige, et je tiens et espoir vrament, monseignur, que vous
                   m'avéz en tout temps tielment provéz par experience de tous
             35  mes faitz par devers vous, que vous ne vouldrés croire
                   aucuns tielx paroles sonnantz au contraire de mes ditz faitz.
                   Si vous supplie, mon tresredouté seignur, q'a mon tresbien
                   amé bachiler monsire Ric[hard] Abberbury le fitz, portour
                   de cestes, vous plaise ferme foy et créance adjouster en ce
             40  que sur ceste matiere il vous dira, s'il vous plest, de ma part

Page 76


                   et sur ce par luy moy faire savoir pleinement voz bones
                   voluntee et entencioun par devers moy, pur le entiere affiance
                   que j'ay en vostre treshaute seignurie ensemble, moun [f.212d]
                   tresredouté seignur. Et si autre chose vous plaist moy
             45  comander, come a celluy qui sui et serray tousdiz obeissante
                   ment prest de voz treshonurablez comandementz parfaire
                   D29L47 [D29L47] etc. tresredoute et tressovereigne seignur77loialment a mon poair. Moun treshonuré etc. je pri a le seint
                   Espirit q'il vous eit tous jours en sa tresseinte garde, et vous
                   ottroie honur et parfite saintee treslonguement a durers.


             50  D29L50 [D29L50] etc. a Pountfriet le XXV jour d'augst Tout vostre humble sil vous plest Lancastre77Escript etc.


                   29-51 [29-51] om.77De par le Duc de Lancastre a Roy.

30

THE EARL OF ARUNDEL AND SURREY TO THOMAS, ARCHBISHOP OF YORK

?1394


                   Tresreverent pere en Dieu, treschier et honuré frere, je
                   vous salue si tresentierment de cuer come say ou pluis
                   puisse. Et, honuré frere, vous pri chierment que vous vuillés
                   prendre bone garde a la lettre escript de ma mayn quele je
               5  vous envoie par le portour d'ycestes. Et certes, vous mercy
                   moult del brief que vous m'avéz envoié direct al justice oue
                   lieutenant de Cestre, coment je entende bien que moy
                   covient d'avoir un autre brief pour mesme la matir, par

Page 77


                   cause que les juggeours du dit countee averount avisement
             10  aprés un tiel brief venus illoeqes tanque la tierce Sessioun.
                   Nepurquant, honuré frere, ne vous say a present certifier
                   la certeignetee de ceste matir, mais si tost come je le saveraye,
                   je ferray pou[r]suier devers vous pur ascuns de mon conseil
                   selon ce que j'ay mestier. Et, honuré frere, vuilléz savoir que
             15  j'ay receu, puis nostre darrein entreparlance, un brief direct
                   a moy que je deveroye apparer a Westm' a la quimzisme de
                   seint Michel proschein a venir [f.213a] devant le conseil nostre
                   seignur le Roy, de quele, certes, quant je l'avoie veu moy
                   sembloit bien estraunge, car ce fuist le primer brief que
             20  unqes j'avoye receu en tiel cas–toudiz entendant que ove
                   l'eide de nostre seignur toutpuissant je en ferray tous jours
                   mon devoir et duytee a moun seignur lige–de quele venue,
                   honuré frere, vous pri tant chierment come je plus puisse
                   que je pourray estre excuséz de ma non venue a celle temps
             25  tanque a la troys symaygnes aprés la dite Fest, a quel temps
                   je y serray, ove l'eide de Dieu, ou dedein quatre jours
                   ensuiantz, si je en ay la vie et santee de corps. Et, honuré
                   frere, vous prie chierment que vous vuilléz mettre vostre
                   bone continuance envers Meistre Howel Kyffyn, car pour
             30  certein lui est fait grand tort par un Morgane the Yonge,
                   q'est visconte de countee de Flynt, q'ad fait un entree en la
                   deanry de seint Assaphe, laquele benefice le dit Meistre
                   Howel ad eu par oept ou noef ans en plein possessioun,
                   quele entree estoit fait en grand affray d'ycelle paijs et
             35  degastant ses vitailles et necessaires q'il avoit en son
                   houstelle, come ce fuist en manere d'une levee du poeple,
                   en grande prejudice du pees nostre seignur le Roy, et mesme
                   le viscounte esteant alors illoeqes et deinz mesme son
                   office, car il vorroit avoir la dite benefice al oeps de son fitz,
             40  come vous serréz plus a plein enforméz de la dite matir en
                   brief temps, a la [f.213b] quele vous pri tresentierment que vous
                   vuilléz estre aidant et bien voillant au dit Meistre H[owel] et
                   mesmement ore en son veillesse, entendant de certain q'il
                   fera si resonables profres d'approver soun droit que nostre
             45  dit seignur le Roy, son conseil et tout le mounde verrount
                   bien q'il ne desire autrement que raisoun et bone foie.
                   Tresreverent etc. Escript etc.

Page 78


                   De par le Counte d'Arundelle et de Surr' a soun frere
                   l'Ercevesque d'Everwyk.

31

THOMAS, LORD DE LA WARR TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

1399-1406. Probably 1399


                   Tresreverent pere en Dieu et treshonuré seignur, je me
                   recommanc a vous si tresaffectuousement come je scay et
                   pluis puisse, molt tendrement desirrant d'oier et savoir lez
                   tresconfortablez novelles de la prosperitee de vostre tres
               5  honurable estat et bonne santee, que Dieu par sa grande
                   mercie veulle tous jours mainteigner et encroistre, selon ce
                   que vostre sage discrecioun les savera mielx deviser al
                   honour et plesance de lui et de vous, vous esmerciant,
                   tresreverent pere en Dieu, en tant come je scay ou pluis
             10  puisse, de la tresbone et gracieus seignurie que vous
                   moustréz et faitez a mon tresentierment amé cousin l'Evesque
                   de Norwiz, pur qi touz ses parentz vous sount tresgrande
                   ment tenuz par tous les jours de lour vie et moy en especial,
                   vous suppliant, tresbonteouse seignur, de trestout mon
             15  entier cuer de vostre tresbone continuance issint q'il purra
                   estre le pluis recommendé a vostre tresgracious seignurie
                   pour la tresgrande age q'il port et pour les [f.213c] tresgrandes

Page 79


                   naturesses et gentillesses q'il m'ad fait en toute ma pluis
                   graunde disease, et que vous plaise de moy doner la congié
             20  de lui envoier ascun de miens en ease et confort de lui et de
                   moy. De ceste chose vous me plese certifier par le presentour
                   d'icestes, come je m'assure en vostre tresbone paternitee.
                   Tresreverent pier etc.


                   De par le sire de Warr' a l'Ercevesque de Cantirbirs.

32

THE DUKE OF YORK TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   Tresreverent pier en Dieu et treschier et tresbien amé
                   uncle, je vous salue de tout moun cuer. Et pour ce que
                   moun tresbien amé Johan Ufflete, esquier de moun tres
                   redouté seignur le Roy, m'ad moustré come Haryngdoun,
               5  vostre esquier, ad pris devers lui certeinz hernois et choses
                   trousséz en un cloussake queux le dit Johan Ufflete avoit
                   leissé et mys en garde en un certein lieu deinz la ville de
                   Maidestone devant cez heures, quel hernois vostre dit
                   esquier unqore detient, je vous pri entierment de cuer que
             10  pour amour de moy et cause de ma priere, vous vuilléz
                   commander vostre dit esquier pur restituer et deliverer
                   au dit Johan ses hernois et choses susdites, et vuilléz doner
                   foy et credence al portour de cestes touchant cestes de par
                   moy par bouche. Et autre foitz je ferray de bon cuer attant
             15  ou plus pur vous a vostre priere. Priant le seint Espirit
                   q'il soit tous jours garde de vous. Escript etc.

Page 80


                   De par le Duc d'Everwyk a l'Ercevesque de Cantirbirs
                   primat de tout Engleterre.

33

WILLIAM FYNCHAM AND ROBERT FRYE TO JOHN BATHE

1400


                   Treshonuré sire et sur tous autres tresfiable amy, vous
                   savéz bien que au darrein foiz que j'estoie ovesque mon
                   seignur de Cantirbirs il moy granta et ottroia lettres desoubz
                   son signet, tieles come je vouldroie avoir, pur la recommen-
               5  dacioun de la personne de moun especial amy, G. A., a l'office
                   du Jailer de Neugate, et sur ce j'avoie une lettre quele,
                   vostre mercie, me feistes ensealer du signet de moun dit
                   seignur direct au Maire de Londres, endroit du quele il ne
                   purra rien faire en effect sanz ce que ycelle lettre soit refait
             10  en manere come le dit Maire ad deviséz, sur quoy je vous
                   envoie une lettre faite de novel sur la dite matire, tiel come
                   purra valoir en ce cas, ensemblement ovesque la primere
                   lettre, quele le Maire de Londres ad overiz, et auxi une
                   autre lettre directé a R[ichard] Whitingtoun pour avancer
             15  la dite besoigne sicome par icelles vous pourréz bien con
                   siderer. Si vous pri doucement que icelles lettres, faites de
                   novel et d'une substance, vuilléz faire signer du signet de
                   moun dit seignur esteant en vostre garde, et icelles rëenvoier
                   par le portour de cestes. Car en ce faisant vous ferriéz a
             20  W[illiam] F[yncham] éant cest busoigne prés au cuer et a
                   moy, qui sumes lez vostre, moult de plesance, et volons par
                   tant faire ce que vous nous vuilléz commander, et que faire
                   poons a nostre poair. Nostre seignur vous eit en garde.
                   Escript etc.

Page 81


             25  De par W[illiam] Fyncham et R[obert] Frye a Johan
                   Bathe.

34

JOAN, LADY BERGAVENNY TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treschier et tres
                   honuré seignur et uncle, je me recommans a vous tres
                   parfaitement de tout mon coer. Et pour ce que je sui en
                   formee coment le pont de Corve en la terre de seinte Mil
               5  burge eit busoigne de reparacioun, en tant que a grande
                   peine l'en y poet passer, je vous pri, tresreverent pere en
                   Dieu et mon treschier et treshonuré seignur et uncle, que
                   pour Dieu et en oevere de charitee il vous plese, s'il vous
                   semble expedient, granter voz lettres graciouses parailles a
             10  les lettres quelx vostre predecessour immediat grantoit pour
                   le dit fait, lesquelles l'en vous moustrera dessoubz son seel.
                   Et certes en ce faisant vous ferréz tresgrand almoigne a ce
                   que home dit. Tresreverent pere en Dieu etc. Escript etc.


                   De par la Dame de Bergeveny a l'Ercevesque de
             15  Cantirbirs.

Page 82

35

WILLIAM FYNCHAM AND ROBERT FRYE TO JOHN BATHE

1400


                   Treshonuré sire et sur tous tresfiable amy, pur ce que
                   nous sumes tant occupiéz par decea que nous ne purrons
                   venir par devers vous a cest foitz pur le fait de G. A., vous
                   prions tant come plus poons que sur la dite matire vuilléz
               5  enformer Janico, qui s'en va ore devers moun seignur de
                   Cantirbirs, au mieulx que vous purréz, ce que vous semble a
                   estre parlee a mon dit seignur sur le dit fait, et au fin que
                   nous purrons avoir une lettre especiale a Johan Wakelee,
                   un des novelx viscontes de Londres, en manerie come nous
             10  aviens autrefoitz au Maire de Londres. Car nous avons au
                   jour d'uy parléz au dit Janico sur le dit fait, liquel nous ad
                   promys que, parmy vostre sage informacioun et avys a
                   luy a doner en ce cas, il s'en parlera tres volentiers a moun
                   dit seignur de Cantirbirs et ferra tout ce q'il pourra faire.


             15  Ceste chose vous plaise prendre tresentierment a cuer. Car
                   il serra bien deserviz envers vous en temps a venir si Dieu
                   plest. Nostre seignur etc. Escript etc.


                   De par W[illiam] Fyncham et R[obert] Frye a Johan Bathe.

36

SIR JOHN ARUNDEL TO ANDREW CORYNGTON AND ROGER HONYNGTON

c.1403


                   Treschiers amys, je vous salue ove l'entiere affeccioun
                   de moun cuer, vous trescoerment em priant que, come ensy
                   soit que certeines debates soient par entre nostre seignur le

Page 83


                   Roy et un Johan Basset, esquier del countee de Cornewayle,
               5  sur le presentement de l'esglise parochiel de sancto Illogano
                   en la diocise d'Excestre, de ce que nostre seignur le Roy eit
                   presentee a dite esglise un J[ohan] D. [Barrell], clerc del
                   hostelle monseignur l'Evesque d'Excestre, et le dite Johan
                   Basset ad presentee un autre son clerc en destourbance del
             10  title nostre seignur le Roy, pour laquel desturbance un
                   brief de Quare Impedit est ore pendant vers le dit Johan
                   Basset al suyte le Roy, et pur ce que monseignur l'Evesque
                   d'Excestre ne vuilleit my receivre le presenté le dit Johan
                   Basset, le dit presenté ad appellé al audience del tresreverent
             15  pere en Dieu l'Ercevesque de Cantirbirs. Et ore [f.214c] le Roy,
                   veullant que le presenté du dit Johan Basset ne soit admys
                   en ascune manere jesques a tant que le debate pe[n]dant
                   par entre lui et le dit Johan Basset soit pleinement discussé,
                   ad envoié par le portour d'ycestes un brief q'est appellé
             20  Ne admittat, sur quel matire vous prie entierment que vous
                   vuilléz en touz maneres estre eidantz et favorantz al
                   presenté le Roy, clerc de mounseignur l'Evesque d'Excestre,
                   et ce ne lesséz en nulle manere, come je m'affie grandement
                   de vous, et come je autrefoitz serray aydant et entendant en
             25  voz affaires. Et le seint Espirit vous eit tous jours en salve
                   garde. Escript etc.


                   De par Johan Arundelle a A[ndreu] Coryngtoun et Roger
                   Honyngtoun.

Page 84

37

THOMAS STANLEY TO MASTER JOHN BATHE

c. 1403


                   Treschier et honuré sire et tresamé confrere, je me
                   recommanc a vous. Et, sire, vous plaise cerchier les Registres
                   del temps de William, qui fuist Ercevesque de Cantirbirs
                   l'an de grace MCCC septant et deux, qui celebra ordres a
               5  Otteforde en quaresme le vje kalen: d'aprylle l'an susdite,
                   et come je croie en la veille de pasche, et ent moy aver faire
                   lettres d'exemplificacioun desoubz le seel de mon seignur si
                   tost come bonement purréz, et le presenteur d'icestes paiera
                   les feez et autres duetés, et ce covient estre hastivement
             10  expedié a cause que mon seignur de Baa serra hastiement a
                   Welles sur sa visitacioun, et mes propres lettres sont
                   ovesque mon frere a Noef Chastelle [f.214d] sur Tyne. Autres
                   choses ne scay a present, més que vous plese moy recomen-
                   dre a moun treschier et tresnoble seignur de Cantirbirs,
             15  que Dieu garde, et a tous autres mes seignurs et meistres de
                   vostre honourable tenelle, suppliant a lui treshautisme
                   Trinitee vous aver toudiz garder et governer en sa tressein-
                   tisme garde. Escript etc.


                   De par Th[omas] de Stanley, clerc, a Maistre Johan Bathe.

38

JOAN, COUNTESS OF HEREFORD TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   Tresreverent pere en Dieu et treshonuré seignur et
                   frere, je me recommans a vous si tressovent et entierment
                   de tout moun cuer come je scay et puisse plus, en desirant
                   entierment d'oier et savoir toudiz tresbones et confortablez

Page 85


               5  novelles de vous et de vostre tresbon et honurable estat.
                   Et suy vraiment moult bien rejoyéz de ce que j'ay entendue
                   par Martelle la vostre bon estat et santee, si pri a Dieu tout
                   puissant q'ensi pourray je toutdiz faire selon ce que soit a sa
                   plesance et vostre bon joye et honour par sa seinte grace.
             10  Et, tresreverent pere en Dieu, treshonuré seignur et frere,
                   s'il vous plaist, quant endroit de ce que vous m'avéz
                   acertenéz par Martelle que vous ne me vuilléz tenir pur
                   excuséz de mon estre de vous eyns que vous vous affiéz
                   et agaités seurement de ma venue a vous encontre la dite
             15  feste, si vous plese, treshonuré seignur et frere, scavoir que
                   vraiement je sui tailliéz d'estre a Deneye meskerdy proschein,
                   le xj jour d'aprylle, et illoeqes estre [f.215a] joedy tout jour, et
                   vendredy ensuyant de retournir a Walden et estre illoeques
                   plus avant tout ce Feste de Pasque, en cas toutes foiz si
             20  j'avraie cognoissance de vostre volenté que je le pourray
                   savement faire sanz avoir nulle malgré ou disease de vous
                   de ma noun venue a vous contre la Feste suisdite. Si vous
                   supplie, treshonuré seignur et frere, entierment de tout mon
                   coer q'il vous plaise de moy acertener pleinement vostre
             25  entier cuer et p[l]esir endroit de ceste matire, entendant, s'il
                   vous plaist, que je ne vouldroie a certes pur nulle riens que
                   vous avroiéz pur yceo ascune suspicioun envers moy de
                   desnaturesse, ou que je le ferroie pour ascune tiel affaire.
                   Car en bone foy mon coer est entierment de vous moustrer
             30  plesance et naturesse selon ma petite poair, toutes autres
                   affaires lessés par yceo si Dieu plaist. Et pour ce s'il vous
                   plest, selon ce q'il vous please, de me acertener vostre
                   plaisir par le portour d'icestes, je me talleray sur ceo le plus
                   tost que je purray, tous choses lesséz. Tresreverent pere etc.
             35  Escript etc.


                   De par la Contesse de Hereforde a l'Ercevesque de Can
                   tirbirs.

Page 86

39

EDMUND HOLAND TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

Liverpool Jan: 1400


                   Tresreverent pere en Dieu et treschier uncle, je me
                   recommanc a vostre seignurie tout entier. Et vous please
                   assavoir que le xiij jour de januer, ma treshonuree soer et
                   moy ovec nostre servantz et herneys feisons nostre arrivayle
               5  a la port de Liverpole en venantz a vostre presence, quel
                   jour le viscount de Lan [f.215b] castre et le Maire de Liverpole
                   arresteront noz personnes, servante et les ditz herneys, a
                   grande disease et disconforte de nous, sanz cause resonable
                   come nous semble, et demourrons en la dite ville sanz
             10  gouvernance de vitaillx et vestures par cause de mesme
                   l'arrest et que nous ne purrons avoir nulle de noz herneys
                   hors de lour mains, par ount, tresreverent pere en Dieu,
                   vous please considerer la dite disease et par vostre tressage
                   discrecioun et aide que je purray mes servantz et herneys
             15  avoir et estre deschargiéz du dit arrest, et sur ce venir a
                   vostre presence et governance issi que je pourroie estre
                   mainteigniéz et gardés selon vostre treshonurable et sage
                   discrecioun. Et, tresreverent pere en Dieu, moun tres
                   chier uncle, vous please de mettre vostre bone seignurie
             20  en eide et confort de ma treschiere soer en mesme la forme,
                   car elle est le plus doloureuse vivante pour les grevous
                   novelles quelx elle ad eue sodeignement puis nostre venue
                   a la dite ville. Tresreverent etc. Escript etc.


                   De par E[dmund] de Holande a l'Ercevesque de Can
             25  tirbirs.

Page 87

40

JOHN, LORD CHERLETON AND POWYS TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

Summer, 1396


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré seignur
                   et uncle, je me recommans a vous si avant come jeo say et
                   puis des honures, ove toutes maneres des reverences,
                   humblement en requerant vostre seintisme benison. Et,
               5  mon treshonuré seignur, vous please assavoir que moun
                   bien amé chapellain et servant, sire G[riffin] C[astell],
                   q'ad estee, et est, humble servant et oratour [f.215c] a mon tres
                   honuré seignur et pere, le Counte d'Arundelle et de Surr',
                   vostre frere, est avancé d'un petit benefice, c'est assavoir de
             10  D40L10 [D40L10] Castle Caereinion.88l'esglise de C[astell Kreignyon] deins le eveschié de Seint
                   Assaphe, dont ascuns ont en purpos de pursuir et destourber
                   mon dit chapellain et servant, q'ore est en pesible possessioun,
                   tortuousement de sa dite benefice. Si vous pri, mon tres
                   honuré seignur, auxi entierment de cuer come je say ou
             15  puisse que vous please en oevere de charité, pur le plus
                   assurance et mainteignance de son povere estat, grantier
                   ratificacioun nostre seignur le Roy a mon dit chapellain et
                   servant de sa dite esglise, a fin, mon seignur, s'il vous plaist,
                   que ses malvoillantz n'aient matire ne cause de luy issint a
             20  tort pursuire en aprés come ils y ont en pourpos, si mon dit
                   chapellain et servant ne soit le mielx aidee et secouree par
                   vous, come moun chier et bien amé J. de K. vous savera,
                   s'il vous plest, pluis a plein counter de bouche, a qi vous
                   please doner foy et credence de ceo q'il vous dirra de par

Page 88


             25  moy touchant la matire avantdite. Et si riens vous plaise
                   pardevers moy que faire puisse, voz honurablez voluntees
                   moy veuilléz toudis comander come le vostre que toutes
                   foitz prest serra de les parfornir a mon poair. Et le seint
                   Espirit vous eit tous jours en sa seintisme garde. Escript
             30  etc.


                   De par le seignur de Powys a l'Ercevesque de Cantirbirs.

41

WILLIAM FYNCHAM AND ROBERT FRYE TO JOHN BATHE

1400


                   Treshonuré sir et sur tous autres nostre tresfiable amy,
                   nous nous recommendons a vous [f.215d] le plus souvent que nous
                   poons ou savons deviser. Et vous please assavoir que,
                   depuis que nous avons eu de vostre bon eide sanz autre
               5  promocion a nostre seignur de Cantirbirs, sicome nous ad
                   estee dit et reportee, la lettre de nostre dit seignur de
                   Can[tirbirs] renovellee touchant le fait de la recommenda
                   cion de la personne de nostre treschier et singuler amy G. A.,
                   po[r]tour de cestes, a l'office de jailer de Neugate, et au Maire
             10  de Londres sur ce directe, ensemblement ovec une autre
                   lettre a R[ichard] Whitingtoun de par nostre dit seignur,
                   sicome vous savéz, a l'avancement de la dite busoigne
                   envoié, nous avoms oïez parmy la relacioun d'aucuns noz
                   amys qui y sont certeinz gentz pursuiantz a nostre dit
             15  seignur de Cantirbirs, a vous et as autres de son conseil,

Page 89


                   d'avoir autres lettres recommendatoires pour un autre
                   certeine persone a l'office susdite, laquele chose estre faite,
                   nous créons que vous ne souffreréz passer en aucun manere,
                   pur l'onestee de nostre dit seignur et de vous, et pur l'errour
             20  que purroit en ce cas contrevenir, meesment come le Maire
                   de Londres et Ric[hard] Whitingtoun a la reverence de
                   lettres de nostre dit seignur eient dit et promys de faire en
                   celle partie tout ce q'ils porront faire, et en tant q'ils ont
                   parlé si entierment a J[ohan] Wakeley, vyneter de Londres
             25  et qui serra visconte ordeignéz et deputéz de par le dit
                   Maire pur l'an procheia a venir, d'avoir et accepter le dit G.
                   pour recommendéz et a l'office susdite. Sique nous ne [f.216a]
                   doubtons pas que parmy vostre bone eide de rechief en ce
                   cas nous averons nostre desire. Et por ce vous prions, tant
             30  come plus poons, que vous plaise tant faire que nous puis-
                   sons avoir un lettre directe au dit Maire et une autre a
                   R[ichard] Whitingtoun, lour remerciantz de ce q'ils ount
                   fait a l'oneur et reverence de nostre dit seignur en ceste
                   partie, et especialment une lettre de nostre dit seignur
             35  directe au dit Johan Wakelee et a son compaignoun pur
                   avoir le dit G. especialment pur recommendéz a l'office sus
                   dite, selonc ce que mesme celui G. vous savera enformer, et
                   liquel vous please presenter a nostre dit seignur pur avoir
                   sa bone seignurie, a qi vous purréz bien croire, car en ce
             40  fesantz nous ne faudrons de nostre desir. Et volons par tant
                   faire a vostre commaundement ce que faire poons a nostre
                   poair. Nostre seignur vous eit en garde. Escript etc.


                   De par W[illiam] Fyncham et R[obert] Frye a J[ohan]
                   Bathe.

Page 90

42

MARGARET, COUNTESS OF WARWICK TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

1401-6


                   Tresreverent pere en Dieu et de tout mon cuer tres
                   amé cousyn, continuelment sui desirant de vostre honurable
                   estat et parfaite sancté bones novelles oier et savoir, que
                   Dieu de sa puissance m'ottroie sembleables et si bones
               5  toudiz de vous en oier come nulle coer savera mielx deviser
                   ou panser. Et, tresreverent pere en Dieu, come en la pais
                   de North' y sount certeines mes seignuries que me sont
                   remys al eide de ma sustenance et sont bien prés vous es
                   parties par de la, pour le bien de quelles seignuries et de mes [f.216b]
             10  tenantz illoeqes aussi j'envoie mon bien amé servant, J. T.,
                   portour d'icestes, pour y demorer en moun service, vous
                   em priantz, tresamé cousin, d'entier mon cuer, q'a mon dit
                   servant, mes seignuries et povres tenantz en celles parties
                   vous please moustrer vostre bone seignurie de lour aider
             15  et sustener quant que mestier soit, en droit et raisoun pour
                   amour de moy et sur la singuler affiaunce que j'ay de vous.
                   Et si y a riens devers moy, tresamé cousin, que vous pourra
                   plerre, vraiment tres volentiers le ferraye et de bon coer.
                   Et, tresreverent pere en Dieu, et de tout moun cuer
             20  tresamé etc. Escript etc.


                   De par la Contesse de Warewyk a l'Evesque de Norwiz.

Page 91

43

ANNE, LADY BOTILLER TO LADY AUDELE


                   Ma treshonuree, tresreverente et tresgraciouse dame,
                   je me recomanc a vous si avant come je scay ou pluis
                   puisse, ove tous maners obeissant, reverences et honures,
                   em priant nostre seignur tout puissant q'il vous rende ou je
               5  ne puisse pour tous les souvereins bountees, socours et
                   reliefs queux de vostre haute gentilesse m'avéz graciouse
                   ment fait, dount, ma tresgraciouse dame, come je oese, vous
                   requere de la graciouse continuance. Et, ma treshonuree
                   dame, si vous plest, je sui moult desirous de venir a vostre
             10  presence pour vous moustrer de mon simple estat, come a la
                   dame en quelle j'ay ma souverein affiaunce de socour et
                   d'aide en droit. Pour quoy, ma treshonuree, tresreverent
                   et tresgraciouse dame, [f.216c] je vous requer que vous please que
                   je purray venir a vous entour la fest de seint Michel pros-
             15  chein, et estre en vostre tresgraciouse presence une sept
                   maigne ou deux pur vous declarer pleinement par bouche, si
                   plesir vous soit, de mon dit estat et disease quelx j'ay
                   soeffré ou grand tort, come le sciet. Et, ma tresgraciouse
                   dame, pur Dieu vous requere que vous plese de moy com-
             20  mander voz honureez volunteez et plesirs, come a toute le
                   vostre que serray toutdiz preste de faire chose que vous
                   pourra ascunement tournir a gré et service, come je sui pur
                   tous jours obligé et tenu. Et pri a la benoite Trinitee q'il
                   vous ottroit atant de joye et honour ove sainté de corps et
             25  d'alme longuement a durer, come vous mesmes mielx
                   saveréz deviser ou sonhaider. Escript etc.


                   De par Anne Botiller a la Dame de Audelé.

Page 92

44

HENRY, BISHOP OF NORWICH TO A NORFOLK JUSTICE OF THE PEACE

?1401-4


                   Chier et bien amé, nous vous saluons sovent foitz et de
                   nostre cuer. Pur ceo que y est oore un plee par entre nous
                   et les gentz de nostre ville de Lenne, sur quelle ils ount
                   purchaséz un Nisi prius d'estre tenuz en mesme nostre ville
               5  au feste de seint Jake proschein, et a ceo sont empanilléz
                   certeinz gentz du pais, des quelles plusours se excusent
                   q'ils ne osent venir illoeqes a mesme le jour pour paour de
                   mort, car ils sont si fortement manacéz par gentz de nostre
                   dite ville s'ils dient autrement que lour purpos, ne nully de
             10  nostre conseil oose ve [f.216d] nir illoeqes au dit jour pour la
                   mesme cause, par quoy vous prions entierment que vous
                   vuilléz estre mesme le jour ovesque nous a nostre dite ville
                   pur enforcer la loy et lez Justicez nostre seignur le Roy en
                   obessance de loy et nient encontre la loy, issint que droit
             15  purra avoir son droit cours. Et prions a nostre Seignur
                   Dieu etc. Escript etc.


                   De par l'Evesque de Norwiz a le Justice de Paix nostre
                   seignur le Roy.

45

ANNE, LADY BOTILLER TO HENRY, BISHOP OF NORWICH


                   Reverent pere en Dieu et moun treshonuré seignur et
                   uncle, je me recomank a vous en tant come je say ou plus
                   puisse, desirant souvereignement de tout moun tres entier

Page 93


                   cuer de vostre bone sanctee de corps et honurable estat
               5  d'oier bones novelles, lesquelx je me tiegne grandement
                   tenuz a desirer devant tous autres. Et de moun estat, vous
                   plese assavoir que a la faisaunce d'ycestes j'estoye en bon
                   sancté de corps, la mercie Dieu. Et vous plaise a entendre
                   que le Roy grandement desire les trois fitz de ma treschier
             10  cousin, la Dame de Ferrers de Charteley, vostre niece, et
                   auxi il ad juré q'il voet eux avoir demorrantz ovesque lui,
                   et la mere de eux ne vouldra pur nulle chose que le Roy
                   susdite eux avroit en son garde. Pur quoy, treshonuré
                   seignur et uncle, je vous supplie si entierment come je say
             15  que vous please envoier une lettre a la dite Dame par T.
                   G., ou par un autre sage homme, pur le plus juvene fitz
                   d'eux troys, appellé Edwarde, q'il poet estre demorrant
                   ovec vous, ou autrement envoier a William [f.217a] Oxenforde,
                   vostre clerc, icy q'il poet faire le dit message ove la dite
             20  lettre et mener a vous le dit enfaunt, car pur le plus veille
                   fitz de les ditz troys j'ay ordeigné q'il serra demorrant ove
                   l'evesque d'Excestre et l'autre fitz serra ove ma treshonuree
                   dame, la Dame le Despence, vostre soer. Ceste chose vous
                   please affaire en tout hast sicome je m'affie entierment en
             25  vostre graciouse seignurie et pur l'amour de Dieu, em
                   priant a la seinte Trinite q'il vous governe et encrece en
                   honour, joie et prosperitee sicome vous mesmes mielx
                   saver deviser ou souheider, a tresgrand joie, plesance et
                   confort de mon coer. Escript, etc.


             30  De par A[nne] B[otiller] a l'Evesque de Norwiz.

Page 94

46

LORD DE GREY DE RUTHYN TO ANTHONY MALLORRE

c. 1404


                   Treschier amy, nous vous saluons souvent d'entier
                   cuer. Et vuilléz savoir coment l'esglise de Manyngtoun et le
                   Chapelle de Saxthorp, que sont de nostre patronage, ount
                   esté voide par vj ou vij ans passés en defaute de noz minis
               5  tres, tanque ore tarde que mon treshonuré pier en Dieu
                   l'Evesque de Norwiz a nostre priere lez ad grauntee a
                   nostre chapellain, portour dicestes, més nostre dit tres
                   honuré pere en Dieu tout le temps del voidance ad eu touz
                   les issuz et profitz. Nientmeins nostre dit chapellain nous
             10  ad dit que lez ministres de lui ont demandéz a ore les primers
                   fruitz des ditz esglise et chapelle, pur quoy vous prions
                   chierment, pur l'affiance [f.217b] que nous avons en vous, que vous
                   vuilléz estre aidant a nostre dit chapellain pardevers nostre
                   dit treshonuré pere en Dieu, que lui please d'estre bon
             15  seignur a nostre dit chapellain et pardoner les dites primers
                   fruitz, considerant la povertee de dit chapellein et coment
                   q'il fuist robbé de touz ses biens et despoilléz sur le chemyn,
                   en venant par devers nostre dit treshonuré pere en Dieu
                   d'avoir possessioun des dites esglise et chapelle. Treschier
             20  amy etc. Escript etc.


                   De par le sire le Grey de Ruthyn a Antone Mallorre.

Page 95

47

WILLIAM LOVENEY TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

Before July 10th, 1406


                   Reverent pere en Dieu et moun treshonuré seignur, je
                   me recommans treshumblement de trestout moun cuer a
                   vostre treshonurable seignurie, a ycelle entierment et
                   especialment de trestout mon cuer remerciant de toutz lez
               5  bienfaitz que vous de vostre tresbone voluntee m'avéz
                   faitz et moustréz avant cez heures, sanz desert de ma parte.
                   Et, mon treshonuré seignur, pur ce que mon treschier
                   cousin Will[iam] L[opynton], chapellein, ad diverses choses
                   affaire et pursuier envers vostre tresgracieux et benigne
             10  paternitee, touchant ses induccioun et institucioun de
                   l'esglise parochiel de seint A[ndreu] de B[erton Bendysshe],
                   please a vostre treshonurable seignurie d'estre le plus gra-
                   ciouse et favorable de mon dit treschier cousin en les choses
                   susdites a cause de moy et a ceste ma tendre priere. Reverent
             15  pere etc. Escript etc.


                   De par W[illiam] Loveney a l'Evesque de Norwiz.

48

WALTER, BISHOP OF DURHAM TO RICHARD II

After 1395, perhaps 1397


                   Mon tresredoubté et souverein seignur, je me recom-
                   mande a vostre treshaute et tresnoble roiale majesté si

Page 96


                   tresentierment et treshumblement come je scay ou puisse
                   de trestout mon cuer, come vostre simple et devout chapel
               5  lein et oratour, em priant a lui toutpuissant Dieu q'il vous
                   ottroie joie, sancté et prosperitee en si grand honur et joie
                   come vous saviéz mesmes mielx deviser ou souheider.
                   D'autre part, tresredouté et souverein seignur, j'ay receu
                   voz treshautes et treshonurables lettres contenantz que en
             10  certeines causes et matires, touchantz sibien vous mesmes,
                   tresredouté seignur, come vostre Abbacie de Westm',
                   lesquelles vous vuilléz faire suyr devers nostre seint pere
                   le pape et autres en la court de Rome, vostre clerc lige,
                   Maistre R[ichard] Holme, qu'est demorrant en ma com
             15  paignie, vous serroit moult necessaire, et pur tant, tresnoble
                   seignur, vous me chargéz pour donner congié a mesme
                   celluy Maistre Richard pur un temps d'estre en vostre dit
                   service en la compaignie de l'onurable et religious pere en
                   Dieu l'abbé de Westm' pour les causes dessusdites. Tres
             20  noble et souverein seignur, il me serroit bien grande joye
                   et léésce de cuer si je eusse chose ou en persone ou en
                   biens que vous purroit faire aucun plesance ou gréable
                   service, car a ce sui je tenuz sur tous autres. Et pur tant le
                   dit Meistre R[ichard] se taillera de venir devers vostre [f.217d]
             25  treshaute et treshonurable presence ove tout le hast possible,
                   maiz toutesfoitz, moun tresredoubté seignur, je supplie a
                   vostre treshaute et tresgraciouse benignitee en quanque
                   j'ose et suffice que, consideré que le dit Maistre R[ichard]
                   ad esté de grand temps passé un grand officier du pape en la
             30  court de Rome et familierement conu de lui seint pere et de
                   tous mes seignurs les Cardinalx et d'autres grans de la dite
                   court pour honurable et prodhome et de grand vertue, et
                   depuis ad estee chanceller de jadys reverent pere en Dieu
                   et de bone memoire, l'Evesque de Salesbury vostre tres
             35  orer, qui Dieu assoille, et de present governe pur la greinure
                   partie tout ce que j'ay affaire de ma espirituelté, vous plese,
                   tresnoble seignur, de vostre grande bountee ordenner q'il
                   soit envoié en tiele manere q'il purra garder son petit estat
                   et a vostre honour, car pur sa loialté et diligence je empren-
             40  dray en quanque il vous luy plerra charger sur ce que
                   pourray forsfaire envers vostre haute roiale magesté, la

Page 97


                   quelle lui toutpuissant Dieu pur sa grace vuille tous jours
                   meinteigner en joy, quiete et santee. Escript etc.


                   De par l'Evesque de Duresme a le Roy d'Engleterre.

49

ISABEL, COUNTESS OF SUFFOLK TO HENRY, BISHOP OF NORWICH


                   Tresreverent pier en Dieu, mon honuré cousin, je me
                   recommans a vous si souvent [f.218a] de cuer come je say ou
                   puisse, en desirant tresaffecteusement assavoir si honurablez
                   novelles de vous et de vostre treshonurable estat come vous
               5  mesmes savétz mielx deviser ou souhaider, et mesmement
                   tresentiere sanctee de vostre corps a tresgrande joye et
                   ease de mon coer, quelle Dieu maintiegne al honur de lui
                   pur sa tresdeigne grace. Et pur ce, mon honuré cousin, que
                   le pover priour de Mendham, moun bien amé clerc, ad
             10  certeines grandes matires de pursuir envers vostre seignurie,
                   si pleasir vous soit, a ceo que jeo sui enforméz, si supplie jeo
                   et requer, tresreverent pere en Dieu, mon honuré cousin,
                   que vous please moustrer vostre gracieux seignurie et eide
                   a mon dit bien amé pover priour a cestz ses grande besoigne
             15  et necessité, par issint q'il pourra sentir la priere de moy
                   vostre fille et cousin lui vailler et lieuteignir. Et, tresreverent
                   pere en Dieu mon honuré cousin, si rien soit devers moy que
                   faire puisse honestement a vostre pleasir, vous plese moy
                   certifier et je le parfournera a mon pover poair. Et lui tout
             20  puissant Dieu etc. Escript etc.


                   De par la Contesse de Suff' a l'Evesque de Norwiz.

Page 98

50

MARGARET, COUNTESS OF WARWICK TO HENRY BISHOP OF NORWICH

1401-6


                   Tresreverent pere en Dieu et mon tres entierment
                   D50L2 [D50L2] entieremement MS.99tresamé cousin, je me recomans a vous aussi entierement
                   come je plus puisse, tresaffectueusement desi [f.218b] rant de
                   vous et vostre parfaite santee aussi pleasantz novelles en
               5  oier, come le tresbon naturel cuer de vous mielx savera
                   panser al honur et pleasir de Dieu et de vous, vous em
                   priant de tout mon cuer que pur la mien tresgraunde con
                   solacioun vous me please acerteiner par mon tres bien amé
                   clerc, W. S., presentour d'ycestes, droit ensi come vous estes
             10  d'aise et de santee come la chose que me fait moult de
                   pleasir a tous les temps que je les puisse oier en bien. Et,
                   tresreverent pere en Dieu, si de mon estat vous vuilléz
                   savoir, le dit mon clerc vous savera enformer de ma parte
                   pluis pleinement que je ne puisse my escripre, a qui vous
             15  please doner credence, et auxi lui et tous mes tenantz en
                   voz partiez avoir pur recommendéz a vostre tresbone
                   seignurie, entendant certeinement si riens y soit que je
                   puis faire a vostre ease et honur, me vuilléz envoier, et je
                   serray prest de le faire a mon poair, come je me tiegne moult
             20  grandement tenuz. Tresreverent pere etc. Escript, etc.


                   De par la Contesse de Warrewyk la veove a l'Evesque de
                   Norwiz.

Page 99

51

EMMA TRYGGE TO HENRY, BISHOP OF NORWICH


                   Reverent pere en Dieu, moun treshonuré seignur, je me
                   recommans a vostre tresreverente paternitee en tant que
                   je pluis puisse. Et come je suy en grant disease et miserie
                   en plusours parties [f.218c] –que pur debte de mon maistre, qui
               5  Dieu assoille, que pur son testament–de les paier et
                   51-6 [51-6en plusours parties . . .. accompler = in many directions–as well on account of the debts of my master, whom God assoil, as on account of his will–to pay and fulfil them.100accompler, et riens n'ay dont les accompler sanz aide de mes
                   debtours, et suy outreageousement pursuyee et vexee en
                   l'escheker a plenir destruccioun de mon pover estat, si je
                   n'ay aide, secour et confort de vous, reverent seignur, et
             10  autres bones seignurs a present, et come le darrein foitz que
                   J., mon serviteur, fuist ovesque vous, lui promystes que
                   Meistre H. W. deust avoir venue par de cea a Pasques
                   darrein passé et fait fyn ovesque moy de ce qu'est parentre
                   vous et moy, quel Meistre H. fuist ovesque moy environ
             15  51-15 [51-15o. m. twice100celle temps, més nulle fyn ovesque moy fist, de quoy j'ay
                   engagee tout ce que j'avoie pur aider et secourer moy
                   mesmes al mielx que je saveray ou purray, et ay manulevé
                   atant que si je n'ay relevacioun de vous, derechief j'estoise
                   pur estre destruit a touz jours, que Dieu defende. Vous
             20  supplie si humblement come je plus puisse et come ma
                   souvereigne affiance est en vous et toudis ad estee, que vous
                   please considerer ma tresgrande miserie et dolour en quoy
                   je sui a ore, et pur le seinte passioun que Dieu souffrist en
                   la croys pur vous et moy et tous cristiens et pour le grande
             25  pitee q'il avoit sur Marie Magdalene, sur moy avoir pitee
                   mainteignant et m'envoier ceux xxxiij li. vij s. viij d.
                   quelx sont parentre vous et moy, ou autrement je ne suy
                   que destruit [f.218d] pur jamés. Ceste chose, reverent pere en Dieu,
                   vous plese tendrement prendre a coer et le parfournir en
             30  oevere de charitee. Nostre seignur etc. Escript etc.


                   De par Emme Trygge a l'Evesque de Norwiz.

Page 100

52

MARGARET, COUNTESS OF WARWICK TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

? 1402


                   Tresreverent pere en Dieu et mon tresentierment bien
                   amé cousin, la hault desir que continuelment me vient au
                   pensee de coer d'estre acerteinéz de vostre honurable estat
                   et parfite santee, me fait de vous faire escrivre a present,
               5  vous em priant treschierment que pur l'encresce de mon
                   ease et confort me vuilléz envoier, a tous les foitz que vous
                   52-7 [52-7comment . . . confort = how you are in health and comfort.101purréz, coment vous estez de santee et confort, pur amour
                   de moy. Et, moun tresentierement bien amé cousin, vous
                   please a entendre coment je sui voirement enfourméz que le
             10  persone de Bestone deinz vostre diocise le ix jour de
                   juyllet encontre la loy fist certeins personnes tenir ove forte
                   main en le noun del Conte d'Arundelle un hundred deins
                   ma seignurie de Saham et ma hundred de Waylond, gisant
                   lui mesmes un poy de la ove cent archiers pur la mainteigner,
             15  s'ascun le veuilleit contredire, quelle chose m'est tresgrand
                   dishonur, et disheritesoun a mon tresentierment amé filz,
                   si ent ne soit remedie par temps ordeinéz. Et outre ce, la ou
                   52-18 [52-18la ou . . . seignurie = whereas my whole lordship was warned.101il estoit garniz a tout ma seignurie que moun hundred
                   serroit tenuz le lundy lors proschein ensuiant, le dit persone
             20  commanda son chapellein de publicer [f.219a] en le pulputte le
                   dymeinge devant, a tous ses parochiens q'estoient ables,
                   q'ils deuissent lour faire prestes en lour meillour manere
                   pur venir ovec lui mesmes en resistence de ma droit, et
                   ensi par son torceneuse governance mon hundred ne fuist
             25  pas tenuz a moun tresgrande parde, deshonur et damage. Si
                   vous em pri, mon tresentierment bien amé cousin, que
                   vous vuilléz considerer la hault mespression et noun deu
                   governance del dit persone encontre la loy ensi fait, et sur
                   ce lui correcter pour son offence selonc vostre poair et

Page 101


             30  ensample des autres de son degree, sur la treshaute affiance
                   que je tiens toudis en vous, sachantz vraiment, si y a riens
                   en poair de moy que vous purra estre bien ou pleasir, que
                   d'aussi tresbon coer le ferray come nully vivant, car a ce
                   je me tiens chierment tenuz, la vostre tresentiere mercie.
             35  Aussi vous em pri treschierment q'a moun bien amé
                   serviteur, J. T., portour d'icestes, vous please adjouster foy
                   et credence en ce q'il vous dirra en ceste matire pour amour
                   de moy. Tresreverent pere en Dieu etc. Escript etc.


                   De par la Dame de Warrewyk a l'Evesque de Norwiz.

53

THE EARL OF SOMERSET TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

1397-1406


                   Reverent pere en Dieu, treshonuré et tresentierment bien
                   amé cousin, je vous salue tressouvent, et vous pri q'en les
                   choses que mon treschier et bien amé chapellein, Sir J. M.,
                   Gardein del Hospitalle Nostre Dame et seint Nicholas de [f.219b]
               5  Walsingham la greindre deins vostre diocise, ad affaire et
                   pursuir devers ou devant vous, touchant certeins causes de
                   son dit benefice, vous vuilléz a lui estre bien vuillantz et
                   secourrantz par tous les voies que vous bonement purréz, et
                   surveier que loy et raison lui soit fait, par ensi q'il pourra
             10  sentir que ceste ma prier lui pourra availler et lieutenir en
                   sa pursuyte suisdite, entendantz de certein, reverent pere
                   en Dieu, q'en ce faisant me ferréz grand pleasir, par ont je
                   me reputeray estre tenuz de faire autre foitz pur vous ou
                   ascun de les voz la chose que vous purra tant pleasir.
             15  Reverent pere etc. Escript etc.


                   De par le Conte de Somersete a l'Evesque de Norwiz.

Page 102

54

WILLIAM CLIFFORD TO RALPH, LORD GREYSTOCK

after Sept: 1402


                   Treshonuré seignur, je me recommanc a vous ov tresen-
                   tier coer, vous esmerciant souvent de voz grandes naturesses
                   et bienfaitz a moy faitz devaunt ces heures, vous suppliant de
                   bone continuance. Et vous please assavoir que j'ay bien
               5  entenduz voz lettres a moy directes ovec un lettre de l'Eves-
                   que de Norwiz touchant l'enquisicioun d'un Escuier d'Es-
                   coce appellé J. de Todryk, qui demourroit ovesque mon
                   seignur J[ohan] de Swyntoun, touchant qelle matire j'ay
                   fait ma diligence selon la purport de voz dites lettres, sibien
             10  de la Contesse de la Marche, come des gentz demourrantz
                   sur la Marche, qels m'ont dit q'il n'est forsque un pover
                   homme et nulle rien ad, ne [f.219c] terres, dont je purray gaigner
                   ascune cognoissance, et dient que luy ne tous ses amys
                   dont ils ont cognoissance ne purront attentre ne paier pur
             15  sa raunsoun a la somme de XX marcz. Autres ne say de lui a
                   present. Et, treshonuré seignur, si rien soit par de cea que
                   je faire puisse a voz pleasirs, ent vous please moy certifier et
                   54-18 [54-18ent . . . commander = may it please you to let me know and command me about it.103commander, et je le ferra ove treslee coer a mes petitz sen et
                   poair. Treshonuré seignur etc. Escript etc.


             20  De par W[illiam] Clifforde a le Baroun de Greystok.

Page 103

55

HENRY, BISHOP OF NORWICH TO ANNE, LADY BOTILLER

Before 1406


                   Treschiere et tresentierement bien amé niece, nous
                   vous saluons auxi entierement de coer come nous savons et
                   pluis puissons, sovereignement et de tout nostre cuer
                   desirantz pur savoir et oier confortablez novelles de vous et
               5  de vostre bon estat et santee. Et depuis que Chef, vostre
                   vadlet, estoit a nous et nous porta novelles que vous fuistes
                   deliveréz d'un beal fitz, loiéz en soit Dieu–de quoy nous
                   estoions et sumes tresjoyous de cuer–nous n'avoions
                   55-9 [55-9nous n'avoions…grandement = we have had no news of you, which grieves us greatly.104novelles de vous, de quoy nous poisons grandement. Si
             10  vous em prions chierement que vous nous vuilléz certifier de
                   vostre estat et saintee, et coment vous estez en ease de coer
                   en tous parties, et de tous voz autres pleasirs et desirs au
                   tressoverein confort de nous. Et vuilléz doner foy et cre-
                   dence a nostre bien amé esquier, L. M., portour d'icestes, en
             15  ce q'il vous dira par bouche de par nous. Et prions etc. Escript etc.


                   De par l'Evesque de Nor[wiz] a la Dame le Botillere.

Page 104

56

ANON TO A LAY MAGNATE

March-April 1398


                   Mon treshonurable et tresgracious seignur, vous please
                   assavoire que le Roy venist a Westm' le jour de seinte
                   Marie a soir. Monseignur de Lancastre, le Duc de Hereforde
                   et plusours seignurs viendront ovesque lui et monseignur de
               5  Cantirbirs venoit auxi ovec le Roy, et le Roy retournera
                   deins deux jours envers Wyndesore, come dit est, et la
                   lundy ore proschein serra plein issue ordeignee par entre les
                   Ducs de Heref[ord] et de Norff', et le Duc de Norff' a present
                   est gardé en le garderobe du Roy par le Mair de Londres,
             10  sibien de jour come de nuyt ove grande force par com
                   mandement du Roy, come je sui enformé. Meistre Rauf
                   de Selby vous consaile en tant et si hastivement come il
                   purra que vous vous hastés pur estre a Londres le pluis tost
                   que vous purréz, de pursuyer en propre personne pur vostre
             15  cause devant vostre jour, ou autrement grande lachesse
                   serra retté en vous, come il dist, car il doubte unqore si
                   mon seignur de Cantirbirs serra a Londres a vostre jour
                   assignee ou noun, et par vostre personele presence venant
                   par temps, il dit que vostre jour purra estre salvee. Outre ce,
             20  mounseignur, il m'est countee par le dit Meistre Rauf et
                   par autres gentz d'estat q'un grande assemblé serra faite
                   deinz brief de prelates et de clergie par ordeignaunce du
                   Roy et de son conseil, en quel lieu ne pur quelle cause
                   unqore ne say jeo mye. Le seinte etc.

Page 105

57

THOMAS STANLEY TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

?c. 1404


                   Treshonuré seignur et mon tresreverent pere en Dieu,
                   je me recommanc a vous, en desirant d'oier et savoire bones
                   et confortables novelles de vous et de vostre honurable
                   estat, lequelle je pri al toutpuissant Dieu q'il maignetiegne
               5  en honour, prosperité et parfite joye, selon ce que vostre
                   cuer desir. Et pour tant, mon treshonuré seignur, que
                   moun chier et bien amé Esmon Alderforde, presentour
                   d'icestes, et un autre home, qui sont personnes benefisiéz,
                   sont en purpos de permuter canoniquement certeinz leur
             10  benefices, mediantz les congié et assent de lour patrones et
                   ceulx qui ont l'entreesse, si supplie et requere a vostre
                   gracieuse seignurie et tresreverent paternité q'il vous please
                   de vostre benigne grace al dite permutacioun assentir et
                   ycelle admitter et expedier, et faire outre ce q'appartient a
             15  vostre office pastorel en le cas, moi commandantz toudiz a
                   voz volentees et pleasirs. Suppliant a le treshautisme Trinité
                   etc. Escript de par T[homas] de Stanley, clerc, a l'Evesque
                   de Norwiz.

Page 106

58

HENRY, BISHOP OF NORWICH TO ANON


                   Treschier et tresfiable amy, nous vous saluons souvent
                   foitz d'entier cuer, vous em priantz entierment de cuer q'a
                   soir de le jour de seint Edwarde, ou l'endemain bien matin
                   a plus tarde, vous please estre ovesque nous a nostre manoir
               5  de G[eywode], a fin que nous purrons treter et entre comu
                   ner ove vous d'ascunes [f.220b] certeins matires, nous, noz honour
                   et le droit de nostre esglise bien prés touchantz, et nomement
                   pour cesser grandes ryotes ore de novel sourdés entre noz
                   tenantz de nostre ville de Lenne. Et ce ne vuilléz lesser, come
             10  nous nous fions de vous. Em priantz a la benoite Trinité etc.
                   Escript de par l'Evesque de Norwiz.

59

MARGARET, COUNTESS OF WARWICK TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

1401-6


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré cousin,
                   je me recommanc a vous tant et si entierment de tout mon
                   coer come je say ou puisse, desirante grandement de vostre
                   honurable estat et de vous bones novelles oier et savoir, que
               5  Dieu pur sa haute puissance vous ottroye selon vostre desir
                   et plesir. Et, treshonuré cousin, pur ce que jeo m'affie moult
                   grandement en vostre personne, ce me fait escrivre par
                   devers vous a present pur mon treschier et tresbien amé
                   clerc, sir T[homas] W[roxham], persone de Neketoun, qui
             10  ad grandement affaire en voz partiez, a qui vostre eide et
                   bone seignurie lui purra moult avayller. Si vous em pri
                   d'entier mon coer, treshonuré cousin, q'a mon dit clerc
                   vous please estre bone et gracious seignur en son droit, et

Page 107


                   lui moustrer la plus ease et secour en ce q'il ad affaire, par
             15  consideracioun de ceste ma priere, issint q'il purra sentir
                   59-16 [59-16issint . . . vous = so that he may feel this my letter to have been of value to him with you,108cest ma lettre lui estre valoir envers vous, et aussi en mesme
                   la manere jeo [f.220c] m'affie seurement que vous vuilléz estre
                   bone seignur a tous mes tenantz par de la, et lour maintenir
                   et sustenir en lour droit, sur l'affiance que je porte toudiz
             20  envers vous, sachantz de certein, treshonuré cousin, que si
                   riens y soit que je puisse faire a vostre honour et pleasir,
                   que vous please de m'envoier come a celluy qui serra plus
                   lee de les accomplir que vous ne serréz de le m'envoier.
                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré cousin je
             25  pri etc. Escript etc.


                   De par la Dame de Warr[ewyk] a l'Evesque de Nor[wiz].

60

MARGARET, COUNTESS OF WARWICK TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

1401-6


                   Tresreverent pere en Dieu et mon tresonuré cousin,
                   continuelement sui je desirant de vostre honourable estat
                   et entiere sanctee bones novelles d'oier et savoir, que Dieu
                   pur sa puissance m'ottroye sembleables et si bones toutdis
               5  60-5 [60-5continuelement . . . panser = I am continually desirous of hearing and learning good news of your honourable estate and entire health, which may God in his might grant me to hear of you always, of like nature and so good that no heart could think of better.108de vous oier come nulle cuer savera mielx panser. Et, tres
                   reverent pere en Dieu, come en la pais de Norff' y sont

Page 108


                   certeinz tenantz de mes treschierment améz cousinz, le Sire
                   de Bardolf et Monsire W[illiam] Bardolf, son frere, que
                   cleyment d'avoir commune ovesque les tenantz del priory
             10  de mesoun de Choledam en autre manere que unqes fuist
                   uséz ne accustuméz–laquelle maison estoit del fundacioun
                   de moun treshonuré redoubté seignur et marry, que Dieu
                   pardoint, et de ses auncesters, et a present est de ma patron
                   age, et ainsi moy semble que je deusse avoir la dite maison
             15  en la plus tendresse et chiertee [f.220d] a cause de ma tresentier
                   ment amee, la soer de mon dit tresredoubté seignur, [qui]
                   estoit religiouse dame en la dit lieu, et de ma tresentierment
                   amee niece aussi, Dame Kateryne Beauchampe, qu'est
                   unqore religiouse en la dite maisoun–si vous en pri de tout
             20  mon cuer que vous please veier la dite matire q'est pendant
                   entre lez ditz tenantz pur la dit commune, et moustrer vostre
                   bone seignurie a les ditz tenantz del priory susdit, pour lour
                   aider et sustenir en lour droit, au fyn que loy et raisoun
                   purra estre faite aux ambedeux parties, sur l'entier affiance
             25  que je port continuelment envers vous, car il me serroit
                   moulte grande poissance et deshonur s'ils deussent perdre
                   ascune parcelle de droyt en ma temps. Et pur ce je vous
                   supplie d'entier cuer de prendre la cause de dit priorye le
                   plus chierment au coer pur l'amour de moy. Tresreverent
             30  pere etc.


                   De par la Dame de Warr[ewyk] a l'Evesque de Norwiz.

Page 109

61

THOMAS DE LONGELEY TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

?1401


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré seignur,
                   je me recommank a vous de si treshumble et tresentere coer
                   come je scay ou plus puisse, en vous remerciant de trestout
                   mon coer des plusours voz tresgraciouses seignuries, les
               5  quelles il vous a pleu moy faire de vostre grande cortoisee
                   et sanz le mien desert, dont Dieu par sa toutepuissance
                   vous en rende recompense ou a ce je ne puisse souffir. Et,
                   moun treshonuré seignur, touchant l'esploit de voz besoignes
                   des queulx [f.221a] moy a chargéz de par vous mon amé compai-
             10  gnon, J.R., qui en ce m'ad assés diligentment sollicitéz, sa
                   voir vous please, treshonuré seignur, que primerment j'ay
                   parléz d'avoir pardon de nostre tressouverain seignur le Roy
                   d'une somme par vous deue, et ce selon le tenour d'un bille
                   dont le dit nostre seignur le Roy voet estre aviséz, et come
             15  j'espoir en temps a venir vous en averéz ease en tout ou en
                   partie si Dieu plest; et quant a une autre bille de par vous a
                   moy baillié par le dit J.R. touchant la sentence donee sur
                   les matires lors esteantz d'entour vous et les priour et covent
                   de Norwiz, j'en ay parléz primierment a moun seignur
             20  l'Ercevesque et depuis par son avys a nostre dit seignur le
                   Roy, liquel j'ay supplié d'avoir l'avantdite sentence exem-
                   plifié desoubz son grande seel et brief direct aux parties pur
                   la garder et observer, liquel nostre seignur le Roy me disoit
                   q'il veulloit bien que la dite sentence feusse bien executé
             25  et l'effect d'icelle tenuz et gardéz, et pour ce au primer
                   voleit il escriur desoubz soun signet a vous et as ditz priour
                   et covent et vous signifier sa volentee en ce cas, et de ce
                   vous apporte les lettres le susdit J. R., portour d'icestes,
                   qui d'autres matires q'il moy a parléz de vostre part vous
             30  sceit rapporter l'esploit. Et d'autres ne scay que vous

Page 110


                   escriver a present, més, treshonuré seignur, vous supplie de
                   trestout mon coer que, comebien que voz besoignes ne
                   soient esploitéz [f.221b] de tout a vostre pleasir, ce vous please
                   nient prendre a grief, car j'espoir en Dieu et a vostre tres
             35  sage discrecion que parmy vostre bon et paciente gover
                   nance, que de temps en temps serra si Dieu plest a nostre dit
                   seignur le Roy repportee, il vous serra tresbon seignur et
                   bien ferra chose a vostre plesir. Et si chose soit que faire
                   puisse a vostre desir, ce vous plaise moy commander come a
             40  vostre treshumble serviteur, et je le ferray de treslee coer.
                   Tresreverent etc. Escript etc.


                   De par T[homas] de Longeley a l'Evesque de Nor[wiz].

62

HENRY, BISHOP OF NORWICH TO LADY DESPENSER

c. Jan: 1406


                   Treschiere et tresentierment de tout mon cuer mielx
                   amee nece, je vous salue si entierment de coer et en tant
                   come je scay ou plus puisse, touz jours souvereinment
                   desirant d'oier bones novelles de vous et de vostre honurable
               5  estat, saintee de corps et confort de coer, des quelles je pri
                   a Dieu q'il moy doigne toudiz si bones et si honurables
                   de vous oier comme vous mesmes ou ascun bone loial coer
                   mielx sceit deviser ou souhaider, a tressouvereigne joy et
                   confort de mon cuer. Et si de mon estat vous plese assavoir,
             10  al faisance d'icestes j'estoy en santee de corps, loiéz ent soit
                   Dieu, més comebien que ma nice chare me voldroit de sa
                   nice maistree moy confreindre d'estre dolerous et poisant,

Page 111


                   nientmein j'ay moy surmys a raison, faisant raison seignur
                   souverein desur la nicetee de ma chare, par qi je voille
             15  estre governé, [f.221c] et ensi je vous conseil que vous facéz. Car
                   raison moy dit, que est sur tous choses que sont ou que
                   unqes estoient ou ja serront, et voet avoir sa volentee
                   maugré queconque voillant le contraire, et il est corussé a
                   chescun groundelant encontre sa volenté, ne nul poet
             20  resistre sa volenté, et tous qui sont ou unqes estoient ou ja
                   serront, sont ou serront mortz, ne mort poet estre eschewé,
                   car chescun l'avera; et raison dit, que veiller, penser ou
                   souhaider et ymaginer pour recoverer la chose recoverable,
                   elle voet bien; més pur dolerer, suspirer, languisser, plorier,
             25  gemer ou fremer pur chose noun recoverable, est plusours
                   foitz le plus grande folie que soit. Car primerment, il est
                   grande displesance a Dieu et pecché pur ensi groundeler
                   encontre sa volentee; secoundement, il est pluis horrible
                   pecché encontre nature que soit, car par tiel dolour home
             30  poet consumer lui mesmes tanque al morte et lui fair morir,
                   ou au meinz faire lui mesmes forsener et si peccher encontre
                   sa propre nature; tiercement, par tiel dolour homme res
                   treint sa leysur q'il ne poet bien gouverner lui mesmes, et
                   auxi destruyt son seen q'il ne poet governer lui mesmes, ne
             35  de garder ses biens, més de pardre et gastier quanque il ad
                   sanz nul aide ou bien faire au morte, et c'est trespas et pecché
                   encontre raison; le quarte, par tiel dolour home gast et
                   destruit sa puissance et son corps, q'il ne poet lui mesmes
                   aider ou [f.221d] faire aucune bien, et ensi home pecche et trespas
             40  encontre soy mesmes sanz rien profiter al morte, més plus
                   tost lui damage. Més raison voet bien que chescun home en
                   chescune adversitee purpense et study par tout son vigour
                   et tous les meilliours aides et voies envers les meilliours
                   fyns et besoignables de le redresse et amendement de lour
             45  adversiteez et del morte des amys, entour les mielx affaire,
                   et aide de s'alme, sanz rien groundeler contre Dieu, ou
                   dolerer ou langger pur ascune rien non recoverable. Et
                   pur ce pur Dieu, treschier et tresdouce mielx amé niece,
                   oustés tieles folies et nicetees de vostre cuer et faites raison
             50  chief de vostre conseil, et vostre chief governour en oustant
                   tels nices dolours de vostre cuer, pensant et studiant tant

Page 112


                   seulement de recoverer ce qu'est recoverable, et entour
                   profitables besoignes affaire, traiant léésce a vostre cuer en
                   refreschement de voz seenés pur mielx saver vostre meillour.
             55  Et quant a moy, treschier et tresentierment mielx amee
                   nice, vous promytte par ma foye que unqes ne fui je si
                   voluntif de faire ce que vous purroit tournir a honour ou
                   proufit ou plesance ou confort come je sui ore. Car si plesir
                   vous soit je serra desormés a vous pere, uncle, marry et frere
             60  a tout moun entier pouair, et si Dieu plest, vous troveréz
                   bien que ce n'est my tant [f.222a] seulement beal promesse, més
                   parfit donne. Treschiere etc. Escript etc.


                   De par l'Evesque de Norwiz a la Dame le Dispenser.

63

HENRY IV TO HENRY, BISHOP OF NORWICH

P.S. 1403


                   Reverent pere en Dieu et nostre treschier cousin, nous
                   vous saluons tressouvent, en vous signifiant que nous avons
                   receuz voz lettres a nous ja tarde adressees, fesantes mencion
                   d'une accorde par noz commissaires traitee d'entre vous
               5  et noz chiers et bien améz, les Maire et burgeoys de la ville de
                   Lenne, laquele accorde, come escript nous avéz, vous
                   ferréz accomplir de vostre part. Si vous prions treschierment
                   que ensi faire vueilléz et la susdite accorde mettre en execu-
                   cion en tiel et si favorable manere et en autres choses que
             10  vous touchent, les susditz Maire et burgeoys si bonement
                   traiter q'ils puissent sentir ceste nostre priere leur valoir;
                   et que a icelx Maire et burgeoys ne facéz estre grevance
                   queconque encontre voz promesses faitz a noz commis
                   sairs susditez, comme nous nous fions de vous. Et nostre
             15  seignur etc. Donné etc. soubz nostre privé seel.


                   De par le Roy a l'Evesque de Norwiz.

Page 113

64

HENRY, BISHOP OF NORWICH TO A NEPHEW

c. Jan: 1400


                   Treschier et tresentierment amé nepveu, nous vous
                   saluons etc. D'autre part, treschier et tresentierment amé
                   nepveu, vous plese assavoir que eir nous viendrent lettres
                   de Londres d'un de noz bienvoillantz, faisantz mencioun
               5  q'il est overtement dit et en commune parole en le court de
                   nostre tresredoubté seignur le Roy que nous deussons estre
                   consentantz et assentantz a celles seignurs rebelx, qi sont
                   ore trespassés, et a lour [f.222b] rebellion, et auxi que nous deussons
                   aler dedeinz cest Nowelle a l'Abbey de Seint Benet ou ail
             10  lours faisantz grande semblé de chivalers et autres grandes
                   gentz de pays pur faire alliance et confederacie pur estre
                   ovec lez ditz seignurs rebelx encontre nostre dit tres
                   redouté seignur le Roy, et que nous deussons resceur
                   lettres des ditz seignurs rebelx et eux envoier lettres en
             15  confortantz et sustenantz de lour rebellion. Dont vous plaise
                   assavoir que nous dions expresse, par la foye que je doie a
                   Dieu et a seinte esglise et par la foie et ligeance que je doie a
                   nostre tresredoubté seignur liege le Roy H[enry], q'ore est,
                   nous n'avoions unqes sceu ne cognoissance de le rebellion
             20  des ditz seignurs rebelx tanque a la joesdy proschien aprés
                   le Tiphanie prés de none, que le sire d'Escales nous le conta,
                   ne nous ne parlasmes unqes ne nous envoiasmes unqes
                   ne par lettre, ne par bouche, ne par nulle autre manere
                   rien touchant tiels rebellions as ditz seignurs rebelx ne a nulle
             25  autre, ne unqes les ditz seignurs parlerent a nous de tiel
                   matir, ne unqes depuis le darrein parlement receyvasmes de
                   eulx messages par lettre ne par bouche, si non un foitz que
                   le Count de Huntyngdoun nous salua de bouche par un
                   entrevenaunt. Et touchant le seconde article, nous dions
             30  par mesme nostre foye desuis escript [f.222c] que depuis le marsdy

Page 114


                   devant la fest de seint Thomas l'Appostoille devant Nowelle
                   nous ne montasmes nulle chival, ne touchasmes unques
                   chival, ne bougasmes hors de Southelmham, ne hors de
                   nostre manoir de Southelmham, si non un foitz a pee a
             35  l'esglise parochiel pur y estre a l'enterement d'un noz
                   servantz, tanque a la faisance d'icestes, ne nous purposons
                   de bouger ne de mever de nulle lieu a autre, més nous de
                   tenir en pees en la manere come nostre tresredouté seignur
                   le Roy nous ad commandé tanque le mond soit le mielx
             40  establé, si ne soit par commandement de nostre dit seignur
                   le Roy ou de Monseignur de Cantirbirs. Et touchant l'assem-
                   blé des gentz, nous dions expresse en veritee par mesme
                   nostre foye desuis escript que nous n'avons faitz nulle
                   tielle semblé, ne nulle tretys ovesque nulluy de ceulx
             45  matires, si noun que, oie lez novelles de les matires susdites
                   par le sire d'Escales, nous envoiasmes pur quatre ou cynk
                   chivalers, et escuiers de les meillours de pais entour nous
                   64-48 [64-48hors twice115chescun par soy hors des presentz des autres, esmoustrantz
                   les novelles que nous avoions, et priasmes et conseilasmes
             50  chescun de eulx par soy q'il ne deveroit mever ne bouger
                   par commandement de nul seignur ne de nulluy autre, més
                   les tenir tout en paix, si non par commandement de nostre
                   tresredoubté seignur le Roy, et les priasmes [f.222d] et conseillasmes
                   de prier et conseiller lour veysyns de faire en le mesme
             55  manere. Et qiconque die le contraire de ce desuis escript,
                   ou que nous sumes ou que nous unqes estoiasmes desloialx
                   a ma ligeance ou a mon seignur liege, q'ore est, ou a qicon
                   que autre mon seignur lige, qu'estoit, hors prys ma ligeance
                   s'il soit si haut seignur ou de si haut estat que nous covienons
             60  de faire reverence de droit, nous dions, save reverence, il ne
                   seut my bien de nous ne dit voir, més il dit autre que voir,
                   et s'il soit nostre parengale ou queconque autre personne
                   a que nostre responce est overte nous dions q'il mente
                   faucement, et assés sumes et toutdiz serrons prestz de sus
             65  tenir tanque l'alme remaint en nostre corps en quele manere
                   que nostre tresredouté seignur le Roy et monseignur de
                   Cantirbirs moy veullent ordeigner ou awarder. Et en
                   tesmoignance de ce a iceste lettre nous avons mys le seel de

Page 115


                   noz armes. Par quoy, treschier et tresentierment amé
             70  nepveu, vous prions si entierment de coer comme nous
                   savons ou pluis puissons, et vous requerons par vertu de
                   sang et de nepveuté, que si vous oiés ascun parler rien
                   encontre ce que nous avons affermé en ceste lettre, de
                   respondre pour nous et parler en tiele manere come vous
             75  vouldréz, que nous deussons faire pur vous en vostre
                   absence si nous feussons un home temporel come vous
                   estes, [f.223a] lui moustrant ceste nostre presente lettre. Et si ensi
                   soit que vous n'oiéz nully parler de tielx matires, vous
                   p[l]ese de tenir ceste lettre privee sanz moustrer, car nous ne
             80  vouldrons esveiller le chien que dort. Et vous prions si
                   entierment de coer que nous puissons, que vous please
                   prendre ceste matire tendrement a cuer come vous veulléz
                   la salvacion de nostre honour, li quel est vostre. Et vous
                   prions de donner foy et credence a nostre bien amé vadlet,
             85  T. S. etc., portour d'icestes etc.

65

THOMAS STANLEY TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   Mon treshonuré et tresentierment chier et tresnoble
                   seignur et soverein et tresreverent piere en Dieu, je me
                   recomank a vostre hautesse et tresreverent paternitee
                   treshumblement de coer, toudis esmerciant vostre hautesse
               5  et gracieuse seignurie de vostre noble guerdoun dont
                   m'avetz si gentilement guerdonéz, pur l'accomplissement
                   de quelle j'envoie a present mon treschier cousin, G. A.,
                   et autres mes procurours, a qi vous please commander
                   voz ministres faire gracious esploit, sibien touchant repara
             10  cion come autres choses, suppliant a luy treshautisme

Page 116


                   Trinité vous garder et governer en honour et prosperitee
                   treslonguement a durer par sa benigne grace. Escript etc.


                   De par Th[omas] de Stanley a l'Ercevesque de Cantirbirs,
                   Primat de tout Engleterre.

66

JOHN NORBURY TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

After Jan: 6th, 1400


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré seignur, je
                   me recomans a vostre seignurie. Et pur tant que vous desiréz
                   d'oier no [f.223b] velles que sont de par de cea, vous [plese] savoir
                   que le Conte de Kent encontra ov W[auter] Hungreforde,
               5  chivaler, et lui fist jurer maugré soen d'estre ovec lui, et
                   amesna en sa compaignie a Cirecestre, et le dit W[auter],
                   veiant q'estoit ensi constreint, garna privément les baillifs
                   du dite ville, eux em priant de faire assemblé pur arrester les
                   rebelles et maufesours du Roy nostre seignur, et les ditz
             10  baillifs et comunes du dite ville firent assemblé et ont pris le
                   dit Conte de Kent, le Cont de Saresbirs et tout lour meny
                   de lour assemblé le jour de la Piphanie a noet et tout salve
                   ment gardéz, et mon seignur le Botiller et moy serrons la
                   joesdy proschein le fesance d'icestes pur eux receivre et
             15  amesner vers nostre dit seignur le Roy a Oxon'. Tresreverent
                   pere etc. Escript etc.


                   De par J[ohan] Norbury a l'Ercevesque de Cantirbirs.

Page 117

67

L. DONE AND JOHN WALCOTE TO THE TREASURER


                   Tresgracious et tresreverent seignur, nous nous recom-
                   mandons a vostre seignurie, a quelle plaise assavoir que par
                   vostre commandement avons oïe les demandes de J[ohan]
                   Creek envers J[ohan] de Wyndesore comprisez en trois
               5  cedules, dont l'une touchant chevance et la parde d'icelle
                   comence: 'Item, J[ohan] W[yndesore] doit pur chevance fait
                   ovesque [f.223c] J. P. etc.'; Une autre cedule pur drape achaté que
                   comence: 'Ceux sont etc.', et une autre pur taillour et autres
                   parcelles que commence: 'Item, J[ohan] W[yndesore] doit
             10  a J[ohan] C[reek] pur tailloury etc.', les quelx parcelles de
                   taillourie et draperie si vous semble trop chiers, le dit
                   J[ohan] C[reek] voet amendre et estre a vostre discre-
                   cioun. Et quant al ce cedule de chevance, le dit J[ohan]
                   W[yndesore] ad respondue comme est contenuz en une
             15  cedule de parchemyn, forspris que le dit J[ohan] W[yndesore]
                   respont rien a la parde de dit chevance eins que lez ditz
                   J[ohan] C[reek] et J[ohan] W[yndesore] le mettent en vostre
                   discrecioun; lesquelx quatre cedules nous avons mys en la
                   garde sire J[ohan] Innocent par vous bailler a vostre venue
             20  de parfaire vostre ordeignance. Treshonouré seignur etc.
                   Escript etc.


                   De par L. Done et J[ohan] Walcote au Tresorer d'Engle
                   terre.

Page 118

68

ROGER KEGWORTHE TO MASTER ROBERT HALLUM


                   Treshonurable et tresreverent sire et meistre, je me
                   recomans a vous en tant come je puisse ov tous honures et
                   D68L3 [D68L3] ententendre119reverences. Et, treseverent sire, vous please a entendre
                   coment un Sir Adam, q'est chapellein ore ovesque mon
               5  treshonuré maistre J[ohan] Hende, moy enfourma et certifia
                   coment est une femme, q'est ore une voeve et fille a la
                   femme de W[illiam] Elys de Cantirbirs, qu'est ore a marier,
                   et laqelle femme est tenuz une femme honeste [f.223d]
                   et de bone conversacioun et poet ore bien expendre par an quarrant
             10  marcz, et aprés la decesse de sa miere, femme du dit W[illiam]
                   Elys, elle expendra XX li. plus par an, sicome je sui enformé
                   par le dit Sir Adam. Et auxint le Sir A[dam] moy enforma
                   coment il est un homme q'est Marchalle de Sale mon
                   tresreverent seignur l'Ercevesque de Cantirbirs, liquel est
             15  gisaunt graundement d'avoir la dite voeve a sa femme.
                   Nepurquant les pere et mere du dite femme ne sont pas en
                   volentee et ne veullent consentir de marier la dite voeve
                   lour fille au dit Marchalle, mais vouldrent mielx d'elle
                   marier a un marchant ou a un des servantz mon dit tres
             20  reverent maistre devant tous autres en icelle pays, au quelle
                   femme mon coer gist fermement et moult d'avoir lui a ma
                   femme, en cas q'il poet estre par vostre bon aide. Si vous
                   en pri humblement, treshonurable sire et maistre, come
                   m'affiance est [en] vous devant tous autres, d'enquerer de la
             25  dite femme et avoir parlaunce ovec le dit W[illiam], pere du
                   dite femme, d'iceste matire, et avoir veu du dite femme, et
                   quelles biens et rentz elle ad a present et avera en temps
                   a venir, et sur ce vous please faire vostre diligence a iceste
                   matire, come je m'affie entierment de vous, car tous [f.224a] les
             30  servantz mon dit maistre sont dimittéz et hors de service de

Page 119


                   mon dit maistre forsque seulement moy, et nulle servant
                   ovec mon dit maistre est si secrete ove luy come je suy, et il
                   m'ad promys de moy grandement encreser en temps a venir
                   si Dieu plaist. Et auxint, treshonurable sire, le dit Sir
             35  Adam soy affie en vous de venir devers vous al Feste de seint
                   Michel d'estre vostre chapellain, si vous plaist. Et touchant
                   al matire de mon frere lequelle vous bien savéz, vous em
                   prie entierment de coer de continuer et ordeigner pur lui
                   quant vous veiés temps. Autres choses ne say a present,
             40  mais vous em prie chierment come m'affiance est en vous de
                   faire vostre diligence en ceste matire, et sur ce vous please
                   m'envoier responce d'icelle par lettre par la proschein
                   entrevenant. Et nostre Seignur Jhesu vous eit toudiz en sa
                   garde.


             45  Escript de par Roger Kegworthe draper de Londres a
                   Maistre Robert Hallum.

69

JOHN DE BOYS TO THE ARCHDEACON OF BUCKINGHAM


                   Treschier et tres entierment bien amé sir, je vous salue
                   tressouvent de coer. Et pur ce que j'ay entenduz q'il y a un
                   certein pursuit fait envers un Jehan Jolyf del petit Merston
                   el Contee de Buk' et Alice sa feme, et auxi Johan Harald et
               5  R Warde de P., et auxi que ils deussent apparier [f.224b] et venir
                   ycest jour en la presence mon treshonuré seignur de Cantir-
                   birs, si vous en pri, treschierment d'entier mon coer, et
                   come en ascune autre chose, vous puisse en aprés faire que

Page 120


                   vous viendroit a plesir, que vous vuilléz a cause de moy les
             10  excuser pur icest jour, et continuer les dites cause et matire
                   jusques au temps que vous et moy entreparlerons, que serra
                   deins brief si Dieu plaist, au quel temps vous par moy
                   serréz enforméz la certeinetee des matere et cause avantdites,
                   et en ferons tiel fyn et accorde que vous viendra a plesir.
             15  Et vous en prie que vous please oier et accepter l'enforma-
                   cioun de moun chier et bien amé le portour d'icestes, et a
                   lui adjouster foy et credence en ce q'il vous dirra de par
                   moy. En priant a le seint Espirit etc.


                   Escript de par Jehan de Boys a l'Ercedeakene de Buc'.

70

RICHARD MURIELLE TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   Treshonurable et tresgracious seignur, je vous mercy
                   tresentierment et treshumblement et de tout mon coer de
                   voz tresbonnetevose seignurie, naturesse et tresjoyous
                   chiere a moy faitz tresgentilement. Et please a vostre gra-
               5  ciouse seignurie d'entendre que vraiment la remembrance
                   de eulx est a moy de temps en temps recreacioun, et ne
                   serray parfitement lee ne joyouse tanque je [f.224c] voie vostre
                   treshonurable estat et mes maistres et compaignons vostre
                   meynee. Treshonurable et tresgracious seignur, vous please
             10  assavoire que, touchant Johan Broun que fuist prys hors
                   del esglise de Honneslowe, les gentz de pays environ, des
                   quelx vous envoie les nouns en un cedule, venerent a
                   Wycombe cest marsdye en le Feste d'Exaltacioun du seinte
                   Croys, en plesance de seinte esglise et de vostre treshonur
             15  able dignitee, proferantz a lour poair de carier et restorer
                   le dit J[ohan] B[roun] au dite esglise de Huneslowe. Sur

Page 121


                   quoy je demandoy le dit J[ohan] B[roun] s'il voleit celle
                   benefice prendre, qui disoit et respondye, q'il ne voleit, en
                   disant que ceulx furent sez enemys, la ou par entre Dieu
             20  et moy selon mon conceipt et conscience lez dites gentz
                   nulle male ne peril penseyrent au dit Johan en ascun manere,
                   méz plus tost voilloient faire loure powaire pur luy saver
                   par le chemyn. Et puis je demandoy a lui s'il voloit aler
                   savement a l'esglise de Wycombe, et disoit que non, més a
             25  l'esglise de Honneslowe en temps a venir plus savement.
                   Et moy requist luy tenir en prison, pur quoy, treshonurable
                   et tresgracious seignur, considerantz ma entiere affiance en
                   vostre secour et discrecion, vous please moy envoier vostre
                   avyse et vo [f.224d] luntee gracieusement en ce cas quelx ne
             30  passera pur nulle rien a mon poair. Treshonurable etc.
                   Escript etc.


                   De par R[ichard] Murielle a l'Ercevesque de Cant[irbirs].

71

ANON TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   Tresnoble honuré sire et mon treseverent pere en
                   Dieu, je me recomans a vous, humblement requerant
                   d'avoir vostre benisoun, et de tout mon coer sui desirant de
                   savoir de vostre bone et honurable estat et santee, lez
               5  quelles je prie a Dieu que a vous, mon tresreverent pere,
                   voille ottroier si souveraignement bone come vostre noble
                   gentile coer le sceyt mielx deviser, et vous please de ferme
                   ment croire que a moy serroit entierment grande léésse de
                   le savoir. Et, tres noble et honuré sire, je vous requier
             10  tresentierment q'il vous please de vostre graciouse bountee
                   d'oier et croire mon tresbien amé esquier, W. Martyn,
                   portour d'icestes, touchant une matire q'ad estee, et est,

Page 122


                   devant vous et en vostre audience, et q'il vous please de
                   vostre honurable grace de lui faire avoir tiel esploit q'il
             15  n'eit cause de plus pursuier pur la dite matire, car, mon
                   tresreverent pere, il m'ad fait grand disease de lui tant dis
                   porter pur ceo q'il est gardein et governour de mon petit
                   hostelle, et j'ay tant enquys de la dite matire que je ose dire
                   a vous, myn owne gode dere fader and broþer, que la suyte
             20  de son adversaire n'est [f.225a] pas loialle et la pursuit que mon dit
                   escuier fait est pur nulle covetyse, més seulement pur saver
                   les biens de soun frere, qui mort est, et en salvacioun de
                   s'alme, come il vous savera s'il plest a vostre tresnoble
                   seignurie pleinement moustrer. Tresnoble etc. Escript etc.

72

ROBERT HALLUM TO MASTER HENRY WARE


                   Treschier amy, je vous salue souvent foitz. Et touchant
                   l'esglise de S., que vous veulliéz ove toute le haste que vous
                   purréz ordeigner pur le institucion et induccioun de ycelle
                   esglise et touz autres choses besoignables en icelle partie,
               5  come vous mielx sembleréz pur l'oeps et profit de mon bien
                   amé Richarde W., car toute ma pouoir en icelle partie je
                   mette en vous. Et s'ascune chose soit pur quelle vous
                   vuilléz aver mon seel, que vous envoiéz a moy pur icelle
                   quant mestier soit et vous l'averéz sanz nulle faile. Et ma
             10  entent est que Robert Londone soit instut et induct en
                   mesme l'esglise ou ascune autre, come vous d'eux sembleréz
                   mielx. Et auxi que vous vuilléz ordeigner un chapellain bon
                   72-13 [72-13en mesme l'esglise. . . mielx = to the same church or to some other, to whichever seems best to you. lit: as you will think best of them.123et able pur la dite esglise servir durant l'an tanque le dit
                   Sir Richarde y viendra mesmes. Et ceste vuilléz faire par
             15  celle entresigne que j'estoye a dyner en la chambre quant
                   je departi et vous moy conduystes el chemyn. Le seint etc.
                   Escript de par R[obert] Halum a M[aistre] H[enry] Ware.

Page 123

73

NICHOLAS BARGEMAN TO MASTER HENRY WARE


                   Treshonuré sir et maistre, je me recommans a vous en
                   tant come je scay ou puisse, vous en priant que vous please
                   estre bone aide et mediatour a mon noble et puissant sei
                   gnur, moun seignur de Cantirbirs, pur l'abbé de Kyngeswode
               5  vostre entier amy, considerant, s'il vous plest, moun tres
                   honuré maistre, que le procurour du dit abbé lui ad deceu
                   a yceste convocacion. Et pur ceo, moun treshonuré maistre,
                   a cause que je suy nee la et que mon pere est domourant en
                   celle abbey et illoeques ad son vivre a terme de sa vie, y
             10  vous please, a iceste ma simple priere et request, d'estre bon
                   maistre a le dit abbey et mediatour a mon dit seignur et
                   aidant en quanque vous purréz, que une bonne fyn et easy
                   purra estre fait, et sanz paier ascun denier si vous purréz,
                   considerant q'il est une povere maison et ne poet bien
             15  paier. Et ceste chose vous please faire a ma simple priere,
                   come je serra vostre simple servant en quanque je scay ou
                   puisse. Treshonuré etc.


                   Escript de par Nich[olas] Bargemane a M[aistre] H[enry]
                   Ware.

Page 124

74

ANON

c. Nov: 1403


                   Tresnoble et trespuissant seignur, je moy recommans a
                   vostre treshaute seignurie, esmerciant de plusours gra-
                   ciouses seignuries quelx vous avétz sanz deserte a moy
                   souvent foitz moustréz, vous requerant de vostre graciouse
               5  continuance. Please a vostre seignurie entendre q'ad esté, et
                   est, debat par entre W[autere] P[use], [f.225c] person de Knoyel,
                   Johan Tebalde, chapellain, et Jehan Brutte de Hynedone,
                   [sur] quele debate par mediacioun del viscount de Wiltes', le
                   maire de Sar[esbirs] et autres gentz vaillantz un jour d'ac-
             10  corde fuist prys par entre les ditz parties, et tous matires et
                   debates par entre eulx pendantz mys en arbitracioun de
                   quatre persones nomméz par lour commune assent, et de
                   esteer a lour arbitrement et agarde ambedeux parties furent
                   juréz en presence de chivalers et escuiers, et que tous pro
             15  cesses et suytes sibien de l'une partie come del autre serroient
                   retractz; et, non obstant le dit jour ensi prys et assurement
                   fait, le dit W[autere] par son procuratour fraudelousement
                   fist certifier une citacioun vers les ditz J[ohan] et J[ohan]
                   en vostre audience, et pur lour contempt censures agardés
             20  encontre eulx en la haute courte de vostre audience suspen-
                   séz, et ont jour d'apparer en vostre audience l'endemain
                   de seint Martyn. Sur quoy, mon tresnoble et trespuissant
                   seignur, vous supplie que vous please considerer la dis
                   loialté et subtil ymaginacioun, et que il ad enfreynt le dit
             25  jour prys et son seurement, et moustrer gracieusement vostre
                   bone seignurie as ditz J[ohan] et J[ohan] si que ils purront
                   estre assoilliéz, sanz agarde de damages de dit Wautere pur le
                   dit contempt que fuist certi [f.225d] fié en vostre haute court des ditz
                   J[ohan] et J[ohan], de ce nient cognoissantz, come serra
             30  bien prové a voz honurablez comandementz–entendants,
                   mon puissant seignur, que la malice que le dit W[autere] ad
                   envers les ditz J[ohan] et J[ohan] est pur sustenance des
                   droitz appurtenantz al povere covent de la ville de Hyndone

Page 125


                   deins la paroche de Knoyel, pur qeles grevantez tortuouseties
             35  que le dit W[autere] fait de jour en aultre a dit covent grand
                   clamour et noise est en la pays enviroun. Mon tresnoble et
                   trespuissant seignur, si rien moy veulliéz commander, a
                   toute mon pouair moy troveréz enclyn come je me sent
                   lié et tenuz. Priant a Dieu etc. Escript.

75

LORD LE MORLEY TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

1405-6


                   Reverent pere en Dieu, mon treshonuré seignur, je me
                   recommans a vostre tresnoble seignurie en tant come je scay
                   ou puisse, toudiz vostre benison en priant. Et, mon tres
                   honuré seignur, pur ce que j'estoie par vostre treshonurable
               5  seignurie chargiéz de mettre ma diligence de faire accord et
                   unitee par entre mon reverent uncle, mon seignur de
                   Norwiz, et mastre J R, Maistre del Chapel
                   in þe Felde de Norwiz, de certeinz matires par entre eulx
                   pendantz, et de certifier a vostre dit treshonurable seignurie
             10  l'esploite de ma diligence et la manere de mon overaigne en
                   yceste matire, [sachéz], si pleasir soit a vostre dit tres
                   honurable seignurie, que j'ay faite tout ma diligence de
                   faire bone fyne et accorde [f.226a] par entre eulx a mon petit poair,
                   et de mon dit reverent uncle avoye bone assent et bone

Page 126


             15  voluntee de traiter a bon fyn et accorder; a quelle heure je
                   lui demanda s'il voilleit mettre sez matires avauntditez de
                   son part en arbitracioun de un on deux honurables seignurs
                   den ostre roialme illoeqes nomméz, quils il refusast. Et plus
                   outre je lui demanda s'il voleit mettre ses ditz matires en
             20  arbitracioun de Maistre Jehan de Derlyngtoun, a quele
                   demande il pleynement consenta et fist bon et bele promesse
                   de tenir et accomplir l'arbitracioun de lui en les matires
                   avantdites; et de ceste promesse j'enforma J R, luiquel moy dona honestement pur responce que,
             25  nient obstant que le dit Maistre J[ehan] Derlyngtoun est
                   un des principales del conseil mon dit reverent uncle, il
                   serroit toudiz prestz de mettre les matires suisdites en sa
                   part pur bon fyn et accord avoir en arbitracion de dit
                   Mastre J[ehan] Derlyngtoun, et d'yceste responce mon dit
             30  reverent uncle estoit par moy certifiéz; més a mesme le
                   temps un Maistre H[enry] Wellys, clerc, vient et parla en
                   conseil ovec mon reverent uncle, et la par briefs parols la
                   dite matire par interrupcioun du dit Maistre H[enry] de dite
                   traité d'accorde estoit outrement quassé, nient contre
             35  ésteant sa bone assent pardevaunt fait, et si moy semble que
                   nulle accorde ne unitee en yceste matire, ne en nulle autre,
                   serra fait touchant moun reverent uncle [f.226b] par mesme le
                   temps que Maistre H[enry] est, ou serra, ovec lui demourant.
                   Sur quoy, reverent pere en Dieu et mon treshonuré
             40  seignur, vous supplie treshumblement et requer en honour
                   75-41 [75-41diligence twice127de Dieu que vous please considerer ma symple diligence
                   en ce cas, quelle a present ne puet availler, et ce par impedi-
                   ment du dit Maistre H[enry], dont me poise grandement,
                   et plus outre considerer le povere estat de dit Maistre
             45  J[ehan] Rykynghale et de son povere college, quelx sont en
                   poynt d'estre anientiséz si noun soit par le graciouse aide et
                   confort de vostre treshonurable seignurie, et, come vous estez
                   juge sovereigne a nous tous, de prendre ceste matire en voz
                   honurablez mainz et d'ent faire bon fyn et accord par entre
             50  eulx, come a vostre treshonurable reverence toutz les
                   partiez veullent et devont obeier a vostre commandement, et
                   en outre vous please estre bon et gracieus seignur au dit

Page 127


                   Maistre J[ehan] R[ykynghale], pur Dieu et en oevere de
                   charité. Reverent pere etc.


             55  De par le Seignur le Morley a l'Ercevesque de Cant
                   [irbirs].

76

JOHN HENDE TO THE ARCHBISHOP OF CANTERBURY


                   Treshonuré et tresgracious seignur et tresreverent pere en
                   Dieu, je me recommans a vostre tresgraciouse paternitee
                   auxi humblement come je scay ou plus puisse, l'enmerciant
                   treseffectuelment des bienfaitz et bontees ennumerablez a
               5  76-5 [76-5l'enmerciant … faitz = thanking you most effectually for the benefits and kindnesses innumerable done to me, without my deserving them, by your benignity before now.128moy de vostre benignitee sanz mon desert eins ces faitz,
                   vostre continuance tresgraciouse toutdiz en priant. [f.226c] Et,
                   reverent pere en Dieu, pur tant que chose meritoire est, et
                   droit le voet et raison auxi le requert, veritee tesmoigner,

Page 128


                   please a vostre dit paternitee entendre que cest present moys
             10  d'octobre en presence de moy et de R[ichard] Baynarde,
                   moun filz en loy, comparerent personelement mon chier et
                   bien amé J[ehan] Profyt, chambelleyn de la Guyhalle de
                   Londres, et Sire A[dam] Malet, mon chapellayn, luiqel Sire
                   Adam je examinasse d'une certeine matire a vostre dite
             15  paternitee ne my discognuz, par entre Tho[mas] Marchalle,
                   qui mort est, et le dit J[ehan] Profit; luiquel Sire A[dam]
                   alors disoit q'il et le dit Thomas en sa vie et quant il estoit
                   en bone santee alerent ensemble, a qui le dit Th[omas]
                   disoit q'il avoit eu, prys et receuz du dit Jehan cent livres
             20  d'esterlinges induement et encontre sa conscience, et que
                   sa voluntee estoit que del gaigne et profit des ditz cent
                   livers recompensacion serroit fait au dit Jehan. Et puis
                   aprés le dit Thomas estoit prys par maladie jeqes al mort, a
                   qui le dit Sire Adam venoit, lui trovant en son lit, et lui
             25  disoit les paroles ensuantz: 'Thomas, depuis que vous avés
                   bien fait ovec vostre femme et voz enfantz, ore penséz de
                   vostre alme'. De mesme liquel Tho[mas] lui disoit que sa
                   volentee estoit que recompensacion fuisse fait au dit Johan
                   en manere et fourme come lui disoit quant il estoit [f.226d] sain,
             30  come desuis est dit, et tantost aprés le dit Thomas soy
                   commanda a Dieu et morust. Et outre ce le dit J[ehan]
                   Profyt en presence de moy et du dit Richarde demanda du
                   dit Sire Adam s'il luy avoit riens doné ou promys de tes
                   moigner la dite matire come devant est dit, qi disoit, 'noun.'
             35  Quelle matir, tresgracious seignur, et tresreverent pere en
                   Dieu, en manere et fourme avantditz devant moy et le dit
                   Richarde cognu et confessé par le dit Sire Adam vostre dite
                   paternité please estre acertee par ycestes. Treshonouré etc.
                   Escript [de par] J[ohan] Hende a l'Ercevesque de Cantirbirs.

Page 129

77

ANON


                   Treschier et tresfiable amy, vous pri entierment de coer
                   que a mon treschier et bien amé J. B., un de les escuiers
                   pur le corps de nostre tresredoubté seignur le Roy, en tout
                   ce q'il avera affaire et pursuir devers ou devant vous, vous
               5  veulliéz estre aidant, favourant et succurrant par tous les
                   voies que vous bonement purréz de loy et raison, au fyn
                   q'il purra sentir ceste ma petite priere lui valoir et lieu tenir
                   devers vous. Treschier et tresfiable etc.

78

ANON TO A BISHOP


                   Tresreverent pere en Dieu, je moy recommans a vostre
                   tresreverent paternitee souvent foitz d'entier cuer. Et vous
                   please savoir que j'envoie pardevers vous mon treschier
                   et bien amé compaignoun, Maistre W. F., portour d'icestes,
               5  pleinement enformé de ma volentee, pour vous moustrer
                   et declarer [f.227a] certeines matires lesquelx moy gisont bien
                   prés a cuer, a qui vous please doner et adjouster ferme foy
                   et creance de tout ce q'il vous dirra de par moy. Tresreverent
                   pere etc.

79

ANON TO A BISHOP

1381 or 1397


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré et tres
                   gracious seignur, je moy recomans a vostre tresreverende
                   paternitee si treshumblement et obbeissantement d'entier

Page 130


                   cuer come en ascun manere je scay ou plus puisse, vous
               5  esmerciant et remerciant entierment et affectueusement
                   d'entier cuer de tous voz gracieuses lettres, naturesses,
                   seignurie, aides, socours et favours, lesquelx de vostre
                   nobleie avéz si gentilment fait et moustré a moy et tous mes
                   compaignons et amys de par de la la mier en m'absence sanz
             10  ma desert, et moustréz continuelment de jour en autre,
                   suppliant a vostre noble seignurie de les graciousement
                   continuer en temps a venir. Et, mon tresgracieux seignur,
                   vous please a entendre que j'ay receu voz honurablez lettres
                   par mon treschier cousin, R. C., a moy baillés, par lesquelles
             15  j'ay entendu coment vostre tresreverende paternitee fuist
                   pleinement enformé coment je fu en purpos de faire coiller
                   palfrey pens accoustuméz a nostre seignur le Roy a cause de
                   la vacacioun de l'esglise de Cantirbirs, du quelle matire
                   grandement je moy esmerveille, car en bone foy, moun tres
             20  gracieux seignur, je n'ay oïe parlé de ceste matire ne d'autre
                   semblable avant ces heures, par ont vous supplie de moy
                   aver pur excusé, donantz si vous plest a mon dit [f.227b] cousin,
                   portour d'icestes, ferme foy et creance de tout ce q'il vous
                   dirra et moustrera a vostre tres reverende paternitee suisdite.

80

ANON


                   Treschier amy, vuilléz savoir coment par voz lettres
                   nadgaires a moy envoiés j'ay bien entendu les bonnes desirs
                   et voluntee lesquelx vous portés devers H. M. pur lui aver
                   et vous servir en vostre office come un clerc, par ont lui
               5  vuilléz prendre devers vous et lui favorer, aider et succurrer
                   par tous les voies que vous bonement purréz selon ses
                   merites, par ensi q'il soit trové assés hable pur vous servir
                   en l'office suisdit. Cest chose vous vuilliéz prendre a coer,
                   sicome je m'affie entierment de vous. Et nostre etc. Escript
             10  etc.

Page 131

81

ANON


                   Chier amy, je vous salue sovent foitz d'entier cuer. Et
                   vous mercie de tout mon coer de les tresbons amistees,
                   chier et desport que vous avéz de moult bone volunté et
                   franchement faitz et moustréz devant ces heures a mon bien
               5  amé J. R., portour d'icestes, sicome mesme J. moy ad par
                   plusours foitz declarés, vous em priant de vostre bone
                   continuance envers lui pur le temps a venir. Et si chose soit
                   en cestes parties que je purra faire pur vous, je les ferray de
                   bone volunté.


             10  Escript etc.

82

ANON


                   Treschier amy, je vous salue sovent foitz d'entier coer.
                   Et pur ce que j'ay entendu coment nostre tresredoubté
                   seignur le Roy vous ad envoié de present ses lettres dessoubz [f.227c]
                   son signet moult especiales par soun bien amé clerc et
               5  mon treschier compaignon, Maistre J. W., pur la mariage de
                   E., que fust femme de J., fitz et heir de Monsire W. B.,
                   chivaler, qu'est trespasséz, pur laquelle matire j'ay vous
                   escript avant ces heures, vous pri entierment de cuer que
                   ovesque le dit Maistre J. W. vous vuilliéz entrecomuner et
             10  traiter de la dite matire, au fyn que parmy voz ambedeux
                   sages discrecions et ententifs labours et mediacions le dit
                   fait purra prendre bone fyn et finalle conclusioun en accom
                   plisement de les priers roials par celle cause a vous ent faitz,
                   moy certifiantz par le dit Maistre J. W. tout ce qu'est fait
             15  touchant la matire suisdite, donantz a lui ferme foy et
                   creance de tout ce q'il vous dirra de par moy touchant le fait
                   suisdit. Et si chose soit devers moy que je purra faire pur
                   vous ou lez voz en temps a venir, je les ferra sanz feintise de
                   trestout mon coer. Et nostre seignur etc. Escript etc.

Page 132

83

ANON TO A BISHOP


                   Treschier sire en Dieu, je me recommans a vous sou
                   vent foitz d'entier cuer. Et pur ceo que nostre tresredoubté
                   et tresgracieux seignur le Roy vous escript a present ses
                   lettres dessoubz son signet molt especials pur la promocioun
               5  de son treschier et bien amé clerc et mon treschier com
                   83-6 [83-6que twice. Part of this clause has been omitted.133paignoun, Maistre J. B., inceptour es leies, que [f.228d] ascun
                   benefice de seinte esglise regardant a vostre donesoun que
                   primierement se voidra tiel come il vorra accepter, si
                   tresentierment de cuer come je scay ou plus puisse vous
             10  supplie que vous vuilliéz afforcier de parfournir les dites
                   priers de nostre dit seignur le Roy selon l'effect de ses lettres
                   suisdites, sachantz si vous plest que nostre dit seignur le
                   Roy vous escript de present pur la promocioun du dit
                   Maistre W., tout seulement parmy le tresgraunde desir q'il
             15  ad a les encrés et avancement de son estat–ses merites, seen
                   et discrecioun esteantz grandement en cause. Si say je bien
                   q'en faisantz franchement les dites priers roialx vous lui
                   ferréz tresgrand ease et pleasance, dont il vous vorra effectuel
                   ment mercier et savoir tresbon gree, et a moy, le vostre,
             20  ferréz ensement grand bien et honour, dount a mon poair
                   je vous vorra estre tenuz a remercier en temps a venir.


                   Treschier sire etc. Escript etc.

84

JANICO D'ARTOIS TO JOHN, BISHOP OF SALISBURY, TREASURER

1395


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré seignur,
                   je moy recommans a vostre gracieuse seignurie de auxi
                   entier cuer come je plus puisse, tresentierment desirant de

Page 133


                   vostre treshonuré estat et santee savoir, de quelle je prie
               5  lui tout puissant que si noble vous ottroie come vous mielx
                   savéz desirer, entendant, mon tresreverent seignur, que
                   nostre seignur le Roy estoit en santee et bon point de corps [f.228a]
                   al faisance de cestes, loiéz ent soit Dieu, et que il est semble
                   able pur conquerer la terre ov l'aide de Dieu, més les gentz
             10  sont si faux que nul homme lour poet croire. Et plese vous
                   assavoir, mon tresreverende seignur, que nostre dit seignur
                   le Roy ad moy doné une parcelle de terre en la pais des
                   Irroix rebelx, que si ce fuist en la pais de Londres, y vailoit
                   bien par an ml. marcz, més par ma foy, j'ay atant de disease
             15  pur ce garder que je ne vouldra longment tiel vie amener
                   pur un quarter de la terre. D'autre part, mon treshonuré
                   seignur, vous mercie si bonement come je puisse de la
                   grande seignurie que de vostre excellente bontee moy toudiz
                   devant ces heures avéz graciousement fait, vous suppliant,
             20  mon tresreverent seignur, de vostre bone continuance.
                   Tresreverent etc. Escript de par Janico Artoys a l'Evesque
                   de Saresbirs, Tresorer d'Engleterre.

85

RICHARD II

Signet, 1397-8


                   Treschier et bien amé, nous vous mandons que vous
                   facéz sercher les coffres de remembrances de l'Ercevesque
                   de Cantirbirs pour un memorandum en papire, contenant
                   certein informacion touchant la cause par entre nostre
               5  treschier cousin, l'Evesque de Norwiz, et les priour et
                   covent illoeqes, et si autiel informacion y pourréz trouver,

Page 134


                   mesme l'informacioun ou la copie d'icelle facéz livrer as
                   Commissairs ordennéz pur mesme la cause determiner a
                   plus clere evidence et [f.228b] avys de mesmes les commissairs en la
             10  matire avantdite.


                   Donné soubz nostre signet etc.

86

JOHN OF GAUNT TO ROGER WALDEN, TREASURER

Signet, 1395-8


                   Treschier et tresentierment bien amé, nous vous
                   saluons tressovent de tresentier cuer, tresgrandement vous
                   esmerciant de toute bone amistee quelle vous nous moustréz
                   en noz affaires devers vous, dont nous nous reputons
               5  moult estre tenu a vous. Et pur tant que le Roy nostre
                   tresredoubté seignur vous ad chargé par ses lettres que noz
                   86-7 [86-7que . . . estre = either the construction is mixed, or an auxiliary such as devoir has been omitted.135assignentz a nous estre paiéz a plustost que ce faire purra, non
                   obstantz ascunz mandementz pardevant envoiéz aux Cus
                   tumers du contraire–a cause des quelles mandementz nous
             10  avons estee grandement delaiéz de noz ditz paiementz-
                   vous prions treschierment sur l'affiance que nous avons de
                   vous, que a tous les Custumers as quelx nous sumes assignés,
                   vous vuilléz escrire voz lettres, eulx en chargeant de nous
                   paier ce que nous est a derere des suisditz nos assignentz,

Page 135


             15  sanz nullement ent failler, par manere que le Roy nostre
                   dit seignur vous en ad escript sa voluntee; et ce ne vuilléz
                   lesser, come nostre tresgrand affiance est en vous, et sicome
                   nous avons chargé nostre treschier escuier N[icholas]
                   V[sk], tresorer de nostre hostelle, presenteur d'icestes, de
             20  vous ent especialment [f.228b] prier de par nous. Car en ce vous
                   nous ferréz grande ease et entier plesir. Et nostre seignur
                   etc. Donné soubz nostre signet etc.


                   De par le Duc de Guyen et de Lancastre au R[oger]
                   Waldene Tresorer d'Engleterre.

87

JOHN DERLYNGTON TO JOHN FERMER

c. 1396


                   Treschier et tresentierment bien amé sire et amy, je
                   vous salue souvent foitz d'entier cuer, vous esmerciant
                   et remerciant de tous voz naturesses et bienfaitz, lesquelx
                   de vostre gentilesse si curteisement a mon treschier et bien
               5  amé clerc, R[obert] Aylemer, avéz fait et moustré avant ces
                   heures et facéz continuelement de jour en autre, toudiz
                   vous en priant de vostre bone continuance. Et pur ce que
                   je sui enformé q'un office dessoubz moun treshonuré
                   seignur est voide a present, come le portour de cestes vous
             10  pleinement enformera par bouche–a qi en celle partie vous
                   please doner ferme foy et creance–vous pri entierment q'a
                   mon dit clerc touchant l'office avauntdit vous vuilliéz estre
                   bon maistre, aidant, favorant et sucurrant si avant come
                   vous bonement purréz, si que parmy voz bones aide et
             15  mediacion mon dit clerc purra sentir mes priers especialx
                   lui valoir et lieu tenir devers vous, sicome je m'affie entier
                   ment de vous. Et par le grace de Dieu en cas sembleable ou
                   greindre je vous ferray autiel plesir en temps a venir.
                   Em priant etc. Escript de par J[ohan] Derlyngtoun a
             20  J[ohan] Fermer.

Page 136

88

?RICHARD II TO ANON

P.S.
                   Chier et foial, come nostre bien amé clerc, J. de H.,
                   person de l'eglise de W. en la diocise d'Everwyk, laquelle
                   esglise il ad de nostre doun, eit pursiuéz en la Consistoire
                   d'Everwyk et recoveréz par procés y duement fait, et par
               5  juggement et decree renduz, devers un William Burtoun
                   de L. les dismes de siluacedua, en le boys appellé 'le Heed'
                   cressant, deinz les fines, limitez et lieux dismables de la
                   dite esglise de W. notoirement assiz, sicome en un sentence
                   sur ce donéz pur nostre dit clerc en mesme Consistoire
             10  enseallé dessoubz le seal del Official d'icelle court est con
                   tenuz plus a plein; nous, par consideracion de bon et gréable
                   service quel nostre dit clerc nous ad fait de long temps en
                   nostre chancellerie, et nous fait diligentment de jour en
                   autre, veullantz purvoier pur la salvacion du droit de nostre
             15  dit clerc et sa dite esglise, q'est de nostre patronage, et que
                   l'execucion des ditz juggement et decré soit duement fait,
                   vous mandons et chargeons fermement que vous souffréz
                   si bien nostre dit clerc, ses officers et ministres de prendre,
                   carier et emporter les dismes du dit boys ensi a mesme
             20  nostre clerc ajuggéz, come les dean de Newerk et autres
                   persones, vicaires et ministres de seinte esglise de faire
                   citaciouns, monicions et autres choses que a lour offices
                   appartenent, si bien deinz l'eglise de L., de laquelle vous estes
                   patrone, come aillours, selon [f.229a] l'effect et forme de les sen-
             25  tence et decree avantditz, sanz destourbance, diseise ou
                   impediment queconque. Par ensi que nous n'eions cause
                   de mettre nostre main en autre manere pur la meinteignance

Page 137


                   du droit de nostre dit clerc touchant la matir avantdite.
                   Et ce en nulle manere ne lesséz, sur la foye et ligeance que
             30  vous nous devez.


                   Donné soubz nostre privé seal etc.

89

GUY MONE, KEEPER OF THE PRIVY SEAL TO JOHN, BISHOP OF SALISBURY, TREASURER

Calais Before Oct: 15th, 1386


                   Treshonuré et tresreverent sire, je me recommans a
                   vous aussi entierment de cuer come je plus puisse, desirant
                   toutdis d'oier bones novelles de vous et de vostre honurable
                   estat, les Dieu par sa grace me doigne si bones come vous
               5  89-5 [89-5desirant . . . deviser = always desiring to hear good news of you and of your honourable estate, which God grant me by his grace as good as you yourself could best devise. Les is either a mistake for lesqueles, referring to novelles, or is the personal pronoun brought forward, or is simply misplaced.138mesmes les saveréz mielx deviser. Et touchant les novelles
                   de ces parties, veuilléz scavoir que le joefdy darrein passéz
                   a oyt de la cloche nostre seignur le Roy ariva a Caleys bien
                   matyn, tout sains et en bon point, loiéz ent soit nostre
                   seignur, et la a son arrivaille lui encontrerent honurablement
             10  le Duc de Lancastre et la Duchesse et les autres seignurs et
                   dames qui la estoient. Et touchant la venue du Roy Fran-
                   ceoys, vuilléz savoir que novelles y sont de certein q'il serra
                   D89L13 [D89L13] Amiens.138a Amyas le quinzisme jour de cest present moys d'octobre
                   et non pas devant celle temps. Et le Tresorer de Caleys et
             15  noz autres amys et servantz esteantz en cestz parties feurent
                   a la faisance de cestes en bon point, et eux recommandent de
                   tout leur cuers a vostre treshonuré seignurie. Et vuilliéz

Page 138


                   D89L18 [D89L18] C. is Christchurch.139scavoir que une grante [f.229b] est faite au Priour de C. de Cantir-
                   birs, J[ohan] Scarle et W[illiam] Makenade des temprealtees
             20  de l'Ercevesque de Cantirbirs et ce a l'oeps et profit de
                   l'Ercevesque d'Everwyk durante la voidance d'icelle.
                   Treshonuré sire etc.


                   Escript de par Guy, gardein du privé seal, [al] Tresorer
                   d'Engleterre.

90

RICHARD II TO THE ABBESS AND CHAPTER OF BARKING

Ireland
Signet, ?1395


                   Chiers en Dieu, come pur la novelle créacion de vous
                   abbesse, vous grantastes a nostre chier et bien amé clerc,
                   J[ohan] S[wyft], l'empensioun annuelle quelle vous estoiéz
                   tenuz de nous faire avoire en vostre Abbacie, a avoire et
               5  prendre tanque mesme nostre clerc feusse avancéz par vous
                   au benefice covenable pur son estat, sumes enformés par
                   relacion créable que puis nostre departir d'Engleterre envers
                   nostre terre d'Irlande une esglise de bon value a vostre
                   donisoun regardante estoit voide, laquelle vous avéz doné
             10  a un de voz clercz, et, en prejudice et damage de nostre dit
                   clerc esteant de par de cea ovec nous et en nostre service,
                   lui vuilléz faire avoir une esglise de meindre value et nient
                   competent pour son estat, et ensi vorriés estre par subtilité

Page 139


                   deschargiéz de l'empensioun suisdite–quoy nous ne pensons
             15  ne ne vorrons souffrer–si vous mandons fermement en
                   chargeantz q'a nostre dit clerc facéz avoir prest paiement de
                   ce q'il est a derer de la dite empensioun ou autrement lui
                   facéz avoir une esglise covenable pur [f.229c] son estat q'il vorra
                   accepter sicome raison demande. Et ce ne vuilléz lesser.
             20  Donné soubz nostre signet.


                   De par le Roy a l'Abbesse et Covent de Berkyng.

91

RICHARD II TO CHARLES VI OF FRANCE

1392


                   Au treshaute et puissant prince C[harles] par la grace de
                   Dieu nostre treschier cousin de France, R[ichard] par celle
                   mesme grace Roy d'Engleterre etc., salut et dileccioun.
                   Treschier cousin, pur ce que tresplesantz et confortablez
               5  sont a nous bons novelles de vostre santee, nous desirrons
                   d'entier cuer de les avoir tressouvent, par ont vous prions
                   q'a plus sovent que vous purriéz bonement nous vuilliéz
                   par autiels novelles nous esleescer et conforter. Et, con
                   foiantz fermement que de nous et de nostre estat vous
             10  orriéz voluntiers novelles semblables, scavoir vous volons
                   q'au temps de l'escrivre de cestes noz lettres nous estoions
                   en parfaite santee, nostre seignur ent soit regraciéz. Ense
                   ment, treschier cousin, nous vous prions treschierment
                   d'entier cuer q'a nostre treschier et foial cousin H[enry],
             15  Conte de Derby, filz de nostre tresamé uncle de Guyen et de
                   Lancastre, q'est de present es parties de dela pur faire et
                   accomplir les unes ses pelrinages et devociouns, vuilliéz
                   ottroier pur lui et ses gentz tanq'al nombre de deux centz

Page 140


                   persones a chival ove lour biens et hernois queconque vostre
             20  seur et saufconduyt a durer tanq'al feste de Seint Michel
                   proschein [f.229d] venant, pur venir, demorrer, passer et retour
                   nir parmy le roialme de France et touz voz estroitz et poers
                   selonc l'effect et la forme de vostre saufconduyt nadgairs
                   grantéz a nostre dit uncle en alant as certeines causes devers
             25  Amyas el roialme susdit. Treschier cousin, tresbone vie
                   vous ottroie nostre seignur a treslong duree. Donné etc.

92

RICHARD II TO PHILIP, DUKE OF BURGUNDY

1392


                   Richarde par la grace de Dieu Roi d'Engleterre et de
                   France et seignur d'Irlande a noble et puissant prince
                   P[helipe], filz au Roi, Duc de Burgoigne et Conte de
                   Flandres nostre tres chier cousin, salut et dileccioun.


               5  Pur ce que nous tenons, treschier cousin, que vous orriéz
                   voluntiers de nous et de nostre estat bones novelles, vous
                   fesons savoir q'au partir de cestes noz lettres nous estoions
                   en bone santee, merciéz ent soit nostre seignur, desirrantz
                   entierment de vous novelles sembleables. En oultre, tres
             10  chier cousin, nous vous prions treschierment de cuer q'a
                   nostre treschier et foial cousin H[enry], conte de Derby,
                   filz de nostre tresamé uncle de Guyen et de Lancastre,
                   q'est en present es parties de dela pur fere et accomplir les
                   unes ses pelerinages et devocions, vuilléz ottroier pur lui
             15  et ses gentz tanq'al nombre de deux centz persones a chival
                   ove lour biens et hernois queconque vostre seur et sauf
                   conduyt a durer tanq'al [f.230a] feste de seint Michel prochein
                   venant, pur venir, demorrer, passer et retournir parmy voz
                   seignuries, estroitz et poers soubz sufficeant et effectuele
             20  forme, pur amour de nous et come nous nous fions entier

Page 141


                   ment de vous, sachantz que parmy ce nous verrons en
                   semblab[l]e cas fere pur les voz ce que prier nous vorrés.
                   Et nostre seignur vous ait en sa garde. Donné etc.

93

RICHARD II TO THE GOVERNOR OF SAVOY

1392


                   R[ichard] etc. a noble et puissant homme le Gouvernour
                   de Savoie nostre treschier amy etc., Salut etc. Treschier sire
                   etc.

94

RICHARD II TO THE PRINCE OF PIEDMONT

1392


                   R[ichard] etc. a noble et puissant prince, Prince de
                   Pymonde nostre tres chier amy, salut etc. Treschier sire etc.

95

RICHARD II TO LOUIS DUKE OF ORLEANS

1392


                   R[ichard] etc. a noble et puissant prince Lowys filtz au
                   Roi, Duc d'Orléans nostre treschier cousin etc.

Page 142

96

ANON


                   Treschier sire et tresfiable amy, vous please savoir que
                   j'ay receu voz lettres de par vous a moy envoiéz et tous les
                   matires en icelles comprises bien entenduz. Et, touchant
                   vostre chartre d'exempcioun, je ferray mon devoir en tous
               5  pointz pur l'expedicioun d'icelle sicome je moy tiegne
                   estre tenuz, vous esmerceant et remerceant tresparfitement
                   d'entier cuer de tous voz bones aides, favours et succurs
                   qelx vous avéz si peniblement faitz et moustréz as mes
                   tenantz de Dedham, vous em priant de vostre bone con
             10  tinuance. Et auxi, touchant les injuries, griefs et extorsions
                   quelx le bailif [f.230b] del hundred de N. ad torteusement fait as
                   mes ditz tenantz, je ne sui mye enformé s'il ad fait gree a
                   eux ou noun, qar de certein a moy mesmes il n'ad fait gree
                   nulle. Et, touchant les choses quelx sont entre Robert H.
             15  et moy a cause de Haverylle, moy vuilléz envoier la copie del
                   endenture entre lui et moy fait et je ferray en tous pointz
                   tout ce que je purra faire de droit et raisoun. Treschier sire
                   etc. Escript etc.

97

ANON TO A COLLEAGUE

Before 1397


                   Treschier et tresentierment bien amé confrere, je vous
                   salue tressouvent d'entier cuer, vous en priant tres a certes
                   q'en toutz choses quelx mon treschier et bien amé com
                   paignoun Sire R[ichard] Felde, asmoigner du nostre tres
               5  redoubté seignur le Roy, ad affaire et pursuir en la court de
                   Rome, vous please d'estre aidant, favorant et succurrant
                   par tous les bones voies quelx vous purréz, donant si vous
                   plaist ferme foye et creance a Daunz W[illiam] Bryt, moigne
                   de Gloucestre, portour d'icestes, de tout ce q'il vous dirra

Page 143


             10  de par le dit Sir Richarde touchant mes affaires en icelle
                   court. Vous please de mettre vostre peine et diligence
                   entour l'accomplisement d'icelles, sicome je m'affie entere
                   ment de vous. Et si rien soit devers moy que je purray faire
                   pur vous ou les voz je les ferray a mon poair. Treschier etc.
             15  Escript etc.

98

RICHARD II TO CHARLES VI OF FRANCE

Signet, 1398


                   A treshaut et puissant prince C[harles] par la grace de
                   Dieu nostre treschier cousin de France R[ichard] par icelle
                   mesme grace Roy d'Engleterre etc., salut et entiere dilec
                   cioun. Treschier cousin, sicome il estoit nadgairs par entre
               5  voz commissairs de ceste presente traitee et lez noz accordéz,
                   nous envoions de present nostre chier et foial bachiler
                   W[illiam] Elmham, q'estoit un de noz commissairs, devers
                   les parties de Guyen et Gascoigne pur la reformacioun de les
                   attemptatz en icelles parties, si nulle y soient de nostre part.
             10  Si vous prions, treschier cousin, q'a nostre dit bachiler
                   vuilléz ottroier vostre seur et sauf conduit pur aler devers les
                   dites parties et y demourer et retournir devers nous aprés
                   ce q'il avera fait ce que nous lui avons, come dit est, doné
                   en mandement. Autressi, treschier cousin, treschierment
             15  de coer vous prions q'a nostre dit bachiler, q'ad, a ce q'il
                   dit, a pursuir en vostre court ascuns besoignes que li
                   touchent, vous vuilléz pur nostre amour faire bone, hastive
                   et gracieuse expedicioun en manere come vous nous
                   vorriéz faire a ascun des voz en cas semblable. Treschier
             20  cousin, nostre seignur vous ottroie tres bone vie a longe
                   durré.


                   Donné soubz nostre signet etc.

Page 144

99

CHRISTINE DE PISAN TO ISABELLE OF BAVARIA

Paris Oct: 5th, 1405


                   99-1 [99-1] Headed: Une epistre a la royne de France A. For C's rubric, see the historical notes.145A tresexcellente, redoubtee et puissante princesse,
                   99-2 [99-2par la g. de D. om. A145Madame Isabelle par la grace de Dieu Royne de France
                   etc.

[f.230d]
                   Treshaulte, puissant et tresredoubtee dame, vostre
               5  excellent dignitee ne vuille avoir en desdaign ou despris la
                   voix plourable de moy, sa pouvre serve, ains daigne encliner
                   a noter les paroles dites par affeccioun desireuse de toute
                   bonne adresce, non obstant que sembler vous pourroit q'a si
                   D99L9 [D99L9] nappartiengne ABC145pouvre, ignorante et indisgne personne n'apartient soy
             10  99-10 [99-10de om. AB145charger de si grans choses; mais, come ce soit de commun
                   ordre que toute personne souffrant ascun mal naturelment
                   affuye au remede, si come nous voions les malades pour
                   99-13 [99-13garrison ABC passin145chassier guerisoun et les familleux courrir a la viande et
                   ainsi toute chose a son remede, tresredoubté dame, ne vous
             15  soit donques merveille se a vous, qui au dit et opinion
                   de touz pouéz estre la medicine et soverain remede de la
                   guerison de ce roialme a present playé et navré piteusement
                   D99L18 [D99L18] on ore A145et en peril de pis, on se traite et tourne, non mie vous
                   D99L19 [D99L19] vostre propre ABC145supplier pour terre estrange, mais pour vostre lieu et naturel
             20  heritage a voz tresnoblez enfens. Treshaulte et ma tres
                   99-21 [99-21dame after treshaute AC, om. B14599-21 [99-21bon om. AC145redoubté dame, non obstant que vostre bon sens soit tout
                   adverti et advisé de ce q'il apartient, toutesfoitz est il vroy
                   D99L23 [D99L23] mageste trosne ABC145que vous, séant en vostre magesté roial, avironnee d'onneurs,
                   ne pouéz savoir fors par aultrui rappors le[s] communes
             25  D99L25 [D99L25] queurent AC cuerent B145besoignes, tant en paroles come en fais, qui courrent entre
                   99-26 [99-26de om. ABC145D99L26 [D99L26] voz les A145voz subgéz. Pour ce, haulte dame, ne vous soit grief [f.231a] de
                   oïr les ramentevences en piteux regraiz des adoulés suppliantz

Page 145


                   D99L28 [D99L28] tristesse tretresse A146françoys a present rampliz d'affliccioun et tristesse, qui a
                   D99L29 [D99L29] criant A146humble voix plainne de pleures crient a vous leur sovereine
             30  et redoubtee dame, priant pour Dieu mercie, que humble
                   pitié veulle moustrer a vostre benigne cueur leur desolacion
                   D99L32 [D99L32] prochaine ABC146et miserie, par si que proschainnement paix entre ces deux
                   99-33 [99-33monsire le duc d'Orlie[ns et] celluy de Bourgong[ne] B, in marginal note146haulx princes germains de sang et naturelment amys, mais
                   99-34 [99-34aucune om. B, vie et C146a present par estrange fortune meuz a aucune contencioun
             35  D99L35 [D99L35] vueilliez A146ensemble, vueilléz procurer et empetrer. Et chose est asséz
                   humainne et commune mesmement, souventesfoiz vient
                   entre pere et filz aucun descort, mais dyabolique est et
                   99-38 [99-38vous om. ABC146D99L38 [D99L38] noter par especial ABC146serroit la perseverance. En laquel vous pouéz noter deux
                   grans et horriblez maulx et dommages, l'un que il couven
             40  droit en brief temps que le roiaume en fust destruit si come
                   99-41 [99-41dit after si come ABC14699-41 [99-41divisié before soy B146nostre seignur dit en l'esvengille, 'le royaume en soy devisé
                   D99L42 [D99L42] soit A146serra desolé,' l'autre que hainne perpetuelle serroit nee et
                   nourrie d'ore en avant entre les heires et enfans du noble
                   99-44 [99-44comme om A146D99L44 [D99L44] seulent AB146sang de France, lesquelx souloient estre comme un propre
             45  D99L45 [D99L45] dit royame AB146corps et pillier a la defance de cestuy royaume, pour laquelle
                   99-46 [99-46ancien non AC, ancien om B146cause d'ancien est apelee fort et puissant. Tresexcellent et
                   D99L47 [D99L47] a noter C146redoubtee dame, encore vous please noter et reduier a
                   memoire, troys tresgrans biens et proufiz qui par ceste
                   paix procurer vous ensuivront. Le primer apartient a l'alme,
             50  99-50 [99-50acquerrez after merite A146a laquelle acquerréz tressouverain merite de ce que par vous
                   99-51 [99-51serroit before par vous B146serroit eschevee si grant et si honteuse effusion de sang ou
                   99-52 [99-52tresg. g. d. peuple om. ABC14699-52 [99-52le om. AB146tresgrant grif du peuple cristien et de Dieu establi le royaume
                   D99L53 [D99L53] horreur AB146de France et la confusion que ensuivroit, se tielle erreur
                   avoit duree. Item, le second bien que vous seriéz porteresse
             55  D99L55 [D99L55] restitution A146de paix et cause de la restauracioun du bien de vostre noble
                   porteure et de leurs loiaulx subgiéz. Le iije bien ne fait a
                   D99L57 [D99L57] los vous A146desprisier. C'est que en perpetuel memoire de los ramenteue,
                   recommendee et loé es croniques et nobles gestes de France

Page 146


                   99-59 [99-59seriez after couronnee C147doublement couronné d'onneur seriéz avecques l'amour,
             60  D99L60 [D99L60] mercis merites C147graces, presens et humbles grans mercis de voz loiaulx
                   D99L61 [D99L61] redoubtee ABC147subgiéz. Et, ma tresredoubtee dame, a regarder aux raisons
                   D99L62 [D99L62] soit ou feust ABC147de vostre droit, posons qu'il fust ou soit que la dignitee de
                   99-63 [99-63esté om. A147D99L63 [D99L63] de a C147vostre hautesse se tenist de l'une des parties avoir esté
                   aucunnement bleciee, par quoy vostre hault cueur fust
             65  99-65 [99-65a ce om. ABC14799-65 [99-65vous om.A147D99L65 [D99L65] O He B147moins enclin a ce que par vous ceste paix fust traitee. O
                   tresnoble dame, quel grant sens c'est aucunnesfois mesmes
                   entre les plus grans laissier aler partie de soun droit pur
                   99-68 [99-68pour om. A147D99L68 [D99L68] mal et B147eschiver plus grant inconvenient ou pour attaindre a
                   tresgrant bien et utilité! [f.231c] Hee, trespuissant dame, les histoirs
             70  de noz devanters qui deument se gouvernoient ne nous
                   99-71 [99-71elles om. A147doivent elles estre exemple de bien vivre, si comme il avint
                   jadix a Rome d'une trespuissante princesse, de laquelle le
                   99-73 [99-73grant om. C147filz par les barons de la citee avoit esté a grant tort et senz
                   cause bannys et chassiéz, dont aprés pour icelle injure
             75  venger come il eust assemblé si grant ost que souffisant estoit
                   pour toute destruire, la vaillant dame non obstant la vilennie
                   faite, ne vint elle au devant de son filz et tant fist qu'elle
                   apoisa son ire et le pacifia aux Romains? Helas, honneuree
                   D99L79 [D99L79] il an avra quant il avendra ABC147dame, doncques il an avra que pitié, charité, clemence et
             80  benignité ne serra trouvee en haulte princesse, ou serra elle
                   D99L81 [D99L81] comme naturelment ABC147donques quise? Car comme en feminines condiciouns soient
                   les dites vertues par raison doivent estre et habonder en
                   99-83 [99-83de om. A147D99L83 [D99L83] comme elle ABC147noble dame de tant qu'elle reçoyt plus de dons de Dieu,
                   D99L84 [D99L84] ce ABC147et encores a cest propos qu'il appartiegne a haulte princesse
             85  et dame estre moyenneresse de tratié de paix, il appert par
                   99-86 [99-86louees after escriptures B147les vaillantz dames louees es sainctes escriptures; si come la
                   vaillant sage Royne Hester, que par son sens et benignitee
                   appaisa l'ire du Roy Assuaire, tant que revoquer fist la
                   sentence donné contre le peuple [f.231d] condampné a mort;
             90  99-90 [99-90de om. A147D99L90 [D99L90] nappaisa ABC147auxi Barsabee, n'apois elle maintesfoiz l'ire de David? Auxi

Page 147


                   99-91 [99-91autre om. A14899-91 [99-91a, cetera desunt C148une autre vaillant Royne que conseille a son mari que puis
                   D99L92 [D99L92] feist AB148q'il ne pouoit avoir par force ses ennemys, q'il fist si comme
                   font les bons medecins, lesquelx quant ils voient que medi-
                   cines ameres ne profitent a leurs paciens ils leur donnent des
             95  doulces, et par celle voye le fist la sage Royne reconcilier a
                   ses adversaires: semblablement se pourroient dire infinies
                   exemples, que je laisse pour briefté, des sages roynes louees,
                   et par le contraire de perverses, crueuses et ennemis de
                   D99L99 [D99L99] de la B148nature humainne, si come la faulce Royne Gyesabel et
           100  autres semblablez qui pour leurs demerites sont encores et
                   perpetuelment serront diffamees, maudites et dampnees.
                   99-102 [99-102loign before querir AB148Mais des bonnes encor a nostre senz querir plus loign: la
                   tressage bonne Royne de France, Blanche, mere seint Louys
                   quant ses barons estoient a descort pour cause de regenter,
           105  la Royne ne prenoit elle son filz maindre d'ans entres ses
                   99-106 [99-106et entre les barons om. B14899-106 [99-106elle om. AB148bras et entre les barons elle le tenoit disant: 'Ne vééz vous
                   vostre Roy? Ne faitez chose dont, quant Dieu l'avra conduit
                   99-108 [99-108d'à. de vous before tenir AB148D99L108 [D99L108] pour mal A148en aege de discrecioun, il se doy tenir mal content d'aucun
                   de vous.' Et ainsi par son sens les appaisoit. Treshaulte
           110  dame, mais que mon langage ne vous [f.232a] tourt a enuye,
                   encores vous dige que tout aussi come la Royne du ciel
                   D99L112 [D99L112] mere de AB148"mere de Dieu" est appellee de toute cristianté, doit estre dit
                   D99L113 [D99L113] confortarresse et advocate AB148et appellee toute sage et bonne royne "mere conforteresse
                   de ses subgiéz et de son peuple". Helas, doncques qui
           115  D99L115 [D99L115] peust souffrir AB148serroit si dure mere qu[i] peust, se elle n'avoit le cueur de
                   pierre, veoir ses enfans entreoccire et espandre le sang l'un a
                   l'autre et leurs povres membres destruire et disperser! Et
                   puis qu'il venist par de costé estranges ennemys qui du tout
                   D99L119 [D99L119] saississent AB148les persecutassent et laissassent leurs heritages! Et ainsi,
           120  99-120 [99-120toute om. AB148treshaulte dame, pouéz estre toute certaine couvendroit
                   D99L121 [D99L121] en fin ainsi A148qu'avenist en fin de ceste persecucion se la chose aloit plus
                   avant, que Dieu ne vueille, car n'est mye doubte que les
                   ennemys du roialme, resjouyz de cest aventure, vendroient

Page 148


                   D99L124 [D99L124] o a AB149par de costé o grant armee pour tout parhonnir. Ha Dieu,
           125  quel doulour a si noble royaume perdre et perir telle chiva-
                   D99L126 [D99L126] et quil AB149lerie! Helas, qu'il couvenist que le pouvre peuple comparast
                   le peché dont il est innocent, et que les pouveres petiz
                   D99L128 [D99L128] de meres A149alleictans et enfans criassent aprés les lasses meres vefves
                   D99L129 [D99L129] adolites A149et adoulees, mourans de faim, et elles, desnués de leurs
           130  biens, n'eussent de quoy les appaisier, lesquelles voix quant
                   99-131 [99-131quant a D. avient om. A, 14999-131 [99-131les escriptures before racontent AB149D99L131 [D99L131] quant ce advient B149a Dee avient, comme racontent les escriptures en plusours
                   99-132 [99-132par pitié om. B.149D99L132 [D99L132] percant B149lieux, percient les cielx par pitié [f.232b] davant Dieu juste et
                   attraient vengeance sur celx qui en sont cause. Et encores
                   avec ce, quel honte a ce royaume qu'il couvenist que les
           135  povres, desers de leurs biens, alassent mendier par famine
                   en estranges contrees en racontent come celx qui garder les
                   deveoient les eussent destruiz. Dieu, comment seroit
                   D99L138 [D99L138] ce si A se B149jamais ce lait diffame non acoustumé en ce noble royaume
                   D99L139 [D99L139] noble AB149reparé ne remis! Et certes, tresnoble dame, nous véons a
           140  D99L140 [D99L140] jugemens inconveniens AB149present les aprestes de ces mortelx jugemens, qui ja sont si
                   avanciéz que tresmaintenent en y a de destruiz et desers de
                   99-142 [99-142en om. AB14999-142 [99-142et om. A, a cause de la grant foyzon de gens darmes et dun coste et dautre added at foot of col. B149D99L142 [D99L142] en B149leurs biens, et en destruit on tous les jours de pis en pis, et
                   tant qui est cristien en doit avoir pitié. Et oultre et encores
                   99-144 [99-144serroit om. A14999-144 [99-144] , after. 149serroit a noter a celui prince ou princesse qui le cueur avroit
           145  D99L145 [D99L145] ostine en pechie A149tant obstiné qu'il n'acompeteroit nulle chose a Dieu ne a
                   99-146 [99-146toutes om. A149D99L146 [D99L146] saintes faites MS.149toutes si saintes douleurs, s'il n'estoit du tout fol ou folle,
                   D99L147 [D99L147] un du tout A149les tresvariables tours de fortune qui en un seul moment se
                   peuent changer et muer. Diex, quants cops eust pensé la
                   Royne Olimpias, mere du grant Alixandre, ou temps qu'elle
           150  99-150 [99-150a om. A14999-150 [99-150subgit et om. B149veoit tout le monde soubz ses piéz et a elle subgit et obeis
                   D99L151 [D99L151] au ou AB149sant, que fortune eust puissance de la conduire au point ou
                   quelle piteusement fina ses jours a grant honte! Et sembla
                   D99L153 [D99L153] advient il AB149blement d'assés d'autres pourroit on dire, mais qu'en avient
                   quant [f.232c] fortune a ainsi acuilli aucun puissant seigneur ou

Page 149


           155  99-155 [99-155seignur ou d. om. AB150dame se si sagement n'a tant fait le temps passé par le
                   99-156 [99-156pitié before amour B150moyen d'amour, pitié ou charité qu'il eit acquis Dieu prime
                   99-157 [99-157amys om. A150rement et bien vellans amys au monde toute sa vie, et ses
                   faiz sont conptés en publique et tous en reprouche, et tout
                   ainsi comme a un chien qui est chassiéz, touz lui queurent
           160  99-160 [99-160et om. B150D99L160 [D99L160] seure sus A150seure, et est celui de toutz defoulés en criant sur lui qu'il est
                   bien employé. Tresexcellent et ma tresredoubtee dame,
                   infinies raisons vous pourroient estre recordees des causes
                   qui vous doivent mouvoir a pitié et a traitié de paix, les
                   D99L164 [D99L164] scens AB150quelles vostre bon sen ne ignore mie. Si fineray atant mon
           165  99-165 [99-165a om. AB150epistre, suppliant a vostre digne magesté qu'elle l'ait aggré
                   able at soit favorable a la plourable requeste par moy escripte
                   D99L167 [D99L167] aussi ainsi AB150de voz pouvres subgiéz loiaulx françoys. Et tout aussi
                   D99L168 [D99L168] cest AB150comme est plus grant charité de donner au pouvre un piece
                   de pain en temps de cherté et de famine que un tout entier
           170  en temps de fertilitee et d'abondance, a vostre pouvre
                   99-171 [99-171ce om. AB150peuple veulléz donner en ce temps de tribulacioun un piece
                   de la parole et du labour de vostre haultesse et puissance,
                   99-173 [99-173laquelle c. i. tiennent om. A150D99L173 [D99L173] sera sil vous plaist AB150laquelle come ils tiennent serra asséz souffisante pour les
                   D99L174 [D99L174] ressadier A150ressasier et guerier du desir familleux qu'ils ont de paix.
           175  Et ils prieront Dieu pour vous, pour lequel bien accomplir
                   99-176 [99-176et twice in MS.150et maints autres Dieu par sa grace [f.232d] vous vueille conceder
                   et ottroier bonne vie et longe et a la fin gloire pardurable.


                   D99L178 [D99L178] l'an de grace AB150Escript le v jour d'octobre l'an mil cccc et cinque.


                   99-179 [99-179et om. AB150D99L179 [D99L179] obeissante AB150Vostre treshumble et tresobeissante créature, Christine
           180  D99L180 [D99L180] Pizan AB150de Puzan.

Page 150

100

ANON


                   Treschier et treshonuré seignur, plese a vostre hautesse
                   entendre que j'ay ententu que voz ministrez de vostre
                   seignurie de P. ont ore tard destourbéz mes fermers de ma
                   pescherie de L. de pescher illoeqes en manere come mes
               5  predecessours de temps hors de memoir ount uséz de fair
                   pescher illoeques, dont je pri a vostre hautesse especialment
                   et de cuer que vous plese escrire a voz ditz ministres de
                   soeffrir et surceoir de mesme le destourbance faire, issint que
                   je puisse estre de auxi bonne condicioun ore en mon temps
             10  come mes ditz predecessours ount esté devant, pour la
                   grande affiance que j'ay en vous. Treschier et treshonuré sire
                   etc. Escript.

Page 151

101

ANON


                   Chier amy, pour ce q'entre autres franchises et libertees
                   quelles nous avons y est une franchise par quele nous devons
                   avoir les chateux de toutz les hommes de noz terres et fees
                   queux, pur queconque trespas que ce soit, aviendra forfaire
               5  lour chateux, sicome par un article de nostre chartre concer
                   nante mesme le matir vous pourra pleinement apparoir, et
                   ore avons entendu que par cause d'une utlagarie pronuncié
                   en W. de A. B. C. et F. G., noz tenantz de nostre Baronie de
                   G., vous avéz seiséz es mains du Roy nostre seignur lour
             10  chateux a grand damage de noz ditz tenantz et en defesance [f.233a]
                   de noz franchises et libertees sus dites […] />.

102

ANON


                   Treschier et treshonuré seignur, plese a vostre hautesse
                   entendre que j'ay entendu que voz foresters de vostre forest
                   de W. deinz la contee de Canteb' ont ore tard destourbéz
                   mes tenantz de la Baronie de D. pour communer ovesque
               5  leur bestees en la pasture du dit forest, surmettant q'ils ne
                   ount nulle comune illoeques de droit; par quoy, treshonuré
                   seignur, je pri a vostre hautesse especialment et de cueur que
                   vous plese escrire a voz ditz foresters et ministres de soeffrir
                   et surseoir de mesme la destourbance faire, et que mes ditz
             10  tenantz puissent communer illoeques ovesque lour bestes en
                   mesme la manere comme ils ont faitz et uséz en temps de mes
                   predecessours, issint que je puisse estre de auxi bonne con
                   dicioun en celle part come ils ount, pur la grande affiance
                   que j'ay en vostre seignurie. Treschier etc.

Page 152

103

RICHARD II TO A MEMBER OF THE COUNCIL

P.S. late 1398


                   Treschier en Dieu, a cause des grandes perils et mes
                   chiefs verisemblables deinz brief a venir parmy les guerres
                   par les mescréantz a la citee de Constantinople et par con
                   sequens a toute cristianitee, si non que la dite citee ne soit
               5  plus tost aidéz et relevéz par les Roys cristiens et lour
                   subgiéz, sicome par les messages de la dite citee estoit
                   clerement declaréz devant nous et les prelatz et autres
                   seignurs et grandes de nostre roialme assemblees a nostre
                   conseille darrainement tenuz a nostre citee de Coventré, a la
             10  reverence et plesance de Dieu [f.233b] et pur l'amour de nous et de
                   tout nostre roialme et pur relevre la dite citee de Constan
                   [tinople] et maintenir et conforter les cristienes encontre la
                   malice et envasioun de les mescréantz avantdites, estiens
                   accordéz a nostre dit conseille d'eider mesme la citee doi
             15  Constan[tinople] d'une somme notable en relevement de les
                   guerres illoeques et que chescun prelat, seignur et grant
                   serra a ce contributorie selonc l'offrant de son estat. Si vous
                   prions treschierment que par celle enchesoun voilléz paier de
                   vostre donne a nostre Tresorere d'Engleterre, par entre cy et
             20  le oeptas de Chandelour prochein venant, quarante marcz,
                   en parfournissement de ce que ensi estoit accordéz a nostre
                   dit conseille, comme vous bien savéz, au fin que mesme
                   nostre Tresorer les puisse livrer as ditz messages as mesmes
                   les oeptas ensemblement ovesque les autres sommes quelles
             25  ils averont alours de nous et des prelatz et autres seignurs et
                   grantz avantditz. Donné soubz nostre privé seal etc.

Page 153

104

THE TREASURER TO THE PRIOR OF NORWICH

after June 1401


                   Treschier sire, pur ce que mounseignur Thomas, filz au
                   Roy, lieutenant d'Irlande, est assignéz par une taille levee a
                   la Receipte de l'eschequer du Roy nostre dit seignur d'avoir
                   quatre centz marcz de la seconde moitee del Xme en la
               5  diocise de Norwiz, dont vous estes coillour, en partie du
                   104-6 [104-6en partie . . . somme = in part payment of a greater sum.154paiement d'une greindre somme quelle il doit prendre par
                   an pur la garde et gouvernance de mesme la terre, si vous
                   prie chierment que a les attournéz mon [f.233c] dit seignur venantz
                   devers vous par celle cause vuilléz faire paiement de mesme
             10  la somme a plustost que vous purréz, receivantz devers vous
                   mesme la taille par quelle vous en averéz due allouance sur
                   vostre acompt. A Dieu soiéz. Escript etc.


                   De par le Tresorer d'Engleterre au Priour de N[orwiz],
                   coillour de la seconde moitee del disme en la diocise de
             15  Norwiz.

105

THE KING TO ANON

Signet.
                   Treschier et féal, come le clocher et la coverture du
                   chancel de nostre franche chapelle de seint Martyn le Grand
                   en Londres se coviegnent affere proscheinement de novelle,
                   105-4 [105-4et n'avons pas. . .dont = and we have no wood or stones of our own near from which. . .154et n'avons pas des boys ne des pierres des notres prés dont

Page 154


               5  nous purriens ordiner de meresme covenable tant come
                   busoignera a la faisance et reparacioun des chancel et clocher
                   avantditz, sanz faire en noz ditz pierres et boys trope de gast
                   et destruccion, vous prions chierment que de voz pierre ou
                   boys, ou vous le pourréz mielx faire et plus en ease del
             10  105-10 [105-10ou vous. . .d'icelle = where you can best do it and most easily for the carriage of the same,155cariage d'icelle, vous vuilléz donner pur l'amendement de
                   nostre dite chapelle en aide de la dite reparacioun atantz des
                   keynes covenables pour meresme, que Dieu vous en sache
                   gree et que nous aions enchaisoun de vous enmercier,
                   entendantz en certein que par ce faisantz vous nous ferréz
             15  chose especialment agréable. Et des keynes q'ensi vorréz
                   donner en honour de Dieu et pour amour de nous, nous
                   vuilliéz certifier par le portour de cestes, ordinantz la liveree
                   en estre faite le plus tost que faire se purra bonement.


                   Donné soubz nostre signet etc.

106

CHARLES III OF NAVARRE TO RICHARD II

1394


                   Treshault, tresexcellent et trespuissant Prince, treschier
                   et tresamé cousin, come je soie tousjours tresparfaitement
                   desirant savoir le bon estat et santé de vostre noble personne,
                   je vous pri tant effecteusement et de cuer come plus puisse
               5  que souvent et par tous venantz par de ça m'en vuilléz
                   certifier, car ce m'est grant joie et consolacioun toutes les
                   voies que oïr en puisse bones novelles, ce que nostre sire me
                   doint tousdis oïr ainsi que vous mesmes vuilléz et desiréz et
                   106-9 [106-9ce for se = si155que pour ma propre personne le vouldroie. Et ce de vostre
             10  tresgrant honneur et curtoisie vous plaist savoir de mien, au
                   partement de ces presentes, j'estoie en bone santé de corps,
                   graces a nostre sire, que ce vous veulle ottroier. Tresnoble
                   et trespuissant prince, treschier et tresamé cousin, le mer
                   quedy devant Pasques proscheines passees vindrent devers
             15  moy l'Afferis de Navarre et Pere Arnault de Garro, mes

Page 155


                   chivaliers, qui retournoient de vous et de vostre seignurie,
                   ou je les avoie envoiéz. Et yceulx m'ont fait rapport et
                   relacion de ce que eulz ont fait et delivré devers vous et en
                   vostre noble court, et de la bonne justice, verité et ferme
             20  loyauté que eulz on[t] trové en vous, dont, trespuissant
                   Prince, treschier et tresamé cousin, je vous remercie et
                   gracie de tout mon cuer et moun [f.234a] pouoir, tant et si avant
                   come je puisse, et avec ce vous remercie tant et si affecteuse
                   ment come plus puisse du bon conseille et grant avis, que de
             25  vostre tresgrant honneur et la grande et parfonde prudence
                   que le toutpuissant a mis en vous, vous me avéz donné et
                   fait savoir par le dit Alferis sur le bien et honneur de moy et
                   de mon estat et reparacion de mes besoignes; et come bien
                   et par consanguinité et lignage prouchain je soie moult tenuz
             30  et obligéz a vous, toute voiez pour les causes suisdites et le
                   rapport et relacioun que me a faiz le dit Alferis en pluseurs
                   et diverses choses de l'amour et affeccioun que vostre noble
                   et excellent personne a envers moy, je me repute singulere
                   ment et inestimablement obligéz a vous, et desire souveraine
             35  ment estre par de la, et attendre les vistes, des quelles de
                   vostre part m'a parlé le dit Alferis, pour veoir vostre noble
                   personne et vous regracier de bouche des choses dessus
                   dites, et faire au bien des besoignes et de la bonne paix de
                   France et d'Engleterre tout ce que me sera lisible et possible,
             40  laquelle tout home de bien doit vouloir et desirer come celle
                   de laquelle depent le service de Dieu et exaltacion de la foy
                   et le bien, honneur et reparacion de toute cristienté. Et nostre
                   sire par sa misericorde et douce clemence la vueille [f.234b] con
                   duire et mener a la fin et conclusion qui est necessaire a son
             45  peuple. Et, treshaut, tresexcellent et trespuissant Prince,
                   treschier et tresamé cousin, je vous pri vueilléz moy par ce
                   106-47 [106-47pourtour with u expunged156message, portour de ces presentes, rescrire le temps de
                   vistes, et me envoier par lui un vostre saufconduyt qui me
                   vaille par mere et par terre et faire briefment delivrer le dit
             50  message. Tresexcellent, tresnoble et trespuissant Prince,
                   treschier et tresamé cousin, se aucun chose vous plaist que
                   je puisse, faitez le moy savoir, car je la compelray de tresbon
                   cuer a tout mon pouoir. Le seint etc. Escript etc.

Page 156

107

RICHARD II

x [x] Great Seal and signed personally 1394157


                   R[ichard] etc. a tous noz lieutenantz, Connestables,
                   Mareschaux, Seneschaux, Admirals, Capitaines, Gardes de
                   villes, de chasteaux, de pors et de passages, Baillis, Prevosts,
                   et autres quelzconques noz officiers, justicers, amis, aliéz,
               5  bien vuillans et subgiéz, tant par mere come par terre,
                   qui ces presentes lettres verront ou orront, salut. Come
                   tresnoble et puissant Prince, nostre treschier et tresamé
                   cousin, le Roy de Navarre, ait en purpos de soy transporter
                   en brief es parties de France, et pour plus seurement passer et
             10  faire son dit voiage nous ait requis nostre seurté et sauf
                   conduyt, nous, qui a nostre dit cousin volons complaire et
                   qui desirons que seurement et sanz aucun empeschement
                   puisse passer, (de) [f.234c] demourer, sejourner et rettournir en et
                   par toutes noz terres et seignuries ou il lui plaira, a ycllui, a
             15  ses familliers et compaignie, prelas, barons, chivaliers,
                   escuiers, officiers et autres personnes quelzconques de
                   quelque estat, dignitee ou condicioun que eulz soient jusques
                   au nombre de quatre C. hommes d'estat avecques leurs
                   varlés, chevaux, mulles, hernois, joiaux, vaiselle d'or et
             20  d'argent, malles, bahus, coffres et autre sommage avecques
                   tous leur autres biens qelzconques sanz rien excepter, avons
                   donné et donnons par ces presentes bon, loial, seur et
                   sauf conduit et especial saufgarde jusques a un an prouchain
                   venant pour aler, venir, demourer, sejourner et rettourner,
             25  passer et rappasser, par tous les lieux, villes, pors, passages,
                   jurisdiccions et destroiz de noz terres et seignuries ou
                   d'autres, tant par mere come par terre, de jours et de nuis,
                   de pié ou de cheval, armés ou desarmés, ensemble ou par
                   parties, portans ce saufconduyt ou non. Si donnons en

Page 157


             30  mandement a vous nos ditz officers, justicers et subgiéz
                   prians et requerans vous autres noz bien vueillans et aliéz
                   que a nostre dit cousin le Roy de Navarre ne a aucun de
                   compaignie ou famille jusques au nombre dessusdit, ou
                   meins s'il lui plaist, vous ne facéz ne souffréz estre fait
             35  aucune force, injure, violence, damage, arrest, destourbier
                   ne empeschement quelzconques en corps ne en [f.234d] biens en
                   aucun manere pour quelzconques cause que ce soit ou
                   puisse estre, soit pour cause de marque de debte ou obliga
                   cioun, ou pour autre cause ou occasioun quelconques
             40  anchoiz les engardés et deffendéz et faictes garder et deffendre
                   107-41 [107-41] corr: by scribe from amez et avez158a tout vostre loial pouoir si chier come vous avéz et améz
                   nostre honneur et estat, et doubtéz encourre nostre ire et
                   indignacion. Et leur donnéz et administréz vivres, guydes et
                   tous autres choses necessairs que mestier avront pour leur
             45  argent et de quoy par eulx ou aucun d'eulz serréz requis le
                   dit temps durant. En tesmoingn de ce nous avons fait
                   mettre nostre seel a ces presentes.Et affin que mielx appere
                   que ce vient de nostre conscience, y avons nostre noum
                   escript de nostre main. Donné etc.

108

RICHARD II TO THE COUNCIL

Signet, Ireland early 1395


                   Treschier et tresentierment bien amé uncle, tresreverentz
                   peres en Dieu et noz chiers et foialx, nous vous saluons
                   souvent de tresentier cuer, vuillantz et vous chargeantz q'a
                   quele houre que vous nous envoieréz pluis d'argent que
               5  couvendra estre necessairement fait en brief, sicome par
                   pluseurs noz messages vous avons devant ore certifiéz, vous
                   envoiéz ovec mesme l'argent devers nous nostre chier et

Page 158


                   foial counseiller Laurenz Dreu, de qui sen, foie et loialtee
                   nous avons pleine affiance. Et ce ne vuilléz lesser, pour
             10  amour de nous. Nostre sire vous eit en garde.


                   Donné soubz nostre signet.

109

RICHARD II TO CHARLES VI OF FRANCE

Ireland 1395


                   Au treshault et puissant Prince C[harles] par la grace de
                   Dieu nostre [f.235a] treschier et tresaméz cousin de France
                   R[ichard] par icelle mesme grace Roi d'Engleterre etc. salut
                   et de tresentier cuer tresparfaite dileccion.


               5  Treschier et tresamé cousin, par noz bien améz meistre
                   G[uillaume] de F[ons], vostre secretaire, et H[anart] de
                   C[ampbernart], vostre huissier d'armes, voz messages, qui
                   sont venuz devers nous a K. en nostre terre d'Irlande avons
                   receuz voz honourablez lettres et par illes entre autres
             10  pluseurs notables matiers entenduz que vous, treschier
                   cousin, nostre treschiere cousine la Royne et noz treschiers
                   cousins le Dauphin et voz autres enfantz estez en bone et
                   109-13 [109-13léoms = looms159parfaite santee, dont tresentierment léoms nostre seignur
                   tout puissant, tresdevoutement suppliantz que meig[n]tenir
             15  vous vuille selonc vostre desire et le nostre, qu'en ce
                   verraiement s'accord a le vostre en toutz santee, honour et
                   109-17 [109-17des queles voz lettres = for which letters of yours159prosperitee, des queles voz lettres et de tout le tresbon cuer
                   quel nous vous troevons avoir devers nous par la contenue

Page 159


                   d'icelles, sibien come par experience du fait, nous vous
             20  mercions se tresentierement de cuer come plus savons ou
                   pooms. Et si de nostre estat vous plaist, treschier cousin,
                   savoir, a la faisance d'icestes noz lettres, nous estoions en
                   bone santé, nostre sire ent soit regraciéz.


                   Treshaut et puissant Prince et nostre treschier cousin, par
             25  voz dites lettres sumes acertéz coment vous, voz merciez,
                   continuantz toudis envers nous vostre tres bone voluntee, [f.235b]
                   estez advis et vorriéz avoir joie que nous eussons a mariage
                   l'une des trois voz cousines et les nostre, c'est assavoir de
                   vostre cousine germaine la fille de Duc de Bar, de vostre
             30  cousine la fille du count d'Alençon ou de vostre cousine la
                   soer de Count de H., sur quoi, treschier cousin, nous,
                   qu'avons assés grand desire d'avoir en mariage ascun prés
                   de voz sang et lignage pour plusours grandz biens qu'ent
                   poussent suir de nostre avis, et créons fermement que vous
             35  vorriéz faire de vostre partie en ce cas, nostre estat con
                   sideréz, tout ce qu'est ou serra de reson requis, sicomme faire
                   vorrons de la nostre, tenons chescune de voz dites cousines
                   et covenable et honourable, par ont nous pensons si en haste
                   come bonement pourroms envoier devers vous nostre tres
             40  chier cousin le Count de R[utland], nostre treschier frere le
                   Count de H[untingdon] et nostre treschier cousin le Count
                   de M[arche] ou deux de eux, et en lour compaignie
                   l'Erceveque de D[yvelin] ou l'Evesque de C., et nostre
                   Chamberlein, pur veer les dites voz cousines et nous ent
             45  reportier sur la charge que lour serra de par nous donné
                   pleinement la veritee, au fin q'en la dit fait parmy lour report
                   nous purroms proceder a la conclusioun, qui celle partie
                   109-48 [109-48la conclusioun meillour = the conclusion which seems the best to us in this matter.160nous semblera meillour; si par la divine purveiance aveigne
                   que nous eioms en mariage ascune de voz dite cousines
             50  adonque vorrions, treschier [f.235c] cousin, qu'en toute manere
                   nostre dit treschier cousin de R[utland], q'est de haulte
                   109-52 [109-52un des. . .vivantz = one of the most noble, we hold, living160lignage, un des greignours gentils, ce tenons, vivantz, en
                   qui toutes vertues habundent a merveille, eust en mariage
                   une de voz cousines susdites. Treschier cousin, touchant la

Page 160


             55  reformacion del cisme esteant en seinte esglise, dount voz
                   dites lettres font mencion, nous avons tresgrande joie que
                   Dieu vous ad ensi inspiréz et donnéz le corage de travaillier
                   en si seint fait et a si seinte fyn, vous en faisantz savoir que
                   sur les informacions queles vous nous vorriéz doner coment
             60  vous penséz aler avant en la dite matire sicome nous voloms
                   auxi penser de nostre part, nous ferrons trestout nostre
                   pouoir de travailler a la gracieuse conclusioun.


                   Treshaut et puissant Prince et nostre treschier cousin,
                   tresbone vie vous ottroie nostre sire a treslonge duree.
             65  Donné etc.

110

ANON TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu et moun treshonuré seignur, je
                   me recommans a vous si humblement et tant entierement
                   come plus sai ou puisse. Et vous plaise, moun seignur,
                   savoir que B. de H. a ma venue illoeque estoit trop estrange

Page 161


               5  a trover, en tant que je quidai q'il eust coneu ma entencion.
                   Nientmeins, ice joefdy entour la heure de prime je lui
                   trovai et lui enparlai sicomme de ma mocion, come vous
                   m'avéz commandéz, et lui donnai conseille de mettre sa peine
                   et tant faire en aide du cariage de vostre meresme q'il pour [f.235d]
             10  deservir vostre gree, et verraiment a ce que m'estoit avis il
                   estoit moult bien content de mes paroles, et m'ent savoit
                   bone gree, et m'ent mercia moult souvent et me dist plus
                   volentiers aprés son seignur lige qu'autre seignur du monde
                   110-14 [110-14] Something is missing from the text here. The meaning is that he would more willingly serve you in everything that can touch you, than any other lord in the world, after his liege lord.162en toutes choses que vous purrout touchier. Et, monseignur,
             15  mesme le joefdi je m'en alai a P. a manger, et a plus tost que
                   je viens en sa presence du Roy il me demanda de vous, ou
                   vous estiéz et coment vous feust, et je lui respondi q'a L. et
                   en boun point, Dieu merciez, et que par tant que vous
                   feustez occupiéz entour grandz busoignes et vous ne poiéz
             20  avoir venuz a lui, vous aviéz priéz Monseignur de N., qui
                   lors estoit present ovesque le Roy, de vous excuser pur x ou
                   xij jours a veners aprés ce feste de C. et le Roy respondi q'il
                   n'ent avoit riens oy, et N. advoa bien vostre excusacion par
                   lui avoir estéz faite, et quant, et ou, et le Roy lui dist q'en
             25  celle querelle il lui vorroit combatre. Més a darrein le Roy
                   vous tient et voet tenir excuséz tanq'au dit jour. Nientmains,
                   a moy semble, si plesir vous soit, que puis que vous avéz ore
                   tant et si longement estéz absent, bon serroit de venir devant
                   vostre jour, et encore le plus tost que vous purréz bone
             30  ment. Et. mon seignur, je parlai a B. et lui disoie de vostre
                   part que vous aviéz merveille q'il, q'est tant dowéz de sen,
                   et en qi vous vous affiéz tant, ne vous eust certifiéz par moy
                   de vostre excusacioun. Il me respondi que vous ne lui
                   110-34 [110-34de twice162110-34 [110-34al twice162priastez de [f.235aa] vous excuser si non tanque al feste de C., et
             35  110-35 [110-35et vous quida . . . feste = and thought that you would have come to the said feast.162qu'il l'avoit fait, et vous quida avoir venuz au dit feste. De
                   lui ne sai je plus més q'il est droit bon ami a lui mesmes, je
                   ne puisse percevoir en fait que s'amistee extende plus outre
                   a nulluy. Et, mon treshonuré seignur, en droit de les gistes
                   du Roy, vous please savoir q'il serra yci tanque mescredy,

Page 162


             40  et samadi a C. et y demurra la dimenge, lundy a R. et
                   l'endemain de jour de la mariage, mescredy a P., joefdi a D.,
                   vendredi a M. et samady a E., ce est l'ordinance a present si
                   le purpos n'ent change, que si se face, je vous ent certifiera.
                   Middeforde n'est uncqore venuz, més je croie q'il y serra
             45  demain, et adonque lui dirra de par vous come vous m'avéz
                   chargiéz. Je encontrai a W. un esquier qui vint droit de
                   Bayon qui me disoit que D. fuist pris venant de N. a B. par
                   les gentz du sire de la Brett et q'il est ja delivréz, més paia
                   ml. C. francz et ad de paier DCC. francz. Je ne say, mon
             50  seignur, autres novelles, més que les letttes des quelx C.
                   m'apporta les copies sont faitz et ensealees et que chescun
                   ici, petit et grand, vous parle tout honeur et bien et vous
                   averont volunters ici, et especialment le Roy. Moun tres
                   honuré seignur, le tout puissant Dieu vous doine parfete
             55  joie, honour et santee par encrés d'onneure a treslonge duree.
                   Escript etc.

111

ANON TO JOAN OF KENT

c. Easter 1377


                   Tresexcellente et treshaute dame, nous nous commen-
                   dons en quanque [f.253ab] nous savons et poons a vostre excellente
                   hautesse, a laquele please a entendre coment aprés nostre
                   partir de Londres nous encontrasmes primerement ensemble
               5  entre nous quatre a la citee de H. le vendredy devers le ceoir
                   prochein devant la simaine de la passioun, et l'endemeyne
                   bien matyne nous chivachasmes a Monsire N. de A., a une
                   sa measoun a six lewes de la citee, si lui baillasmes une lettre
                   de nostre tresredoubté seignur, vostre filz, a lui adressé, la

Page 163


             10  quele vewe et oÿ ce que nous lui disasmes de par vous, ma
                   dame, et de par nostre dit seignur de bouche, nous trovasmes
                   sa response tresbone et agréable et son fait auxi bien accor
                   dant a ycelle,car tantost il s'ordina de chivacher eui mesmes
                   a son chastelle de M., q'est a XL. lewes loinz de sa dite
             15  measoun, et illoeqes a son dit chastelle, q'est dedeinz la
                   principaltee de S[outhgales], il fist venir devant lui ses
                   tenantz et tant fist envers eulx q'entre lui et ses ditz tenantz
                   ils ont donnéz a nostre dit seignur XL. marcz, la ou la
                   subsidee grantee a nostre tresreverent sire son pere, que Dieu
             20  assoille, ils ne lui donnerent riens, et puis aprés, ma dame,
                   quant nous estoions partiz du dit monsire N. nous nous
                   hastasmes vers K. et y venismes le lundy bien par temps en
                   la dite simeine de la passioun, si trovasmes la les justice
                   monsire D. C. et B. H. et auxi les prelats et autres gentils et
             25  communes du dit principaltee, as quelx nous feismes
                   moustrer et declarer la voluntee de vous, [f.235ac] ma dame, et de
                   nostre dit seignur et la cause de nostre venue par le dit D. C.,
                   qui le fist sagement et en bones paroles et bien ad fait son
                   devoir et bon lieu tenuz a vous, ma dame, et a nostre dit
             30  seignur en voz busoignes. Ore tan comme nous avons esté
                   en la dite principaltee de S[outhgales] si receurent les ditz
                   prelats, gentilx et autres moult bonement les mandementz
                   de nostre dit seignur et nous, voz servantz, et sont toutz
                   parfetement lééz et joieux, loéz en soit Dieu, de nostre dit
             35  seignur, vostre filz, et de ce q'il ad sur eulx la seignurie, mais
                   ils se dient estre tant enpoveréz par la pestilence et par
                   moryne de lour bestes q'est a present entre eulx, et par autres
                   meschiefs, que quant a ascun subside a graunter nous
                   trovasmes bien difficultee quant au commencement nepur-
             40  quant, Dieu mercye, parmy la bone mediacion et aide des
                   uns des ditz liges et par especial de l'abbé de P. les autres se
                   sont conformees a eulx, ensi que pur la grand joie q'ils ont
                   de la tresnoble personne de nostre dit seignur et pur le
                   tresgrand desir q'ils ont de fere honnour et plesance a vous,
             45  ma dame, et a nostre dit seignur, vostre filz, et pur le desir
                   q'ils ont auxi de leur moustrer ore a son commencement ses
                   bons et vrais et obeissante lieges, touz ceulx de la dite prin-
                   cipaltee se sont assentuz et ount de bone voluntee donnéz et

Page 164


                   grantéz a nostre dit seignur, non obstante leur tresgrande
             50  povertee susdite, atant come ils donerent a la derrein subside
                   grantee a nostre tresredoubté seignur, son pere avantdit, a
                   paier par oweilles porcions a les quatre festes de seint
                   Michel d'ores proschein ensuantz [f.235ad] , et semblablement ont
                   fait ses liges de ses ville et seignurie de H. D'autre part,
             55  treshaute dame, touchant les chastelx de vous et de nostre
                   dit seignur, c'est assavoir de E. P. M. W., nous les avons
                   tous veuz et regardéz et avons par entre nous et les autres
                   dez voz, a ce assigneez, ordineez pur vitailler et pur les
                   reparacion et efforcement d'ycelx selonc ce que nous semble
             60  que covient de necessitee estre ordinéz, et si come est con
                   tenuz en les endentures sur ce faitz par entre le chamberlein
                   de S[outhgales] et nous, de lesqueles nous envoions devers
                   vostre hautesse l'une partie par le portour d'icestes, et quant
                   a les aibelastes et quarelx nombreez en la dite endenture
             65  coviendra, s'il semble affaire a vous, treshaute dame, et a
                   nostre dit seignur et a vostre conseille par de la, que vous
                   facéz charger vostre dit conseille illoeques de les purvoier a
                   Londres et envoier vers ce androites en haste, que par de cea
                   homme ne les purra trover a vendre. Mais quant a gentz
             70  d'armez, il covient q'ils soient envoiéz hors d'Engleterre et
                   ce en tresgrand haste selonc les novelles que nous avons
                   trovéz par de cea, lesqueles nous entendons que vous aiéz
                   auxi par de la. Toutes voies entre nous a nostre venue au dit
                   lieu de H., nous y avons veuz une lettre soubz le seal de
             75  Monsire Thomas F. escript a B. le vj jour de feverer derrein
                   passee, par laquel il a escript a ses deputéz et as gentz de la [f.236a]
                   ville illoeques coment il est de certein apris et enforméz que
                   le Bastarde de S. ad fait app[ar]ailler la plus grande navye que
                   unques fuist vewe en S. de grosses niefs, galees et barges, et
             80  que ce est pur certein sa intencion d'arriver em port de M.,
                   que n'est pas de cink lewes loins du dit lieu de H., et Oweyn
                   de Gales en sa compaignie, et est grand rumour q'ils voullent
                   apporter ovec eulx des armures et des selles a tresgrand
                   nombre, considerantz de trover a eux plusours adherentz
             85  par de cea, que Dieu defende, et sont mesmes les nouvelles
                   affermees de jour en jour par diverses marchantz venanz hors
                   de Gascoyne, ensi que le rumour en est durement grand et

Page 165


                   notaire. Sur quoy, ma dame, semble as autres voz servantz
                   par de cea et a nous et auxi as plus sages des ditz lieges en
             90  cestes parties coment il covient de necessité q'entre vous et
                   nostre dit seignur et vostre conseil par de la facéz pursuir et
                   tant faire envers le Roy et son conseil a mielx et a trestoute
                   la haste et diligence que l'en se purra fere, q'en salvacioun si
                   bien de roialme d'Engleterre, come de la principalté de
             95  Gales, soient ordinéz et envoiéz vers Southgales deux centz
                   hommes d'armes, c'est assavoir cent pur garder et defendre
                   le Chastelle de P. et le paijs envyron, et C. pur le chastelle
                   de K. et pur celle paijs la, ensi que les ditz deux centz
                   hommes d'armes soient es dites parties et a toute la haste que
           100  l'en le purra fere, et au XVme jour de may proschein venant
                   a plus [f.236b] tarde, si l'en n'ait entretant certeines novelles de la
                   noun venue des enemys desusditz; et que les gentz d'armes
                   qui serront envoiéz a K. y soient as custages de Roy auxi
                   bien come ceulx qui serront envoiéz au P., que certeinement
           105  touz les profitz et revenues que purront estre leveez en la
                   seignurie de nostre dit seignur en S[outhgales] entre cy et la
                   feste de seint Michel proschein venant ne purront pas suffire
                   affere les custages des vitailles, reparacions et efforceemenz
                   des ditz chastelx et a les autres custages illoeqes necessairs
           110  entre cy et le dit temps. Et, ma tresexcellente dame, pur ce
                   que nous quidons entre nous que le dit Monsire T[homas]
                   de F. doit de resoun estre chargés de sauvement garder a ses
                   custages le dit chastelle de H., nous envoions pardevers
                   vostre hautesse enclose dedeinz cestes une cedule continante
           115  l'ordinance faite touchant mesme le chastelle, a fyn q'entre
                   vous, ma dame, et nostre dit seignur, s'il vous sembléz
                   affaire, faitez envoier de vostre conseil tielx come il plerra a
                   vostre hautesse a la compaigne du dit Monsire T[homas]
                   D111L119 [D111L119] absencence166pur moustrer a elle la dite cedule, a fyn qu'ele, en absence de
           120  son dit marit, face ordenir en tant come a lui attient que
                   execucion soit faite a toute haste de la dite ordinance, si
                   entendons que le dit Monsire T[homas] ait escript a sa dite
                   compaigne sur cestmatire. Auxi, ma dame, s'il semble a vous
                   et a nostre dit seignur et a vostre conseil que ce soit affaire,
           125  please a [f.236c] vostre hautesse par lettres de nostre dit seignur et

Page 166


                   auxi par mandement du Roy, s'il busoigne, fere chargier
                   tielx comme il vous plerra de ceux qu'ont les gardes de voz
                   chastelx en G[ales] q'ils se transportent le plus tost que faire
                   se purront et demourer en leurs propres persones chescun
           130  en le chastelle de quel il ad le garde, et q'ils y soient a certein
                   jour, quel y vous plerra de leur limiter et assigner as dites
                   lettres. Et, ma tresnoble dame, endroit de toutes les choses
                   comprises dessus en cestes ou en la dite endenture touchant
                   la sauvegarde et defense des ditz chastelx, plese a vous et a
           135  nostre dit seignur chargier vostre conseil par de la de leur
                   en aviser et de prendre auxi l'avis du conseil du Roy, s'il
                   busoigne, et que sur ce soit remandéz vers par de cea leur
                   dit avis, et que de cela ils hastent tant come ils pourront par
                   bone diligence, que vraiement, a ce que semble as plus sages
           140  des lieges par de cea et a nous voz servantz selonc ce que
                   nous avons trovee, il busoigne tresgrandement, a fyn que
                   l'en soit prest de resistre ove l'aide de Dieu as ditz enemys,
                   s'ils veignent, et pur ce auxi que par bone ordinance mise
                   par temps en due execucioun ils purrient en cas estre destour
           145  béz de leur venue, le garnisement q'ils en averoient s'ils aient
                   espiaille par de cea. Tresexcellente et treshaute dame, autre
                   chose n'escrivons par devers vostre hautesse [f.236d] quant a present,
                   més que a la faisance de cestes nous feumes en vostre chas
                   telle de H. en N. et nous hasterons en ce que nous purrons
           150  en N. et C. entour l'exploit des busoignes dont nous fumes
                   chargés. Et nostre sire tout puissant vous veulle, tresnoble
                   dame, encroistre en tout honour et prosperité a treslonge
                   duree. Escript etc.

Page 167

112

RICHARD II TO JOHN, BISHOP OF SALISBURY

1394-5


                   Reverent pere en Dieu, come, vacante nadgairs l'esglise
                   couventuale de seinte Edwarde de Shaftesbury par le mort
                   de bone memoire Jehane, derrein Abbesse illoeque, eions
                   grantéz a les Prioresse et Couvent de mesme l'abbacie
               5  licence de eslire par entre eulx une autre en leur abbesse,
                   sicome en noz lettres patentz a eux ent faites est contenuz
                   plus au plein, et eions, lour vuillantz fere grace de present
                   especiale, donnéz pouoir a vous de donner en lieu et noum
                   de nous roial assent a la eleccioun affaire illoeque, quant les
             10  dites prioresse et couvent une tiele lour eslite pour lour
                   lettres patentes a estre a nous directes deveront a vous
                   presenter, et de resceivre de mesme la eslite foialtee et la
                   confermer selonc l'effect de noz briefs a vous sur ce directes,
                   nous, considerantz que la dite abbacie est de tielle condicioun
             15  une des grandes de nostre roialme et une eslite illoeque
                   induhement [f.237a] eslue come par mestrie ou brocage purroit
                   destruire mesme l'abbacie, quoie nous ne vorrons nulle
                   ment, et savons bien que vous, q'estes lour diocesan, ne le
                   vorriéz pur nulle rien, vous mandons fermement, en
             20  chargeantz que si vous purriéz verraiment estre apris que la
                   dite eleccioun se face bien saintement et en forme duhement
                   requise de telle personne que soit verisemblable de profiter
                   a la dite abbacie parmy bone gouvernance de tout quanque
                   a icelle apertient espiritel et temporel, adunque a icelle
             25  eleccioun vous donnéz en lieu et noum de nous, sicome
                   pouoir vous avons donnéz, nostre roiale assent et la eslite


                   conferméz de par nous en la forme susdite. Si volons et vous
                   mandons que si encontre la dite forme ascune soit esleue et
                   par especial la prioresse, quele as certeines causes notables
             30  nous ne volons nullement estre abbesse de l'abbacie susdite,
                   vous ne donnéz ne ottroiéz en nulle manere nostre assent

Page 168


                   roial a tiel eslite, a quoi nous ne volons mie que le dit pouoir,
                   quel grantéz vous avons, s'extende en nulle guise. Nostre
                   sire etc. Escript.

113

RICHARD II TO JOHN, BISHOP OF SALISBURY

1394-5


                   Reverent pere en Dieu, come, vacante le monasterie de
                   S[haftesbury] en vostre diocise le dis et noevisme jour
                   D113L3 [D113L3] Formage M.169d'augst derrein passéz par la mort de [f.237b] J[ehane] [Formage]
                   nadgairs abbesse d'icelle, pour ce que mesme le monasterie
               5  par longue vacacion ne deust souffrir trop de damage,
                   eussonz donnéz licence roial a la couvent [du] dit monasterie
                   a eslire en abbesse ascune personne acceptable a Dieu,
                   profitable a la religioun et fructueuse au dit monasterie, més
                   quoi puis est suiz d'autiele eleccioun, et si ascune tiele per-
             10  113-10 [113-10més quoi . . . declaréz = but what has since been done of any such election and whether any such person has been elected or not has not yet been declared to us169sone soit eslite ou noun, ne nous est uncore declaréz selon
                   ce que le droit de nostre regalie requiert, si que parmy
                   mesme le droit de nostre regalie nous tenons le dit monas-
                   terie avoir estéz continuelment puis en cea et encore est
                   voide, en dissolucioun de seinte religioun et overt dammage
             15  du dit monasterie, ensi que de l'ordre de ley la provisioun du
                   dit monasterie est a vous par trespassement de temps

Page 169


                   notoirement devolute; nous, desirantz d'entiere affeccioun
                   les bien et profit du dit monasterie par noz noblez progeni-
                   tours devoutement founduz, en lequel auxi le corps du
             20  glorious martir seint Edwarde le Roy est honuréz, tresentier
                   ment de cuer vous prions et requerons que de voz droit et
                   auctorité ordinaire vous vuilléz purvoier au dit monasterie
                   d'ascune persone discrete et circumspecte et elle faire et
                   créer en abbesse del monasterie susdit, fesantz [f.237c] outre tout
             25  113-25 [113-25fesantz. . .partie = doing above all whatever belongs to your pastoral office in this matter170quanque a vostre office pastorel appartient en celle partie,
                   et volons ensement q'a mesme la persone ensi créé en
                   abbesse vous donnéz et adjoustéz de nostre auctoritee nostre
                   assent roial. Toutes voies nous tenons sanz faille vous avoir
                   toudiz estéz et estre ensi disposéz a la dite matire que vous
             30  desiréz plus estre purveu a la esglise q'a la personne, quoi
                   ensement d'entier cuer nous desirantz, vous excitons que
                   vostre pastorel office vuilléz bonement faire, a la hastive
                   113-33 [113-33Toutes voies. . .susdites = Nevertheless we hold without fail that you have always been and are so disposed in the said matter that you desire rather to provide for the church than for the person, and as we likewise desire this wholeheartedly, we urge you to do well your pastoral office, to the hasty expedition of things as aforesaid.170expedicioun des choses susdites. Et nostre sire etc. Donné
                   etc.

114

RICHARD II TO ANON

1395


                   Treschier et foial cousin, nous vous saluons sovent
                   d'entier cuer, tresespecialment vous en merciantz de touz
                   voz bon eide et diligence queux vous avéz ententivement
                   mis entour la promocioun de nostre treschier et tresamé

Page 170


               5  clerc, R[oger] W[alden], nostre secretair, laquele nous
                   desirons tresentierment, sicome pardevant vous avons par
                   noz autres lettres certifiéz, si vous faisons, treschier cousin,
                   savoir que sicome par relacioun créable sumez enforméz, les
                   uns chanoignes d'Excestre, de queux nous avons asséz bone
             10  cognoissance, as queux pur la promocioun de nostre dit
                   treschier clerc nous avons escript noz lettres soubz nostre
                   signet especiales, quidantz par subtilitee trover excusacions
                   del noun accompliement de nostre dit desir, ont affer [f.237d] méz
                   que les dites lettres a eux tramis n'estoient pas nostres, pur
             15  l'eschange de nostre dit signet que se fist de nostre voluntee
                   ore tard et a cause notable, par ont derechief nous escrivons
                   a les dean et chapitre d'Excestre susdite soubz mesme nostre
                   signet et le lour signifions estre nostre, si come en aprés
                   nous pensons q'ils saveront asséz bien, lour em priantz
             20  d'executer en tant come ils purront sanz blemure de con
                   science noz priers a eux faitz especiales devant ore touchant
                   la matire susdite; lesqueles noz lettres as ditz dean et
                   chapitre de present envoiéz, vous prions treschierment que
                   bailler leur vuilléz de par nous, lour certifiantz la pleine
             25  veritee du fet sibien de nostre signet come de nostre desir,
                   fesantz outre entour le bon exploit de la dite matire voz bons
                   eide et conseille si come vous avéz tres gentilement com
                   mencéz, dont tresentierment vous savons et pensons savoir
                   tres bon gree. Treschier et foial cousin, le seint espirit etc.
             30  Donné etc.

Page 171

115

RICHARD II TO ANON


                   Chier et foial cousin, vuilléz savoir q'au temps nous vous
                   envoiasmes derrein noz lettrez, par lesqueles nous vous
                   priasmes de mettre voz bons eide, mediacioun et conseil
                   envers les dean et chapitre de E[xcestre], au fin q'en lour
               5  eleccioun proscheinement affaire ils vorroient condescendre
                   en nostre treschier et tresbien amé [f.238a] clerc, R[oger] de
                   W[alden], nostre secretaire, lour confrere, et lui eslire en
                   lour prelat, nous envoiasmes autres noz lettres soubz nostre
                   signet especiales as ditz dean et chapitre par mesme la cause,
             10  115-10 [115-10les uns chanons = certain canons172de quele chapitre les uns chanons, a nous asséz bien conuz,
                   115-11 [115-11excusacioun mein verraie = an excuse little true172quidantz par subtilitee soubz excusacioun mein verraie
                   trover voie de faire lour affeccioun et venir au contraire de
                   115-13 [115-13nient pensee etc = not thinking etc.172noz entent et desir, nient pensee que l'esglise de E[xcestre]
                   est de la fundacioun de noz noblez progenitours, nient con
             15  sideree l'interesse quel par celle cause ent avons, nieint
                   regardéz la plesance quele ils nous purroient avoir fait
                   en faisantz noz prieres tant resonables, ont dit que noz dites
                   lettres ne passerent de nostre voluntee ne ne estoient
                   ensealéz desoubz nostre signet, pur ce, sicome nous quidons,
             20  que mesme nostre signet, que de nostre mandement estoit
                   ore tard de novel fait et chaungéz, ne mie sanz tresgrande
                   cause et notable, a eux estoit desconeuz. Sur quoi treschier
                   ment vous prions de tresentier cuer que enfermer vuilléz les
                   ditz dean et chapitre et chescun de eulx coment noz signet,
             25  lettres et volunté de tout s'accordent, fesantz devers eux
                   vostre bone eide et effectuele mediacioun a le bon et hastif
                   exploit de nostre dit desir sur la tresentier affiance quele nous
                   avons de vous, sachantz q'en ce faisantz tresentierment vous
                   vorrons mercier et de tresentier cuer tres bon gree savoir.
             30  Nostre sire vous eit en sa garde. Donné etc.

Page 172

116

RICHARD II TO THE CANONS OF EXETER

Autograph, 1395

[f.238b]
                   Treschiers en Dieu, nous avons bien au memoire
                   coment nadgeirs nous, considerantz vous estre de prelat
                   destitutz et pastour par la mort de T[homas], vostre evesque
                   derrein, qui Dieu pardoint, vous envoiasmes noz lettres
               5  soubz nostre signet especiales pur vostre consent ottroier
                   en vostre eleccioun future en nostre treschier clerc, R[oger]
                   de W[alden], vostre confrere, nostre S[ecretaire], si sumes
                   puis en cea par relacioun créable enfourméz que les uns de
                   vous avéz overtement dit que les dites lettres n'estoient pas
             10  nostres, et ce a cause que vous n'aviéz pas conissance de
                   nostre signet que de nostre mandement feust tard renovelléz,
                   fet et changéz et l'ancien lesséz, ne mie sanz cause resonable,
                   a l'effect, ce nous semble, de venir au contraire de nostre
                   desir en vostre dit eleccioun, quoi nous ne vorrions en nulle
             15  manere. Sur quoi nous vous fasons savoir les dites lettres
                   estre passéz soubz nostre signet de nostre pleine voluntee et
                   verraie conissance, vous em priantz tresespecialment de
                   tresentier cuer et chescun de vous que, penséz que vostre
                   esglise est de la fundacioun de noz noblez progenitours, et
             20  de nostre patronage, et l'interesse que par celle cause avons
                   consideree, selonc l'effect de noz autres lettres dessusdites
                   vous vuilléz conformer a noz plesirs et bonement mettre
                   en hastive execucioun ce que pardevant priéz vous avons
                   pur nostre dit clerc al honneur, se quidons, verraiement [f.238c]
             25  de Dieu nostre seignur, a souveraine plaisance de nous et
                   au bien, honneur et profit de vostre esglise et de chescun
                   de vous. Et ce ne vuilléz lessier, sur la tresentiere affiance
                   quele nous avons de vous, sachantz q'au fin que vous soiéz
                   asseuréz que ce est nostre voluntee, noz avons escriptz en
             30  cestes noz lettres de nostre mein. Nostre sire etc. Donné etc.

Page 173

117

ANON TO ? ROGER WALDEN

1395


                   Mon tresreverent, tresnoble et tresgracieux pere et
                   seignur, vous plese savoir q'aprés les novelles queux je say
                   bien, queux vous sont et serront tresgracieuses plus que
                   toutes autres, de les bons estat et santee de nostre tres
               5  redoubté seignur, me venoient tard nouvelles du paijs de
                   117-6 [117-6] ou . . . faux = unless the message was false174D., bons m'estoit avis; ou le message feust faux, car j'estoie
                   acertéz que la greindre partie estoit nostre et que les autres
                   de la partie adverse se avoient excuséz que, par tant q'ils
                   n'avoient conissance du signet nostre dit seignur, ils ne
             10  savoient que faire mielx q'enploier lour devocioun au
                   contraire de la nostre, et par tant, moy enforméz de la dite
                   117-12 [117-12part tant. . . ent parlai = I, having been informed of the said matter, therefore spoke of it174matire, ent parlai a nostre dit seignur, qui me commanda
                   escrivre en la manere que paramont est contenuz plus au
                   plein. De toutes noz autres novelles de par de cea, mon
             15  maistre et amy, R. de P., que nostre dit seignur envoit de
                   present envers Monsire de K., vous savera dire au pleine
                   toute la somme. Finalment je me recommans a vostre
                   tresreverende paternitee comme [f.283d] tout vostre, prest et
                   apparailléz d'accompler a mon pouoir touz voz honurablez
             20  desirs. Le tout puissant vous ottroie selonc moun desir
                   tout joie et prosperitee. Escript.

118

ANON TO A BISHOP


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré seignur
                   moi le tout vostre humble serviteur me recommans a vostre
                   tresreverende paternitee si treshumblement et a tant come

Page 174


                   en ascune manere plus say ou puisse. Si ay,mon treshonuré
               5  seignur, receu et entenduz voz treshonurablez lettres a moy,
                   vostre [merci], envoiés, lesqueles me sont venuz a tressou
                   verain joie et tresgrant reconfort, pour ce que j'ay aparceu
                   par icelles que vostre tresreverende paternitee, moevee de
                   excellente naturesse et bontueuse gentilesce, pense si affec-
             10  tuelment de la matire en voz dites lettres oscurement
                   specifiee, Dieu de sa haute puissance vous ent rende merciz
                   et graces et moy doigne pouoir selonc mon desir de faire
                   ascun service que purra valoir a l'exploit de la matire, si
                   come je serrai toutdis prest sanz esparnir le mescheant
             15  corps ou mes petitz biens. Mon treshonuré seignur, vous
                   please savoir que nostre tressouverein maistre est toutdis
                   118-17 [118-17en vostre opinioun = his opinion of you.175constant en vostre opinioun et tresentierment ent desire
                   la compliement de vostre desir, quel Dieu pur sa mercie
                   mette a bon fin et gracieux. Si semble a moy, mon tres
             20  honuré seignur, [f.239a] que puis que l'incumbent n'est pas veri-
                   semblable de longuement durer, il serroit bon que ses
                   confreres feurent bien et sagement tastéz et tretéz par bons
                   moienes, et ce en privee manere, de faire lour devoir quant
                   Dieu dorra la heure, et q'ils feussent enforméz et asseurés
             25  de la tresgrande affeccioun quele nostre dit meistre porte,
                   118-26 [118-26al homme negligent, this refers to the incumbent.175et ne mie sanz verraie cause al homme negligent, et ce fet, je
                   m'affie en Dieu que le busoigne s'en irra tout a point.
                   Toutes voies, moun treshonuré seignur, voz honurablez
                   plesirs en droit de ce et des toutes autres choses, vous me
             30  plese toudis comander come a cellui qui les ferrai a mon
                   petit pouoir loialment sanz feintise. Tresreverent pere etc.

119

RICHARD II, SIGNET WARRANT FOR GREAT SEAL

? Nov: 1383


                   Treschier et foial, nous grantasmes ore tard a nostre
                   chier et bien amé Maistre T[homas] S[hirforde], lors en
                   possession del arcedeakenye de R., ratificacioun de son estat
                   q'il avoit en icelle, et de nostre grace especial et pour la

Page 175


               5  plus grande seurtee du dit T[homas] de son arcedeakenye
                   susdit a sa instance volons et avons grantee de lui ent faire
                   donacion simple en nostre droit, que nous avons de la
                   donner a cause des temporaltees de l'Evesque de N[orwiz]
                   adjuggéz en le derrein parlement seiséz en noz mains. Si
             10  vous mandons que sur ce facéz faire au dit T[homas] soubz [f.239b]
                   nostre grande seal noz lettres patentes de nostre dit
                   donacion en due fourme tielle q'appartinent.


                   Donné soubz nostre signet etc.

120

RICHARD II TO THE CHANCELLOR, WILLIAM OF WYKEHAM

P.S. Westm: Oct: 23rd, 1390


                   Richarde par la grace de Dieu Roy d'Engleterre et de
                   France et Seignur d'Irland a l'onurable pere en Dieu l'Eves-
                   que de W[yncestre], nostre Chanceller, salutz. Come, a ce
                   que nous avons entenduz, W[illiam] de C[ampedene]
               5  feusse nadgairs appelléz par M., que feu la femme de
                   D120L6 [D120L6] Magot B176R[ichard] [Magot] devant nous de ce que le dit W[illiam] le
                   mescredy proschein avant la feste de la nativité de Seint
                   J[ohan] le Baptistre, l'an de nostre reigne XIme, a heure de
                   D120L9 [D120L9] Wyrcestre E.176prime, a P. en le contee de [Wyrcestre] felenousement tuast
             10  le dit R[ichard], jadys baroun de la dite M., pour quele
                   120-11 [120-11dtt. corr: by scribe from dit estoit.176mort le dit W[illiam], sicome il estoit dit, aussi enditéz
                   et utlagéz, et nous, de nostre grace especial et a la priere de
                   nostre chier et foial chivaler J[ohan] G[olafre], éons par
                   donéz au dit W[illiam] la suyte de nostre pees, qui a nous

Page 176


             15  envers lui appartient pur la dite mort dont il estoit ensi
                   appelléz et enditéz ou rettéz, et aussint la utlagarie avant dite,
                   si tiele y soit, et ent éons grantéz a mesme celui W[illiam]
                   nostre ferme pees issint q'il estoise a droit en nostre court
                   si aucuny voudra parler devers lui de la mort susdite; et
             20  comme aussi le dit W[illiam] par noun de W[illiam] S.
                   de C[ampedene] en le counte de G[loucestre] feusse nad
                   gairs appelléz devant H[ugh] F[astolf ] et [William] V[enour],
                   D120L23 [D120L23] William N.177lors viscontes de nostre citee de L[ondres], et J. B., coroner
                   de mesme nostre citee, en la Guyhalle de L[ondres], par S.
             25  P., [f.239c] taverner, servant de J[ohan] T[ryg], de ce que le dit
                   W[illiam] S. le dymenge en la nuyt proschein aprés la feste
                   de la Concepcioun de Nostre Dame, l'an de nostre reigne
                   duzisme, en un celer deinz la taverne du dit J[ohan] T[ryg]
                   appellé 'le Vernycle' en Fletestrete en la paroche de B[ryde]
             30  en la warde de F[aryngdon] dehors en le suburbe de L[ondres], quatre hanapes d'argent du pris de oept livres du
                   dit J[ohan] T[ryg], mestre de mesme celluy F., esteantz en la
                   garde d'icel S., hors de sa garde illoeques felonousement
                   emblast et emportast, et nous de nostre grace especiale et a
             35  la priere du dit J[ohan] G[olafre] éoms pardonéz au dit
                   W[illiam] S. de C[ampedene] la suyte de nostre pees que a
                   nous envers lui appartient pur le dit larcyn dont il est ensi
                   appelléz, enditéz ou rettéz et aussint utlegarié, si aucune soit
                   en lui pronuncié par celle encheson, et lui ent éons grantéz
             40  nostre ferme pees issint q'il estoise a droit en nostre court si
                   aucuny vouldra parler devers lui du larcyn avantdit, vous
                   mandons que sur ce facéz faire lettres soubz nostre grande
                   seel en due fourme. Donné soubz nostre privé seal etc.

Page 177

121

RICHARD II TO THE CHANCELLOR, ROBERT DE BRAYBROKE

Signet, 1382


                   Le Roy a nostre Chanceller, saluz. Suppliéz nous ad nostre
                   chier et foial M[ichel] de P[ole], chivaler, que, come il eit
                   quatre centz marcz d'annuele rent a lui et a ses heirs a tous
                   jours de la custume anciene des leynes, quirs et peaux
               5  leynuz en port de nostre ville de K[ingston] sur H[ulle], du
                   grant du Roy nostre ael ent fait a W[illiam] de la [f.239d] Pole,
                   pere du dit M[ichel], et au dit M[ichel] et a leur heirs, en
                   recompensacioun du manoir de B[rustwyk] ove les appur-
                   tenances en contee de E[verwic] et les manoirs de G[ryngele] et W[hetele] ove les appurtenances en contee de
                   N[ott'], lesqueux le dit W[illiam] avoit a lui et a ses heirs
                   du doun et grant de nostre dit ael par ses Chartres ent faites
                   a diverses foitz, et d'une annuele rente deux centz et sessante
                   marcz que le dit W[illiam] avoit auxi a lui et a ses heirs du
             15  grant de nostre dit ael de l'anciene custume de nostre dit
                   ael en dit port de K[ingston] sur H[ulle], lequel manoir de
                   B[rustwyk] le dit W[illiam] susrendist en la main de nostre
                   dit ael, et relessa et quitclama a nostre dit ael et a ses heirs
                   tout le droit et cleym q'il avoit es ditz autres manoirs et en
             20  la rente avantdit, et auxi du manoir de K[ayngham] en dit
                   contee de E[verwic], lequel manoir T[homas] de la Pole et
                   E[dmund] de la Pole, filz du dit W[illlam], susrendirent en
                   la main nostre dit ael, nous plese donner et granter a mesme
                   celui Michel et ses heirs vyngt livres de rente ove les appur-
             25  tenances lesquels le Cont de S[uffolk], qui darrein morust,
                   et ses heirs feurent tenuz a rendre a nous et a noz heirs pour
                   les chastelle et ville de O[rford], a avoir par manere que nous
                   et noz heirs les deussient avoir euz, et aussi des terres et
                   rentes que sont devenuz a nostre main, a avoir a nous et a
             30  noz heirs en fee pur la mort du dit Cont, le manoir de

Page 178


                   D121L31 [D121L31] Benhale G.179[Benhale] [f.240a] ove les appurtenances en contee de S[uffolk]
                   et quarante marcz de rente de la fee ferme de la ville de
                   D121L33 [D121L33] Stradbroke M.179[Stradbrok], dont le dit Michel est seignur, lesqueles XL.
                   marcz par an soloient estre paiees au manoir de E[ye], et
             35  le manoir de D[edham] ove les appurtenances, et en contee
                   D121L36 [D121L36] Essex C179de [Essex], a avoir et tenir au dit Michel et a ses heirs a tous
                   jours, en rebatant atantz de rentz, c'est assavoir XX. livres
                   et quarante marcz par an a la value des ditz manoirs de les
                   quatre centz marcz annueles susdites, par quoi nous, ot
             40  troiantz a sa dite supplicacioun, éons de l'assent de nostre
                   conseil donnéz et grantéz pour nous et pur noz heirs au dit
                   D121L42 [D121L42] Benhale G.179Michel le manoir de [Benhale] avantdit ove les appurtenan
                   ces en la value de cent marcz par an et les fees de chivaliers
                   regardantz a mesme le manoir en value de vynt marcz par
             45  an, le dit manoir de D[edham] ove les appurtenances en
                   value de XX. li par an et les ditz rentz de vynt li. et de
                   quarante marcz chescun an ove les appurtenances, a avoir et
                   tenir a lui et ses heirs en deduccioun de atant de value par
                   an de les quatre centz marcz annueles susdites de nous et
             50  de noz heirs par les services ent duez et acustumés, a tous
                   jours. Par quoi vous mandons que, receues devers vous les
                   lettres de nostre dit ael par queles il granta a dit W[illiam]
                   et a ses heirs les ditz quatre centz marcz par an a prendre de
                   la dite custume en port [f.240b] avantdit, et ycelles cancelliés, et
             55  receue auxi du dit Michel seurtee suffisante de nous paier en
                   nostre Tresorie a certain brief terme par vous a assigner
                   mille marcz, lesqueles il nous ad promys a paier pur les
                   niefs et boys cressantz appurtenantz as ditz manoirs de
                   D121L59 [D121L59] Benhale G.179[Benhale] et D[edham], si facéz faire au dit Michel sur cestes
             60  noz doun et grant noz lettres desoubz nostre grande seel en
                   due forme, fesante du residue de mesmes les quatres centz
                   D121L62 [D121L62] Benhale G.179marcz annuels, outre les dites values des manoirs de [Benhale] et D[edham] et des fees avantditz et outre les ditz
                   rentes de XX. li et XL. marcz par an, autres noz lettres au
             65  dit Michel pur prendre mesme le residue de la dite custume
                   en mesme le port a lui et a ses heirs a tous jours, par manere
                   come il soleit prendre les ditz quatre centz marcz illoeques

Page 179


                   par vertue du grant et des lettres de nostre ael avantdit,
                   fesant mencion en mesmes noz lettres ensi affaire coment le
             70  dit Michel nous paiera les ditz mille marcz pur les nyefs
                   et boys susdites. Donné etc. soubz nostre signet etc.

122

ANON TO A BISHOP

? 1393


                   Reverent pere et treshonuré seignur, nous nous recom-
                   mandons a vostre treshonuré seignurie, et vous signifions
                   que nous avons receu les lettres du Roy nostre seignur a
                   vous directes ensemblement ovec les vostres primierement,
               5  et depuis voz autres lettres fesantz mencioun de les lettres [f.240c]
                   desusdites. Et quant a ce que nostre dit seignur le Roy et
                   vous avéz escript, que touchant la matire des clercs d'Aqui
                   taigne, nous deussons considerer la necessité de la busoigne
                   et sur ce ordenner que tous les ditz clercs ou aucuns de eulx
             10  soient associéz a les commissairs qui serront a le traitee,
                   sicome mieulz nous semblera, veulléz savoir que, pur le
                   bien du dit traité et par les causes a vous declaréz a vostre
                   darrein estre a Londres, nous sumes assentuz que touz les
                   122-14 [122-14ditz twice180ditz clercs irront a mesme le traité, car illoeques il purront
             15  profiter, et en demourrant yci le Roy nostre seignur serroit
                   chargéz sanz ascun profit avoir par celle demoere, si que
                   garant est fait de lour faire paier d'apprest atant come les
                   autres doctours ont receuz pur mesme le viage. Et quant est

Page 180


                   a l'autre matire touchant le traité D'Escoce dont le Roy
             20  nostre dit seignur nous n'ad riens escript, veullantz pursuir
                   le bon et sage avis de vous et aussi les causes a vous de
                   clarees en les lettres par nous envoiéz au Roy, dont vous
                   aviéz la copie, en cas que nous n'eions aucune certificacioun
                   de par nostre seignur de Guyen de son avys au contraire,
             25  nous [avons ordennéz] que l'Evesque de S[t David] serra
                   garniz pour demourer tanque le Roy nostre seignur en eit
                   autrement ordennéz. Et avons aussi ordennéz que par
                   lettres de privé seal le Cont de N. serra garniz selonc vostre
                   sage avis de faire explorer [f.240d] la venue du message fraunceois
             30  au Roi d'Escoce et la response q'il avera de mesme le Roy.
                   Et en cas que les Escotz veullent en tout matiere tenir le
                   dit jour, que le dit cont face de tant come en lui est le plus
                   honestement q'il pourra de faire proroger mesme le jour
                   tanque l'en purra savoir la volunté de Roy nostre seignur,
             35  ou autrement a un covenable jour aprés la feste de seint
                   Michel, come vous avéz escript. Et ce par cause que le Roy,
                   nostre seignur susdit, n'estoit certifiéz si les Escotes voloient
                   tenir le dit jour ou noun, si par temps que mesme nostre
                   122-39 [122-39Et ce par cause…envoiéz = and this because the King our Lord aforesaid was not certified whether the Scots would keep the said day or not in time for the same our Lord the King to have sent. . .181seignur le Roy pooit avoir envoiéz l'Evesque de S[t. David]
             40  et autres ses commissairs a mesme le jour, selonc ce que le
                   Roy nostre seignur susdit par ses lettres directes a son
                   adversaire de France desira d'avoir esté certifiéz, comme
                   raison demande en tiel cas, car a ce que nous semble il ne
                   serroit pas honest que les messages de nostre partie
             45  vendroient au dit jour sanz ce que les commissairs de la
                   partie adverse feussent a mesme le jour. Reverent pere en
                   Dieu etc. Escript etc.

Page 181

123

ANON TO A BISHOP


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré seignur,
                   je me recommank a vous ove toutes les humblesce et
                   devocioun que plus sai ou puisse en ascune manere come
                   vostre humble clerc et serviteur, q'en toute guise vous
               5  ferroie a mon petit pouoir tout service q'a vostre tres
                   reverende paternitee [f.241a] purroit estre ou valoir a honour et
                   plesance. Tresreverent pere et mon treshonuré seignur, voz
                   treshonurablez lettres et les lettres d'autres venante ovec
                   icelles les vostres a moun treschier et honuré seignur le
             10  Secretaire, pur ce q'il ent estoit remis et meheu de simplesce
                   virteuouse en tiel cas requis, je moustrai a nostre tresredoubté
                   seignur le Roy en presence des Cont Mar' et le Seignur
                   Beaumond, qu'estoient bien vrais amys de la compliement
                   de vostre desir, qu'est auxi et souvereig[ne]ment le mien. Et
             15  quant nostre dit seignur avoit entenduz la substance du
                   fet, il respondi graciousement que grande piece ad il fait
                   de sa bouche promesse du benefice dont le fet se moeve,
                   vous savéz bien a qui, countra laquele il ne poet overte
                   ment venir, sa honestee gardee, vorroit tresvoluntiers,
             20  nientmeins, sicome il dona léement pour response, que le
                   fet s'en alast selonc vostre desir, d'asséz plus voluntiers q'a
                   l'oeps d'autrui nul; et pur trover voie en manere moy dona
                   en charge que quant la houre vendra q'il devera escrire je
                   recommendrai la persone a qui la promesse est faite, come
             25  dit est, au chapitre etc. par les meins substanciales paroles
                   quelx je saveraie deviser, ove conclusioun que s'ils ne
                   vueillent condescendre en lui, ils verront par consideracioun
                   de lui donner lour assent a un lour confrere qui ils quideront
                   mielx plere a Dieu, valoir a eux et lour esglise et [f.241b] estre as
             30  honur et plesance de nostre tresredoubté Seignur avantdit.
                   Celle fourme ad il deviséz come celluy qu'est d'entier cuer

Page 182


                   conforme et accordant a vostre desir en celle partie. Sur
                   quoi, mon treshonuré seignur, m'est avys que s'il vous plest
                   sicome Dieu vous ad donnéz sen, grace et vertue, solliciter
             35  ce fet, il s'en irra droit au point desirréz et tresbien par la
                   grace de Dieu, si ferrai mon petit service ici et me governera
                   en ce cas sicomme vostre treshaulte prudence me vorra
                   commander, nulle autre personne consideré. Tresreverent
                   pere en Dieu et moun treshonuré seignur, tresbone vie
             40  vous ottroie nostre seignur a treslong duree. Escript etc.

124

RICHARD II TO A BISHOP

1392


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons souvent et
                   vous mercions d'entier cuer de voz lettres a nous darrein
                   envoiéz et de la matire deinz icelles comprise, touchant
                   laquele nous volons droit come vous vuilléz. Si vous prions
               5  treschierment que pur la bone exploit de mesme la matire
                   vous veulléz faire et aviser la plus sage et effectuele gover
                   nance que vous saveréz, sur l'entiere affiance quele nous
                   avons de vous. Et en droit des novelles, nous vous envoions
                   chose dedeinz cestes enclosé, la copie d'une lettre quele nous
             10  est ja tarde venue des parties de G. de par celui que vous
                   D124L11 [D124L11] le se.183bien savéz et lui ent envoions noz lettres de response, les
                   queles ensement nous vous envoions la copie dedeinz cestes [f.241c]
                   enclose. Autres ne savons de present, més que noz uncles
                   de G[uyen] et D'[Everwik], nostre cousin de R[oteland] et
             15  noz autres commissairs pristrent lour passage devers Cal'
                   lundy ou marsdy darrein passéz. Reverent pere en Dieu,
                   le seint espirit etc. Escript.

Page 183

125

ANON TO A BISHOP

? 1393


                   Tresreverent pere en Dieu, mon tresnoble et tresgra-
                   cieux seignur, je me recommank a vostre haute reverence
                   plus humblement et plus entierment que je ne sai escrire,
                   de trestout mon cuer desirant de faire a vostre hautesse
               5  ascun service agréable comme a ce desirer je sui plus tenuz,
                   a ce que je suppose, que nul autre de moun estat, pour les
                   tresgrans benefices quelx j'ay receuz de vous a encrees de
                   moy, la vostre tresgrande mercie, sanz mon desert, pur quelx
                   come je puisse je vous en mercie, et prie a lui qui a le
             10  pouoir de toute bienfaitz guerdoner q'il par sa incomparable
                   bontee vous rende le bien que vous m'avéz fait, et faitez de
                   jour en autre, em priant toudis de vostre bone continuance,
                   sicome ma souvereigne affiance est, tout soit ensi que je
                   suffice de la mercier envers vostre noblesce susdite. D'autre
             15  part, moun treshonuré seignur, si de l'estatz de moy et de
                   ma femme, quele se recommande a vous tresentierment, vous
                   plese savoir, a la fesance d'icestes nous estoions en bon
                   point, loiéz en soit nostre seignur, sicome le porteur de
                   cestes vous savera enformer asséz pleinement de bouche, si a
             20  vostre dit reverence plesir soit de lui [f.241d] doner audience, par
                   lequel j'envoie pardevers vous vj. mattis morisks, povre est
                   li doun et povre lui doneur, et si aucuns covertures morisks
                   de quirrie yci purroient avoir estéz trovéz, je vous mandéz
                   aucuns, mais a present vous me please pardonner de vostre
             25  benignitee, et des primers que je purra espier, pur vous
                   ordeignera aucuns. Et si autre chose soit en ceste paijs que
                   vous purra faire plesance, la me vuilléz commander come a
                   vostre humble servant, et je l'acompliera a moun petit
                   poair. Et quant a la commission que vous envoiastes a moy,
             30  le Roy, monseignur, ne voet soeffrer l'execucioun d'icelle
                   estre fait, sicome par la lettre quele il rescrit a nostre sove
                   reigne seignur le Roy vous purra pleinement apparoir.

Page 184


                   Autres novelles a present ne say notifier a vostre dite hau-
                   tesce, si noun que le Roy de Cast' ne feu pas coronéz come
             35  estoit ordenéz au jour de seint F. pur la grande pestilence
                   que feu a B. et la environ. Tresreverent pere en Dieu et mon
                   tresnoble et tresgracieus seignur, lui tout puissant vous
                   ottroie bone vie et long en honour et prosperitee ovec la
                   complicement de voz honurablez desirs. Escript.

126

RICHARD II TO A BISHOP

1394-5


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons souvent
                   d'entier cuer, vous en fesantz savoir que nostre chier et
                   foial W[illiam] L[escrope], nostre souz Chamberleyn, est
                   revenuz de nostre uncle de G[uyen] et L[ancastre] et ad
               5  bien et sagement fet son message [f.242a] , par manere que toute
                   sa credence est pleinement accomplie selonc nostre desir,
                   forsque de l'avantage de la masse de jour du paiement, et
                   q'il desire ent avoir obligacion, sicomme par la copie de
                   mesme l'obligacioun a nous directe, quele nous vous
             10  envoions, vous purra plus pleinement apparoir. D'autre
                   part, touchant l'enstruccioun d'Escoce envoié a nostre dit
                   uncle, il se ent agree bien a ce que nostre dit chamberlein
                   nous ad reportéz. Autressi voirions volontiers pour les

Page 185


                   honour et plesance de nostre dit uncle que noz ligez de G.
             15  esteantz cy de present, vous et le reverent pere en Dieu
                   l'Evesque de D. les vorriéz honestement tarier et delaier
                   par manere du traité tanque nous et nostre dit uncle eussons
                   emparléz. Reverent pere etc. Donné etc.

127

ANON TO A BISHOP

Late October 1392


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré seignur,
                   je me recommank a vous, desirant entierment d'oier bones
                   novelles de vostre bon est[at] et santee, des queles Dieu me
                   doigne oiei tieles come je desire. Et, treshonuré seignur,
               5  touchant les novelles de ces parties, autres ne vous say
                   escrire a present, més que le marsdy darrein passéz, le
                   vyngt et seconde jour de cest present moys, messeignurs les
                   uncles du Roy nostre seignur vindrent a lui a S., et s'en
                   aloient ensemble par ewe tanque a P. Et d'illoeques nostre
             10  dit seignur le Roy ala par ewe tanque a W[estmoustier], et
                   ses ditz uncles chi [f.242b] vacherent tanque a l'ostel de Monsire
                   de Guyen en Holbourne, a quel jour le gardein et les vis
                   contes et autres prodhommes de Londres estoient en purpos
                   d'avoir chivachéz encontre mes dites seignurs, les uncles du
             15  Roy nostre seignur, et ils ne leur voudroient suffrer, et au
                   temps q'ils estoient venuz a l'ostelle de mon dit seignur de
                   G[uyen], vyndrent les gardein, viscontes et Aldermans de
                   mesme la citee et offrerent a mon dit seignur de G[uyen]
                   et a ses deux freres, c'est assavoir a chescun de eulx, deux

Page 186


             20  bacyns susorréz et une certeine somme de monoie, de quele
                   je ne say la quantitee, mes selonc ce que j'ay oiéz dire, quatre
                   centz livres a mon dit seignur de G[uyen], et a chescune de
                   ses ditz deux freres deux centz li., lesqueles ils pristrent de
                   lour doun. Et touchant le lieu en quele le proschein parle
             25  ment serra tenuz, l'em quide que le lieu limitéz ne serra mye
                   changéz. Et aussi vous plese assavoir que j'ay parléz a J. H.
                   touchant la cariage des livres dont vous moy commandastes,
                   et il moy ad dit q'il en ad parléz au gardein de L[ondres], et
                   que les gentz ne veullent faire la dite chose sinon ils eient
             30  127-30 [127-30il vous twice187aucun paiement en main, et pur ce il vous plese de moy
                   certifier ce que vous semblera mieulz affaire en celle partie,
                   et je le parfournera a mon poair. Et tresreverent pere en
                   Dieu et mon tres honuré seignur, le seint etc. Escript etc.

128

ANON TO A BISHOP

[f.242c]
                   Tresreverent pere en Dieu, je me recommank a vous
                   tresentierment de cuer, et vous mercie tressouvent de la
                   bone lettre que vous m'avéz envoié et de la desir que vous
                   avéz d'oier de mon recoverer et de ma santee. D'autre part,
               5  j'ay entenduz par voz dites lettres que vous estes enferméz
                   que certeinz de mes servantz, c'est assavoir J. B. W. A. M.
                   O. en venantz ov grand nombre des gentz en lour com

Page 187


                   paignie ont fait avant ces heures, et font de jour en jour,
                   grandes affraies et manasses a les officers et clergie de R. C.
             10  ercedeakene de B., et en especiale a chapellein parochiel de
                   vostre seneschalle, lesqueux mesfaites vous vous tenés
                   certain, et sont tout desconuz a moy, la vostre chier mercye.
                   Si vous please assavoir que devant la receite de voz dites
                   lettres je n'avoy euz nulle suggestioun ne complaint de
             15  nulle mesfait touchant mes ditz servantz, sauvant que cer
                   128-16 [128-16as quelx. . .faitz = to whom it was said that the trespasses and extortions had been done,188teins malveullantz du dit W. A., grant piece a, me enfermerent
                   que le dit W. avoit fait diverses extorsions a diverses gentz
                   de paijs. Et sur ce je mettoie ma peyne et ma diligence
                   d'avoir sceu la veritee et d'ent avoir ordeigné bon remede,
             20  fice de lors mettre le dit W. tantost en les ceppes et illoeques
                   fice garder bien par trois ou quatre jours et fice faire pro
                   clamacion parmy la paijs, la [f.242d] ou le trespas deust avoir estee
                   faite, que si nullui voeilleit venir et plaindre de nulle trespas
                   ou extorsion que le dit W. avoit fait, ils moy ferroient
             25  assavoir et je lour ferroie ent avoir deue redresce et amendes;
                   et si viendrent pluseurs gentz du paijs as quelx il estoit dit les
                   trespasses et extorsions avoir esté faitz, moy tresespecial
                   ment em priantz pur sa deliverance, et lui en firent pleine
                   ment excuser et jurerent que le dit W. ne fuist en coulpe de
             30  128-30 [128-30ne fuist. . . acomplie = was not guilty of what had been done.188ce que fuist acomplie. Et, touchant la informacioun que
                   vous avéz de ceste chose que vous m'avéz escript, vous
                   please savoir que y sont certeinz gentz que sont en purpos
                   de faire certeines choses queux ils ne purront ja sustenir en
                   une selgnurie quele mon treschier frere le Cont Marchalle
             35  ad baillé a ma fille en mariage. Si vous voudra prier tendre-
                   ment et de cuer d'estre apris par le seurement du pourtour
                   de cestes sur la verité de ceste matire en celle partie, et de ce
                   en ordeigner ce que vous semble que soit affaire selonc
                   droit et reisoun, sanz nulle favour eiant a nulluy, et si nulle
             40  defaulte purront estre trovéz en mes ditz servantz ils serront
                   chastiéz a vostre guyse. Tresreverent pere etc., si vous y a
                   plesir que je faire puisse, plese vous le moy faire assavoir
                   et je en ferra a moun poair etc.

Page 188

129

THE KING TO THE KEEPER OF THE PRIVY SEAL

[f.243a]
                   Treschier et bien amé, moustréz nous ont noz chiers en
                   Dieu les dean et chapitre de l'esglise cathedrale de S[ar']
                   coment par les chartres de noz progenitours, jadys Rois
                   d'Engleterre, lesqueles nous avons conferméz, et par nostre
               5  129-5 [129-5eust = there was.189chartre ove la clause de licet, eust grauntéz que les chanoignes
                   de l'esglise de S[ar'] eient a lour commune toutes dismes de
                   la novelle forest et de Paunchet et de B. et de A., et de toutes
                   noz forestes de W. et de D. et de B., et de toutes choses
                   compris en les dites chartres et confirmacion plus au plein
             10  est contenuz; et ore noz ministres des dites forestes ne veul
                   lent soeffrir les ditz chanoignes de prendre deinz les ditz
                   forrestes dismes de souz boys et boys sesonable ne de conelx
                   et signes encontre la tenure des dites chartres, par cause que
                   les dites dismes ne sont declaréz en les ditz charters par
             15  paroles especiales, et nous eient suppliéz les ditz [dean] et
                   chapitre de granter a eux par nostre chartre les dismes
                   susdites par paroles especialx; si nous, de nostre grace
                   especiale et a la reverence de Dieu et de la gloriouse virgine
                   Marie, en quele honour la dite esglise est founduz, avons
             20  grantéz selonc l'avys de nostre conseil as ditz dean et chapi
                   tre et a lour successours pour touz jours, que les ditz
                   chanoignes et lour successours eient a lour comune toutes
                   maners des dismes, souz boys et boys sesonable, venduz et
                   au vendre deinz les ditz forestes et de conelx et de cignes
             25  et de touz autres dismes illoeques, et vous mandons que sur

Page 189


                   ce facéz faire garaunt a nostre chanceller pur ent faire as ditz
                   dean et chapitre noz lettres desouz nostre grand seal en due
                   forme, sanz fin ent prendre a nostre oeps. Donné soubz
                   nostre signet etc.

130

THE KING TO A BISHOP


                   Chier en Dieu, nous avons tresbien en memoire et tenons
                   verraiement que vous ne le avéz mis en oblie coment
                   nadgairs par un vostre message vous nous certifiastes que
                   l'esglise de C, q'apartient a vostre donison, estoit voide, a
               5  cause que le derrein persone d'icelle vous aviéz avancéz
                   a une aultre esglise de vostre patronage de greindre value
                   nommee P., et que vous aviéz en ferme volunté d'avancer un
                   de noz clercz, quel nous vous vorrions nommer, a l'esglise
                   de C. susdite, dount nous vous savions tresgraund gree et
             10  vous certifiasmes le noum de nostre chier et bien améz
                   cierc, H. M., un de noz clercs en l'office de nostre Tresorie,
                   a le procuratour de qui, quant il venist devers vous pur
                   presentement avoir a mesme l'esglise, feust responduz
                   que le persone qu'estoit d'icelle n'estoit lors avis s'il la
             15  vorroit lesser pur l'autre ou noun, de quele [f.243c] response nous

Page 190


                   avons tresgrand merveille, et averons d'asséz la plus si par
                   ascune subtilitee vous vorriéz venir encontre vostre
                   promesse si franchement a nous fait, quoi nous ne porte
                   roions pas en pacience pur les inconveniences que purroient
             20  estre traités en consequence, si avons bien parmy nostre
                   ratificacioun ore tarde grantéz a vostre dit avancéz de P.,
                   130-22 [130-22de quele response . . . susdite = at which answer we wonder greatly, and shall wonder all the more if by some subtlety you are going to go against your promise so frankly given to us, which we shall not bear in patience on account of the inconveniences which may arise in consequence, so we have lately well granted by our ratification to your said clerk advanced from P. which he has not left, the aforesaid church of C.191q'il n'ad lesséz, l'esglise de C. susdite. Et pur ce treschier
                   ment de cuer vous prions que selonc l'effect de voz offre
                   et promesse a nous si franchement faites vous veuillez,
             25  veues cestes, presenter le dit H. a l'esglise de C. avantdite
                   et lui ent envoier voz lettres de presentement par le portour
                   d'icestes, pour amour de nous et come nous nous fions
                   entierment de vous, au fin que l'entiere affeccioun et la
                   bone voluntee que nous avions conceu devers vous par la
             30  ferme affiance de la promocion de nostre dit clerc ne se
                   tournent au contraire en vostre defaute. Donné etc.

131

ANON TO A BISHOP


                   Treshonuré sire et tresreverend pere en Dieu, je me
                   recommank a vous le plus souvent et entierment que je say
                   ou puisse, de tout mon cuer toudis desirant d'oier et savoir
                   bones novelles de vostre honurable estat et tresbone santee,
               5  lesqueles Dieu par sa grace vous doigne parfaitement et
                   continuelment bones si avant comme il vous mielx plerra
                   deviser ou sohaider, a grande ease et confort de moun coer,
                   et toutefoitz, treshonuré sire, je vous esmercie tresentier
                   ment et treseffectuousement de trestout mon cuer de les
             10  grandes naturesses et tresgentiles bienfaitz que vous
                   toutdis moustréz a moy, la vostre treschiere mercie, dont je
                   vous prie tresentierment et tresespecialment de vostre bone
                   continuance. Et, treshonuré sire, en droit de la matire que
                   vous m'avéz mandé a dire par mon bien amé clerc, Sire
             15  W. T., je l'ay bien entenduz de point en point, dont je vous

Page 191


                   131-16 [131-16] There is an omission here.192esmercie tresespecialment de vostre et naturele informacioun
                   touchant celle matire, et certes, treshonuré sire, vous plese
                   assavoir que je ne le desire mye par encheson de vostre
                   office, ne pur autre chose du monde, forsque tant seulement
             20  pur la plus especiale et souveraigne affiance que j'ay con
                   tinulement a vostre honurable persone. Dont, treshonuré
                   sire, je vous pri treschierment q'il vous plese ensi faire et
                   voluntiers parfournir ma priere, sicome mon dit clerc vous
                   ad enformé et prié, s'il vous plese, de par moy pur la
             25  sovereigne et entiere affiance que j'ay toutdis en vous devant
                   touz autres vivantz, et especialment pur la sovereigne ease
                   et confort de mon cuer et relevement et amendement de la
                   grande maladie que j'ay eu. Car en bone foie, treshonuré
                   sire, c'est chose que gist grandement a moun cuer. Sur
             30  quoy, treshonuré sire, je vous prie treschierement q'il vous
                   plese moy granter ma dite priere, et sur ce moy mander voz
                   honurables et confortables lettres par le portour d'icestes,
                   fesantz mencioun generalment touchant la dite secré
                   matire issint que nul autre purra apparcevoir par l'escripture
             35  de voz dites lettres l'effecte de la matire avantdite. Et toute
                   foiz, treshonuré sir, je serrait prest a faire voz plesirs tres
                   voluntiers d'entier cuer a moun poair. Treshonuré sire etc.
                   je prie etc.

132

ANON TO A BISHOP

?1392


                   Reverent pere en Dieu et treshonuré seignur, je me
                   recomank a vous. Et vous plese savoir que l'onurable pere
                   en Dieu l'Evesque de D[uresme] et moy escrivons a present
                   a nostre tresredoubté seignur le Roy, lui certifiant la venue
               5  d'un J. M. qui ad porté saufconduyt pur les messages qui
                   serront a L[eulingham] a la mye Augst pur la partie d'Engle

Page 192


                   terre, et touchant le tretee que se ferront en les marches
                   d'Escoce, sicome par les copies closéz deins cestes vous
                   purra plus pleinement apparoir. Sur quele chose vous plese
             10  renvoier vostre bone et sage avys, toutdis moy comandant
                   voz bones plesirs queux je serrai prest et apparailléz d'accom
                   plir a mon petit pouaire. Reverent pere etc. La benoit etc.
                   Escript.

133

THE ENGLISH DEPUTIES TO RICHARD II

Wed:, June 4th, 1393


                   Nostre treshonuré, tresredoubté et tressouverein sei
                   gnur, nous nous recommandons si treshumblement comme
                   nous savons ou pluis poons a vostre treshaute seignurie,
                   a laquele please savoir, nostre tresredoubté seignur, que
               5  yce mescredie le quart jour de juyn avons estee a traitee
                   ovec les deputés de vostre adversaire de France, ou de
                   chescune partie ad estee moustré en escript [f.244b] le manere du
                   fait avant ore d'entre nous accordé sur la busoigne du dit
                   traitee, lesqueles escriptures, nostre tresredoubté seignur, ne
             10  feurent pas unqore conceuz ne ordeinéz en tout accordantz
                   a l'entencions des ditz deputéz et de nous, come bien que,
                   Dieu mercie, ne y ad variant, difficultee ne desacorde de
                   nulle chose ne point effectuelx, més que ove petite correc
                   cioun la ou chalenge est mys, toutes choses s'adressent bien
             15  et graciousement a bon exploite du busoigne ove l'aide de
                   133-16 [133-16lesqueles escriptures. . .ove l'aide de Dieu = which writings, our much-dreaded Lord, were not yet conceived or ordained quite in accordance with the intentions of the said deputies and of ourselves, although, thank God, there is no variant, difficulty or disagreement in any actual thing or point, but that wherever there has been challenge, everything with little correction combines well and graciously to the good accomplishment of the business, with God's help.193Dieu. Toutefoitz, nostre tresredoubté seignur, sumes

Page 193


                   ordeinéz, les ditz deputéz et nous, d'entreparler samady
                   proschein venant aprés la fesance d'icestes, a quel jour nous
                   espoirons en Dieu d'estre pur ceste fois a certein conclu
             20  sioun, que Dieu l'ottroie par sa tresgrande puissance, de
                   133-21 [133-21] sa = ça194quele nostre exploite et de toutes autres novelles sa endroitz
                   nous certifierons de temps en temps a vostre treshaute
                   133-23 [133-23seignur corr: by scribe from seignurie.194seignurie, em priantz, nostre tresredoubté seignur, que
                   toutes voz honurablez volunties et plesirs vous plese toutdis
             25  nous commander, come a ceux qui sumes, et touz jours
                   serrons, obeissantement preestz et apparailléz de les parfaire
                   selonc les scens et pouairs que Dieu nous ad ottroiéz. Nostre
                   treshonuré etc., nous prions au benoite Trinité q'il vous eit
                   tous jours en sa tresseinte garde et vous doynt honour, joye
             30  et parfite prosperité treslonguement adurers etc.

134

RICHARD II TO THE CHANCELLOR

P.S. 1388-94

[f.244c]
                   Le Roy a nostre chanceller, salutz. Come de nostre grace
                   134-2 [134-2nostre twice194especiale, sibien pur le bone service quel nostre chier et
                   foial W[illiam] F[ulthorpe], chivaler, ad fait, comme par une
                   somme de quarant li. par lui a paier a la Receite de nostre
               5  Exchequer a nostre oeps, eions de l'assent de nostre conseil
                   donéz et grantéz au dit W[illiam] les biens et chateux
                   desoubz escriptz, lesqueux feurent a R[oger] F[ulthorpe],
                   pere au dit W[illiam], et sont a nous forfaitz par cause du
                   juggement renduz envers le dit R[oger] en nostre parle
             10  ment tenuz a Westm', l'an de nostre regne unzisme, c'est
                   assavoir cynk bacyns, cynk ewers, sys chargeours, sis platers,
                   trente esqueles, sesze saucers, une pote d'une galon, une
                   pote d'une potelle, trois potes–chescune d'une quart, deux
                   salers coveréz, dousze coillers, unsze pieces plaines–dont

Page 194


             15  quatre sont coveréz, un chaleys, deux violes d'arge[nt], et
                   une ewere enorréz et enamelléz, sys pieces enorréz coveréz,
                   et cynk masers–des queux trois sont coveréz et de queux
                   une est appelléz 'Neville,' et un messale, un grayel, un veste
                   ment entier contenant trois aubes, trois amytz, une chesible,
             20  deux tonicles, ovec autre arraie ordenéz par l'avantdit
                   R[oger] pur la chapelle de Tunstalle, et une table d'or ovec
                   les reliques contenuz deinz la dite table, et sis litz entiers-
                   un vert enbroudéz [f.244d] , un de soy veil–ove l'apparaille de
                   la chambre ordenéz pur les ditz deux litz–et quatre litz de
             25  Norff', et sis pair de lincheux, et vyngt vaches, dousze
                   stottes del eage de quatre ans, et dys et oyt skyrkettes del
                   eage de deux ans, a avoir au dit W[illiam] et a ses heirs et
                   executours touz les ditz biens et chateux sanz destourbance
                   ou empeschement de nous ou de noz heirs et ministres
             30  queconques en temps a venir, en qil lieu q'ils purront estre
                   134-31 [134-31facéz twice195trovéz. Vous mandons que sur ce facéz faire noz lettres
                   soubz nostre grande seal en due fourme. Donné soubz nostre
                   privé seal.

135

RICHARD II, TREASURY WARRANT

c. 1392


                   Richarde etc. as Tresorer et Barons etc. Come L[ionel]
                   G[auter], marchant de Jene, feusse empeschéz devant vous
                   a nostre dit Escheqer le terme de Pasque darrein passé
                   de ce q'il diverses perles a la value de quatre C. li. deust

Page 195


               5  avoir amesnéz deinz nostre roialme et icelles avoir venduz
                   sanz paier les custumes et subsides a nous ent duez en nostre
                   deceite, luiquel L[ionel] dissoit q'il ne feust lors enfourméz
                   de ent respondre a nous, em priant jour lui estre doné de
                   grace de courte pour respondre de mesmes les perles, sur
             10  quoi jour lui feust doné tanque a l'endemain de la Trinité
                   lors proschein ensuiant par la meinprise C. de S. et L. de
                   W., [f.244aa] marchantz de Jene, queux empristerent pur le dit
                   L[ionel] d'avoir son corps a nostre dit Escheqer a mesme
                   le lendemain, et issint de jour en jour et terme en terme
             15  tanque il eust fait fyn ove nous de les perles avantditz, altre
                   ment les ditz mainpernours granterent de respondre a nous
                   du prys de mesmes les perles, a quel jour le dit L[ionel]
                   solempment appelléz ne vynt mye, ne ses ditz mainpernours
                   lui avoient a nostre dit Escheqer come ils empristerent, en
             20  contempt de nous, sur quoy agardé feust que le dit L[ionel]
                   et ses ditz mainpernours serroient attachiéz par lour corps
                   de respondre a nous de mesme le contempt et oultre de
                   faire et receivre des ditz perles ce que nostre courte de l'Es-
                   chequer agarderoit et que ses terres et tenementz, biens et
             25  chateux serroient pris en nostre main en le mesme temps,
                   a ce que nous sumes enforméz, et nous de nostre grace
                   especiale éons pardonéz as ditz L[ionel] et ses mainpernours
                   le pris des ditz perles et auxint le dit contempt, et outre ce
                   tout q'a nous appartient de mesmes les perles par les causes
             30  suisdites, et vous mandons que vous ne faitez molester ne
                   grevez le dit L[ionel] ne ses mainpernours suisdites pur les
                   ditz perles ne le prys d'icelle ne pur le contempt avantdit
                   ne riens que touche mesmes les perles, einz ent estre
                   deschargéz et quitz envers nous a nostre dit Eschequer
             35  solon le purport de nostre pardoun avauntdit. Donné etc.

Page 196

136

ANON TO A BISHOP

[f.244ab]
                   Reverent pere en Dieu et nostre treschier et tresentier
                   ment bien amé, nous vous saluons de tresentier coer, et pur
                   ce que nostre treschier equier P. F. qui est tenuz et obligéz
                   de vous paier as certeins jours certeines sommes de deniers
               5  pur la mariage d'un enfant esteant deinz eage et en la garde
                   de moun tresredoubté seignur le Roy, est en tiel manere
                   occupiéz en nostre service en tieles parties q'il ne puisse
                   bonement paier as ditz jours les sommes susdites, vous
                   prions de trestout nostre cuer, reverent pere en Dieu et
             10  nostre treschier et tresentierment bien amé, que outre les
                   susditz jours de paiement vuilléz respiter au dit nostre
                   esquier les avantdites sommes appaiers as autres jours
                   selonc vostre plesir. Reverent pere en Dieu et nostre tres
                   chier et tresentierment bien amé, ceste chose veulléz faire
             15  a nostre prier comme nostre entiere affiance est en vous. Et
                   nostre Seignur vous maintiegne a la bone governance de
                   seinte esglise. Donné etc.

137

TREATY BETWEEN EDWARD III AND ALFONSO OF CASTILLE AND LEON


                   Les fourme, nature, manere et condicion d'une verraie et
                   perpetuele alliance tiel jour et tiel an faite, parlee et assentue
                   entre E[dward] par la grace de Dieu Roy d'Engleterre et de
                   F[rance] et seignur d'Irlande d'une part et A. par mesme la
               5  grace Roy de Castille et de Leon d'autre part sont tielles:
                   C'est assavoir que les susditz Roys serront jointz, [f.244ac] alliéz,
                   entreamantz et aidantz l'un a l'autre par toutes partz et en
                   toute manere a lour poers sicome s'ils feussent neez, norriz
                   et procrééz d'une miere et feussent verraies et charnelx

Page 197


             10  freres, et q'autielles jointure, alliance ne verraie fraternitee
                   desusdites par nulle guerre, roberie, n'autre mesprisioun
                   queconque affaire sur la miere n'autre part par nulle ne nul
                   des subgitz de l'un ou l'autre Roy susdit, sinoun que l'un ou
                   l'autre d'icelx Rois en sa persone ou ses sub[g]itz de soun
             15  assent, que Dieu defende, commenceast ou commencerent
                   la guerre, ne serront blemiz ne en nulle manere, ne pur autre
                   cause, ne par nulle voie, enfreintz ne adnulléz. Et q'autre
                   chescun des ditz deux Rois, si par cas ou aventure ascun
                   disease ou moleste a ascun de eulx avenist, pour quel
             20  lui coviendroit pur un temps estre absent de soun
                   roialme, celli d'eux a qui ce aviegne avera plein,
                   franc et prest accours et recours au roialme de l'autre,
                   liquel en sa necessitee lui gardera, eidera et defendera sur
                   mesme sa venue et tant come lui plerra encontre touz
             25  vivantz a soun poer, et serra cellui q'ensi avera par cas
                   busoigne en le roialme de l'autre, bien et honurablement
                   receuz et lui serront illoeques administréz vitailles pur
                   lui et les soens et toutes autres [f.244ad] choses que lui deveront
                   ou purront apartenir, selonc son estat et le poer, sanz
             30  nulle feintise de cellui que lui devera ensi receivre a
                   demourer si longuement comme plerra a cellui que sustiendra
                   a tiele desease. Autressi si aucun des ditz Rois envoie a
                   autre ascun de son linage, servant ou autre amy qui par cas
                   ne purra demourer deléz ne prés de lui pur empeschement,
             35  hayne ou autre cause, et soit envoiéz de par ascun des ditz
                   Rois et pur fet ou a cause du Roy en daunger, cil des ditz
                   Rois, a qui tiele ou tieles persones viegne ou viegnent de
                   par soun seignur come dit est, devera receivre celluy ou
                   celx qu'ensi vendra ou vendront et les gardera, maintendra
             40  et sustiendra bien et covenablement a son pouoir tant
                   comme busoigne lour serra sanz lour failler en nulle guise.
                   Outre ce, chescun des ditz Roys doit et serra tenuz de sus
                   tenir et maintenir autre en son pouoir roial et en son estat
                   et es toutes ses libertés, fraunchises et regalies q'a autre
             45  d'eulx purra apartenir. En tesmoignance des queles choses
                   les ditz Rois ont a cestes alliances endentéz entrechangeable
                   ment mys lour sealx. Donné etc.

Page 198

138

ANON

Gascony Monday Mar: 19th, 1369


                   Treschier sire compaignon, tresfiable, tresespecial et
                   singuler amy, [f.245a] je desire sovereinement assavoir coment il
                   vous est et toute la certeinté de vostre bon estat et santee, et
                   vous mercie tresaffectueusement et de tout mon cuer de touz
               5  biens et naturesses que vous m'avéz fait, dont je me sente et
                   repute especialment tenuz a vous plus que vous ne penséz.
                   Je vous mercie de tout, nom pas de tant come je doye,
                   més tant come je puisse. Je vous saveroie escrivre tout un
                   jour de ceste matire avant que je en purroie trover fin, més
             10  pur grand haste que j'avoie a present de tout plein d'autres
                   busoignes dont j'avoie occupacioun, je ne poai escrire tant
                   come je voloie de ceste matire. Treschier amy, qant est des
                   novelles de par de cea, il y en a grant cope et trope que sont
                   trope dures et chargeantz, car il n'y eust onques jour depuis
             15  Noel en cea, que nous n'avons oy plus de males novelles
                   en un jour que nous n'avons eeu de bones de tout le dit
                   temps, qar les Franceois sont sur la principautee ovec tiel
                   pouoir des enemys que touz les gentz que monseignur
                   poet mettre as champs ne les poent contreëster, einz se
             20  tiegnent noz gentz en les villes closez pur eulx garder et les
                   villes auxi a mielx q'ils purront, c'est assavoir Chandes et


                   Feltoun, le Capital, le sire la Ware et le Seneschal des Landes
                   et grand nombre d'autres que monseignur y a envoié, qui
                   sont a present en les parties [f.245b] de C. qar la est la plus grande
             25  force des enemys, et que par les Barons du dite paijs come
                   par les ditz enemys il n'y a a present que quatre villes en
                   tout C. que se tienent pur le Roy d'Engleterre et pur mon
                   seignur, que trestoutes les autres ne sont franceois et pris ou
                   rendues au Roy de France par subtilitee et par grante force
             30  des ditz enemys. Et de celles quatre villes que se tiennent
                   pur mon dit seignur, je tiens fermement que si ne feust que
                   les gentz de monseignur y sont dedeinz, c'est assavoir le

Page 199


                   dit Chandes et autres, nous en averons bien briefment autres
                   novelles. Endroit de R., il est tout perdu et devenue fran-
             35  ceois excepté deux villes que se tienent pour monseignur, ce
                   sont V. et L., et encore ceulx de V. ont envoié devers
                   mounseignur pluseurs lettres, que s'ils n'aient secours
                   dedeinz joefdi aprés la faisance d'icestes ils se rendirent au
                   Roy de France, et en verité s'il ne feust ce que monsire
             40  T[homas] de W[etenhale] est et a toutdiz esté depuis Noel
                   encea en la dite ville, je tiens que el eust esté rendu avant ces
                   heures. Et endroit de dit sire T[homas], je me doubte fort
                   q'il ne serra que pris ou mort. Endroit de mounsire D. C.
                   il est en son chastelle en R., et le siege a esté devant lui
             45  prés de six simaignes. Le filz du dit D. a mys la dite siege,
                   et le combatent et gettent d'engins [f.245c] chescun jour. Le duc
                   D. pur nomer et de commandement du Roy de France a fait
                   un Capitain de R. et un autre de C. pur constrendre par forte
                   meyn touz ceulx qui serront refusantz de recognoistre le
             50  dit Roy estre seignur souverein de la principalté. Les enemys
                   ont curru devant le Chastelle de mon meistre de L. et le
                   quidoient avoir pris, mais ils en ont failli, Dieu mercye. Le
                   frere du sire L. de L. y estoit dedeinz, més il m'a dit q'il
                   avoit asséz de paour et je lui dis q'il n'est pas a present a C.
             55  Madame de L. s'en ala a B. et out mys establi des gentz
                   Englois en dit chastelle pur le garder seurement jusques a
                   retour de monsire de L., et soiéz certeinz que ma dame sa
                   femme desire grandement son retour. Tout le paijs est en
                   grand rumour et effrey, car les enemys se vantent de venir
             60  courre devant les portes de B. et dit l'on certeinement q'ils
                   sont envenantz et q'ils y serront devant Ml. Vc. combatantz
                   avant que serront viij jours passés. Si vous voiés moun
                   meistre de L., lesséz lui voeir toute ceste lettre, car je ne luy
                   escris point les novelles pur ce que je pense q'il serra partiz
             65  d'Engleterre pour retournir ce androit devant que vous
                   averéz ceste lettre et avant la venue du portour de cestes.
                   L'Arcevesque [f.245d] de T[houlouse] va de ville a autre en C[ahourcin], et preche au peuple coment le Roy de France, en
                   baillant a Roy d'Engleterre nostre seignur la possessioun
             70  de la principalté, retint la sovereinté et ressort, et les re
                   quiert de par le Roy de France q'ils recognoissent le dit Roy

Page 200


                   estre lour seignur soverein, disantz que par vertue de la dite
                   retencioun les ditz sovereinté et ressort sont et devont
                   apartenir au dit Roy de France. Les gentz de la citee de
             75  M[ontauban] se sont consentuz d'avoir le Roy de F[rance]
                   seignur soverein et auxi ceulx de F. et se consenteront asséz
                   d'autres par example de ceulx. Les enemys ont pris en
                   P[erigueux] un bien fort chastelle appellee H. q'estoit de
                   moun seignur, et auxi ont pris un fort prioree et l'ont
             80  establi des gentz. La guerre est tout overte et les Franceois
                   ont desja doné une tiel bufe a la principauté que nous ne
                   purrons recoverir a grand temps, et soiéz certeins que tout
                   homme a tresgrand merveille par de cea, par quoy les gentz
                   d'armes et archiers qui devoient venir hors d'Engleterre
             85  ne sont encore venuz, et onques depuis Noel en cea ne vint
                   hors d'Engleterre que sont venuz a moun seignur forsque
                   sire E. de B. et Sire D. H., comme bien que oncques depuis
                   que monseignur estoit nee il n'avoit si grand busoigne des
                   gentz comme il [f.246a] a de present. Et me doubte bien fort et
             90  touz ceulx que sont par de cea que s'ils ne veignent le plus
                   hastivement, tiel damage avendra que ne se purra jamés
                   recoverir. Et encontre tout cecy, je ne vous sai certifier une
                   bone novelle pur nostre part, car il y a un veil proverb que
                   dit, cuius caput infirmum cetera membra dolent. Mon seignur est
             95  malades, sicome T., messager, vous savera bien dire, et a
                   esté depuis les Touz Seinz en cea, que onques il n'avoit
                   un bon jour de santee et par especial depuis la Chandelour
                   en cea, et a tresgrant malencolie et disease de cuer de ce que
                   les busoignes vont ensi comme ils vont, et grand merveille
           100  que vous autres par de la ne voléz crooir coment les choses
                   sont. Et plust a Dieu que ceux qui ont empesché la venue des
                   dites gentz d'armes et archiers hors d'Engleterre, qi que se
                   soit excepté nostre seignur le Roy, feusse[n]t de par de cea en
                   plit que ascuns autres sont, et par ma foy trestouz qui sont
           105  entour mon seignur l'ont bien veue en tiel plit pluseurs
                   foitz q'ils ont eeu tresgrant paour de luy, car il a esté
                   moult malades et en grant peril. Je ne vous escris que de
                   138-108 [138-108car twice201chescune matire deux motes ou trois, car de tout un jour je
                   n'averoie escript tout le fait ne les novelles que sont par de

Page 201


           110  cea. Et soiéz certeins que l'on parle et murmur grandement
                   de par [f.246b] de cea q'il y a ascuns par de la que croient trop legier
                   ment les beles paroles des Franceois et des messages de
                   France que sont par de la et que serient favorables a la
                   partie des François, et le comun dit de par de cea est que les
           115  messages de France que sont a present en Engleterre y sont
                   envoiéz pur tenir nostre seignur le Roy en beles paroles pur
                   lui doner entendre q'ils ne veullent point de guerre, et
                   entretant est leure entent de faire tiele emprise sur la princi
                   pauté comme ils ont de long temps purpensé, en destruc
           120  cioun de moun seignur et de ceulx que sont par de cea. Et
                   l'en dit que les enemys se taillent de mettre siege devant
                   moun seignur et ce en brief temps, et semble a toutz ceulx
                   par de cea que moun seignur ne eust uncques si grant
                   deshoneur comme il a eeu depuis Noel en cea. Aussi sont
           125  venues novelles a mon seignur que les deux Marechalx de
                   France, le Governour de B. et le Cont de D. et autres a
                   grant nombre se sont assembléz es parties de B., bien a deux
                   ml. glayves, en purpos d'entrer par P. pur faire a la princi
                   pauté semblablement overte guerre. Et les autres enemys
           130  que sont sur la principauté es parties de C. et de R. sont
                   environ quatre ml. combatantz, les quelx crient, 'Monjoie
                   seint [f.246c] Denys', prennant villes, chastelx et forteresses, et sur
                   ycelles mettent suz les baners et penencelx du Roy de
                   France, prennent prisoners, donnent sauvegardes et sauf
           135  conduitz pur nom du dit Roy et font tout autre fait de guerre
                   overte auxi avant come unques firent. Et toutes autres
                   novelles de par de cea, T., messager, vous savera bien dire.
                   Ma dame de L. et le frere de mon meistre sont en bon point,
                   Dieu mercie, et auxi les enfantz de mon dit meistre. Ma dite
           140  dame est a B., sauf et seur et se gouverne tresbien et sage
                   ment, et le chastelle serra bien gardee a l'eide de Dieu, que
                   nul dommage ne peril n'y purra avenir. Je ne vous say
                   autre chose escrire més toudis vous me ferréz savoir
                   fiablement si ascune chose veulléz que je puisse faire, car le
           145  cuer ne la volunté ne faudront point, je [ne] sai si le poair y
                   purra suffire, més il y a un viel proverb que dit, ultra posse
                   nichil. J'ai parlé a Sire R. de B. de l'argent que vous baillastes
                   au pelleter de la garderobe de ma dame, sicomme vous

Page 202


                   m'escristes, il m'a dit q'il vous en escript par le portour
           150  d'icestes. Et vous plese savoir que je sui en bone santee,
                   Dieu mercie, et plese a Dieu que vous lee soiéz auxi. Il me
                   covient finer ceste lettre car je [f.246d] n'avoie plus de loisir.
                   A Dieu, treschier sir. Escript en tresgrand haste a E., lundy
                   devant dymenge des Rames. Et pur ce que vous me priastes
           155  que je vous certifiasse ce que l'on parloit de vous par de cea,
                   sachéz que je ne oy riens parler de vous si non tout bien et
                   honour, et soiéz certeins que meistre R. S. ne cesse jamés de
                   parler de vous tout bien et honeur et coment il vous est
                   especialment tenuz, et jamés ne cesser de preisir, et je me
           160  vorroie unques estre plus naturel q'il ne dit que vous estes, et
                   par ma foy vous l'estes bien tenuz pur la tresbone renomé
                   q'il vous doint, etc.

139

ANON TO A BISHOP

Ireland 1394-5, or 1399


                   Tresreverent pere en Dieu et tresentierment fiable sir et
                   amy, moult sui desirrous assavoir bones novelles de vous et
                   de vostre estat et santee, priant a lui vraie tout puissant q'il
                   toutdis les encresce a plesance de lui mesmes et honour et
               5  ease de vous et de vostre cuer, entendant, tresreverent pere,
                   q'al escripre de cestes, nostre seignur le Roy et touz les
                   seignurs de sa retenue estoient sainz de corps, loiéz en soit
                   nostre trespuissant seignur, et nostre dit seignur le Roy puis

Page 203


                   sa venue en Irlande ad fait moult honurablement son devoir
             10  pur l'eide et recoverir de ses lieges et de sa terre par de cea,
                   regracié en soit le Roy celestre [f.247a] tout puissant. Et, reverent
                   pere, je vous mercie si entierment de cuer come je plus
                   puisse del tresgrande amysté et entiere bien veullance que
                   vous m'avéz fait et moustré sovent avant ces heures, et
             15  nomement de la grande tendresse que vous avéz de ce que
                   moy touche en Engleterre en m'absence, sicome je suy bien
                   certifiez, et par especial de voz amiables lettres directes al
                   Tresorer del houstiel nostre seignur le Roy pur mon paie
                   ment de cest second quartere, par ont semble bien que vous
             20  ne m'avéz mys en oobliance, tout soy je loins de vous, a
                   cause des queles voz lettres le dit Tresorer moy paia prest
                   ment de bone volentee et devant autres a tresgrand ease de
                   moy, dont, sire, vous lui please mercier quant vous plaira,
                   em priant, tresreverent pere en Dieu, que vostre dit amysté
             25  et bien veullance veulléz toudiz continuer devers moy,
                   sicome je m'assure de tout mon cuer especialment de vous
                   sicome en ay bone cause, les voz chiers mercies, et vous
                   requer especialment que vous moy vuilléz souvent certifier
                   de vostre estat pur tresgrande ease de moun cuer, ensemble
             30  ovec vostre sage avys et conseil de ce que vous semble
                   honurable et expedient pur mon degree et estat affaire en
                   ma gouvernance ou en autre manere [f.247b] si en orréz autre
                   que bien, que Dieu defende, car ma voluntee et entente est
                   de faire parmy vostre sage discrecioun et bon conseil et
             35  d'autres quelx vous semblera profitables et honestes pur
                   mon estat. Tresreverent pere etc. lui seint espirit vous
                   ottroie bone vie et santee a longue duree a vostre honeur et
                   prosperitee. Escript.

140

RICHARD II TO A BISHOP

Ireland 1394


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons tressouvent
                   d'entier cuer, vous remerciantz si avant come plus poons de

Page 204


                   l'entiere affeccione, eide et socour lesqueux moustréz avéz
                   tout dis en cea a nostre amé sergeant, J[ohan] S[leghe],
               5  nostre Butiller, et par especial ore en s'abence estéant ovec
                   nous en nostre service es parties d'Irlande, a ce q'il nous ad
                   bien enforméz, et vous en savons tres bon gree, vous em
                   priantz treschierment que nostre dit sergeant veulléz en
                   toutes choses que lui touchent a cause de son dit office et
             10  autrement avoir devers vous recommendéz et de voz ditz
                   affeccione, eide et socour lui moustrere bone continuance
                   pur amour de nous. Et nostre seignur tout puissant vous
                   ottroie etc.

141

JOHN OF GAUNT AND THE MAGNATES

1378


                   Johan par la grace de Dieu Roy de Castille et de Leon
                   Duc de L[ancastre] et Seneschal d'Engle[terre], E[smon]
                   cont de C[antebrigge], T[homas] cont de B[uckyngham] et
                   Conestable d'Engl[eterre], fitz du Roy d'Engle[terre], qui
               5  Dieu assoille, [f.247c] et uncles de nostre seignur le Roy q'orez est,
                   E[smon] cont de M[arche], R[ichard] cont de [Arondelle],
                   T[homas] cont de W[arewyk], H[ugh] cont de S[tafford],
                   D141L8 [D141L8] Arondele R.205W[illiam] Cont de [Saresbirs], W[illiam] Cont de [Suth
                   folche], J[ohn] de A[rundelle] Marchalle d'Engleterre, T. sire
             10  de R., W. sire de L., R. sire de W. H. de M., G. de ff. T.
                   sire de B., M. de P., W. de S., P. de N., R. sire de S., T. de
                   A., R. de G., S. de K., barons et baneretz, R. de M. Senes
                   challe del hostelle du Roy, E. de B., et J. de C. a tous ceux
                   qui ces lettres verront, salutz. Come par certein traitié
             15  fait et fermé entre nostre seignur le Roy et le tresnoble
                   prince C[harles] Roy de Navarre par lour procureurs d'une
                   part et d'autre, eians a ce suffisant poair des ditz Rois, soit

Page 205


                   contenuz et accordee que le dit Roy de N[avarre] baillera et
                   deliverera a nostre seignur le Roy d'Engleterre ou a ses
             20  deputees pur et en nom de lui les chastelle et ville de C[hirbourg] en N[avarre] a tenir et demorer en la main de nostre
                   dit seignur le Roy jusques a la fin de trois ans proschein
                   ensuiantz aprés la dite deliverance et que, finiz les dits
                   trois ans, nostre dit seignur le Roy serra tenuz de rendre et
             25  rendra entierment au dit Roy de N[avarre] ou a ses deputees
                   pur lui et en son nom les ditz chastelle et ville sur la con
                   dicioun contenuz en dit traitee en tiel manere garniz de
                   141-28 [141-28armurers with r expunged206vitailles et armures et artilleries comme a nostre dit seignur
                   le Roy ou a ses gentz pur lui serront deliveréz ou la value
             30  de ce que serra dispenduz [f.247d] des ditz vitailles, armurers et
                   artilliers par nostre dit seignur le Roy ou par les siens; et
                   soit auxi contenuz en dit traitee que, quele heure que le dit
                   Roy de N[avarre] avra repaiéz et satisfait a nostre seignur le
                   Roy ou a ses deputees la somme de vyngt et cynk mille
             35  francz a lui prestéz par nostre dit seignur le Roy, pur laquele
                   some le dit Roy de N[avarre] baillera en gage a nostre dit
                   seignur le Roy le chastelle de M[auleon] en N[avarre], nostre
                   dit seignur le Roy serra tenuz de rebailler et delivrer au
                   dit Roy de N[avarre] le dit chastelle de M[auleon] sanz
             40  nulle contredit et sanz refuser le dit paiement quant il lui
                   serra offert, ou en cas que le dit chastelle de M[auleon] ne
                   feust a nostre dit seignur le Roy deliveréz come dit est,
                   que adonques les ditz chastelle et ville de C[hirbourg]
                   demorerent en la main de nostre dit seignur le Roy aprés les
             45  ditz trois ans tanque il soit repaiéz par le dit Roy de N[avarre]
                   de la somme susdite; et soit auxi accordéz en dit traitee que
                   en cas que les ditz chastelle et ville de S[hirbourg] et de
                   M[auleon] soient perduz soubz la main de nostre dit seignur
                   le Roy si que il ne les purroit rendre et restituer au dit
             50  Roy de N[avarre] comme dessus, que en celli cas nostre dit
                   seignur le Roy serra tenuz de bailler de deliverer au dit
                   Roy de N[avarre] en N., L. ou en A., au plus prés que faire
                   se purra convenient du royalme de N[avarre], autieux [f.248a]
                   chastel ou chastelx et villes equipollenz as ditz chastel et
             55  D141L55 [D141L55] de et S206ville de C[hirbourg] et de M[auleon], consideréz la place,

Page 206


                   assiete, value et noblesse de ceux, a tenir par le dit Roy de
                   N[avarre] tanque restitucioun lui soit faite des ditz chastelx
                   et ville de C[hirbourg] et de M[auleon]; sachéz nous,
                   avantdit Roy de Chastille, et nous, avantditz contes et
             60  autres pardesus noméz, de la voluntee et assent de nostre dit
                   seignur le Roy et de nostre bone gré et franche volunté
                   avoir promys, juriz sur les seinz evangilez par nous touchiéz,
                   et par ces presentes promettons loialment pur nostre dit
                   seignur le Roy, et jurons par la foie de noz corps et en foie
             65  de chivalerie et sur peyne d'estre tenuz et reputéz en touz
                   lieux et places faux et malvais pernirs et foy mentiz, que les
                   chastelle et ville de C[hirbourg] et le dit chastel de M[auleon],
                   en cas que a nostre dit seignur ou a ses deputeez soient
                   bailléz come desus, serront prestement et entierment renduz
             70  et restituéz au Roy de N[avarre] ou a ceulx qu'il ordeignera,
                   en vie ou en mort en son testament, toutes excusacions,
                   fraude et mal engyn cessantes, ovesques les vitailles, ar
                   mures et artilliers susditz ou la value de ce que en serra
                   par les gentz de nostre dit seignur le Roy despenduz
             75  selonc le report du traité avantdit. Et en cas q'ils soient
                   perduz come desus, que Dieu ne veulle, que nostre dit
                   seignur le Roy deliverera au [f.248b] dit Roy de N[avarre] autre
                   chastel ou chastelx et ville equipollenz pur recompensacion
                   d'iceux en la maniere susdite, et a ce obligeons nous et noz
             80  heirs et touz les biens de nous et de noz ditz heirs, presenz
                   et a venir. En tesmoignance de quele chose nous avons a ces
                   presentes fait mettre noz sealx. Donné a W.

Page 207

142

ANON

Ireland 1394


                   Mon treshonuré, tresexcellent et tresgracieux seignur, je
                   me recommans a vostre haute seignurie si humblement
                   come je say ou pluis puisse, desirantz sovereignement
                   d'oier et savoir de vous, voz estat et par especial de vostre
               5  tresparfaite santee tresbones novelles, desqueux je pri a lui
                   tout puissant q'il moy veulle ottroier toutdis tielles comme
                   vous saveréz mesmes mielx voloir, deviser ou sohaider.
                   Treshonuré, tresexcellent et tresgracieux seignur, plese vous
                   assavoir des novelles de par de cea, et coment nostre
             10  tresredoubté seignur le Roy ad tressagement mys certeines
                   gardes, come il semble a moy vostre povre subgit, entour
                   les [I]rroys enemys, c'est assavoir le Cont de R[utland]
                   et ove lui le Sire de B. ove certeins gentz d'armes et a[r]chiers
                   en une garde, le Cont M[archalle] ove certeins gentz d'armes
             15  et archiers en une autre garde, et ce bien prés les boys de G.
                   et L. ou M[acmurgh] fait sa demoere, et T[homas] de
                   H[oland] et ovec lui le Sire de P[ercy] bien estofféz des gentz
                   d'armes et archiers en la tierce [f.248c] garde, lesqueux ont noble (be)
                   ment mis lour paine et devoir pur grever les enemys susditz,
             20  en quele chose affaire s'ad bien et vaillantement travailléz
                   le Cont de R[utland], qui continuelement ad fait sa demore
                   en fesant sa garde et sur les enemys chivachiéz et eeu tres
                   bealx journees a son grand honneur, et sovereignement le
                   cont de M[archalle], come celui q'estoit logiéz plus prés
             25  les enemys, ad eeu sur eux plusours bealx journees, a un des
                   queux il occist des gentz le dit M[acmurgh] beaucoupe et
                   ardist entour E. ix villages et preya de ses bestes tanque a la
                   some de viij mille, et a un autre il tramust sur lui et s'il
                   n'eust estéz descoveriz il eust trovee le dit M[acmurgh]
             30  et sa femme en lour lites, méz il, eiantz conissance de l'affray,
                   a grande peine eschaperent, et si brief q'ils estoient bien
                   prés pris, et entre autres choses une coffret trovee de la

Page 208


                   dite femme, en quele certeines choses feminines et ne mie
                   de grande value estoient trovéz, et entre autres choses
             35  le seal du dit M[acmurgh] trovee et l'ascripcion entour
                   Sigillum Arthurij Macmurgh dei gracia Regis Lagenie. Et quant
                   le dit Cont de M[archalle] se faillist de prendre le dit
                   142-38 [142-38il, . . . grever = he, being much troubled by this, thought to do harm,209M[acmurgh] il, ent malement ennuyéz, pensa grever, et
                   fist ardre sa measoun esteant en la dit bois de L. et entour
             40  quatorze bones villages environ le dit boys et illoeques fist
                   chacer ovec lui iiijc bestes. Et vuilléz ensement savoir que
                   le dit Cont [f.248d] de M[archalle] a bon cuer et a grande aventure
                   de son corps entra une fort paijs, q'estoit tout mereys, noméz
                   D., ou n'ad estéz aucun Englois comunement entréz devant
             45  ces heures, et illoeque tua certeines persones, et entre autres
                   un des greindre capitaines et mefesours de la dite paijs
                   appelléz T. de D., et lui fist decoller et envoia au Roy nostre
                   tresredoubté seignur sa teste a P. Autressi, moun treshonuré,
                   tresexcellent et tresgracious seignur, vuilléz savoir que le
             50  Cont de C[ork] ad fait et eeu beaucoupe des journees, a un
                   desqueux il occist pluis de C. enemys et illoeques fist son
                   frere chivaler, et a une autre il entra un fort paijs a grand
                   hardivesse sur ses enemys ou S. fait sa demeore, et le dit
                   Cont ove ses gentz a grande travaille firent un grand pount
             55  ove certeines arbres, cordes et flaskes sur la ewe de P. pur
                   grever lour enemys, et illoeques tua grand nombre et preia
                   et fist chacer ovec lui plus de vjml bestes, et il envoia au
                   Roy xviijxx bestes. Et auxi J. D. ad fait une beal journé
                   sur les enemys appelez O. et preia iiijc bestes. Et ensi, mon
             60  treshonuré, tresexcellent et tresgracious seignur, vous
                   averés par la grace de Dieu novelles de l'exploit de nostre
                   tresredoubté seignur le Roy de mielx en mielx. Mon tres
                   honuré, tresexcellent et tresgracious seignur, tresbon vie
                   et parfite santee vous ottroie nostre seignur le Roy celestre,
             65  etc. Escript etc.

Page 209

143

RICHARD II TO A BISHOP

Signet, Dublin Jan: 8th, 1395


                   D143L1 [D143L1] tressovent d'e cuer etc. A210Reverent pere en Dieu, nous vous saluons tressovent
                   d'entier cuer, vous en faisantz savoir que nous sumes par la
                   grace de nostre seignur toutpuissant en bone santé de corps,
                   et avons de jour en autre novelles plesantz, Dieu merciz,
               5  c'est assavoir que le O[neill] et noz autres Irroix rebelx lour
                   D143L6 [D143L6] vorronx B210vorront venir a nous rendre, soubzmettre, reconoistre lour
                   defautes et receivre pur icelles quanque nous lour vorrons
                   143-8 [143-8tresgrand om. B210deviser. Si avons tresgrand et entier desire d'avoir toutdis de
                   vous, vostre bon estat et parfaite santee tresbones novelles,
             10  Dieu nous ent ottroie si parfitement bones comme tresen-
                   tierment desirons, ou come vous mestnes saveréz mielx
                   D143L12 [D143L12] valoir B210voloir, deviser ou souheider. Et pur ce, reverend pere en
                   Dieu, que nous avons grande desire que vous sachéz noz
                   entiers voloir et intencioun, sibien touchant les estat et
             15  governance de nostre roialme d'Engleterre, come de nostre
                   143-16 [143-16a om. B210terre d'Irlande, et des autres choses queles nous avons a
                   cuer tresespecialment reconnus, sicome vous purréz aper-
                   cevoir par noz messages desoubz escriptz queux nous
                   envoions par icelles causes envers nostre dit roialme, et
             20  especialment nostre uncle, que nous n'eussons nullement
                   D143L21 [D143L21] volons A voloms B210desportéz si a tresgrande cause noun, nous voillons que
                   D143L22 [D143L22] iceux AB210a ceulx noz messages, c'est assavoir, nostre treschier et
                   tresamé uncle, le Duc de G[loucestre], nostre treschier
                   D143L24 [D143L24] de Waldene AB210clerc, R[oger] W[alden] nostre secretaire, et noz foialx
             25  bachilers, G. [f.249b] A. et P. W., de noz plesirs en celle partie
                   pleinement enfermés, et a chescun de eulx, vous donéz

Page 210


                   ferm foie et pleine créance sur la tresentiere affiance quele
                   143-28 [143-28vous AB end here.211D143L28 [D143L28] Reverent pere etc. Donne etc. De par le Roy au lEvesque de Duresme A Reverent pere en Dieu nostre sire vous eit en sa seinte garde Donne souz nostre signet a nostre citee de Develyn le viij Jour de Janyuer A le Reverent pere en Dieux levesque de Duresme B211nous avons de vous. En outre vous mercions entierment de
                   coer, sibien de les deniers queux vous aprestastes si franche
             30  ment a nostre oeps, come de tout le bone et hastif exploit
                   quele vous feistes a touz noz busoignes, si comme asséz
                   pleinement nous ad enforméz le dit P., vous em priantz si
                   tresentierment de cuer come plus poons que voz peine
                   vuilléz mettre et pleine diligence que nostre dit uncle et
             35  noz autres messages susdites soient a toute hast possible
                   deliveréz, au fin q'ils pourront retourner hastivement
                   devers nous, sicome entierment desirrons et ne mie sanz
                   cause. Reverent pere etc.

144

RICHARD II TO A BISHOP

Ireland after Jan: 20th, 1395


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons tressouvent
                   d'entier cure. Et confoiantz verraiement que vous orriéz
                   tresvoluntiers de nous et de nostre bon estat novelles
                   gracieuses, vous faisons savoir qu'au partir de cestes noz
               5  lettres nous estoions en bone et parfite santee, nostre sire
                   ent soit regraciéz, eiantz tresentier desir de trestout nostre
                   cuer d'avoir sovent de vous, voz estat et santee novelles
                   semblables. Touchant l'exploit [f.249c] de nous et de noz presentes
                   guerres de nostre terre d'Irlande, veulléz savoir que outre
             10  ce que touz noz rebelx de nostre terre de L. nous ont promys

Page 211


                   de voider en brief icelle terre de L., q'entre les autres d'Ir
                   144-12 [144-12] e.u. corr by scribe from une cest212lande est une la plus famouse, bele et plentuouse, ensi que
                   mesme la terre serra, ce quidons, en brief asseuree de paix
                   et quietee. Le xx. jour de cest present moys de januer, vint
             15  en nostre presence a D., esteant entour nous nostre conseil,
                   le grand Onel le pere eiant sufficiente procuracie et auctorité
                   de la part de le grand Onel son fitz, et ove toute humilitee
                   engenoillant, nous fist hommage, ligeance, subjeccioun et
                   foialté, et jura, sibien en son nom come en nom et pur son
             20  dit filz, de nous estre loial liege et obeissante, et de refour
                   mir a lour poair tout quanque ils ont offenduz envers nous
                   ou ascun de noz liges de tout temps passéz, et avons autressi
                   ice jour de la fesance d'icestes novelles que noz rebelx,
                   ceulx qui se diount Rois et Capitains de M. et C., lour
             25  144-25 [144-25noz rebelx. . .veullent venir = our rebels, those who call themselves Kings and Captains of Munster and Connaught, are yielding, and wish to come. . .212ottroient, et veullent venir a toute haste de nous obeir et
                   faire lour homage et foialtee en si humble et obeissante
                   manere come ils saveront deviser, par ensi que nous quidons
                   par la grace de Dieu d'avoir entiere obeissance en brief de
                   toute nostre dit terre, et pensons adonque a l'eide de [f.249d] nostre
             30  seignur de la mettre en tiele et si bone governance que touz
                   noz loialx liges, et ceulx qui le pensount estre [soient]
                   tresbien contentz. Touchant toutes les dites matires et
                   autres choses queles nous avons au cuer asséz prés et les
                   quelles chargéz avons nostre chier et bien amé P. W.,
             35  portour d'icestes, de vous reporter de par nous, nous
                   voillons q'au dit P. vous donéz pleine foie et créance. Rever
                   ent pere en Dieu etc. le seint espirit. Escript etc.

Page 212

145

RICHARD II TO A BISHOP, MEMBER OF COUNCIL

Ireland 1394-5


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons sovent
                   d'entier cuer, vous en faisantz savoir q'a la fesance de
                   cestes noz lettres, nous estoions en bone et parfite santee,
                   nostre sire ent soit regraciéz, et fumes d'entier cuer parfite
               5  ment reconfortéz de ce que par voz lettres a nous darrein
                   envoieez et la relacioun de nostre foial bachiler P. de W.,
                   porteur d'icelles, avons estéz ja tarde acertéz de voz bones
                   estat et santee, queux vous meinteigne toutdis nostre seignur
                   par encrés tiel come vous saveréz mesmes mielx voloir ou
             10  soheider. Et avons outre ce par noz dites lettres et plus au
                   plein par relacioun de nostre dit bachiler, quele nous ad
                   sovent et en la meilliour et plus seriouse manere q'il ad
                   sceu reportéz, bien entenduz la tresgrande diligence quele
                   vous avez ove toute peine et prudence ententivement [f.250a] mis,
             15  sicome le fet ensement overtement declare, si bien entour
                   la bone et hastive expedicioun des busoignes pur lesqueux
                   nous envoiasmes devers vous nostre dit bachiler, come
                   entour la bone et sage governance de nostre roialme et de
                   nostre paix en nostre absence, dont tresentierment vous
             20  mercions et remercions de trestout nostre cuer, et vous
                   ent pensons a eide de Dieu par temps a venir ensi mercier de
                   fait que vous tendréz tresbien content. Si vous prions de
                   cuer parfaitement q'en la bone governance et pesible de
                   nostre dit roialme et de noz liges durante nostre dite absence
             25  vuilléz continuer ce que vertueusement avéz comencéz, sur
                   la tresentier affiance quele nous avons de vous, sachantz que
                   verraiement nous pensons selonc voz merites ensi mercier
                   q'au plein vous devera bien suffire. Des novelles de cestes
                   parties nous vous certifierons pluis au plein dedeinz brief,
             30  vous em priantz que de voz novelles nous vuilléz certifier a
                   nostre consolacion le pluis sovent que vous purréz bone

Page 213


                   ment. Et touchant tout ce que vous avéz fait endroit de la
                   matire de S., dount par nostre dit bachiler sumes enfourméz
                   145-34 [145-34] Corr: by scribe from tenons ent.214au plein, veulléz savoir que nous nous ent tenons tresbien
             35  contentz, sachantz de certein q'al instance de nully nous, que
                   considerons la dite matire de S. touchier si prés nous et
                   nostre prerogative, ne pensons [f.250b] venir au contraire de rien
                   que par vous ad estéz fait en la matire susdite, et pur ce si
                   riens soit que vous semble que nous deussons faire en
             40  efforcement de ce q'est fait en mesme la matire, le nous
                   certifiéz et vous le ferrons tresvolentiers. Reverent etc.
                   Nostre sire vous eide en garde. Donné etc.


                   Et oultre touchant les terres queles fuerent a nostre
                   treschiere compaigne la Roigne, que Dieu assoille, dount par
             45  especial avons chargéz nostre treschier clerc R[oger] de
                   W[alden], nostre secretaire, et nostre foial bachiler C. A.
                   de vous reporter certein nostre entent, vous lour donéz
                   fermes foie et créance de ce q'ils vous ent dirront de par
                   nous.

146

RICHARD II TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu, nous vous sal[u]ons tressovent
                   d'entier cuer, vous remerciantz si avant come plus poons
                   etc. Et pur ce que nostre amé lige W. M., chivalers, et autres
                   enfeoffers en les manoir et advowesoun de l'esglise de B.
               5  al oeps de nostre chier et bien amé R. de W., chivaler,
                   eiant droit a presenter a la dite esglise q'est ore vacante et
                   de l'ordinance du dit R., ils soient en voluntee de presenter
                   a ceste foiz a mesme l'esglise P. C., chapellain, frere de
                   nostre treschier clerc, S. C., nostre secretaire, et ent soient
             10  destou[r]béz par nostre chier clerc T. de R. et autres, par
                   ont plé en est pendant [f.250c] par entre eux en nostre courte, a

Page 214


                   ce que nous est dit, vous prions treschierment q'a ceulx
                   qui font la suyte de par le dit R. W. et des feoffers, vous
                   vuilléz effectuelement fere le bien et aide que vous purréz
             15  en resoun en ce q'ils ont affaire touchant cest busoigne en
                   voz parties pur amour de nous, entendantz de certein que
                   par ce fesantz nous vous voillons tresbon gré savoir, et
                   nous asseurons toutes fois q'aprés que vous aiéz receu noz
                   lettres, vous ne ferréz pas chose contraire a ceste nostre
             20  priere, quele nous vous fesons de cuer. Reverent etc.
                   Donné etc.

147

RICHARD II TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons et vous
                   mandons que a nostre amé clerc, T. B., vous lesséz a ferme
                   l'erbage de nostre foreste de C. pur un terme covenable,
                   et auxi pur autiele ferme ent a paier annuelment a nostre
               5  oeps come ad esté paiéz pur mesme l'erbage toutdis avant
                   ces heures en cea, ou come aucun autre nous voudra paier
                   pur icelle. Donné.

148

RICHARD II TO A BISHOP

? From Ireland


                   Reverent pere en Dieu et nostre treschier et tresentier
                   ment bien amé, nous vous saluons de tresentier cuer, moult
                   especialment vous en merciantz de la bone response que
                   vous donastes a nostre treschier esquier E. de B. en les

Page 215


               5  matires q'il vous moustra de nostre part, de quele vostre
                   response [f.250d] le dit nostre esquier nous ad pleinement enforméz.
                   Et pur ce q'il nous busoigne d'estre paiéz par voz meins
                   d'aucune covenable somme, de laquele nous purrons
                   paiementz faire as bachilers et esquiers en nostre compaignie
             10  esteantz a cest present traitee pur lour gages, vous prions de
                   trestout nostre cuer, reverent pere en Dieu, et nostre tres
                   chier et tresentierment bien amé, que si tost come vous
                   purréz vous veulléz faire paier a nostre treschier clerc, sire
                   R[oger] W[alden], aucune covenable somme a nostre oeps,
             15  a fin q'il la nous puisse envoier, pur estre paiéz par manere
                   que desus. Et ceste chose veulléz faire a nostre priere, reve
                   rent pere etc., come nostre entiere affiance est en vous. Et
                   nous prions au tout puissant qu'il vous maintiegne a la bone
                   gouvernance de sa seinte esglise. Donné etc.

149

ANON TO A BISHOP


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treshonuré seignur,
                   je me recommans a vous, le toute vostre, ove toute humbli
                   tee et subjeccioun duhe et requise, et, lessé toute curiositee
                   des paroles plesantz, come d'estat et novelles, je vous
               5  promette en ma foie que je sui vostre clerc et serviteur et le
                   pense estre loialment pur ma vie. Et touchant le fet quel je
                   say bien que chargéz asséz, vous plese savoir que nostre tres
                   redoubté seignur le Roy eut fait et comma[n]déz d'escrivre
                   en manere comme moun treschier compaignoun, J. F.,
             10  portour [f.251a] de cestes, vous purra plus au plein moustrer de
                   bouche et par les copies de les lettres roiales fetes en ce cas,
                   queles par le dit J. je vous envoie ovesque ceste cedule. Le
                   tresbon et tresgentil chamberlein, qu'ad le cuer assez loial
                   a vous et a voz amis, ad bien fait son devoir en celle partie,
             15  dount vous lui plese especialment mercier. Et si plesir vous
                   soit lui prier de me estre bone seignur et amy par considera
                   cioun de vous, je le desire pur la verraie amystee et

Page 216


                   constante loialtee q'il porte a ses bien veullantz. Moun
                   treshonuré seignur, le secretaire est si remis et negligent en
             20  la dite matire que verraiement il ne deigna ja regarder un
                   soul moot de lettre, ne aviser, ne dire parol, ne contenance
                   autre chose que a la contraire, ne mie soulement de mon
                   entent, més de la voluntee roiale. Je vous ent dirra ma
                   ymaginacioun. Il pense, ce croie je, estre partable du collect
             25  Deus qui inter apostolicos sacerdotes, en ma foie il purra bien,
                   pur rien q'il fet pur luimesmes. Nientmeins je say bien q'il
                   sceit bien, la sue mercie, ce que je entens, si bien devers
                   vostre haute seignurie come pardevers mes autres seignurs
                   et amys, et je m'affie tresseurement q'en droit de ce que me
             30  purroit faire bien et honur, il ne serroit pas marriz de peresce.
                   Il n'en busoigne mie, ce m'est avis, doner credence, car je
                   say bien que vous; voz merciez, lui [f.251b] affiéz bien, et ce poéz
                   vous bien faire, je say bien q'a son poair il vous ent dorroit
                   tresvoluntiers cause. Comandéz moy, moun seignur, touz
             35  voz honurablez plesirs et par especial si je doie desore plus
                   escrire a vostre hautesce, car ne sui pas acustuméz d'escrivre
                   a si hautre seignurie sanz garrant de comandement, c'est
                   assavoir ne ne eusse fait de present si le dit busoigne, ne
                   l'eust requis. Tresreverent etc.

150

THE MAYOR AND JURATS OF BORDEAUX TO JOHN OF GAUNT

?1392


                   Tresexcellente prince et nostre tresredoubté et tres
                   puissant seignur, nous, voz humblez et foialx subgiz, nous
                   recomandons treshumblement a vostre seignurie, a laquele
                   plese savoir que nous avons receu unes lettres du seal de

Page 217


               5  Roy nostre tressovereigne seignur enseallees, contenantz
                   coment le Roy nostre dit seignur estoit enfourmé coment
                   ascuns nous avoient enfourméz coment le doun et le nome
                   que le Roy nostre tressouverein seignur avoit fait de le
                   duché de Guyene ovesque les appurtenances a vostre
             10  tresexcellent seignurie n'estoit pas procedi de sa entiere
                   voluntee, nous es dites lettres certifiant que sa libere
                   voluntee et de libere prepous fuz et estoit esté de faire le
                   doun et nome de le duché de Guyenne a vostre noble sei
                   gnurie, pur quoi nous mandoit que nous vousissons a vostre
             15  tresexcellente seignurie et a voz officers et ministres obeyer,
                   auxi come nous feroions [f.251c] a lui et a ses ministres, des queles
                   lettres nous sumes fourement merevelhéz, car sitost come
                   Sire W[illiam] le Scrope, vostre Seneschal, nous moustra
                   ces lettres de Seneschalcie et le pouoir que avoit de vous
             20  sufficient pur garder les privileges, franchisees et libertees,
                   coustumes, usages et observances de Bourdaloys, nous
                   fezismes a lui nostre devoir, enxi comme il appartenoit de
                   faire par nome de vostre noble seignurie, tant auxi mesmes
                   il fist a nous ce que le Seneschal avoit acoustumé affere.
             25  Et ce sont ascuns que ont fere tieles frivoles paroles, les
                   queles ne pouent avoir nulluy fruyt, pusques de vostre citee
                   de Bourdeux et les Barons de Bourdaloys ont fet leur dehu
                   pour devert vostre tresexcellent seignurie, et maiourment
                   qant ils sont certz du mandement et voluntee de nostre
             30  seignur le Roy, nostre tressouverein seignur. Par quoy,
                   nostre tresexcellent et trespoyssant seignur, nous prions et
                   supplions a vostre noble et tresexcellent seignurie que en
                   ycela plese de avoir vostre pais et subgiz de G[uyenne]
                   et en special vostre citee de B[ourdeux], le quele est chiefe
             35  de Guyenne, et ovec laquele conquesteréz toute la duché
                   et autre pais que a present est fors de vostre vraie obeissance,
                   et fere pour tiel porti que nous voz foialx puissons avoir
                   socours de gentz d'armes de [f.251d] houre et prestement, cor nous
                   en ourons plus de mestier et de necessité que onques ne
             40  n'avrons. Car, nostre tresredoubté seignur, nous sumes touz
                   acertanéz et par gentz dignes de foye enfourméz que le
                   adversaire de France est esté par le paijs de P. jusques a lu
                   de C. prés de le R. et se couroit que doyt tenir feste de Noel

Page 218


                   a le R., et ceste publiement vante et dist que il ne veut plus
             45  despendre par le paijs de G[uyenne] si noun pur aler tout
                   droit devant B[ourdeux], cor conquesté icelle tout l'autre
                   serroit conquestie et conquesté tout le plus, nous ne faisons
                   riens, si non que il eit icele, que Dieu defende. Et sumes
                   nous tout a plein enfourméz que ilx ont fet faire le gran-
             50  heur appartreyt de guerre, come sont cavoux, hides, man
                   gareux et outres artifices pour couper et taler les unihéz,
                   que ils ne firent unques. Pur ce, nostre treshonuré et
                   trespoysant seignur, vous plese de nous socour et eider, et
                   que ouréz quant nous sumes desouléz vostre seignurie et
             55  proteccioun ne deffailhonz de eide ne de comffort. Cor se
                   hastement ne yssoit pourvehu, nous doubtons fourt par le
                   grant poyssance des enemys, et euxi pur pauvreté de voz
                   subgiz et le grant petitesse de gentz d'armes que est en le
                   paijs, cor les unes sont monetz et pris pour [f.252a] le mareschal
             60  de France que ad achaté beaucoupe de leus et tué des gentz
                   d'armes contre le teneur des treuez et les outres que sont
                   aléz fours du pais. Tresexcellent etc. Escript.

151

THE KING TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu, nous avons entenduz coment dis
                   et sept tonelx et une pipe de vyn de G. de nostre lige M.F.,
                   marchant de nostre citee de W., nadgaires par un W., servant
                   du dit M., achatéz es parties de dela et d'illoeques amesnés en
               5  port du nostre ville de S., par cause de concelement de nostre
                   subside a nous appartenant, sont a nous comme forfaitz
                   seiséz en nostre main. Si volons, attendue l'innocence du
                   dit M. en celle partie, dont nous sumes enfourméz, que vous

Page 219


                   facéz ordeigner restitucioun estre faite au dit M. de mesmes
             10  les dys et sept tonelx et un pipe de vyn pour une fin ent a
                   paier a nostre oeps tiel come vous semblera estre resonable
                   selonc vostre bone et sage discrecioun. Donné etc.

152

ANON TO THE KING


                   Mon treschier et tresredoubté et tressoverein seignur, je
                   me recomank humblement a vous, et vous pri q'il vous plese
                   moy fere savoir vostre estat, lequel plese a Dieu q'il soit
                   tresbon, et auxi de voz bones novelles par F., moun heraud,
               5  pourteur de presentes, lequel vous please avoir pur recom-
                   mandé, et par touz autres ven [f.252b] antz par de ça, qare je
                   haray tresgrant plesir toutes les foiz que je en porraie oïr. Et,
                   moun tresredoubté seignur, si de moy vous plesoit savoir,
                   j'estoie en point qant ces presentes feurent scriptz, la mercie
             10  nostre seignur, apparaillé de vous fere honeur et service a
                   mon pouoir. Pour ce vous pri q'il vous plese moy mander,
                   s'il vous plest, chose que je puisse faire, car je le ferrai
                   tresvoluntiers. Nostre seignur [etc.]


                   Moun treschier etc.

153

PHILIP OF BURGUNDY TO RICHARD II

? 1396


                   Treshault et trespuissant prince et treschier cousin, pour
                   vous acerteigner de la promocioun de moun amé et feal
                   conseiller, l'abbé de seint Pierre léz ma ville de G., en abbé
                   d'icelle esglise, a fin de vous avertir a ce que ci aprés vous
               5  prieray, il est tout notoire et chose vraie que environ a cynk
                   ou sys ans moun dit conseillier fu eslu en abbé d'icelle

Page 220


                   esglise par tout soun couvent, ou quel estoit, pour lors, un
                   nommé D[an] A. le B., sanz ce que aucuns de ceulx du dit
                   couvent, lui ne autres quelxconques, meist ascun debat en la
             10  dite eleccioun, ainçois la consentirent touz d'un accort et
                   ont depuis benignement obéy au dit abbé. Toutesfoitz le dit
                   D[an] A., que depuis la dite eleccioun a esté par l'espace de
                   quatre ans ou environ, et est encores, apostat [f.252c] et fugitive de
                   la dite esglise–car sanz congié des ditz abbé et covent il se
             15  parti d'icelle esglise et ala jouer a Rome et aillours ou bon lui
                   sembla–meu de tresmauvaise voluntee, soubz umbre de ce
                   q'il dit avoir esté proveu a la dite esglise par l'intruz de
                   Rome, s'est efforcié d'estre receu en la dite esglise come
                   abbé et d'icelle debouter son dit prelat, a l'eleccioun de
             20  quel lui mesmes avoit esté aidant et consentant comme dit
                   [est], a quoy le dit couvent ne l'a volu recevoir come bien
                   conseilliéz, et a bone cause: aussi ne l'eusse je point souffert
                   de mon pouoir, tant pur le bien et proufit de la dite esglise,
                   come pur la perverse vie et mauvais gouvernement du dit
             25  A., (a) qui est indignes de obtenir riel benefice et governer
                   tiele esglise, qui est l'une des plus notables de moun pais de
                   Flandres, et si a fait et mis beaucoupe de debas, troubles et
                   riotes en ma dite ville de G., qui moult m'ont desplu et
                   donné peine pur y purveiour et resistre a sa mauvaise
             30  voluntee et entreprise. Ce noun obstant, treshault et tres
                   puissant prince et treschier cousin, en perseverant de mal en
                   piz, et quant il a veu q'il a failli a soun mauvais propos, il
                   s'est trait en vostre roiaume et fait tresgrand pursuite par
                   devers vous et vostre conseil, sicome le dit [f.252d] abbé mon
             35  conseillier m'a escript, a fin de avoir au dilivre pur lui les
                   biens, terres et revenues de L. et de S. assiz en vostre dit
                   Roiaume, qui de pieça ont esté et appartiegnent a la dite
                   esglise de seint Pierre, et icelles terres et revenues qui sont
                   amorties a la dite esglise, a entencioun de vendre heritable
             40  ment et a deveier a son proufit et, qui plus est, scet desja soun
                   marchant et acheteur, més qu'il les eust au delivre de vous.
                   Par quoi la dite esglise, qui est de la fundacioun de mes
                   predecessours, contes de Flandres, en ma proteccioun et
                   153-44 [153-44] corr: by scribe from dit le221sauvegarde, et en laquele le dit abbé est a present continuel

Page 221


             45  ment, en y faisant le service divin bien et devoutement avec
                   son dit couvent, serroit grandement desheritee en leur
                   tresgrand grief et dommage, qui serroit outre conscience et
                   purroit estre en diminucioun du dit service divin se sur ce
                   n'estoit pourveue; si vous pri, treshaut et trespuissant
             50  prince et treschier cousin, si acertes et affectueusement que
                   je puisse, que, tant par consideracioun de choses desusdites
                   et en augmentacioun et faveur du dit service divine, come
                   pur l'amour et contemplacioun de moy et a ma priere, il vous
                   plese defendre a voz officiers des lieux desusdites ou les dites
             55  terres, revenues et biens appartienant a la [f.253a] dite esglise sont
                   153-56 [153-56222assiz et autres q'il appartendra, q'ils n'en baillent ou deliv
                   rent aucune chose au dit A., ne autre quelzconqes de par lui,
                   en aucune maniere, ne le laissent ou sueffrent habiter ou
                   demourer es dites terres, biens et revenues, et que ascune
             60  de voz subgiz ne entende au dit marchié, ne s'efforce a venir
                   par achat du dit A. aux terres, biens et revenues desusdites.
                   Et feréz bien et aumosne, treshaut et trespuissant prince et
                   153-63 [153-63joir222treschier cousin, de faire leissier jeir et user les ditz abbé et
                   couvent de leurs biens, terres et revenues, par quoy en
             65  faisant le dit service divine, ils prieroient pur vous. En ce
                   vous plese tant faire, treshaut et trespuissant prince et tres
                   chier cousin, pour et en favour du dit service divin, que
                   l'eritage de la dite esglise soit et poet estre sauvé au profit
                   d'icelle. Car avec ce que vous ferréz en ce euvre de con
             70  science vous y ferréz tresgrant plesir. Treshaut et trespuis
                   sant etc.

Page 222

154

RICHARD II TO A BISHOP

Ireland Oct: 1394


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons tressouvent
                   d'entier cuer, vous en faisant savoir que nous sumes par la
                   grace de nostre seignur en bone santee et prosperité tielle,
                   154-4 [154-4nous om.223dont tresdevoutement nous remercions ove toute humblitee
               5  154-5 [154-5et twice in 154, om. 271223D154L5 [D154L5] le223lui tout puissant, q'en chescun fait se moustre estre Roy et [f.253b]
                   154-6 [154-6seignur om. 271223seignur de touz ses verraies subgiz, et vous prions entier
                   ment que ovec nous vous loiéz et adoréz Dieu nostre sire,
                   D154L8 [D154L8] entierment de cuer 271223lui remerciantz entierment de ce q'il nous ad si gracieuse
                   154-9 [154-9a om. 271223ment convoiéz a nostre honour tanqu'en cea. Et pur ce que
             10  154-10 [154-10vous om. 154, supplied from 271223nous desirrons parmy l'entiere affiance quele nous [vous]
                   portons que vous sachéz trestout l'effect de noz journees,
                   154-12 [154-12xxj 271, which is incorrect223vous faisons savoir que le lundy le xix jour d'octobre nous
                   D154L13 [D154L13] W. , supplied from 271 [154]  223passasmes le rivere de nostre citee de W[atirforde], et nous
                   D154L14 [D154L14] B M. 223logeasmes cel nuyt es champes a un lieu appelléz B., le
             15  D154L15 [D154L15] W. , supplied from 271 [154]  223marsdi ensuiant a J[orpount], ou nous avions novelles de les
                   D154L16 [D154L16] G. , supplied from 271 [154]  223venue et arrivaille de nostre treschier uncle de G[loucestre]
                   D154L17 [D154L17] J , supplied from 271 [154]  223a Watirforde, a quele cause nous y demorasmes le mescredy
                   et le joefdi attendantz la venue de nostre uncle susdit,
                   vendredy en un boys appellé M., samady en les boys de
             20  D154L20 [D154L20] K G. 271223L[erglin] prés de le boys de K., ou nostre chief adversaire
                   154-21 [154-21L. , supplied from 271223M[acmurgh] avoit sa maisoun et se tient fort, esqueles bois
                   de L[eglin] le dit samady a ceoir nous vient nostre dit uncle,
                   et illoeque nous demurasmes la dymenge, en quele, come
                   vous savéz, nous ne sumes pas accustuméz de chivacher.
             25  Lundy bien matyn, nous, qui pensasmes logier en le dit bois
                   de K.,–qu'est, si come dit est, le greindre forte [f.253c] resce

Page 223


                   que nostre dit enemy M[acmurgh] ad, et lequele il pensa, si
                   come nous feust reportéz, tenir a force encontre nous, sur
                   154-29 [154-29M. supplied from 271224nostre entree en les terres que le dit M[acmurgh] cleime
             30  estre soens,–fismes desplaier noz baners, lever baners des
                   D154L31 [D154L31] de Ferers 271224autres noz foialx, c'est assavoir des Sires Ferers, Scales,
                   154-32 [154-32d. A supplied from 271224D154L32 [D154L32] Guilliaume 271224W[illiam] d'[Arundelle] et des autres, et fismes des chivalers
                   illoeque plusours et, toutes les dites manace et forteresce
                   D154L34 [D154L34] obstant 271224ensement du dit bois non obstantes, estoions logiéz en le dit
             35  154-35 [154-35de K. om. 271224fort bois de K., nostre dit enemy deslogéz et sa principale
                   154-36 [154-36nostre dit enemy… presence = our said enemy having been dislodged and his principal house burnt in our presence.224maisoun arse en nostre presence, ou adonque et la nuyt
                   ensuyant feurent faites pluseurs escarmuches. Marsdi en
                   154-38 [154-38de om. 271224suiant nous logeasmes prés de et devant un autre bois que
                   D154L39 [D154L39] C. , supplied from 271 [154]  224s'appelle Laveroc, q'est refuit singuler a nostre dit enemy et
             40  pluseurs autres de sa covine, ou ils estoient et n'osoient
                   bouger pur nous faire nulle resistence. Mescredy estoions
                   154-42 [154-42A. 157 supplied from 271224D154L42 [D154L42] lieuges 271224logéz a trois miles d'illoeque en les terres d'un A[nolan],
                   D154L43 [D154L43] S. supplied from 271 [154]  224nostre adunque adversaire, qui ovec S[hane] son filx eisnéz
                   nous venoient adourer, les testes nues, desarméz et
             45  desceintes, ove lour espeies pointz es mainz, les pomelx
                   154-46 [154-46e. n. corr: from nostre en 154224erectz, et lour mistrent de haut en bas en nostre grace sanz
                   nulle condicioun, més devant ce fait estoient faitz grans
                   arsurs es terres susdites. Mesme le jour en mesme le manere
                   D154L49 [D154L49] venoit 271224nous venoient obeïr et rendre et lour [f.253d] soubzmettre le dit
             50  154-50 [154-50et t. a. capitains om. 271224Macmurgh, O['Bren], [O]'T[oole] et trois autres capitains,
                   154-51 [154-51et f. om. 271224engenoillantz et faisans humblement en le manere susdit,
                   D154L52 [D154L52] D. supplied from 271 [154]  224desqueux nous prismes serement sur la Croice de D[yvylyn]
                   de nous estre foialx et loialx subgitz, quoi fait, nous
                   D154L54 [D154L54] H , supplied from 271 [154]  224lessasmes le dit Macmurgh a large pur un temps et avons en
             55  D154L55 [D154L55] D. , supplied from 271 [154]  224nostre compaignie a nostre citee de D[evelyn] les ditz
                   D154L56 [D154L56] O', O' et le dit S. etc. 271224O'[Bren], [O]'T[oole] et le dit S[hane], et moevéz de pité et
                   compassioun lour avons receu a grace, quele nous n'avons

Page 224


                   unqore determinee, mais pensons al eide de Dieu de bon et
                   sage conseil ordeiner tielle, q'a eux serra grace et a nous
             60  154-60 [154-60] en om. 271225gracieuse. Toutes voies, loiéz en soit l'actour de tout, nous
                   semble estre conquis et d'estre verisemblablement en paix
                   D154L62 [D154L62] L. , supplied from 271 [154]  225toute la terre de L[einstre] parmy la divine purveiance et
                   l'ordinance que nous ent pensons faire, lesquelx terre et pais
                   154-64 [154-64] tanque om. 271225D154L64 [D154L64] D. , supplied from 271 [154]  225droit tanque a nostre citee de D[evelyn], que de bois, preez,
             65  pasturs, terres arablez et rivers sont le plus beles, plentuouses
                   D154L66 [D154L66] c. nous 271225et delitables que homme trovereit, ce croions, nulle part. De
                   154-67 [154-67de les om. 271225D154L67 [D154L67] de A. 154225les autres noz rebelles en nostre terre d'Irlande nous avons,
                   et quidons par la grace de nostre Sire avoir, tres bones
                   D154L69 [D154L69] au a 271225novelles, et au fin que ce preigne bon effect selon nostre
             70  D154L70 [D154L70] vous prions 271225desire, priés vous Dieu ovec nous. Ce prions tresentierment
                   D154L71 [D154L71] par v. et v. les voz et vous 271225par vous et voz ove toute devocioun, faisantz ensement [f.254a]
                   pour les bones reule et gouvernement de nostre roialme
                   154-73 [154-73d'[Engletere] om. 271225d'[Engletere], queux vous sont de par nous commis, voz
                   loial poair et devoir en nostre absence sur la tresentier
             75  affiance quele nous avons de vous. Veulléz ensement savoir
                   154-76 [154-76] i.e. Nov: 30th225que l'endemein de la feste de seint Andrewe proschein a
                   venir nous avons somonéz nostre parlement a nostre citee
                   D154L78 [D154L78] D. , supplied from 271 [154]  225de D[evelyne], au quel nous quidons avoir par la grace de
                   D154L79 [D154L79] lui Dieu 271225lui toutpuissant ce que resonablement desirrons. Pur vous
             80  ensement plus a plein declarer, si bien la dite matire, come
                   vous nuncier autres noz plesirs asséz chargeantz et a nous
                   tresbusoignablez, envoions presentement devers vous nostre
                   D154L83 [D154L83] Philip Walweyn S. de R. [271]  225chier et foial bachiler, P. W., pleinment enforméz, a qui
                   pleine foie vuilléz doner et ferme créance de quanque vous
             85  ent dirra de par nous. Reverent pere etc. nostre sire etc.


                   D154L86 [D154L86] Reverent-. . .Donné etc. De par le Roy 271225Donné etc.


                   Vous prions ensement d'entier cuer q'a noz chiers en
                   Dieu, l'abbé et le couvent de W., vous facéz, quaunq'ils ont
                   ou averont affaire en nostre absence, les eide et faveure
             90  queux vous purréz, toutes voiez tielx dont nous vous soions
                   154-91 [154-91] This PS. is not in 271225tenuz a mercier.

Page 225

155

RICHARD II TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons tressouvent
                   de tresentier cuer, et vous mercions si tresentierment de
                   trestout nostre cuer, come plus savons, de tous les travaus,
                   entent et diligence queux vous avéz fait et [f.254b] faitez de jour en
               5  autre a noz bien et plaisance, sanz nulle regarde avoir a
                   vostre ease ou quiete, sicomme nous trovons effectueIment,
                   si bien de fait, come par la relacion de nostre chier et bien
                   amé L.W. qui ne sciet cesser de la commendacioun de vous,
                   en tant que, si nous n'eussons conissance de la verraie cause,
             10  nous eussons mervaille. Sur quoy, vuilléz savoir et tenir de
                   certein que en temps a venir pour voz virtueuses faitz nous
                   vous pensons ensi mercier de fet, q'a vous serra pur voz
                   merites sufficiente recompense, si Dieu plaist. Si avons
                   tresferme asseurance que selonc vostre possibilitee vous
             15  vuilléz envers nous continuer ce que si tresloialment avéz
                   commencéz et de longtemps continuéz. Vous faisons ense
                   ment savoir que nous avons receu devers nous en nostre
                   chambre du dit L. et W. G. cink mille deux centz seissante
                   et dis li., lesqueles nous pensons que serrent bien gardéz et
             20  en si privee manere que nulle gast se ent ferra en nulle
                   manere. Reverent pere etc. Donné etc.

Page 226

156

THE KING TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu, pur ce que nous avons ordeignéz
                   nostre bien amé esquier, J. P., d'aler en les unes noz secréz
                   messages, sicomme a nostre proschein entreparler nous vous
                   declarerons plus au plein, volons et vous [f.254c] mandons q'a dit
               5  J. vous facéz prestement avoir, veues cestes, cinquante li.
                   sur ses gages, desqueles il devera acompter son voiage fet,
                   et cinqante li. d'aprest a restituer a certein jour par entre
                   vous a accorder, pur amour de nous. Et ce ne vuilléz, en tant
                   come vous purréz, nullement lesser. Nostre sire etc. Donné.

157

A CLERK TO? THOMAS, ARCHBISHOP OF YORK

c. Mar: 1395


                   Tresreverent pere en Dieu, moun treshonuré et tres
                   gracieux seignur, voz honurablez lettres de la date del x.
                   jour de marcz ai receu et par icelles entenduz coment vous
                   vous esmerveilléz que unqore vous n'aiéz eeu nulle response
               5  de moy, le vostre, de la matire en deux voz lettres, a moy par
                   devant envoiéz, contenue(e). Sur quoy, moun treshonuré
                   seignur, vous plese savoir que la dite matire feust tant avant
                   avancee encontre vostre entent et mon pover desir, que je
                   157-9 [157-9savoie twice in MS.227n'ent savoie que plus ent faire, més porter ce q'ent feust fait
             10  en pacience, car nous avons icy novelles que les bulles pur
                   le megre homme sont venuz a lui grand piece ad. Touchant,
                   mon treshonuré seignur, Wircestre, le Roy ad escript pur
                   l'evesque de L. au pape, danz T., moigne de Westm', quide
                   avoir la eleccioun et moun seignur de C. quide avoir le
             15  benefice si ferme face bien son devoir. J'espoir en Dieu
                   q'ils saveront touz trois des novelles. Moun treshonuré

Page 227


                   seignur, je say nulle de present méz que nostre dit seignur est
                   en bone [f.254d] santee, et prie a Dieu, moy, vostre povere clerc et
                   oratour, q'il me doigne grace de vous veier en brief en
             20  saniee, honour et prosperité selonc vostre desir. Escript etc.

158

ANON TO ? THE COUNCIL

Signet.
                   Reverentz piers en Dieu et noz treschiers et tresentier
                   ment bien améz, nous vous saluons de tresentier cuer, et
                   savoir vuilléz que au darrain temps que noz chiers et bien
                   améz J[ohan] M[ayhou], meistre de la nief appellé la
               5  Trinitee de la tour, et C. S., un des botillers de nostre
                   tressoverein seignur le Roy, a cause q'ils n'avoient d'or es
                   meins, ne nous n'estoions bien purveuz pur lour aprester,
                   nostre treschier et bien amé T.S. bailla as ditz meistre de la
                   D158L9 [D158L9] seignur seignur dit seignur228nief et botiller, al oeps du dit nostre seignur le Roy, certeins
             10  vins du pris de quatre centz et cynk nobles d'Engleterre, sur
                   nostre promesse et l'obligacion de nostre treschier et bien
                   amé Monsire P. G., qui–le dit T. S.–deust avoir esté paiéz
                   de la dite somme a le fest de pasque darrein passéz, et depuis
                   le departir des ditz meistre de la nief et botiller, sont venuz
             15  par de cea noz chiers et bien améz T[homas] de L[enne],
                   meistre de la nief appellé George de la Tour, et J. C.,
                   un des botillers de nostre seignur le Roy, et ne porteront
                   ovec eux l'avantdite somme, més devant leur departir
                   avoient busoigne de créance a cause quelle [f.255a] sur nostre
             20  promesse deust avoir repaiement en Engleterre par manere
                   que s'ensuit: le dit C. ad aprestés al oeps del avantdit nostre

Page 228


                   seignur le Roy as ditz T[homas] de L[enne] et J. S., cessante
                   et quinsze nobles, et nostre treschier et bien amé E. N. leur
                   ad apprestéz semblablement cynqua[n]te francs, pur ent
             25  avoir repaiement de vyngt et cynk nobles, et nostre bien
                   amé W. P. leur ad apprestéz semblablement cynqua[n]te
                   francs, pur ent avoir repaiement de vyngt et cynk nobles, et
                   sur nostre promesse et l'obligacioun du dit Monsire P. G.,
                   nostre bien amé D. K. leur ad apprestéz semblablement
             30  cynquante francs, pur ent avoir repaiement de vyngt et cynk
                   nobles, et sur ce si bien nous, a cause de noz promesses, et le
                   dit Monsire P. J., a cause de ses obligacions, come les avant
                   ditz créansours, envoions devers vous nostre treschier et
                   bien amé J. D., porteur d'icestes, come procureur et attourné
             35  pur receivre toutes les avantdites sommes et ent donner
                   acquitance come appartient. Si vous prions de tout nostre
                   cuer, reverentz peres en Dieu et noz treschiers et tresentier
                   ment bien améz, que, veues et entendues ces presentes, et
                   consideréz q'il ne serroit a nostre honeur de failler de noz
             40  ditz promesses faitz [f.255b] as ditz créansours, vuilléz ordeigner
                   que toutes les avantdites sommes soient de par nostre
                   soverein seignur le Roy paiéz en tout la haste que bonement
                   purréz a susdite J. D., pur et en nom des créanseurs avant
                   ditz. Et ceste chose vuilléz faire a nostre priere comme
             45  nostre entiere affiance est en vous. Reverentz peres en Dieu
                   et noz treschiers et tresentierement bien améz, nous vuilléz
                   certifier de voz desirs pour les accomplir de bon coer. Et
                   nostre seignur vous maintiegne en honour treslonguement a
                   durer.


             50  Donné soubz nostre signet etc.

Page 229

159

RICHARD II TO THE DUKE OF YORK AND THE COUNCIL

Ireland March 1395


                   Treschier et tresentierment bien amé uncle, tresreverentz
                   peres en Dieu et noz chiers et foialx, nous vous saluons
                   tressouvent et de cuer tresentierment, vous en faisantz savoir
                   q'au partir de cestes noz lettres nous estoions en bon santé,
               5  nostre sire ent soit regraciéz, et avons tresentier et grand
                   desir d'avoir continuelment de vous, voz bones estat et
                   santé, novelles semblables. Et, touchant nostre exploit en
                   cestes parties, vous faisons savoir q'outre ce que devant ore
                   nous vous avons certifiéz par pluseurs foitz, e alantz devers
             10  M., ou encore n'avons [f.255c] esté ne de ceulx de celle partie eeu
                   nulle obeissance, a nostre ville de K., sur nostre chemyn
                   devers illoeque nous sont venuz certeins novelles que nostre
                   treschier cousin le Cont de R. et de C., qui nous avions par
                   certeines causes envoiés devant nous vers celles parties, ad
             15  combatuz illoeque et par la grace de Dieu eeu la victoire, et,
                   entre autres qu'estoient mortz et pris au journee, estoit pris
                   illoeque un grand capitain en lour reputacioun noméz M. K.,
                   et s'ad ensement a nostre cousin en nostre nom renduz a noz
                   paix et obeissance le grand M. de M., lesqueux ovec autres
             20  serrent ovec nous en brief pur nous faire en humble et basse
                   manere ce que lour serra enjoint, si que, merciéz ent soit le
                   toutpuissant, ore touz ceux q'estoient de poer en nostre dite
                   terre nous ont fait et ferront en brief, sicome a lour Roy et
                   seignur soverein, homage lige et verraie obeissance, et voirs
             25  est que les autres de menue estat pour lour quiete desiront
                   et coviendront a fin force nous acquiter lour duetés selonc
                   lour estat. Autressi vous fasons savoir que nostre treschier
                   cousin le Cont de M. et Not. ad estéz ore tarde en les terres
                   de G. filz O., q'est tenuz un grand capi [f.255d] tain celles parties,
             30  et pris soun chastel et ars et destruit ses terres et pais en
                   grand quantitee, par ont nous pensons q'au brief lui co
                   viendra venir de necessité a nostre obeissance. Si nous

Page 230


                   semble que rien y faut de present que de mettre bon estab
                   lissement et sage governance sur et entour touz noz lieges
             35  de nostre terre avantdite, quoy al eide de Dieu nous
                   ordeignerons a bone deliberacion et houre covenable.
                   Nostre sire etc. Donné etc.

160

RICHARD II TO A BISHOP

Ireland Oct: 1394


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons tressouvent
                   d'entier cuer, et vous faisons savoir q'endroit de nous et de
                   noz estre et estat nous avions le plus bele et gracieux passage
                   ovec pleine santee de corps, sanz estre travailléz ou inquietéz
               5  par l'air ou travaillé du mier en ascune manere, que unques
                   Dieu donna a creature nulle, merciéz en soit il, en tant que
                   nous n'estoions en la mier en mesme nostre passage q'un
                   jour et une nuyt et arivasmes a nostre citee de W[atirforde]
                   en nostre terre de I[rland], ou nous estoions par noz citeins
             10  illoeque bien honureablement et a grand joye receuz, ou
                   nous trovasmes vitailles a grande foison et tresbone marchee,
                   et ou de jour en autre noz foialx liges nous viegnent offrir
                   lour services, et toute plein des autres que nous ont esté
                   rebelx et adver [f.256a] saires en nostre absence; et autressi les uns,
             15  autres que se doubtent par mi lour trespas d'avoir grace, lour
                   esloignent, fuent, et pensont, si se purra estre possible,
                   guerpir nostre dit terre, a ce que nous sumes enforméz.
                   Dont et de toute la prosperitee quele nous ad par mier et
                   terre ottroiéz nous lui regracions si tressovereinement come
             20  plus savons ou poons. Si avons tresgrand desir d'avoir de
                   vous et vostre estat et par especiale le bon governement de

Page 231


                   nostre roialme d'Englet[erre] bones novelles de les quelx
                   et de touz voz autres novelles, especialment vous prions
                   q'acerter nous vuilléz au plus sovent que vous purréz, pur
             25  noz tresgrandes recomfort et consolacioun. Reverent pere
                   etc. Donné etc.

161

RICHARD II TO A BISHOP


                   Reverent pere etc. Pur ce que les sessions de noz justices
                   D161L2 [D161L2] de deussent232en S[outhgales] se deussent faire ore aprés la Trinitee pros-
                   chein a venir, sicome nous sumes enfourméz, a lesqueles
                   sessions nostre foial cousin T[homas] P[ercy], Seneschal de
               5  nostre houstelle, deust avoir estéz, sicome lui feust ordei
                   gnéz, vous faisons savoir que par certeines treschargenantz
                   choses nous touchantz, des queles nous avoons chargéz
                   nostre dit seneschal, il ne purra estre as dites sessions a terme
                   susdit. Sur quoy nous volons et vous prions q'en lieu de
             10  mesme nostre Seneschal [f.256b] vous vuilléz de par nous ordeigner
                   et assigner une persone sufficiente d'estre a les dites sessions
                   ou autrement faire prorogacion d'icelles tanq'a la quinzisme
                   de Seint Johan ou de Seint Michel prochein a venir, sique
                   adonque nostre dit Seneschal purra mesmes estre a les ses
             15  sions avantdites. Et ce ne vuilléz lesser. Reverent pere etc.
                   Donné etc.

Page 232

162

THE KING TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu, nous vous saluons tressouvent
                   d'entier cuer, vous en faisantz savoir que nous [sumes] a
                   present en bone santee, nostre sire en soit regraciéz, et avons
                   tresentierment grand desir d'avoir de vous, vostre bon estat
               5  et parfite santee tresbones novelles, Dieu nous ent ottroie
                   toudiz si bones et graciouses come de tresentier cuer desirons
                   a tresgrande léésce de nostre cuer et plesance singuler. Si
                   vous mercions et remercions si tresentierment de trestout
                   nostre cuer come plus poons de bon, penible et gréable
             10  service quel vous nous avéz ententivement fet et faitez con
                   tinuelment a bien, honeur et plesance de nous, sicome le fet
                   moustre, et en pensons, aidé de Dieu parmy la pouoir q'il
                   nous ad de sa grace donéz, vous ent ensi effectuelment et de
                   fet mercier et guerdoner, que vous averéz tresgrande [f.256c] joie
             15  d'avoir ensi emploiéz vostre temps a les bien et plesance de
                   nous. De toutes les novelles par decea le pourtour d'icestes
                   vous savera dire asséz au plein la veritee. Et nostre sire vous
                   eit en sa garde. Donné etc.

163

RICHARD II TO ?JOHN, BISHOP OF SALISBURY, TREASURER

c. 1393


                   Reverent pere en Dieu, nous vous fasons savoir que nous
                   avons tretéz ovec le confessour de nostre treschier com
                   paigne la Royne, qui Dieu assoille, qui en nulle guise voet
                   demourer en ces parties, pur l'annuitee q'il avoit du grant de
               5  nostre dite compaigne, comme vous savéz, de lui donner
                   pur mesme l'annuitee deux centz marcz par la cause susdite,
                   en oultre veulléz savoir que le dit confessour, quel nous

Page 233


                   tenons prodehomme et asséz loial, nous ad tesmoignés que
                   nostre dit compaigne achata nadgeirs de nostre amé esquier
             10  J., son trencheour, un chival pur vint livres, desqeles il
                   n'estoit unques paiéz, volons et vous prions treschierment
                   q'au dit J. facéz prestement paier mesmes les vingt livres en
                   descharge de s'alme de nostre dite compaigne. Reverent
                   pere etc. Donné.

164

RICHARD II TO JOHN, BISHOP OF SALISBURY

c. 1391


                   Reverent pere en Dieu, par la report de noz treschiers et
                   foialx chivalers T[homas] P[ercy], nostre cousin et soubz
                   chamberlein, et G. D., lesqueux nous envoiasmes ore tarde
                   devers vous, et les procureurs de noz treschiers et bien
               5  améz les Dean et Chapitre [f.256d] de l'esglise de S[aresbires],
                   esteantz adunques a nostre citee de L. pur vous et eux moever
                   et exciter a bon accord touchant la debate que de long temps
                   ad enduree par entre vous et les ditz Dean et Chapitre, nous
                   avons entendu que les procureurs d'ambedeux les parties
             10  sont ore enclinéz a un bon point d'acorde. C'est assavoir, que
                   par chescune partie serront nomméz pur compromissairs
                   quatre persones que ne sont parties as dites maters de con
                   troversie et qui ne sont, ne ont esté avant ces heures, de
                   conseil d'une partie ou d'autre, des queux nous eslirons deux
             15  pur l'une partie et semblablement pur l'autre, et que outre
                   nous nommerons trois suffisantes persones, desqueux si
                   ambedeux parties s'accordent en un il serra adjoyntéz as
                   ditz quatre compromissairs, et s'ils ne purront accorder en
                   nulle des ditz trois persones, sicome nous semblera expe
             20  dient, pur estre adjointéz a les quatre compromissairs susditz

Page 234


                   pur fere plenere et egale fin de toutes questions, contro
                   versies et debates en queconque manere dependantz ou
                   moevéz, et que serront deductz et moustréz par entre vous
                   et les ditz Dean et Chapitre joyentement ou devisement, en
             25  commun ou en partie, devant [f.257a] les dites persones ensi a
                   eslire; la quele purpos nous pleste grandement, et en sumes
                   tresbien content et par tant nous volons et vous prions
                   treschierment q'en final exploit de la dite busoigne, vous
                   nous veulléz certifier par entre cy et le primer jour de may
             30  prochein venant des nouns de ceulx queux vous nommeréz
                   pur vostre partie, a fin que nous purrons envoier pur ceulx et
                   pur les autres quelx les ditz Dean et Chapitre nommeront
                   pur lour partie, pur venir et estre prestz a nostre dite citee au
                   jour q'est accordé par entre voz ditz procureurs et les soens
             35  devant noz chivalers susditz, c'est a dire le xj. jour de may
                   adunques proschein ensuiant. Et vous fasons assavoir qu'e[n]
                   semblable manere nous avons escriptz as ditz Dean et
                   Chapitre en quantque lour attient par la cause suisdite. Et
                   nostre sire etc. Donné.

165

JOHN OF GAUNT TO JOHN, BISHOP OF SALISBURY, TREASURER

Signet, c. 1395


                   Reverent pere en Dieu et nostre treschier et tresentier
                   ment bien amé, nous vous saluons tressovent et d'entier
                   cuer. Et come le Roy, nostre tresredoubté et tressoverein
                   seignur, devant nostre darrein passage vers nostre Duchee

Page 235


               5  de G[uyen] assigna a nous, sur icelle nostre passage, la nief
                   de nostre treschier esquier R. B. de C, appellé la Trinitee de
                   P., dont W. C. est meistre, et nous éons euz la dite nief en
                   mesme nostre passage del assignement susdit et ensi il nous
                   sem [f.257b] ble que nostre dit escuier, sa dite nief, le maistre ne
             10  les mariniers d'icelle ne doyent de raisoun pur ce estre
                   molestéz, dont ils soy doubtent, come ils nous ont enforméz,
                   si vous prions de tout nostre cuer, reverent pere en Dieu et
                   nostre treschier et tresentierment bien amé, que au dit nostre
                   escuier, a sa dite nief ou au meistre ne marinniers d'icelle, a
             15  cause que nous les aviens en la susdite nief nostre passage,
                   ne veulléz faire, ne quanque en vous est, souffrer estre fait
                   dommage, moleste ou arreste. Et touchant les vingt marcz
                   nadgairs par nostre dit esquier recevees en apprest sur le
                   passage que sa dite nief deust avoir fait es parties de G[uyen]
             20  vous prions treschierment, reverent pere en Dieu et nostre
                   treschier et tresentierment bien amé, que vous lui veulliéz
                   faire l'eise et favour que de loy et reson faire purréz, et si
                   toutes voies il covient les dites vingt marcz estre paiéz, les
                   vuilléz faire a terminer as resonables jours de paiement, et
             25  nous les ferrons paier pur nostre escuier susdit. Et ceste
                   chose vuilléz faire a nostre priere comme nous nous fions de
                   vous.


                   Reverent pere etc.


                   Donné souz nostre signet etc.

166

THE KING TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu, sur ce que nostre chier et foial [f.257c]
                   bachiler J. L. est, sicome nous vous quidons savoir, endettéz
                   en P. et aillours, et si estroitement obligéz que s'il ne face

Page 236


                   paiement a ses créanceours a lour termes lui coviendra de
               5  retourner a sa prisone, dont nous prendrions grand displesir,
                   vous prions treschierment de cuer que eider vuilléz nostre
                   dit bachiler en tant come vous purréz hors du dit damage, a
                   la meindre charge de nous que ce purra estre, sur la tresentier
                   affiance quele nons avons de vous, sachantz que comment
             10  que ce feusse de nostre, nous vorrions voluntiers q'il feusse
                   deschargéz de l'encumbrure susdit. Et nostre sire etc.


                   Donné.

167

RICHARD II TO ?JOHN, BISHOP OF SALISBURY, TREASURER

After 1394


                   Reverent pere en Dieu, nous volons et vous mandons
                   fermement en chargeantz que nostre chiere et bien amee
                   damoiselle, Y. K., vous facéz prestement paier, veues
                   cestes, ce qu'ele est a derere de l'annuitee quele nous avons
               5  devant ore a la dite Y. K. grantéz sicome vous savéz, et vous
                   prions outre treschierment de cuer que vous vuilléz prendre
                   bone garde que en nostre absence la dite Y. K., ne nulle de
                   les autres demoiselles q'estoient ovec nostre treschiere
                   compaigne la Royne, que Dieu assoille, soeffre ne soeffrent
             10  defaulte de rien que lour serra busoignable, sur la tresentiere
                   affiance que nous avons de vous. Et nostre sire vous eit en
                   sa garde.


                   Donné.

Page 237

168

RICHARD II TO THE CHANCELLOR, MICHAEL DE LA POLE

Signet, Feb: 16th, 1384


                   D168L1 [D168L1] Le Roy Richard par la grace de Dieu Roy d Engleterre et de France et seignour d Irlande. A nostre treschier et feal Michel de la Pole nostre chanceller saluz238Le Roy. Come pur l'affeccioun que nous portons a nos
                   D168L2 [D168L2] chiers clercs238chiers R[ichard] [de] M[edeford], N[ichol] S[lake] et J[ohan]
                   B[acun], doien de nostre franche chapelle de [seint]
                   M[artyn], leur aions de nostre grace et de nostre mocion
               5  D168L5 [D168L5] licence si bien238propre grantéz et a chescun de eulx par soy licence de chacer
                   et de tuer ovec leverers et autres chiens et ovec artillerie, par
                   168-7 [168-7et om.238D168L7 [D168L7] par les238eux et par leurs en leur presence des cerfs et bisses, deyms,
                   D168L8 [D168L8] leuerers238deymes, levers et toute autre savagyne chaceable ove chiens
                   et arcs, et des conelx auxi ove furrets et en autre manere, et
             10  auxi de prendre ou tuer en quele manere q'ils saveront mielx
                   des phesantz, perdriz, plovers, quaylles, allowes et toutes
                   autres oiselx de garenne en noz forestes, chaces, parcs, bois
                   et garennes, et de tout manere de venisoun et volatil q'ils
                   averont ensi pris ou tuéz, avoir et amener ovec eux quele
             15  part que leur plerra, comme de pescher et tout manere de
                   pessoun prendre q'ils purront en noz rivers, estanks, fossees
                   D168L17 [D168L17] parts238et autres noz eawes et pescheries severales toutes parties
                   dedeinz noz roialme et seignurie d'Engleterre, Cestreshire,
                   D168L19 [D168L19] et de238de Gales, a toutes les foitz que lour plerra, ensi toutes voies
             20  que ce soit resonablement en mesure et en seisoun et par la
                   vewe des forestiers, parkers, garrenners, pescheours ou
                   autres gardeins ou ministres de noz forestes, chaces, parcs, [f.258a]
                   bois, garrennes, ryvers, estancs, fossees ou autres noz eawes
                   et pescheries avantdites ou de leur lieutenantz, vous man
             25  dons que sur ce facéz faire a chescun de noz dites clercs
                   severalment par soie noz lettres patentes soubz nostre
                   grande seal en duhe fourme, contenantes si bien nostre dit

Page 238


                   D168L28 [D168L28] comandement239grant, comme mandement a touz nous forestiers, parkers,
                   garrenners, pescheours ou autres gardeins ou ministres ou a
             30  lour lieutenantz, q'ore sont ou pur le temps serront, de noz
                   forestes, chaces, parcs, bois, garrennes, rivers, estancs, fos
                   sees ou autres noz eawes et pescheries avantditz, que chescun
                   de noz ditz clers ils soeffrent durante sa vie chacer, oyseller,
                   pescher et les veneson, oyselx et pesson prendre, tuer, avoir
             35  et enporter a son plesir selonc l'effect de nostre grant avant
                   dit.


                   D168L37 [D168L37] etc. a nostre manoir de Haveryng le xvj iour de Feuerer lan septisme de nostre regne239Donné soubz nostre signet etc.

169

RICHARD II TO A CANON OF WELLS

?1396


                   Treschier et bien amé, come nadgairs par noz autres
                   D169L2 [D169L2] eussiens239lettres desoubz nostre signet eussions escript en general a
                   noz treschiers en Dieu le chapitre de l'esglise cathedrale de
                   W[elles], dont vous estes un, afin que nostre treschier clerc
               5  D169L5 [D169L5] Guy Mone T. M. 169239Guy Mone, gardein de nostre privé seal, ils voussissent par
                   consideracioun de nostre priere avoir recommendéz au
                   deanee de la dite esglise, vacante par la mort du darreiner
                   dean illoeque, si come par noz ditz lettres vous purréz assés
                   D169L9 [D169L9] purréz assavoir 169239savoir: nous, confoiantz au plein que parmy vostre bon [f.258b]
             10  D169L10 [D169L10] considerantz239eide et mediacioun l'expedicioun de la dite busoigne purra
                   estre amenéz a bon fin et conclusioun selonc ce que ensi
                   avons escript et que nous le desirons, vous prions si tres
                   chierment come plus poons que a nostre dit clerc, l'estat de
                   qui nous avons tres prés a cuer, pur la singulere affeccioun
             15  que nous portons envers sa persone, et auxi pur les fruc
                   tueuses obseques et services q'il nous ad fait et fait de jour en
                   autre, considerantz aussi q'il est home de grande vertue et
                   bien circumspect, si bien en espirituel come temporel, par

Page 239


                   ont il purra grandement profiter a l'esglise susdite, vous
             20  vuilliéz en l'elleccion a celebrere par le dit chapitre pur le
                   169-21 [169-21susdite. . .mesme om.240dean futur de mesme l'esglise ottroier vostre assent et bone
                   voluntee par consideracioun de nous et de ceste nostre
                   D169L23 [D169L23] exciter240priere, et que exorter et induire vuilléz autres voz confrers,
                   chanoignes de la dite esglise, par toutes les bones voies que
             25  vous saveréz, afin que semblablement ils facent de leur part;
                   en quele chose faisant vous nous ferréz tresgrande plesir, et
                   volons par tant estre enclyns de vous moustrer si bone et
                   gracieuse seignurie es choses que vous averéz affaire par
                   devers nous en temps a venir que vous vous deveréz tenir
             30  pur content. [f.258c] Et vous prions outre que vous vuilléz doner
                   ferme foy et créance a nostre chier et foial cousin, H. L.,
                   169-32 [169-32c. et foial om.240D169L32 [D169L32] de F. de om.240et a nostre chier et foial chivaler, S. de F., oue a l'un de eulx,
                   D169L33 [D169L33] de cestes240portour d'icestes, de ce q'il vous dirra de par nous touchant
                   la matire avantdite.


             35  Donnéz soubz nostre signet etc. de par le Roy a G. B.
                   D169L36 [D169L36] soubz. . .Welles etc. 169240Chanone de Welles.

Page 240

170

CHARLES VI OF FRANCE

Paris July 2nd, 1396


                   Charles par la grace de Dieu Roy de France, a touz noz
                   connestables, mareschaulx, bailliz, prevos, capitains, maires,
                   (de) gardes de bones villes, chasteulx et forteresces, de pons,
                   de pors et de passaiges, et autres jurisdiccions et destroiz de
               5  nostre roialme, et a touz noz autres justiciers, officiers et
                   subgiés ou a lour lieuxtenants, salut. Come nostre treschier
                   filz le Roy d'Engleterre envoie presentement W[illiam], abbé
                   de monastere de W[estmoustier] a Londres, son conseiller,
                   en Avignon et en autres diverses parties de nostre dit
             10  Royaume pur aucunes choses touchant le bien publique et
                   de l'esglise universale, sicome exposé nous ad esté, nous
                   vous mandons et commandons expressement et a chascun de
                   vous sicome a lui appartendra que le dit Abbé, lequel jusques
                   a nombre de quarante persones et trente chivaulx en sa
             15  compaignie et au dessoubz nous avons prins et prenons en
                   nostre sauf et seure conduit, vous laisséz aler, passer et
                   repasser, demourer, sejourner et retourner paisiblement de
                   jour et de nuit, par eaue et par terre, avecques [f.258d] leur or et
                   argent, robes, males et hernoiz, arcs et flesches, chevaulx et
             20  biens quelzconques par les lieux et jurisdiccions de nostre
                   dit Roialme, sanz leur demander aucune truaige, et sanz leur
                   faire ou souffrer estre fait aucun destourbier, arrest ou em-
                   peschement en corps ou en biens, pur marque ne autrement
                   en aucun maniere, et se aucun empeschement leur estoit mis,
             25  si le reparéz, ces lettres veues, et mettéz a pleine delivrance,
                   en baillant et purvéant au dit Abbé et ses gens a leurs
                   despens seur conduit, chivaulx, vivres et autres choses que
                   mestier lour serront, et dont de par lui seréz requis durant le
                   temps de ces presentes, lesqueles nous volons durer jusques
             30  a la Feste de Nostre Dame Chandeleur proscheine venant.
                   Donné a P[aris] le ij jour de juyl. l'an de grace mil ccc(c)
                   quatre vins et seize, et de nostre regne le seiziesme.

Page 241

171

PHILIP OF BURGUNDY

1396


                   Phelippe filz du Roy de F[rance], Duc de Burgoigne,
                   Cont de Flandres, d'Artoys, et Burgoigne palatyn, Sire de
                   Saluis, Conte de Rethel et Seignur de Malines, a tous
                   capitainnes de gentz d'armes, balliz, prevox, maieurs,
               5  eschevins, gardes de bones villes, chasteaulx et forteresces
                   et a touz autres justiciers, officiers et subgiéz [f.259a] de Monsire le
                   Roy de de nous, a leurs lieuxtenants ou deputéz et a chascun
                   de eulx, salut. Reverend pere en Dieu, messire W[illiam],
                   Abbé du monastere de Westmoustier, ambassiateur du Roy
             10  d'Engleterre nostre treschier neveu, a entencion, sicome il
                   dit, d'aler presentement a Avignoun et en aultres diverses
                   parties de France pour le fait de bien publique et de l'esglise
                   universale. Si mandons a vous noz subgiéz, prions et
                   requerons les autres alliéz et bien veillans de mon dit sire le
             15  Roy, que le dit reverend pere jusques au nombre de quarante
                   persones et trante chevaulx en sa compaignie et au dessoubz,
                   a pié ou a cheval, de jour et de nuit, par eau, par terre,
                   ensemble leur or, argent, robes, chevalx, bernois, deinrés, et
                   biens quelzconques, vous laisséz paisiblement aler, venir,
             20  passer, repasser, sejourner, demourer et retourner par voz
                   ditz lieux, forteresses, passages et destrois, sanz leur faire ne
                   donner ou suffrir estre fait ne donné ou a aucun d'eulx,
                   destourbier, arrest ou empeschement en corps ne en biens,
                   en quelque manere que ce soit, ainçois se ils ou un d'eulx
             25  ont affaire de soeur et sauf conduit ou d'autres choses pur
                   leurs necessitees, si leur en pourvééz raisonablement a leurs
                   despens, et ils vous en requierent. Ces presentes aprés de un
                   an prochein venant non vaillables. Donné etc.

Page 242

172

CHARLES VI OF FRANCE TO RICHARD II

Paris May 15th, 1395


                   Nostre treschier cousin et tresamé frere, nous desirons
                   de tresbon cuer continuelment estre enforméz de vostre bone
                   D172L3 [D172L3] acrescer A243estat et santé que Dieu vuille mainteigner et accroistre a sa
                   D172L4 [D172L4] le vouldres A la vouldriez B243loenge et a vostre consolacioun, come vous vouldréz et nous
               5  172-5 [172-5le om. A243D172L5 [D172L5] se ceo A243le desirons. Et se de nostre estat vous plaist savoir, quant
                   ces lettres feurent escriptez, par la grace de Dieu nous
                   estoions en bon point, la Dieu mercie, attendans et desirrans
                   D172L8 [D172L8] a au B243vostre venue d'Ybernie a victorie en Dieu et consolacion de
                   vous et de nous. Et, tresamé frere, de ce que nous avons
             10  entendu que grante plentee de voz subgiez d'Ybernie sont
                   revenuz a vostre obeissance sanz grant bataille ne effusion
                   D172L12 [D172L12] loioms A243de sang, nous en avons grand joie et en loons nostre seignur
                   D172L13 [D172L13] viennent AB243Dieu qui est avecques vous et par qui veignent les victories.
                   D172L14 [D172L14] la le A243Treschier et tresamé cousin, quant il nous souvient de la bon
             15  amour et dileccioun que vous avéz a nous, si come par
                   D172L16 [D172L16] subgies et des vostres A B243pluseurs de noz subgiez ja grant temps a pluseurs fois nous
                   avons esté enformés, et par especial par vostre loial serviteur
                   D172L18 [D172L18] au a A243et devout oratour R[obert] l'Ermite, au quel pur la reverence
                   de Dieu et pur sa loiauté de la dit amour nous lui avons
             20  D172L20 [D172L20] la le B243donné pleyn foy, et tenons doulcement que la dit amour et
                   de vous et de nous est et serra fondee sour la pierre ferme,
                   172-22 [172-22de om.. A243laquele [f.259c] selon le dit de seint Pol l'apostre est Jhesu Crist,
                   qui les deux parois estranges et enemis l'une de l'autre, c'est
                   172-24 [172-24payens transposed with juyfs B243assavoir le puople de juyfs et le puople de gens payens, sur
             25  la moien de sa seinte passioun fist assembler ensemble en un

Page 243


                   D172L26 [D172L26] et de en AB244temple d'amour et de charitee et de la seinte foy catholique,
                   tout aussi a nostre desir, tresamé frere, la dit pierre Jhesu
                   D172L28 [D172L28] que qi AB244Crist, que par sa grace a inspiréz l'amour sovent foiz et
                   joyeusement repetee entre vous et nous, ferra reassembler
             30  ensemble les deux parois un grant temps ja piece a enemies
                   D172L31 [D172L31] l'une B244et separees l'un de l'autre par mortele guerre, c'est assavoir
                   D172L32 [D172L32] et en A om. B244et France et Angleterre, en un temple et esglise de Dieu,
                   dont ces habitans serra un cuer et une ame en Dieu par vraie
                   D172L34 [D172L34] infinies visimes B244amour a son service et sauvement des amies infinies, laquele
             35  172-35 [172-35O om. A244D172L35 [D172L35] voille A vueille B244chose Dieu par sa grace nous veulle ottroier. O treschier et
                   D172L36 [D172L36] quant en A244tresamé frere, quant celui qui ses apostres apella freres, (quant)
                   a nostre lacrimable ramembrance est souvent presente,
                   coment par la perilleuse guerre de noz predecesseurs, que lx
                   ans a duré, tant de maus ont esté fais et tant des ames bap
             40  D172L40 [D172L40] et vierges AB244tiziees ont esté peries, esglises destruites, vierges violees, et
                   que par la bontee de Dieu et grace singuler il a reservé
                   172-42 [172-42innocens om. B244D172L42 [D172L42] du AB244jusques a [f.259d] ores et vous et nous innocens de l'effusioun de
                   sanc de noz subgies, et doucement il nous ad reservé et
                   D172L44 [D172L44] a et A244gardéz d'offendre l'un a l'autre, nounobstant les enemies de
             45  D172L45 [D172L45] de le A du B244pais qui sont nourriz de boire de sanc de leurs freres cris
                   D172L46 [D172L46] de n. du n. B244tiens de vostre part et de nostre, qui jusques a ores n'ont pas
                   172-47 [172-47Israel left blank A244D172L47 [D172L47] en coers A244dormi, et ne dorment encores pur impugner Israel et pur
                   nous attraire a la proie transitoire et infernale d'orgueil,
                   d'envie et d'avarice, par laquele l'amour de vous et de nous
             50  soit separee et anullee, que ja n'avigne, dont Dieu nous
                   172-51 [172-51d'estre om. A244D172L51 [D172L51] vuoille A vueille B244veulle garder. Ore pensons donques, beau frere, d'estre
                   D172L52 [D172L52] vacacioun A244coadjuteurs de Dieu et de nous tenir fermes en la vocacioun
                   que Dieu nous a appellé en nostre jonesse, c'est assavoir en
                   D172L54 [D172L54] la c. le c. A244la douce paix tant desirree de la cristientee, et non prester les
             55  oreilles au chant de la seraine ne a l'escorpioun, que de
                   D172L56 [D172L56] la langue AB244langue oint, et de sa queue point. Et, tresamé frere, prions a
                   D172L57 [D172L57] doucement A244Dieu devotement et faisons prier as saintes persones que par

Page 244


                   sa grace une premire il nous vueille assembler ensemble au
                   D172L59 [D172L59] se ceo A245pluis brief que ferre se purra bonement, pour laquele as
             60  semblee, laquele nous desirons parfaitement, vous nous
                   172-61 [172-61nous om. B245172-61 [172-61avons om. A245D172L61 [D172L61] et prest A245troveréz touz jours prest et appareléz. Et nous avons [f.260a]
                   D172L62 [D172L62] avesque B245esperance en celui qui dist a ses apostres: 'paix soit ovesques
                   D172L63 [D172L63] assemble B245vous, je vous donne ma paix,' que nous assemblerons en
                   semble non pas en pompe roial, mais en grante humilitee en
             65  l'amour de Dieu et de sa charitee Dieu nous ferra grace et
                   refreindra sa verge corrective que longement a duré par noz
                   D172L67 [D172L67] en la AB245predecesseurs en cristienté. Et que lors par vostre seint
                   D172L68 [D172L68] la le B245travaille, beau frere, et par la nostre aussi, come bien que
                   D172L69 [D172L69] de des A245nous n'en soions pas dignes, les enemies en la cristienté de
             70  172-70 [172-70par om. A, de B245toutes pais serront convertéz a vraie paix. Et que plus par
                   nostre paix du ciel descendue et entre noz deulz persones par
                   le seint espirit confermé, nostre mere, seint esglise, elas, ja
                   grant temps a par le maudit sisme foulee et devisee, par la
                   172-74 [172-74priere de om. B245priere de la tresdoulce virge Marie serra come resuscité a sa
             75  gloire et revivé. Et lors serra temps, beau frere, acceptable
                   et a Dieu agréable que vous et nous pur satisfaccioun de noz
                   D172L77 [D172L77] devons B245predecesseurs doions enprendre le seint passage d'outre la
                   172-78 [172-78pur om. AB245D172L78 [D172L78] mere A245meer pur socourre a noz freres cristiens et delivrer la terre
                   D172L79 [D172L79] la le A245seinte a nous acquise par la precious sanc de l'aignelet occis
             80  172-80 [172-80par la vertue twice in MS.245D172L80 [D172L80] le brebis B245pur les brebés, en moultipliant par la vertue de la croyce la
                   seinte foye catholique par toutes les parties d'orient, et la
                   moustrer [f.260b] en Dieu la vaillance de la chivalerie et d'Angle
                   D172L83 [D172L83] de des A245terre et de France et de noz autres freres cristienes, laquele
                   chose, tresamé frere, Dieu par sa seinte misericorde nous
             85  172-85 [172-85a om. A245D172L85 [D172L85] garder AB245vueille ottroier et non regarder a noz pechés ne as pechés de
                   son peuple. Encore, beau tresdouce frere, ce que dit est desus
                   en la balance de noz consideracions bien pesé et repesé pur
                   172-88 [172-88diligentment om. A diligealment B245D172L88 [D172L88] de du B245la reverence de Dieu, bien nous devons diligentment garder
                   172-89 [172-89par le om. A245que la doulce paix que de Dieu venoit par le seint espirit

Page 245


             90  D172L90 [D172L90] ensi este AB246nous a ensi inspiréz, pur chose temporel queconque ne pur
                   172-91 [172-91soit om. A246D172L91 [D172L91] ne on A246acquerre un roiaume, par l'un de nous ne soit brisee ne
                   D172L92 [D172L92] vendroit A veindroient B246violee. Car tant de maulx en vendront qu'ilz ne se pourroient
                   172-93 [172-93un foitz twice in MS.246D172L93 [D172L93] acompte A246descripre. Et tout foitz, un foitz il faut rendre compte devant
                   172-94 [172-94qui serront om. B246D172L94 [D172L94] grant AB246le grande juge. Et benois serront touz les Roys qui serront
             95  nombrés avecques ceulx qui auront amé la paix en terre.
                   Tresamé frere, s'il est chose que par nous poet estre fait a
                   vostre plesir et consolacioun, mandéz le nous, et nous le
                   ferrons de tresbon cuer. Et vous please, tresamé cousin,
                   172-99 [172-99bons om. A246faire nous savoir sovent voz bons plesirs et vostre bone estat
           100  172-100 [172-100vous om. B246D172L100 [D172L100] que qi A246et en especial par le dit Robert l'Ermite, que nous vous
                   D172L101 [D172L101] lequel A lequiel B246renvoions, liquel fu mandé a nous et a vous de la grace de
                   Dieu, si come doulcement nous créons, [f.260c] pour le bien et
                   D172L103 [D172L103] la le A246sauvement de noz ames, paix et reparacioun de la cristienté.
                   172-104 [172-104tresdouce om. B246D172L104 [D172L104] auquiel B246A quele Robert l'Ermite, tresdouce amé frere, vueilléz
           105  adjouster plaine foy de ce q'il vous dirra de par nous. Nostre
                   treschier cousin et tresamé frere, le Dieu de paix veulle
                   172-107 [172-107touz om. AB246adrescier touz voz fais et dis en acomplisant voz desirs.


                   D172L108 [D172L108] etc. a Paris le xv iour de May lan de grace cc Nonantyme A a Parys le xv iour de May B246Escript etc.

Page 246

173

RICHARD II TO CHARLES VI OF FRANCE


                   173-1 [173-1et f. c. om.247Consanguinee et frater carissime, innate generositatis
                   precordialis affeccio inspirate bonitatis laudabilis acceptatio
                   et acceptate intencionis commendabilis prosecucio ex vestris
                   D173L4 [D173L4] litteris dulcissimis247dulcissimis litteris per dilectum nobis Robertum Heremitam
               5  presentatis cordis avididate concepte nostra intima totaliter
                   dulcorarunt quod velut quadam celica infusione letati et
                   supernorum carismatum suauitate repleti auctori omnium
                   vero deo pleno spiritu laudes exsoluimus dum tam carissi
                   mum nobis fratrem tanta gracia perfrui et tam graciosis ad
             10  bonum medijs agnouimus illustrari. Habet etenim inter
                   cetera vester epistolaris affatus quod cordialem inter nos
                   affeccionem quam et affectamus appetitis preseruacionem a
                   D173L13 [D173L13] actenus247guerrarum turbine nostris temporibus hactenus celitus in
                   spiratam devotis deo laudibus prout et nos admittimus
             15  acceptatis preteritarum que guerrarum mala quam plurima
                   ponderando que pacis et concordie sunt cum nostro [f.260d] eciam
                   D173L17 [D173L17] a ad247proposito proponentes promedijs congruis a premissa nos
                   trum mutuum colloquium et adventum pregratis affectibus
                   prout et nos appetimus affectatis. Supponendo veraciter ut
             20  supponimus quod ex hinc dolorosi scismatis votiva proue
                   niret sedacio catholicorum principum et magnatum inuicem
                   concertancium cessaret rabies et innumerabilibus cristianis
                   ingrueret plena quies sicque tempus esset acceptabile et satis
                   congruum ac via laudabilis ad sanctum passagium pro libe
             25  randa terra sancta et cruce cristi de manibus inimicancium
                   D173L26 [D173L26] annuncietur247crucifixi vt sic annunciemus in Syon nomen diuinum et
                   laudem eius in Jerusalem in conueniendo populos in vnum
                   et reges vt seruiant ipsi deo. Scriberenturque hec in genera
                   cione altera in memoriam et non tantum presens set qui
             30  173-30 [173-30populos after set247D173L30 [D173L30] ouili omnes recollecti247creabitur populos laudabit deum dum in vno ouili sub nostre
                   pacis vnitate suos congregauerit pastor pacis. O quam

Page 247


                   gloriosa est hec vestra inspiracio, quam graciosa ex inspira
                   cione procedens intencio et quam benedicta vtrarumque
                   173-34 [173-34quod om.248subsequens execucio dum quod tam gloriose inspiratur tam
             35  gratanter admittitur et admissum vijs debitis prosecucioni
                   laudabili mancipatur. Hec vtique non ab alio medio quam
                   ipso qui mediator est dei et hominum dominus Jesu cristus,
                   Rex regum et dominus dominancium in cuius manu sunt
                   vtique corda [f.261a] regum agnoscimus processisse. Ipse etenim
             40  est qui loquitur pacem in plebem suam et dissipat gentes qui
                   bella volunt vt cohabitare faciat vnius moris in domo ipse
                   etenim et si in antea ostendit populis nostris dura ex quibus
                   conturbate sunt gentes et inclinata sunt regna dum effude
                   runt sanguinem tanquam aquam in circuitu Jerusalem, nos
             45  D173L45 [D173L45] vlitio248tamen potauit vino compunccionis ne super nos veniat vlcio
                   sanguinis seruorum qui effusus est nec ad vindictam introeat
                   in eius conspectu gemitus compeditorum. O quam bonus
                   D173L48 [D173L48] et vt248Israel deus qui nos talia docuit a iuuentute et de guerrarum
                   abstinencia vsque nunc pronunciemus sua mirabilia et que
             50  D173L50 [D173L50] senectutem248tam pie inchoat vsque in senectam et senium non relinquat.
                   D173L51 [D173L51] domino deo248Ideo in domino laudabimus verba vestra et in domino
                   collaudamus sermones, nam quam magnificata sunt in vobis
                   opera diuina, dum tam profunde facte sunt cogitaciones
                   D173L54 [D173L54] cognosceret248vestre que vir insipiens non agnosceret nec stultus intelli
             55  geret aut ascultaret. Qui pietas insupermente sanus vltra
                   quam dici poterit non letetur dum ipsos quos progenitorum
                   querela mundi pompa juuenilis etatis lasciuia predominandi
                   fastus et inanis glorie appetitus ad guerrarum blandientes
                   triumphos allicerent ex trono dei diffusa gracia et mutua
             60  vnanimitas inspirata ad cordialem dileccionem et [f.261b] pacem
                   deo et hominibus acceptabilem inclinarent. Ex istis etenim
                   rei publice accrescentibus merito gloriarentur proceres,
                   letarentur ciues et congauderent vtique populares. Nam et
                   si hec inferioris gradus homines gratis visceribus acceptarent
             65  quanto gratancius illi qui tante sunt nobilitatis et potencie
                   quod ipsis quietantibus maior ad modum pars cristianitatis
                   ad quietem deducitur et ipsis mouentibus in aduersum dirum
                   ingruit excidium predictorum. Hec igitur vestra eloquia

Page 248


                   super mel et fauum nostro gutturi dulciora votiuis visceribus
             70  D173L70 [D173L70] recoligimus249recolligimus et in quantum in nobis est ad impleri precipuis
                   D173L71 [D173L71] anelamus249desiderijs hanelamus assidue deprecari facientes vt deus pacis
                   et dileccionis maneat semper nobiscum et votum perfici
                   D173L73 [D173L73] inspirator249faciat nobis celitus inspiratam fraternalis eciam affeccionis
                   D173L74 [D173L74] gratulemur249soliditate gratulamur continue de vobis prospera crebro
             75  nunciata concipere et vestris placitis eodem fraternitatis
                   173-76 [173-76Consanguinee etc. om.249federe respondere. Consanguinee etc.

174

CHARLES VI OF FRANCE TO RICHARD II

Paris Sept: 1396


                   Au treshault et puissant prince, R[ichard] par la grace de
                   Dieu Roy d'Angleterre, nostre treschier et tresamé filz,
                   C[harles] par icelle mesmes grace Roy de F[rance], salut et
                   parfaite dileccioun avecques accroissement de tout honour.
               5  Treshaut et puissant prince, treschier et tresamé filz, pour ce
                   que singulierement et de tresbon cuer desirons ouir et [f.261c]
                   savoir tousjours bonnes novelles de vostre estat et santé,
                   nous vous prions tresaffecteusement et de cuer que le plus
                   souvent que vous pourréz nous en vuilléz escrivre et faire
             10  savoir la certeinneté, car en verité ce nous est tresparfaite
                   joye et léésse d'en oïr et savoir souvent bonnes novelles. Et
                   pur ce aussi, treschier et tresamé filz, que nous savons que
                   semblablement désirez ouir et savoir tous jours bonnes
                   nouvelles du nostre estat [et] santé, vuilléz savoir que nous
             15  sommes en tresbone santé et prosperité de nostre personne.
                   Et auxi sont nostre treschier et tresamé compaigne la Royne,
                   Charles daulphin de Veanne, nostre filz, Isabeau nostre fille
                   ainsnee, vostre compaigne, et tous noz autres enfants, la
                   mercie Dieu, que pur sa seinte grace vueille qu'ainsi soit
             20  il tous jours de vous. Treshault et puissant prince, treschier

Page 249


                   et tresamé filz, nostre treschier et tresamé uncle le duc de
                   B[urgoigne] a son retour de devers vous, entre les autres
                   choses q'il nous a ditz et rapportéz de par vous, nous a
                   touché en especial de deux poins, c'est assavoir que a fin que
             25  nous puissions veoir l'un l'autre et parler ensemble plus a
                   plein de pluseurs choses, vous avriés grant joye que nous
                   fussions le xv. jour de ce prouchein moys d'octobre en la
                   ville de Seint [f.261d] Omer, au quel lieu vous avéz entencion d'estre
                   s'il plest a Dieu. Et avec ce nous a parlé de certeins mariages
             30  que vous avriéz grant joye qu'ilz se feissent. Si vuilléz
                   savoir, treshaut et puissant prince, treschier et tresamé filz,
                   que pur ce que semblablement desirons de vous veoir et
                   parler a vous, nous nous sommes ordeinnéz et disposéz
                   d'estre, s'il plest a Dieu, a la dite ville de Seint Omer le xve
             35  jour du dit moys d'octobre, et de mener avecques nous et en
                   nostre compaignie nostre dite fille, vostre compaigne; si ne
                   vous vuille ennuyer s'elle n'est a Calays le jour de Seint
                   Michel prouchein venant ainsi qu'elle devoit estre et qu'il
                   avoit esté pourparlé au traité du mariage. Car senz faulte elle
             40  y eust esté au dit jour de Seint Michel, se ne feust ce que nous
                   avons depuis les dites nouvelles ordener de la mener
                   avecques nous. Et quant aus ditz mariages, nous, venuz
                   ensemble au dit lieu de Seint Omer, vous en dirons et
                   declarerons nostre entencion et voulenté, come plus pleine
             45  ment avons chargié nostre treschier et amé cousin le Conte
                   de R. qui presentement s'en retourne pardevers vous, de
                   vous parler de par nous de toutes ces choses et d'aucunes
                   autres; si vuilléz adjouster foy et créance [f.262a] a tout ce q'il vous
                   en dirra de nostre part, et nous escrire ou faire assavoir
             50  s'aucune chose vouléz que faire puissons, car pur certein
                   nous le ferrons tresvoulentiers de tout nostre pouoir.
                   Treshaut et puissant prince etc.


                   Escript a Parys etc.

Page 250

175

CHARLES VI OF FRANCE TO RICHARD II

1396-9


                   Au treshault, excellent et puissant prince, R[ichard] par la
                   grace de Dieu Roy d'Angleterre, nostre treschier et tresamé
                   filz, C[harles] par icelle mesme grace Roy de France, salut et
                   de tresvray cuer tresentier et parfaite dileccioun ovre
               5  accroissement d'onneur. Treschier et tresamé filz, nostre
                   amé et féal secretaire maistre N., que nous avons piecea
                   envoiéz devers nostre treschier et tresamé cousin, le Roy des
                   Romains, et aucuns autres princes des parties d'Alemaigne
                   pur le fait de l'unioun de l'esglise, est nouvellement retourné
             10  pardevers nous, et entre autres chose q'il nous ad reportiéz,
                   175-11 [175-11ceste moult . . . escuier = he has much praised to us John Parant, your esquire.251ceste moult loé a nous de J[ohan] P[arant] vostre escuier,
                   qui paraillement a esté devers le dit Roy des Romains et
                   autres princes des dites parties de par vous. Et nous a dit
                   nostre dit secretaire, que ja soit ce que vostre dit escuier eust
             15  response et prins congié du dit Roy des R[omains] pour
                   retournir par devers vous, quant icellui nostre secretaire
                   arriva par de la, nientmoins pur ce que vous [f.262b] aviez chargié
                   a vostre dit escuier de pursuir conjointement et faire semble
                   ment ou fait de la dite union comme ferroient noz gentz, il
             20  ne se volt point departir du dit Roy, ains ont attendu en

Page 251


                   D175L21 [D175L21] dit de252semble vostre dit escuier et nostre dit secretaire moult
                   longuement, et jesques a ce que le dit Roy a esté ovec les
                   eliseurs de l'empire et aucuns autres princes et prelatz, qu'il
                   a pour ce fait assembler a F. environ la feste de Noel
             25  derreinement passee. Et en attendant ainsi le dit jour a fait
                   vostre dit escuier et nostre dit secretaire pluseurs honnours
                   et amiriéz si come il nous a dit, et que vostre dit escuier est
                   un tressage prudent et diligent homme et digne de pursuir
                   un bon grant fait. Et voldrions bien que touz ceulx que vous
             30  et nous avons envoiéz et envoierons pur le dit fet eussent
                   fait et feissent aussi bien leur devoir a vostre honnour et a
                   nostre come a faite vostre dit escuier. Et pur ce que nous
                   savons bien que ce que vostre dit escuier a ainsi fait a nostre
                   dit secretaire a esté pur honneur de nous, nous vous en
             35  mercions tresacertes et de cuer et vous prions que vous le
                   vuilliéz de tant avoir mielx pur recommendé, en nous
                   rescrivant sovent [f.262c] de vostre estat et de voz novelles, et se
                   chose vuilliéz que nous puissons faire, car nous les frons
                   touz jours volentiers. Treshaut etc. Donné etc.

176

ANON TO A PRINCE, HIS NEPHEW


                   Treshaut et puissant prince, treschier sire et nepveu, pur
                   ce que touz jours suiz desirant de oyr bonnes et plesantes
                   nouvelles de vostre bon estat, je vous prie tresacertes et de
                   cuer que vous m'en vuilliéz acertenner le plus souvent que
               5  vous pourréz, car toutes les foitz que je en puisse oyr en bien
                   176-6 [176-6ce i.e. se = si252ce m'est tresgrant joy et consolacion. Et ce du mien de vostre
                   courtoisie vous plaist savoir, je estoit a l'escript de ces
                   presentes en bone santé et prosperité de corps, la mercie

Page 252


                   nostre sire, qui ce vous veulle par sa grace continuement
             10  ottroyer. Treshaut et puissant prince, treschier sire et
                   nepveu, il s'en va par de la mon bien amé pannetier, B.
                   escuier, porteur de ces presentes, pur veoir le pais et y
                   exerciter sa personne. Et pur ce que au bien et honnour de
                   lui j'ay grant et bonne affeccion, je vous [prie] d'affectueux
             15  cuer, que pur l'amour et contemplacioun de moy, le vueilliéz
                   avoir pur bien et favourablement recommandé, sicome en
                   vous en ay la confiance, car pareillement je vouldroie faire
                   pur les vostres a l'onnour et contemplacioun de vous. Et
                   s'aucune chose vous plaist que je puisse, vuilliéz la moy
             20  feablement signifier car la feray tresvolentiers et de bon cuer
                   a moun pouoir. Le seint es[p]irit vous eit en sa bonoit garde
                   et vous doint bone vie et longue.


                   Escripte.

177

ISABELLA OF BAVARIA TO RICHARD II

c.1397


                   A treshaut et puissant prince, R[ichard] par la grace de
                   Dieu Roy d'Angleterre, nostre treschier et tresamé filz,
                   Ysabel par celle mesme grace Royne de France, salut et vraie
                   dileccioun. Treschier et tresamé filz, voz tresamiables et
               5  gracieuses lettres avons nagaires receu par J. P., vostre
                   escuier, porteur de cestes, tresjoyeuse de vostre bon estat
                   que sceu avons par icelles, ou quel nostre sire Jesu Crist
                   vous doint continuer selon vostre desir et come nous voul
                   drions pur nostre personne. Et pur ce, treschier et tresamé
             10  filz, que de nostre desiréz oyr, vous signifions que a l'escrip
                   ture des presentes nous estoions en bon point, graces a
                   Dieu, qui ce veulle touz temps vous ottroyer, come plus a
                   plain pourréz savoir par vostre dit escuier, que nous avons
                   chargié de vous dire aucunes choses, lequel vuilliéz croire de
             15  ce que pur ceste foiz il vous dira de nostre part, en nous
                   faisant savoir s'aucune chose vous plaist que nous puissons,
                   car tres de cuer et volontiers la ferons. Treschier et tresamé
                   filz, le seint espirit vous ottroit bone vie et longue et tele
                   joie come vostre cuer desire. Escript etc.

Page 253

178

CHARLES VI OF FRANCE TO RICHARD II

1396-9


                   Au treshaut et puissant prince, R[ichard] par la grace de
                   Dieu Roy d'Angleterre, nostre treschier et tresamé filz,
                   C[harles] par icelle mesme grace Roy de France, salut
                   avecques entiere et parfaite dilectioun. Treshaut et puissant
               5  prince et treschier et tresa [f.263a] mé filz, nous vouldrions moult
                   le bien et avancement de nostre amé religieux, Pierre Mar
                   chal de l'ordre de C., tant pur la bone relacion que nous a
                   esté fait de ses sens, souffisance et prudommie, come pur
                   contemplacion de pluseurs de ses parens et amis, noz
             10  officiers, estans continuelment en nostre service, qui de ce
                   178-11 [178-11que254nous ont moult prié et supplié. Ore est il ainsi qui au dit
                   religieux, qui dés son enfance a demouré en vostre dit
                   roiaume d'Angleterre avecques un sien oncle, Prieur de L.
                   du dit ordre de S., fu par son dit oncle donné le prioré de
             15  M. save en nostre pais de Normondie, pur lequel prioré
                   gouverner, il se parti de vostre dit royalme et vint demourer
                   sur le lieu de cellui prioré, ou il a demouré bien par temps de
                   deux ans et demi ou environ, mais le Cardinal de P., qui
                   s'est efforcié d'avoir le dit prioré, a pur icelui plaidié contre
             20  lui par long temps et finablement a fait seeller toutes
                   granches et biens de celui prioré, tielement que le dit
                   religieux n'avoit de quoy vivre ne sustenir le diz procés, et
                   que il lui a convenu de laissier du tout le dit prioré. Pour
                   cause desquelles choses desus dites, les Abbés de O. de R.
             25  et de G. prés de H., aians pitié et compassioun du dit
                   religieux, lui aien en recompensacion de ce donné chescun
                   un prioré de leur colacioun estans en vostre dit Royau [f.263b] me,
                   l'un appellé W. et l'autre T., a tenir l'un d'iceulx ou cas que
                   vostre bon plaisir sera q'il le tiegne, si come nous a fait dire
             30  le dit religeux; si vous prions, treshaut et puissant prince
                   et treschier et tresamé filz, tant acertes et de cuer que nous

Page 254


                   pouons que pur amour de nous et pur les causes dessusdites,
                   vous vueilliéz le dit religieux avoir sur ce en especial
                   recommendacioun, en consentant et lui ottroyant que il
             35  tiengne et puisse tenir l'un des diz priorés, lequel qu'il vous
                   plaira, en faisant tant que il en joysse et use paisiblement et
                   sanz aucun destourbier ou empeschement. Et en ce faisant
                   vous nous feréz tresgrant plaisir et si feréz, se nous semble,
                   grant aumosne. Et aussi il gouvernera le dit prioré sicome
             40  nous tenons fermement si bien que vous en duréz tenir pur
                   contens. Treshaut et puissant prince et treschier et tresamé
                   filz, se chose vuilléz que faire puissons, vueilliéz le nous
                   faire assavoir fiablement et nous le ferons de tresbon cuer au
                   plesir de nostre sire, qui vous ait [etc.]

179

RICHARD II TO ?THE TREASURER, JOHN, BISHOP OF SALISBURY

1393-5


                   Reverent pere en Dieu, nous quidons que vous savéz
                   bien que nous avions nadgairs ordeignéz nostre chier et
                   foial cousin H[enri] de Percy d'avoir estéz plus avant en
                   nostre service es parties de G., en manere come estoit con
               5  tenuz par le tenur d'une endenture entre nous conceu, et il,
                   cella affiant, [f.263c] ad paiéz ses souldeours pur un quarter outre
                   son an sicome il nous ad enforméz, dount nous ne vorrions
                   q'il preist dammagle ne perde en nul guise. Si volons et vous
                   mandons que de l'avis de nostre treschier oncle de G. et le
             10  179-10 [179-10et le nostre and by our own [advice].255nostre vous ordeignéz ensi pur la indempnitee du dit Henri
                   touchant la susdite matire que nostre honneur y soit gardéz
                   et le dit Henri n'eit matire de se compleindre a nous pur la
                   cause susdite.


                   Donné etc.

Page 255


             15  Volons ensement que le dit H[enri] soit paiéz et agrééz de
                   son repasse selon l'effect de sa endenture susdite.

180

CHARLES VI OF FRANCE TO RICHARD II

Aug: 1398


                   Au treshaut et puissant prince, R[ichard] par la grace de
                   Dieu Roy d'Angleterre, nostre treschier et tresamé filz.
                   Nous avons tousjours tresgrand desir de oyr bones novelles
                   de vostre bon estat. Et pur ce vous prions tresacertes que
               5  pur nostre tresgrant et singuler consolacioun nous en
                   vuilliéz certifier le plus souvent que bonnement purréz, car
                   toutesfoiz que nous en sommes acerteinéz, ce nous est
                   tressinguler plaisance, Dieu par sa grace le vuille tousjours
                   prosperer a vostre desir et ainsi comme nous mesmes voul
             10  drions. Et quant est de nostre, lequel nous tenons fermement
                   que vous desiréz estre bon, nous vous signifions que au
                   partir de cestes nous estoions bien sain de nostre personne,
                   la mercie de nostre sire, qui ce par ce grace vous [f.263d] vuille
                   ottroier. Treschier et tresamé filz, nous envoions de present
             15  pardevers vous noz améz et féaulx conseillers Nichol
                   P[aynel], chevalier, nostre chambellain, et Maistre J[ehan]
                   S. [Courtecuisse], maistre en theologie, aux quelz nous avons
                   en chargié vous dire certeines choses de nostre part touchans
                   la fait de l'unioun de l'esglise, sur lesqueles nous vous prions
             20  que vous les vuilléz croire et a eulx adjouster pleine foye
                   et les briefment expedier. Et nous signifiéz féablement se
                   chose vuilléz que faire puissons par de cea et nous le acom
                   plirons de tresboun cuer. Donné etc.

Page 256

181

EDMUND, BISHOP OF EXETER TO A PATRON

1395


                   Treschier et tresamé sire et filz en Dieu, nous vous
                   saluons tressouvent d'entier cuer ove la benison de Dieu et
                   la nostre. Et pur ce que nostre chier filz en Dieu Sire
                   W[illiam] S[elby], person de l'esglise de seinte Felice joust
               5  Lanantha en nostre diocise, qu'est entitléz en la dite esglise
                   par title roial, desire, come il dit, d'avoir les estat et posses
                   sioun queles il ad en mesme l'esglise par vous ratifiéz par
                   cause de la clayme que vous faitez de la patronage d'icelle,
                   vous prions, treschier sire, tresentierment de tout nostre
             10  cuer, que les estat et possession [au] dit sire W[illiam] en
                   l'esglise susdite veulléz ratifier, appruer et confermer d'atant
                   come en vous est, et sur ce lui faire avoir voz lettres de
                   ratificacion tieles, que soient vaillables en ce cas. Et ceste
                   chose faire vuilléz, tresamé sire, le plus [f.264a] tost a cause de nous
             15  et par consideracion de ceste nostre priere, et autrefoiz
                   léément ferrons chose que vous purra tant pleer. Nostre sire
                   etc. Escripte etc.

182

THE KING TO THE CHANCERY OR TREASURY

Signet.
                   Tresreverentz peres en Dieu et noz treschiers et féalx,
                   nous vous envoions close dedeinz cestes une supplicacioun
                   a nous baillee par A. de S., neez en Escoce; si volons que,
                   veue mesme la supplicacioun, vous lui ent donnéz tiele
               5  response come vous semblera estre resonable.


                   Donné soubz nostre signet etc.

Page 257

183

GUY, BISHOP OF ST DAVID'S TO JOHN, DUKE OF EXETER

1398


                   Noble et puissant prince et moun treshonuré seignur, je
                   me recommank a vostre noble seignurie si entierment et
                   acertes come je say ou puisse. Et, moun treshonuré seignur,
                   je sui moult lééz et rejoiéz de coer de ce que parmy voz
               5  honurablez lettres de par vous a moy presentéz et par
                   relacioun de moun treschier et tresfiable amy, sire J[ohan]
                   B[ernard], Tresorer de Caleys, j'ay bien oiéz de vostre bon
                   estat et sauntee, et que touz les officiers et souldeours du
                   Roy, nostre tresredoubtee seignur, de la ville de Caleys sont
             10  prestz et apparailléz a touz voz commandementz et plesirs,
                   em priant a nostre seignur q'il en doint toudis tresbone con
                   tinuance ove encresce par sa grace. Et, mon treshonuré
                   seignur, pur ce que je sui certein que a toute heure vous
                   desiréz sovereignement et de treslé cuer d'oier et savoir de
             15  la prosperité, santé et bone governance du Roy nostre dit
                   seignur, vous plese [f.264b] assavoir que a la fesance de cestes il
                   estoit tout sains et haitéz, merciéz ent soit nostre seignur,
                   qui par sa grace puissant la garde et meintiegne toudis a la
                   loye de lui pur la tresgrand ease et comfort de vous, tres
             20  honuré seignur, et de tous les autres seignurs et bons et
                   foialx de son roialme. Et, mon treshonuré seignur, outre ce
                   vous mercie de tout mon coer et poair de la bone et gracieux
                   seignurie que vous avéz faitz et moustréz, et faites de jour
                   en autre, au dit Tresorer de Caleys et a touz les autres
             25  officiers et soudeours du Roy nostre seignur illoeques,
                   sicome mesme le Tresorer m'ad certeinnement dit et mous
                   tréz, par ent nostre dit seignur le Roy est especialement
                   183-28 [183-28a touz with a expunged258tenuz de vous en savoir tresbone gree, et touz ses officers en

Page 258


                   cestes parties et mesmement je, de faire ce que vous purra
             30  183-30 [183-30par ent. . . pleer = wherefore our said lord the King is especially bound to be most grateful to you, and all his officers over here and likewise I [are bound] to do that which could at any time honour and please you.259en ascun temps honurer et pleer. Dont, treshonuré seignur,
                   vous pri de bone continuance pur l'onur et plesance de
                   mesme nostre seignur le Roy et de tout son roialme. Noble
                   et puissant prince et mon treshonuré seignur, de voz volun
                   tees et plesirs me veulliéz si plesir vous soit toudis faire
             35  assavoir, lequeles je sui et serra tout temps prest de parfaire
                   selonc mon pouoir de tresbon coer. Et prie a la benoit
                   Trinitee etc.


                   De par le Evesque de Seint David a noble et puissant
                   prince etc. le Duc d'Excestre.

184

ANON

1398-9


                   Noble et puissant prince et mon treshonuré seignur, je [f.264c]
                   me recomank etc. Et, moun treshonuré seignur, vous plese
                   assavoir que par cause d'aucunes suggestions nient vraiez,
                   come ove la grace de Dieu a la temps serrent trovéz, faitez
               5  au Roy nostre tresredoubté seignur sur vostre servant
                   N[icholas] P[orter], par ent nostre dit seignur le Roy est
                   ancienement envers lui moevéz et ad par tant grantéz a un
                   homme de la Principaltee de Cestre l'office, qil il avoit du
                   grant de mesme nostre seignur le Roy durant sa vie, deinz
             10  le Park de Claryngtone, si come m'est donnéz certeinnement
                   a entendre, a plein defaitement de dit N[icholas], si
                   vostre gracieuse seignurie ne lui soit succurrant en celle
                   partie; si vous pri, moun treshonuré seignur, que en ceste
                   grande necessité vous plese moever vostre bon et gracieus
             15  aide envers le Roy nostre tresredoubté seignur pur le dit

Page 259


                   N[icholas] en ceste grande necessitee, si que il poet avoir
                   paisiblement et rejoier son dit office selon le grant susdite, et
                   q'il purra sentir ceste ma petite priere lui valoir et lieu tenir
                   pardevers vostre noble seignurie en ce cas. Et que au por
             20  tour de cestes vous please, mon treshonuré seignur, adjous
                   ter ferme foie et créance etc. Et, treshonuré seignur, vous
                   me ferréz tresgrand honneur et plesir, par ont a tout temps
                   je serra tenuz de faire voz nobles voluntees et plesirs dont
                   vous me vuilléz fa [f.264d] ire assavoir et charger.

185

RICHARD II TO THE KEEPER OF THE PRIVY SEAL

c. 1392


                   Treschier et bien amé, come, a ce que nous sumes
                   enforméz, nadgairs quant Roger Holme, jadis Chanceller en
                   l'esglise Cathedrale de Seint Poul deinz nostre citee de
                   Lond[res], estoit privéz en la Courte de Rome de la dite
               5  Chancellerie et autres diverses benefices, par lui lors occu-
                   piéz, nostre tresseint pere le pape par ses bulles papales fist
                   collacion au dit Wauter de la dite Chancellerie; des queles
                   bulles le dit W[auter] n'osa mie pursuir execucioun en
                   court cristiene a cause de l'estatut des Provisours faite l'an
             10  de nostre regne treszisme, sanz especial congié de nous, si
                   avons de nostre grace especiale grantéz et donnéz congié pur
                   nous et pur noz heirs tant comme en nous est au dit
                   W[auter] q'il, si bien en la dite courte de Rome, come

Page 260


                   aillours en court cristiene, purra par lui et ses procureurs
             15  pursuir plein execucioun des dites bulles et des processes
                   ent faitez, et q'il par lui ou par ses ditz procureurs purra
                   prendre corporele possessioun de la chancellerie avantdite,
                   et q'il ne mesmes ses procureurs ne ses notairs en celle partie
                   a cause du dit estatut ne soient empeschéz, molestéz ne
             20  grevéz, mesme l'estatute ou autres estatutz ou ordennances,
                   faites au contraire, nient contresteantz. Par quoy vous man
                   dons que sur ce facéz faire noz lettres de garant a nostre [f.265a]
                   Chanceller pur ent faire avoir au dit W[auter] noz lettres
                   soubz nostre grand seel en due forme selonc l'effect de nostre
             25  grant avantdite. Donné etc. de par le Roy au Gardein du
                   privé seal etc.

186

ALICE, COUNTESS OF KENT TO THOMAS, EARL OF KENT

1397 or 9


                   Honuré et mon tresentierment de coer tresamé filz, je
                   vous salue toutdis ove la beneson de Dieu et la mien. Et pur
                   ce, tresamé filz, que aprés vostre departir darreynement de
                   B. me revint W. B[awdewyn], disant coment pur l'affeccioun
               5  et desir q'il a de vous servir devant nulle autre persone, lui
                   186-6 [186-6] grevereit.261greverent a departir de vous en cas que son service vous
                   pourroit pleer, sur quoy je lui respondi en vostre noum,
                   coment pur grandes charges que vous avéz a faire il vous
                   serroit bien dur a retenir uncqore au meinz par deux ans
             10  ensuiantz aucune persone, et le dit Bawdewyn m'ad dit q'en

Page 261


                   cas que vous lui vuilléz donner pur lui refresser a ceste
                   proschein fest de seint Michel dys marcz, et aussi si souvent
                   come il serra en vostre presence par vostre commandement
                   bouche de court pur lui et son servant, et liveree de fein et
             15  provendre pur deux hakeneys, il soy agré bien d'estre
                   attendant vostre service par deux ans sanz plus prendre de
                   vous par celle temps, et si que a la temps q'il commencera
                   son dit service quant les ditz deux ans sont passéz il pense
                   avoir de vous vint marcz au mielx pur son fee, bouche de
             20  court pur lui et deux servantz, et liveree de fein et de
                   provendre pur trois hakeneys, si [f.265b] vuilléz, treschier filz,
                   estre aviséz du profre de sit Baldewyn, et en cas q'il ne vous
                   plerra tant donner a lui pur sa demoere, il vous supplie de
                   vostre bone seignurie et congié, quele, treschier filz, je vous
             25  prie aussi que vous lui vuilléz granter le plus boneteuouse
                   ment a cause de ma priere et lui estre aidant ailleurs. Honuré
                   et moun tresamé filz etc. Je prie etc. Escript etc. de par la
                   Contesse de Kent a soun filz le Count de Kent etc.

187

THE TREASURER TO THE ?BARONS OF THE EXCHEQUER


                   Treschiers sires et tresfiables amys, nous vous saluons
                   d'entier cuer. Et pur ce que nous avons entendu que J[ehan]
                   M. de S. doit paier a nostre tresredoubté seignur le Roy XX.
                   li., come en l'escheker est conuz, nous, vuellantz au dit
               5  Jehan faire le aise que de raison purrons bonement en ce cas,
                   avons granté a cellui mesme Jehan respite de paiement

Page 262


                   avantdite jesques al xve de seint Michel prochein venant
                   aprés la date de cestes. Pur quoy vous prions que icelle
                   nostre grant vous face mettre en recorde au fin que le dit
             10  J[ehan] ne soit compellé de dit paiement faire pardevant la
                   dite quinsizme. Et nostre sire etc.


                   Escript etc. de par le Tresore d'Engleterre a etc.

188

RICHARD II TO GUY, BISHOP OF ST DAVID'S, TREASURER

Signet, Lichfield June, 1398


                   Reverent pere en Dieu, nous tenons que vous souvient
                   bien coment a nostre darrein parlement estoit, de l'assent
                   d'icelle, grantéz a noz lieges de contee de Cestre trois ou
                   quatre mil [f.265c] marcs, en recompensacioun des damages et
               5  pardes par eux nadgairs souffert et pris a Rattecotebrigge,
                   d'estre paiéz devant le seint Michel proschein, sur condi
                   cioun que deslors ils ne ent compleindroient en avenir de
                   nulluy n'autre remedie queroient en aprés, si volons et vous
                   mandons que, veues cestes, vous nous signifiéz a toute haste
             10  ou la dite somme est, au fin qu'elle purra estre delivree a
                   ceulx qui sont assignéz de faire la paiement, en manere que
                   mesme la paiement se purra estre faite en toute manere
                   devant la dite feste de seint Michel selon l'effect de l'orde
                   nance avantdite.


             15  Donné soubz nostre signet a nostre citee de Lichefelde
                   etc. de par le Roy au Tresorer d'Engleterre etc.

Page 263

189

THE TREASURER TO ANON

1396-9


                   Chier amy, pur ce que nostre chier et bien amé David
                   Vaghan, esquier, ad esté et uncqore covendra estre durant
                   ceste present parlement si grandement occupiéz en le service
                   de nostre seignur le Roy, q'il ne poet venir a ceste temps
               5  pur son accompt rendre en l'escheker, sicome il est tenuz de
                   faire, vous chargons par tant que vous parléz par nostre
                   parte aux Barons de l'Escheker de lui deporter de son dit
                   acompte rendre tanq'a la XVe de pasque prochein venant
                   par la cause susdite etc. De par le Tresorere d'Engleterre.

190

THE TREASURER TO ANON

Probably 1396


                   Chier amy, come, a la supplicacion de nostre chier et bien
                   amé J. W., esquier du Roy nostre tresredoubté seignur, nous
                   avons grantéz a Raynalde R[agon], viscont des contees de
                   Bed'. et Buck'., de lui respiter sur son accompte q'il est a
               5  rendre en l'Eschequer a cest terme, a cause de son office de
                   visconte, de les sommes contenuz en la cedule, quelle nous
                   vous envoions close deinz cestes, tanque a la quinsizme de
                   Pasque prochein venant, vous chargeons par tant que vous

Page 264


                   parléz de nostre part a les Barons de l'Eschequer de lui
             10  respiter sur son soufficiante seurté tanque a la dite quinzisme,
                   selon le purfect de nostre grant susdit. Et nostre sire vous
                   etc. De par le Tresorer d'Angleterre etc.

191

ANON TO A PRINCE


                   Tresnoble et puissant prince et mon treshonuré seignur,
                   je me recommanc a vostre noble seignurie si entierment
                   come je say ou plus puisse. Et, mon treshonuré seignur,
                   vous please assavoir que parmy relacioun de mes treschiers
                   et tresfiables amys, Messieurs H. Grene et T. Geilugg,
               5  vostre bachiler, j'ay entenduz coment, a cause des certeines
                   sommes de deniers – queles coergent sur vous en demande
                   a l'Eschequer du Roy nostre tresredoubté seignur come par
                   191-9 [191-9] issist265vous a lui duez – [f.266a] un brief nadgairs assist hors de la dite
                   eschequer pur vous somener de comparer en propre persone
             10  en le dit Eschequer ore a la quinsizme de la Trinité darrein
                   par la cause susdite, me displese grandement et vous pri que
                   me ent vuilléz avoir pur excuséz, car en verité et bone foye,
                   je n'en avoie unques aucune conissance. Sur quoy, moun
                   treshonuré seignur, quant m'estoit dit, je le savoie et je em-
             15  parla a les Barons de l'Eschequer et les chargea de surseier
                   d'entrement d'aucun processe faire devers vous par la dite
                   conissance et ensi est et serra faite, tanque il plest a vous,
                   mon treshonuré seignur, d'ent faire fin avecque nostre dit
                   seignur le Roy a vostre voluntee de mesme plesir. Escript
             20  etc.

Page 265

192

JOHN, DUKE OF EXETER TO THE TREASURER, GUY, BISHOP OF ST DAVID'S

1398


                   Tresreverent pere en Dieu et mon treschier et tresamé
                   seignur, je sui touz jours desirant de vostre estat et entier
                   santee bones novelles oïr et savoir. Et si de moy vous plest
                   assavoir, au departir de cestes j'estoie en bone santee de
               5  corps, loiéz soit Dieu. Et, tresreverent pere en Dieu et mon
                   treschier et tresbien amé sire, je vous enmercie bien sovent
                   de voz améables et bones lettres par vous envoiéz a Caleys,
                   lesquelles m'ont fait grand plesir et ease, vous em priant
                   tresentierment de coer que vous [f.266b] please ordeigner pur le
             10  paiement de les souldeours de mesme la ville, selonc la
                   tenure de mes endentures, par paiement ou ensignement;
                   q'ils n'aient en mon temps matir ne cause de crier ne com
                   pleindre come ils ont eeu en le temps des autres, come en
                   vous sovereignement m'affie. Tresreverent pere en Dieu etc.
             15  lui tout puissant etc. De par le Duc d'Excestre, Capitain de
                   Caleys, au Tresorer d'Engleterre.

193

ANON


                   Treschier amy, nous vous saluons sovent et de coer. Et
                   vuilléz savoir que a cause de nous et a nostre supplicacioun
                   noz treschiers amys Dreu Barentyne, orefevere de la citee de
                   Lond[res], et H. Sadeler, de mesme la citee, sont obligéz a
               5  Sire N[icholas] Bubwithe, clerc, un des meistres de la Chan
                   cellerie, en deux centz marcs pur et en nom de J. atte Nooke,
                   persone de l'esglise de Yevele, a paiers a les termes especie

Page 266


                   fiéz en la copie d'une obligacioun, quelle nous vous envoions
                   close deinz cestes. Par quoy vous prions chrierement que par
             10  tant que le dit J. ad juréz a nous et en sa foye asseuréz de faire,
                   a sa primer venue a sa dite esglise, une obligacioun en son
                   nom, et en nom de deux [f.266c] ou trois ou quatre de les plus
                   suffisantz homes de sa parochie, a les avantditz Dreu et H.,
                   a paier a euxl ou a lour attorneis en leur nom a les jours
             15  limitees en la copie susdite, selonc la tenure d'icelle, et de
                   leur garder sanz damage envers le dit N[icholas], a cause de
                   leur obligacioun avantdite, et de bailler a vous l'obligacioun
                   par lui ensi affaire as ditz Dreu et H. pur le nous envoier a
                   toute la haste que faire ce pourra etc.

194

EDWARD III TO CHARLES II OF NAVARRE

P.S. Clarendon 1370


                   Tresnoble prince, nostre treschier et tresamé frere et
                   filz, nous avons receu voz bones et amiables lettres a nous
                   presentecz par noz bien améz J[ohan] de T[elly], chivaler,
                   meistre Piers de Tertre, vostre secretaire, et Sanche Lopys,
               5  vostre ussier d'armes, voz messages darreinement envoiéz
                   pardevers nous, lesquelles voz lettres et toute qanque voz
                   ditz messages ont exposéz de bouche a nous et a nostre
                   conseil de vostre part, nous avons entenduz asséz au plein.
                   Si sumes, treschier frere et filz, moult lééz et rejoiéz de cuer
             10  de ce que si bien parmy voz dites lettres come de la relacion
                   de voz messages avantditz nous avons de vostre bon estat et
                   santee, em priant a nostre seignur qu'il en doint toudis
                   continuance par sa grace. Et de nostre estat, tresamé frere
                   et filz, dont nous sumes certeins que vous orriéz volentiers

Page 267


             15  bones novelles sicome voz dites lettres font [f.266d] mencioun, vous
                   plese savoir que a la fesance de cestes nous estions tout seinz
                   et heitéz, la Dieu mercie, desirantz parfitement de cuer de
                   vous oïr continuelment de cuer semblable novelle. Treschier
                   frere et filz, vuilléz savoir que sur les choses a nous et a
             20  nostre dit conseil exposiees de par vous, par voz messages
                   avantditz, dont estoit comencéz a treter d'entre nous et vous
                   a nostre manoir de Claryngdoun, ad estéz ja plus avant tretés
                   par entre mesme nostre Conseil et voz ditz messagez, par
                   manere qui compris est en un roule quel voz ditz messages
             25  ont devers eux, pur le vous moustrer accordant a cel qu'est
                   demourant devers nostre conseil avantdite. Et, tresamé
                   frere et filz, en droit du fait de Seint Sauveour et des com
                   paignes celles parties, nous ent avons fait faire certeine
                   ordenance par manere come voz ditz messages vous saveront
             30  asséz pleinement reporter, et outre ce vous remercions par
                   especial de l'entiere affeccioun, amour et bien vuillance que
                   vous nous moustrés touz les jours, et de grand confort et
                   aide quelx vous faitez a noz gentz par de la, a cause pur
                   amour de nous, sicome il nous est bien vrayement reportéz.
             35  Et, treschier frere et filz, nous vous remercions affectueuse
                   ment [f.267a] de cuer de voz lettres de credence ore darrainement
                   a nous envoiéz escriptez de vostre main et de les choses
                   quelles vostre dit secretaire nous ad exposéz par voie de
                   credence de vostre part par vertue de mesmes voz lettres, et
             40  vous ent savons moult entierment bone gree. Si vous
                   prions, treschier frere et filz, que vostre bone affeccioun et
                   amistee veulléz toutdis envers nous continuer pur amour
                   de nous, et sicome nous fions tresparfitement de vous, car
                   ensi le ferrons nous de nostre part envers vous, nous faisant,
             45  tresamé frere et filz, assavoir la certein par voz lettres au
                   plus souvent q'il vous plerra, sibien de vostre estat come de
                   voz novelles, pur léésce et confort de nous, et aussi voz
                   voluntees fiablement de toutes autres choses quelles il vous
                   plerra pardevers nous. Et, tresnoble prince, nostre treschier
             50  et tresamé frere et filz, le seint Espirit vous veulle tous jours
                   garder. Donné soubz nostre privé seal etc.

Page 268

195

ALICE, COUNTESS OF KENT TO W. H., AUDITOR

After 1397


                   Chier et bien amé, nous vous saluons sovent et de cuer.
                   Et pur ce que sire H. Mory, jadis clerc del hostelle mon tres
                   honurable et tresredoubté seignur en son vivre, a que Dieu
                   face mercie verray, et puis nostre clerc del hostel tanque a
               5  le fest de Seint Michel darrein passéz, soy purpose pur
                   rendre son accompte de l'office avauntdit, auxi bien pur le
                   temps de mounseignur avantdit come pur nostre, c'est
                   assavoir par un an entier, de quel il [f.267b] est soulement accomp
                   table, vous mandons en priantz que vous vous ordeignéz
             10  d'oier les accomptz del dit sire H. come nostre auditour,
                   auxi bien pur nostre temps comme pur le temps de Mon
                   seignur avantdit, par le bon conseil de nostre chier et bien
                   amé esquier J. W., jadis seneschal del hostiel Monseignur
                   avantdit, et nostre seneschal del hostiel a present, fesantz a
             15  dit sire H. droit et raison sur son accompte selonc ce que
                   l'ordre d'accomptz demande, eiantz ferme et fiable ce que
                   vous ferréz en nostre nom touchantz les ditz accomptz, et
                   ceste nostre lettre vous serra pur garant. Et le seint Espirit
                   vous eit etc.


             20  De par le Contesse de Kent a W. H. son auditour.

Page 269

196

ANON TO WADHAM J.

1397-8


                   Treshonuré sire et tresentierement bien amé amy, nous
                   vous saluons tressovent et de tresentier cuer, vous remer
                   ciantz tresgrandement de les grandes favours, naturesses,
                   amistee et bone voluntee queux vous avéz sovent foiz
               5  moustréz, et moustréz de jour en autre a nostre treschier et
                   bien amé Meistre W[illiam] Langbroke, clerc du conseil
                   nostre seignur le Roy, et par especial en l'assise quel il porte
                   envers T. N. et autres pur certeines terres et tenementz en
                   Este. en le Contee de Somers', dont vous prions de la bone
             10  continuance jusques a la fin et conclusion de mesme la
                   matir. Et, treshonuré sire, come bien que, a ce que le dit [f.267c]
                   W[illiam] nous ad donéz a entendre, vous estiéz d'accorde
                   d'avoir–en la dit assise devant vous a J. le primer jour de
                   quaresme proschein venant, nientmeins pur certeins tres
             15  chargeantz busoignes touchantz le Roy nostre seignur et son
                   conseil, as quelles il covendra l'avantdit W[illiam] neces
                   sairement attendre, et il ne purra avoir la dite assise en le dit
                   primer jour de quarisme, et, pur certeines chargeantz autres
                   busoignes, il vous coviendra tantost aprés estre occupiéz en
             20  contee de Devenshire aillours, par ont vous ne purréz
                   attendre a la dite assise la seconde semaigne aprés, sicome
                   par la reporte du dit M[eistre] W[illiam] nous sumes apris,
                   vous prions treschierment que se en aucun manere vous
                   purréz avoir leiser la tierce, quarte ou quinte semaigne de
             25  quaresme, de quele par entre vous et le dit W. purra estre
                   accordéz, de tenir la dite assise devant vous, adonques
                   vuilléz en la dite assise faire le bien que vous purréz honeste
                   196-28 [196-28et par manere … envers vous = and in such a way that the said William will know and feel that this our prayer has availed him and acted as a representation as regards yourself,270ment et par manere tiele que le dit W[illiam] purra savoir et
                   sentir ceste nostre priere lui valoir et lieu tenir envers vous,

Page 270


             30  et si vous en saverons especialment bone gree. Et si chose
                   soit que faire puissons a vostre honeur et plesir, nous le
                   ferrons tres voluntiers et de bon cuer. Nostre seignur etc.
                   Escript etc. a J[ehan] Wadham un des Justices nostre
                   seignur le Roy.

197

ANON

[f.267d]
                   Treschier et treshonuré sir, nous vous saluons sovent et
                   d'entier cuer. Et vous prions treschierment que le bon
                   favour et desport que vous purréz en aucun manere honeste
                   ment faire a nostre treschier et bien amé Meistre W[illiam]
               5  L[angbroke], clerc du conseil nostre seignur le Roy, es
                   choses q'il avera affaire devers vous et vostre office, le
                   vuilléz faire et moustrer, et le plus effectuelment a cause de
                   197-8 [197-8n. v. corr: by scribe from v. n.271ceste nostre priere. Et en ce fesant nous vous saverons
                   especialment bone gree. Et si chose etc. come desus. Et vous
             10  prions que par le portour de cestes nous vuilléz certifier
                   vostre entiere voluntee touchant ceste matire.

Page 271

198

GUY, BISHOP OF ST DAVID'S TO RICHARD II

?1399


                   Treshault et puissant prince et moun tresredoubté
                   seignur, je me recommank a vostre hautesse come vostre
                   humble chapellain et oratour, desirant sovereignement de
                   tout mon coer assavoir et oier toutdis de vous et de vostre
               5  bone estat et santee entiers bones novelles, et priant Dieu
                   par sa grace que touz jours soient si parfitement et entier
                   ment bones come vostre cuer saveroit mielx deviser ou
                   souheider. Et, moun tresredoubté seignur, vous plese assa
                   voir que en droit la rumour et insurreccioun q'estoit ore
             10  tarde d'aucuns malxfaiseurs et voz rebelx en Contee d'Oxen
                   forde, je envoia vers celles parties si tost come je [f.268a] en oia un
                   vaillant et prodehomme que, par la grace de Dieu et par le bon eide
                   de vous, tresredoubté seignur, et d'aucuns voz
                   foialx liges et subgiz la entour, il est tout peiséz et mis en
             15  tranquillitee et quiete, loiéz ent soit nostre seignur. Et,
                   moun tresredoubté seignur, quant a voz liges et subgiéz de
                   vostre Citee de Lond[res] et de les Contees de Middels.,
                   Kent, Essex, Surreie, et Sux' et de touz les paijs enviroun,
                   si avant come je purra savoir et espier, ils sont trestous en
             20  bone quiete, paix et tranquillitee, merciéz ent soit nostre
                   seignur, qui les garde toutdis, en icel ove encrés de bones
                   vertues et condicions a la loie de lui et ease et comfort de
                   vous, tresredoubté seignur, et de tout vostre roialme. Mon
                   tresredoubté seignur, autres novelles ne vous say escrivre
             25  a present, més de voz voluntees et plesirs vous plese de
                   vostre hautesse et gracieux seignurie moi faire assavoir, léz
                   je sui et tout dis serra prest de parfaire de trestout moun
                   coer et poair ove l'eide de Dieu. Treshaut et trespuissant
                   etc. De par l'Evesque de seint David au Roy.

Page 272

199

GUY MONE TO RICHARD II

1399


                   Treshaut et trespuissant prince et moun tresredoubté
                   seignur, ovecque tout humilitee et reverence je me recom-
                   mank a vostre tresgracieux et tresnoble seignurie come
                   vostre humble chapellain et oratour, [f.268b] et, moun tresredoubté
               5  seignur, vous please assavoir que le Duc d'Excestre, capitain
                   de vostre ville de Caleis, est a present illoeques, et tout voz
                   souldeours et liges la sont par tout obeissantz, prestes et
                   apparaillés a ses commandementz et as commandementz,
                   sicome leur affiert pur vostre honneur et salvacioun de
             10  vostre dite ville, de voz autres officers illoeques, et toutdys
                   ont asseuréz d'estre a les comandementz, de vous, tres
                   redoubté seignur, de vostre Conseil ou de Capitain de Caleys
                   et de touz les autres officers et ministres illoeques, qui pur
                   le temps serront, sanz jammais venir au contraire; loiéz en
             15  soit lui toutpuissant, si come par la lettre de vostre Tresorer
                   de Caleys a moy ore tarde envoiee, laquelle j'envoie par le
                   portour d'icestes devers vostre tresnoble seignurie vous
                   purréz, si plesir soit a vostre hautesse, entendre plus au
                   plein. Et outre ce, tresredoubté seignur, endroit de les
             20  exequies de ma tresnoble dame la Royne, que Dieu assoille,
                   vous plese assavoir que l'endemain de la feste du Corps de
                   Crist ils estoient solempnement faitz a Westm' et celebréz, a
                   la dirigesse desquelles estient l'Ercevesque d'Everwyk, les
                   Evesques de Londres, de Wync', d'Excestre, de Norwyz et
             25  moy, et l'Abbé de Westm'; et a la messe [f.268c] de nostre dame,
                   l'Evesque de Londres qui la celebra ovec autres meistres;
                   et a la messe de requiem arraiéz en pontificale, l'Ercevesque
                   d'Everwyk qui la celebra, les Evesques de L[ondres], de
                   W[ync'], etc. avantditz et le dit Abbé et moy, mon tres
             30  redoubté seignur, si bien a la dirigee come a les messes, le
                   Mairre de vostre citee de L[ondres] ove pluseurs de voz

Page 273


                   bones communs et liges d'icelle, lesquelles sont en bone
                   paix, unitee et accorde et tout le paijs environ, si avant come
                   je purra savoir et espier, loiéz en soit nostre seignur, qui par
             35  sa puissance leur tiegne toudis en ycelle. Et auxi, mon tres
                   redoubté seignur, quant a les exequies de mon tresnoble
                   seignur vostre pere le prince, qui Dieu assoille, ils lour
                   porposent de les faire et celebrer dymenge proschein aprés
                   la feste susdite. Treshaut etc. Autres, sinon que J. Cliffort,
             40  escuier, en chivachant arméz fist la veille de la dite feste un
                   grande affraie en Londres entour unsze de la cloche en la
                   nuyt, més par icelle y n'estoit dammage, loiéz ent [soit]
                   nostre seignur, et si le Mairre lui eust pris, il lui vorroit
                   avoir envoiéz par devers vous ou emprisonéz et pris aprés
             45  de garder la pees tanque il en eust de vous, tresredoubté
                   seignur, eu autre commandement. Escript etc. de par Guy
                   Mone au Roy.

200

J. WAYTE TO THOMAS, EARL OF KENT


                   Mon treshonuré seignur, je me recommank a vous de
                   tout moun coer entier. Et vous plese, moun treshonuré
                   seignur, [f.268d] assavoir que a la fesance de cestes moun treschier
                   amy, N. G., delivera en ma presence a sire H. M[ory], clerc
               5  del hostel ma treshonuré dame vostre mere, quarant marcs,
                   queux le dit N. avoit receuz du vente de bois en la contee de
                   Nichole fait par garrant et mandement mon treshonuré
                   seignur vostre pere, qui Dieu assoille, de quelle somme,
                   monseignur, il covient le dit N. avoir. acquitance desoubz
             10  vostre seal pur son descharge en celle partie. Moun tres
                   honuré seignur, je pri a nostre seignur tout puissant etc.


                   Escript etc. de par J. Wayte au Conte de Kent seignur de
                   Wake.

Page 274

201

ALICE, COUNTESS OF KENT TO THOMAS, EARL OF KENT

1397-9


                   Honuré et tresentierment de tout moun cuer tresamé
                   filz, je vous salue tressouvent de cuer ove la benison de
                   Dieu et la moien. Et pur ce, treschier filz, que mon bien
                   amé J. P., depuis q'il avoit la charge de l'office de Receyvour
               5  en le Contee de Nichole et ailleurs biers par un an et demy,
                   il n'avoit pur celle temps de mon treshonuré seignur vostre
                   pere, a qui Dieu face sa verreie mercie, nul fee ne allowance
                   d'autres coustages par lui paiés, come il dit, de son argent,
                   de mesme pur cariage d'argent diverses foiz vers mon dit
             10  treshonuré seignur, qui Dieu assoille, sicomme il savera plus
                   au plein declarer a celluy de les voz que vous lui plerra
                   commander, si vous voudroie prier, treschier filz, q'il purra
                   estre oy a declarer les parcelles dez expenses issint par lui
                   faitz [f.269a] en le service de mon dit seignur, qui Dieu assoille,
             15  et lui ent commander faire avoir paiement selonc ce que
                   raisoun le vouldroit, soit il par assig[n]ment ou par autre
                   voie a vostre plesir. Treschier etc. je prie etc.


                   Escript de par la Contesse de Kent a soun filz le Conte de
                   Kent seignur de Wake.

202

SIR WILLIAM BEAUCHAMP, LORD BERGAVENNY TO THE COUNCIL


                   Tresreverentz peres en Dieu et mes treshonuréz sei
                   gnurs, je me recomank a vous tresentierment de tout moun
                   cuer, desirant toudis assavoir et oïr bones et confortables

Page 275


                   novelles de vostre bone santee et de la prosperitee de voz
               5  honurablez estatz. Si prie a nostre seignur q'il m'en doint
                   tous fours tieles et si tresentierment bones come moun cuer
                   desire. Et, mes treshonuréz seignurs, si tresacertes come je
                   puisse de tout mon cuer je vous supplie q'il vous plese
                   donner audience, et sur ce ferme foy et credence, a moun
             10  treschier escuier, J. P., portour d'icestes, en ce q'il vous
                   dirra de ma part, et sa dite credence acomplir en ce qu'en
                   vous est, sur la tresentier affiance que j'ay en vous.


                   Tresreverentz etc. De par W[illiam] de Beauchamp as
                   seignurs du Conseil du Roy etc.

203

THE TREASURER, GUY MONE, TO THE WARDENS OF SOUTHAMPTON

1397-8


                   Chiers et bien améz, pur ce que nous envoions a present,
                   a certeins noz amys es parties de dela, un petit barelle estufféz
                   ovesque un hanape et le covercle d'or et un autre hanape
                   ove la covercle d'argent susorréz, un eawer d'or et un autre
               5  eawer d'argent susorréz de noz propres, quele barelle serra
                   eskippéz par C. P., Florentyne, [f.269b] en porte de Southhamptone,
                   en un des carrakes illoeques vers les parties susdites, vous
                   mandons par tant en chargeant que le barelle ensi estuffiéz
                   ovecque les hanapes et eawers susditz souffréz passer en
             10  un des ditz carrakes vers les parties avantdites, sanz custume
                   ent prendre al oeps nostre seignur le Roy ou autre destour
                   bance queconque. Et cestes noz lettres vous ent serront
                   garrant. Escript etc. de par Guy Mone, Tresorer d'Engle
                   terre, as Gardeyns du porte de Southhamptone.

Page 276

204

ANON

1398-9


                   Chier amy, depuis que certeins tonelx de vin covendront
                   necessairement estre achatéz et purveus hastivement a les
                   chastelx de Cestre, Holt et Maydencastel pur les dispenses
                   de l'oustelle du Roy nostre tresredoubté seignur illoeques,
               5  et nous–que par noz lettres patentes desoubz nostre seal
                   vous avons ordeignéz et constitutéz Receivour de toux le[s]
                   chastelx et seignuries ove leur appurtenances queux feurent
                   a Ric[hard], nadgairs Cont d'Arundelle, en la principaltee
                   de Cestre et en Gales, les queux sont au Roy nostre dit
             10  seignur forfaitz, et ce en eide et pur les despenses en partie
                   de l'oustel de mesme nostre seignur le Roy et autres charges
                   en celle partie–vous mandons, par tant de par nostre dit
                   seignur le Roy fermement en chargeant, que a les mer
                   cheantz, des queux les ditz vyns serront ensi achatéz, faitez
             15  faire avoir de temps en temps prest paiement ou [f.269c] seurtee
                   suffisant pur mesmes les vyns, selonc ce que vous ent
                   serréz garniz par le Botiller du Roy nostre dit seignur
                   ou son lieutenant en celle partie, sanz excusacioun que
                   conque a cause d'aucuns annuitees ou grantes faitez par
             20  nostre dit seignur le Roy en la principaltee susdite, par ensi
                   que defaute ne soit trovéz en vous de riens que a vostre
                   office appartient, et que le dit busoigne ne pregne targier
                   ne delaie a cause de nounpaiement ou seurté suffisant en
                   celle partie, et que defaut trovéz ne soit en vostre accompt
             25  touchant la matire avantdite sur le peril que ent purra
                   avenir, et come vous desiréz l'onneur et estat de nostre
                   seignur le Roy garder. Escript.

Page 277

205

ANON TO JOHN BURGHILL

c. 1398


                   Chier et bien amé, moustréz nous ad nostre bien et amee
                   A[lice] E[ngleys], nadgairs femme a R[ichard] E[ngleys],
                   qui Dieu assoille, en compleignant coment, par la ou elle
                   ad eeu de long temps, et deust avoir de droit durante sa
               5  vie, l'office de la serjantie del eawe de la marine deinz les
                   franchises de la ville de Bristuit–par vertue de les lettres
                   patentes de le tresnoble Roy Edward, que Dieu assoille, et
                   de la, Royne Phelippe, que Dieu assoille, nadgairs ent faitez
                   as ditz R[ichard] et A[lice] durant leur deux vies, et con
             10  fermees par nostre seignur le Roy, q'ore est, sicome par les
                   lettres patentes de les grant et confirmacioun susdites purra
                   plus pleinement apparoir–vous avéz [f.269d] ousté la dite Alice et
                   destourbéz de la dit office nonduement et encontre le effect
                   et purport de les lettres patentes avantdites, a tresgrand
             15  damage de mesme celle Alice et anientissement de son
                   estat, dont ele nous ad suppliéz de remedie et de vous
                   escrire par celle cause, si vous prions par tant en chargeant
                   de par le Roy nostre dit seignur, que toutes excusacions
                   cessantes, soiéz devant le Conseil nostre dit seignur le Roy
             20  a Westm' a la quinsizme de seint Michel prochein venant,
                   sanz defaut, pur lors moustrer devant mesme le Conseille
                   si rienz avéz pur vous ou savéz dire purquoy la dite Alice
                   ne deust avoir et rejoier la dit office de serjantie selonc le
                   purport de les lettres patentes avantdites. Et ce ne vuilléz
             25  lesser. Escript etc.

Page 278

206

?THE TREASURER TO OFFICIALS

?1398


                   Chiers et fiables amys, nous vous prions, en chargeant de
                   par le Roy nostre tresdoubté seignur, que, de les deniers que
                   vous avéz entremains et de les primers deniers provenantz
                   de vostre office, facéz faire prest paiement au Duc d'Exces
               5  tre, ou a son attorné en son nom, selonc le purport de les
                   tailles a lui assignéz estre paiéz [f.270a] par voz mains sanz defaut
                   queconque, receivantz devers vous mesmes les tailles pur
                   vostre aloueance en celle partie, et ce ne vuilléz lesser.
                   Escript.

207

ANON TO RICHARD II

May 1399


                   Treshaut et trespuissant prince et mon tresredoubté
                   seignur, ovec toute humilitee et reverence je me recomank a
                   vostre tresnoble seignurie come vostre humble chapellein
                   et oratour. Et, mon tresredoubté seignur, pur ce que je
               5  tiegne et say de certein que de la prosperitee et bone
                   governance de vostre ville de Caleys vous orriéz voluntiers
                   et de bone coer, plese a vostre hautesse entendre que par
                   yce dimenge, le unzisme jour de cest present moys de may,
                   vostre Tresorer de Caleys venist de la et m'ad dit de certeine
             10  que selonc vostre gracieus commandement parléz devant
                   de lui et de moy vostre dite ville est bien et pleinement
                   estoréz de frument, de chare, de pissons et de vyn et de
                   toutes autres vitailles necessairs pur l'an proschein, et mys
                   en bone tranquillitee et governance, merciz en soit nostre
             15  seignur Dieu. Et outre ce, mon tresredoubté seignur, pur ce

Page 279


                   q'il estoit ore tarde certifiéz a voz humbles et foialx les
                   seignurs et autres de vostre Conseil q'il y avoit sur la mere
                   grand nombre d'ennemys que fesoient grand damage et
                   robberies a voz lieges et merchantz passans par la mere,
             20  depuis que vostre dit Conseil [f.270b] estoit enforméz q'ils ne
                   feurent de les parties de France, Flandres ne d'autres paies
                   comprises deinz les trieues, ne de vostre alliance ne affinitee,
                   més de les ennemys Freziers, ils ont ensi ordeignéz, que
                   dedeinz brief temps vous orréz de eux tielx novelles que
             25  serront plesantz a vous, treshonuré seignur, et a tout vostre
                   roialme par la grace de nostre seignur. Et aussi, mon tres
                   redoubté seignur, le Mairre de vostre citee de Lond[res]
                   ad empris devant vostre dit Conseil de queconque q'il
                   purra forfaire envers vous que durant son temps de Maireal
             30  tee, mesme vostre citee serra bien et honestement governee,
                   sanz aucun riet ou rumour en icelle, ove la grace de lui tout
                   puissant. Treshaut et trespuissant prince et mon tresre
                   doubté seignur, autres novelles ne say que sont a escrire a
                   present a vostre gracieus seignurie, més de voz voluntees et
             35  plesirs vous plese de vostre noblesse toutdis me faire
                   assavoir et commander, lesqueles je sui, et tout temps serra,
                   prest de parfaire et parfournir de tout mon petit poair ove
                   le grace de Dieu et la benoite Trinitee, qui vous maintiegne
                   en honneur et vous ottroie bone vie et longue al honur et
             40  plesance de lui et proufit de vostre poeple. Escript etc.

208

RICHARD II

1389

[f.270c]
                   Treschier et bien amé, come nous éons donnéz et grantéz
                   a nostre amé clerc Thomas W[eston] la prebende de Estone
                   en G[ordan] en l'esglise cathedrale de W[elles], laquelle

Page 280


                   prebende est ja voide, a ce q'est dit, et appartient a nostre
               5  donisoun par raison des temporaltees de l'eveschie de mesme
                   l'esglise nadgairs esteantz en noz mains, a avoir ovec les
                   droitures et appurtenances queconqes, vous mandons que
                   sur ce facéz faire noz lettres de garant a nostre Chanceller
                   pur ent faire avoir au dit T[homas] noz lettres desoubz nostre
             10  grand seel, tielx comme appartiegnent en due forme.


                   Donné en absence de nostre signet desoubz le signet de
                   nostre treschiere compaigne la Royne etc.

209

THE JUSTICE OF SOUTH WALES TO HENRY, PRINCE OF WALES

?1401


                   D209L1 [D209L1] redoubte281Mon treshonuré, tresredoubté et puissant Prince, a vostre
                   209-2 [209-2je om.281D209L2 [D209L2] recomans281hautesse treshumblement je me recomanc, a laquele plese
                   D209L3 [D209L3] d'icestes281assavoir que a la faisance de cestes vostre paijs de Southe
                   gales estoit en asséz bone paix, Dieu mercie. Et pur tant
               5  que je sui enformé que pluseurs patentes sont grantéz as
                   diverses gentz, come plus a plein serra declaré a vostre
                   hautesse par vostre Chamberleyn de Southgales, lequel vint
                   devers vous tant pur ceste matire come pur autres, a qui
                   D209L9 [D209L9] moy me281vous plese doner credence, et sur ce moy mander vostre
             10  209-10 [209-10je om.281D209L10 [D209L10] puisse281bone plesir a fyn [f.270d] que je puis estre pleinement enformé
                   D209L11 [D209L11] avant281devant la session de vostre voluntee en les matires susdites.
                   D209L12 [D209L12] moy me281Et selon mon petit avys moy semble que bone ordennance
                   D209L13 [D209L13] quelx que281serroit que ceulx quelx ont aucuns possessions en cest pais
                   duissent demourer sur la sauve garde du dit pais, ou autre
             15  ment que les proufitez au meins feussent mys sur la sauve
                   garde susdite. Et, moun treshonuré seignur, quant est de
                   D209L17 [D209L17] tiel281moy je sui prest pur vous faire atiel service comme est en

Page 281


                   ma puissance affaire, méz que j'ay commandement de moun
                   tresredoubté et sovereigne seignur vostre pere. Em priant
             20  D209L20 [D209L20] etc. 243 adds: De par un Cont a mounsire le Prince282etc.

210

ANON TO ?HENRY, PRINCE OF WALES

?1401


                   Mon tresnoble, tresreverent et trespuissant seignur, je
                   me recommande a vostre puissant seignurie en tant come je
                   say ou puisse. Et plese a vostre seignurie a entendre que
                   moy est certifié de certeinetee que O[weyn] de G[lendour] et
               5  R. de B., ovec grande nombre et multitude de gentz rebelx,
                   ont estéz ycest jour al sepulture de deux escuiers de la
                   seignurie de C., qui feurent occis a vostre darrein viage ore
                   en Gales, et ils gisont ove lour houstez yceste nuyt un
                   leege de ceste part de le B., et lour purposent de venir et
             10  destruir ma pais ove la seignurie de B. et ove la seignurie de
                   C., je ne scay de certein lequel. Pur quoy, trespuissant
                   seignur, vous plese [f.271a] d'estre avisé de ceste matir par vostre
                   sage Conseil et par ycel faire ordinance par lour bone avys
                   et discrecioun, entendant, mon tresnoble seignur, que je
             15  n'ay ovec moy que poy de gentz Englois de faire aucune
                   chivachié sur eux. Nientmains par aide de gentz de ma pais
                   je ferra ma diligence et peine en resistence de les rebelx
                   susditz tanque meillour eide viegne de par vous, trespuis-
                   sant seignur. Et, treshonuré seignur, si les ditz rebelx lour
             20  veullent treier plus avant en Southg[ales] ou en autre pais,
                   vostre Conseil a conisance asséz de certeins lieux ou ils
                   purront estre encontréz. Mon tresnoble etc. des autres
                   nouvelles que je avera de jour en autre je ferray certifier a
                   vostre trespuissant seignurie. Et je prie a la benoite Trinité
             25  q'il vous eit etc.


                   Escript.

Page 282

211

?HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON


                   Treschier et bien amé nous vous saluons souvent de
                   cuer, et vous esmercions chierement de le bon eide et
                   D211L3 [D211L3] bien a bien amee283soccour queux vous avéz fait a noz chiers et bien améz
                   oratours, les priour et covent de C., en un plee quel J.
               5  M., priour d'une measoun de Chartehous et deinz l'isle de
                   M., ad moevé encontre eux noundeuement come nous
                   sumes enforméz, vous em priant de vostre bone et tendre
                   continuance, come nous nous fions de vous, si que, d'attant
                   vous purréz, noz ditz oratours ne soient mys a tort par
             10  nully que ce vorra attempter encontre reasoun, et si nous [f.271b]
                   ferréz tresgrant plesir, par ont nous vous volons scavoir
                   bone gree en temps a venir. Donné

212

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON

1402


                   Treschier et bien amé, nous vous saluons souvent de
                   cuer, et vous prions chierment que vous soiéz aidantz et
                   assistantz a nostre bien amé chapellain J. M., portour de
                   cestes, en ce q'il avra affaire en pursuiant nostre droit de le
               5  D212L5 [D212L5] prisonage des Piers283personage de S. Piers juxt la Haute Croice dedeins nostre
                   citee de Cestre, au quelle esglise nous lui avons presentéz, et
                   si nous purréz faire plesir.


                   Donne etc.

Page 283

213

?HENRY, PRINCE OF WALES TO A BISHOP

1402


                   Reverent pere en Dieu, nous [vous] saluons souvent et
                   vous esmercions de la bone esgarde que vous avéz eeu a
                   noz lettres et priers quelles nous vous avons nadgairs
                   envoiéz et faitz pur nostre amé chapellain, J[ohan] C[rissenale], lequel noun avons presenté a l'esglise de Seint Piere
                   juxt la Haute Crois deinz nostre citee de Cestre, et vous
                   prions treschierment que a mesme nostre chapellain, qui
                   s'en va de present devers vous a cause de pursuir le dit
                   besoigne, vous vuilléz faire et moustrer tout le ease et
             10  favour que de loy et raisoun faire purréz en salvacion de
                   nostre droit. Et nostre sire etc.

Page 284

214

ANON TO THE KING


                   Treshaut et puissant et mon redoubté seignur sove
                   reigne, je me recommande a vous tant et si obeissantement
                   que en nulle manere plus puisse. Et sui tresdesirans de vostre
                   tresnoble [f.271c] estat et hautesse tous jours estre acerteiné en
               5  bien, que nostre sire en pardurable prosperitee parmain
                   tiegne a voz plesirs. Et si de courtoisé vous plese assavoir de
                   mien, au façoun d'icestes j'estoye sain de ma persone,
                   mercié ent soit nostre sire, que pareillement vous ottroie a
                   tout heure. Et, treshaut et puissant et mon redoubté seignur
             10  sovereigne, j'envoie presentement par devers vostre hau-
                   tesse moun bien amé vadlet, J. de B., de certeines busoignes
                   que je lui ay commis pur vous exposer de bouche, enfour
                   méz bien au plain, a qui vous please adjouster foy et
                   créance en ce q'il vous moustrera touchantz les busoignes
             15  avauntdites. Treshaut etc.

215

ANON TO HENRY, PRINCE OF WALES

c. Nov: 1401


                   Treshaut et puissant Prince, mon treshonuré tresre
                   doubté et tresgracieux seignur, je me recommans a vostre
                   treshaute et tresgracieuse seignurie auxi humblement de
                   tout mon entier et loial cuer, comme nul homme lui purra
               5  en aucune manere plus humblement recommander a son
                   treshonuré, redoubté et gracieux seignur, desirant toutdis
                   de tout mon coer d'oier et scavoir auxi bones et gracieuses
                   novelles de vostre treshaut estat, come unqes feurent oïez de
                   nulle prince du monde, lesqueles je prie a nostre seignur
             10  tout puissant q'il, par sa tresgrande benignitee, veulle tous
                   jours mainteigner et augmenter en tant de honneur, joie et

Page 285


                   prosperitee de cuer et corps, come [f.271d] nul coer terrestre sceit
                   mielx deviser, penser ou souhaider, a vostre meilleur ease
                   et plesa[n]ce au cuer. Treshaut et puissant prince, moun
             15  treshonuré, tresredoubté et tresgracieus seignur, voz
                   treshonurablez et tresamyablez lettres, quelles vous ad
                   pleu m'envoier par le portour d'icestes, je recevoie de
                   treslee coer, mais par la contenue d'icelles j'entendoie de le
                   trespassement de moun treschier cousin, Mounsire Hughe
             20  le Despenser, qui Dieu assoille par sa grande mercie, et je
                   sui trope dolent, et ce en bone foie, a cause de la disease et
                   molestee que je croie que vous en prendréz. Nientmeins,
                   moun treshonuré, tresredoubté et tresgracieux seignur,
                   come ainsi soit que par la disposicioun de Dieu nulle mortel
             25  celle chemyn purra eschuier, vous supplie de trestout moun
                   coer que vous ne veulléz trope en molester ne grevouses
                   pensees en prendre. Car selonc vostra commandement j'ay
                   parlé au Roy vostre pere, moun souvereigne seignur, de
                   vous faire avoir un honneurable et sufficiente persone en
             30  lieu de mon dit cousin, et aussi ay a lui moevéz de lez trois
                   persones en especial dont voz dites lettres font mencioun,
                   et il me respondist q'il ne puet si sodeignement estre plaine
                   215-33 [215-33] corr: by scribe from avisez plainement286ment aviséz, més q'il lui en bien avisera en toute haste par
                   tiel manere q'il serra pur vostre honneur et proufit, si Dieu
             35  plest. Au quel fin je ferray [f.272a] toute l'instance continuele que
                   je say ou puisse. Et si tost comme il soit pleinement aviséz
                   d'aucune certeine persone, je vous en certifieray en toute
                   haste, lequel je ne puisse faire au present a cause de la hastif
                   retour de vostre dit message. Et touchant la grant de vostre
             40  castelle de Cardigan, s'aucune autre persone vorroit pursuir
                   au Roy pur mesme l'office, vous plese assavoir, moun tres
                   honuré, tresredoubté et tresgracieux seignur, que je en
                   ferraie vostre commandement selonc l'effect et purport de
                   la contenue de voz lettres avantdites. Et, treshaut et puissant
             45  prince etc., de voz honurab[l]es plesirs, voloirs et com
                   mandementz, ove lesqueles je puisse ou scey vous faire
                   service, vous plese moy tout dis certifier come a celui qui
                   en bone foie serray tous jours prest de les accomplir de
                   trestout mon loial pouoir et scavoir, de tresjoieux coer et

Page 286


             50  tresentiere voluntee. Et le bonoit filz de la vierge Maire,
                   treshaut etc., vous doint tresbone vie et longue en hon
                   neure etc. Escript.

216

HENRY IV TO HENRY, PRINCE OF WALES

1402


                   Treschier et tresentierment bien amé filz, nous vous
                   saluons de tresentier cuer ove la benisoun de Dieu et la
                   nostre. Et pur ce que l'affions bien que pur vostre consola
                   cioun vous desirés d'estre souvent acerteinéz de nostre
               5  estat, nous vous signifions que au departir de cestes nous
                   estions en bone santee de nostre persone, mercié en soit
                   nostre seignur, qui par [f.272b] sa grace ce vous ottroit. Treschier
                   et tresamé filz, nous escrivons de present par la portour
                   d'icestes a noz treschiers et foialx cousins, les Contes
             10  d'Arundelle et de Staffort, q'ils ovec tout leur poair soient
                   assistantz, aidantz et vous supportantz pur resistre a la
                   malice de noz rebelx en paijs de Gales. Et pur ce a la resis
                   tence d'icelles mettre veulléz vostre entiere diligence, par la
                   deliberacioun et avys de ceulx de vostre Conseil, en nous
             15  signifiant de temps en temps de vostre esploit au fin que

Page 287


                   nous vous puissions esforcier ovec nostre pouair si busoigne
                   soit. Treschier etc. nostre sire vous eit en sa seint garde.


                   Donné etc. De par le Roy au Prince.

217

THE DUKE OF MILAN TO A BROTHER-IN-LAW


                   Treschier et honneuré frere, tous jours sui tresdesirans
                   de scavoir vostre bon estat et santee, que nostre sire Dieu
                   veulle prosperer et parmainteigner, sicomme vostre coer
                   vouldroit, et comme le desir de ma persone. Et pur ce vous
               5  prie, tant chierment que je puisse, que le plus souvent que
                   vous savéz aucunes de ça vous m'en veulléz par voz gra-
                   cieuses lettres acerteiner, et en ce, certes, vous me ferrés
                   tresparfait et entier plesir. Et, treschier et honneuré frere,
                   s'il vous plaist assavoir de mien, j'estoie en tresbon point a
             10  la facioun de ces lettres, la mercie nostre seignur, qui ce
                   par sa seinte grace [f.272c] vous veulle ottroier a vostre bon
                   souheit et plesir. Et, treschier et honuré frere, se par de ça
                   vous plaist chose que je puisse fiablement, me le vuilléz
                   faire savoir et en verité je le ferray tresvoluntiers et de bon
             15  coer. Treschier etc.


                   De par le Duc de Milan, Conte de Pavie et de Vertus,
                   Seignur de Pise, Sens et Perouse.

Page 288

218

THE KEEPER OF A WELSH CASTLE TO HENRY, PRINCE OF WALES

?1402


                   Tresexcellent, tresredoubté et puissant seignur, je me
                   recommande a vostre treshaute seignurie en tart come je
                   puisse et scay ou sui digne. Tresexcellent seignur, plese a
                   vostre tresredoubté seignurie assavoir que W. de G., traiture,
               5  a esté le marsdy darrein passé a C. el contee de K., et l'ende
                   main il venoit devant le chastelle de M. ovec tout sa pouoir,
                   ou je estoie demourrant, pur moy assailler, come le portour
                   d'icestes vous scavera dire plus pleinement de bouche,a
                   qui je supplie en tant que je ose de donner foye et credence.
             10  Et tresexcellent seignur etc. nostre seignur etc.


                   Escript etc.

219

HENRY IV TO HENRY, PRINCE OF WALES


                   Treschier et tresentierment biers amé filz, nous vous
                   saluons tressouvent. Et pur ce que nostre bien amé serviteur,
                   T[homas] M., nous a enfourméz coment aucuns de voz
                   officers ont seiséz en voz meins une mees et une carué de
               5  terre ove les appurtenances du dit Thomas en G. en Conté
                   de M., noundue [f.272d] ment, a ce que le dit Thomas nous a
                   enforméz, si vous prions chierement que vous vuilléz
                   chargier ceux de vostre Conseil de lui pur comuner ovec
                   nostre Conseil a Lond[res] sur la dite matire entour le fest
             10  de C., et sur ce determiner selonc droit et raisoun sanz autres
                   custages ent affaires par plé ou autre voie. Treschier.


                   219-12 [219-12] presumably a mistake for Roy.289De par le Prince.

Page 289

220

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON


                   Treschier et bien amé, nous vous saluons souvent. Et
                   pur ce que nostre amé vadlet et servitour, A. de B., ad
                   nadgairs mariéz A. N., vostre niece de Londres, laquelle A.
                   devant son mariage fuist trovéz et sustenuz a voz costages
               5  de certein rent quel vous avéz en Lond[res], si vous prions
                   chierment que vous vuilléz continuer vostre bone volentee
                   devers la dite A. come vous avéz fait devant ces heures, et
                   220-8 [220-8a cause…mariéz = because she has married our servant290le mielx si vous purréz bonement, a cause que nostre servant
                   ele ad mariéz, en aide et avancement des ambedeux, et de
             10  nostre part nous lour volons estre bon seignur.


                   Donné de par le Prince.

221

HENRY, PRINCE OF WALES TO WILLIAM OF WYKEHAM


                   Reverent pere en Dieu, nostre treschier et biers amé,
                   nous vous saluons tressouvent et d'entier cuer, et vous
                   prions treschierement que, a la reverence de Dieu et de
                   nous et par consideracioun de nostre priere, vous vuilléz [f.273a]
               5  recevoir R. de H., frere a nostre amé serviteur A. de B., en
                   vostre Colle[ge] de W[incestre], si vous purréz bonement
                   faire, a avoir en tiel sustenance et apris come autres enfantz
                   ont dedeinz vostre college susdit, et nous vous volons ent
                   mercier et savoir bone gree. Reverent pere en Dieu etc.

Page 290

222

HENRY, PRINCE OF WALES TO AN ECCLESIASTIC


                   Treschier et bien amé en Dieu, nous vous saluons tres
                   souvent. Et pur ce que nous avons certeins clercz des queux
                   nous desirons entierement l'avancement, vous prions
                   treschierment que vous nous vuilléz granter la proscheine
               5  voidance d'une des esglises de vostre collacioun pur
                   l'avancement d'un de noz clercz, et nous volons faire
                   léément autre foitz chose a vostre priere que vous purra
                   tant plaire en cas semblable ou autre. Treschier etc.


                   De par le Prince.

223

HENRY, PRINCE OF WALES TO AN ABBOT


                   Treschier et bien amé en Dieu, nous vous saluons
                   tressouvent. Et pur ce que nous sumes enforméz qu'il y a
                   un homme dedeins vostre Abbacie que sceit faire grande ease
                   as gentz que sont travailliéz et grevéz ovec la maladie
               5  appellee ciatica passio, nous envoions par devers vous nostre
                   treschier clerc Meistre W[illiam] de F[erriby], nostre Chan
                   celler, qui souffre tresgrandez peines et diseases de la dite
                   maladie, vous em priant treschierment de nostre entier
                   coer [f.273b] que vous lui vuilléz faire dedeinz vostre dit Abbacie
             10  l'ease, disport et confort queux vous bonement purréz,
                   a la reverence de nous et par consideracioun de nostre
                   present priere, sicome nous nous fions de vous. Et nous
                   vous volons ent mercier et especialment bone gree savoir
                   en temps a venir. Et nostre seignur etc.


             15  De par le Prince.

Page 291

224

HENRY IV TO HENRY, PRINCE OF WALES

Before Aug: ?1401


                   Treschier et tresentierment bien amé filz, nous vous
                   saluons d'entier cuer ove la benison de Dieu et la nostre.
                   Et pur ce que nous tenons que continuelment desiréz
                   d'oier bones nouvelles de nostre estat, nous vous signifions
               5  pur vostre consolacioun que au departir de cestes nous
                   estions en bone santee de nostre personne, merciéz ent soit
                   nostre seignur, que pur sa mercie ce vous ottroit. Tresamé
                   filz, comebien que, a ce que ententu avons, vous avéz
                   escript a nostre foial chivaler, J. de S., pur venir devers
             10  vous, nous nientmeins lui avons fait demorer devers nous
                   pur le temps, considerans que a vostre venue par devers
                   nous ore a feste de l'assumpcioun de Nostre Dame prochein
                   vous purréz bien parler a nostre dit chivaler ce que vous
                   please, qui y serra a icelle temps. De par le Roy au Prince.

225

ANON


                   Treschiers et tresamés cousins, pur le tresgrande desir
                   que j'ay de tousjours oier et savoir bonnes novelles de vostre
                   bon estat et santee, je [f.273c] escrips pardevers vous par le portour
                   d'icestes, vous em priant treschierment q'il vous en plaise
               5  moy souvent rendre certeineté, le benoit filz de Dieu vous
                   doint continuer en si bone prosperitee que je vouldroie pur
                   moi mesmes. Et, treschiers et tresamés cousins, tant q'est
                   de mon estat, du quel je tiens que par vostre curtoisie
                   volentiers orriéz en bien, please vous assavoir q'il y a pleu
             10  a nostre seignur que a jour de huy moy deliverer d'une belle
                   fille a la saintee de moy et d'elle. Treschiers et tresamés
                   cousins, si chose est que faire puisse a vostre plesance,
                   escripsiéz a moy fiablement et je le ferray de tresbon cuer.
                   Je pri a le benoit etc.

Page 292

226

JOHN CHARLTON, LORD POWYS, TO HENRY, PRINCE OF WALES

June, 1401


                   Mon treshonuré, tresnoble et puissant seignur, je me
                   recommande a vostre noblesse si avant come je scay ou plus
                   puisse des honneurs ove touz maniers dez reverences, et
                   plese a vostre dit noblesse entendre convent yce lundy
               5  darrein en chivauchant ove mes gentz sur les montaignes de
                   mon paijs de Powys, et je me departi mes gentz as diverses
                   parties de M. bien a cccc. archiers, et sur ce en alantz vers
                   celles parties, ils avoient veue de Oweyn et ses gentz en les
                   montaignes, ou les espiez des miens certifierent devant
             10  226-10 [226-10et archiers Perhaps gentz has been omitted.293mains de lour estre illoeques, et maigntenant mes ditez et
                   archiers a poy lui approcherent, [f.273d] supposantz d'avoir la
                   bataille de lui, et quant le dit Oweyn et ses ditz adherantz
                   véérent mes ditez gentz hastivement approchantz a lui es
                   ditz montaignes, il fuast et touz ses gentz ovec lui, et mes
             15  gentz eux chacirent forciblement tanque a nuyt si q'ils
                   estoient disparpoillés es diverses parties, vets queux je
                   [ne] say en certein a present, més a ce que on dit vers K., en
                   quelle chace estoient prises certeine del armure du dit O[weyn],
                   certeins chivalx et lances, et un drape de teille, peinte dez
             20  pucelles ov rouges mains, et son henxman, lequele je
                   intende envoier a nostre seignur le Roy vostre pere. Et
                   celle nuyt j'estoie loggéz mesmes ovec mes autres gentz a
                   M., gaitant celles parties et les mettant en governance pur
                   doubte des rebelx avantditz si q'ils n'entrent illoeques. De
             25  quel drape issint painte je vous envoie un quantitee par le
                   portour d'icestes et le remenant ay envoié a nostre seignur le
                   Roy vostre pere susdit. Et si rien vous please devers moy
                   que faire puisse al honneur et plesir de vous, voz tresnobles
                   comandementz please a vostre noblesse le moy tout temps
             30  commander come a le vostre. Treshonuré etc.


                   De par J[ehan] Charletone a le Prince.

Page 293

227

HENRY IV TO ANON

Sept: 1401


                   Treschier et foial cousin, nous vous saluons sovent. Et
                   pur ce que par pluseurs lettres et reportez des [f.274a] messages
                   créables nous sumez certeinement enforméz que Oweyn
                   Glendor et autres noz rebelles de nostre pais de Gales, ja
               5  tarde levéz encontre nous et nostre majestee, se sont
                   assemblés a grant nombre, et de jour en autre facent plu
                   seurs grevances et destruccions sur noz foialx lieges
                   illoeques qui ne veullent consentir a lour malveis purpos, en
                   taut que par tiele cohercioun grande partie de la dite nostre
             10  paijs et les marches d'icelle dedeinz brief se rendront a
                   mesmes noz rebelles si nous ne y soions en nostre personne
                   pur resistre a leur malice, si nous volons al eide de Dieu
                   succourer et supporter noz ditz liges, nous nous avons
                   ordeignéz de nous remuer pur celle cause de nostre manoir
             15  de K., ou nous sumes de present, mescredy prochein vers
                   nostre ville de S. ou nous serrons, si Dieu plest, samady le
                   primer jour d'octobre proschein a venir, pur nous illoeques
                   transporter en nostre dit paijs de Gales pur resistre a noz
                   227-19 [227-19treschier twice294ditz rebelx. Par quoy escript avons a nostre treschier et

Page 294


             20  tresamé le Prince par noz autres lettres, en lui priant par
                   icelles et chargeant sur nostre benisoun de mettre sagement
                   sa diligence par la bone avys de vous et d'autres de sa
                   compaignee de conforter et defendre a soun pouoir en le
                   moen temps noz subgiéz et les siens, par resistence a [f.274b] faire
             25  encontre noz susditz rebelles, en salvacion de les estatz de
                   nous, de nostre dit filz et de nostre roialme. Vous prions
                   par tant, treschier et foial cousin, que vous vuilléz faire
                   ainsi vostre devoir en ceste partie, que matier nous soit
                   227-29 [227-29que matier . . . gree = that there may be cause given by you for us to be grateful to you.295par vous ministree de vous en scavoir bone gree, en nous
             30  signifiant de jour en autre les novelles que vous averéz de
                   noz ditz rebelles et de vostre exploit envers eux, laquele
                   nostre seignur par sa haute puissance veulle estre bone et
                   nous en doint hastivement oïr bones novelles. Donné etc.
                   de par le Roy.

228

HENRY, PRINCE OF WALES TO A BARON

Before Nov: 1401


                   Treschier et tresamé cousin, nous vous saluons tres
                   sovent et d'entier cuer, en vous signifiant que a cause de
                   grand rumour et disobeisance que nous oions a noz tenantz
                   et subgiéz de les parties de Southgales, qui regardent d'avoir
               5  une novelle rebellion et ensurreccioun de jour en autre, et ne
                   veullent riens paier a cause de ce de lour duetees, coment
                   nous est sovent reportéz, einz attendent et trovent voies et
                   subtilitees de delay si aucun tiel change aviendroit, que
                   Dieu defende; nous, du commandement du Roy nostre
             10  tresredoubté seignur et pere et en eschuant tielx maniers
                   perilz que purront avenir, avons ordeigné et assigné nostre

Page 295


                   treschier [f.274c] cousin H[ughe] de D[espenser], nostre maistre,
                   et ovec lui certeins autres de nostre Conseil, d'aler devers
                   celles parties, si bien pur tenir les Sessions, come pur justifier
             15  et mettre le paijs en meilleure governance, en salvacioun de
                   nostre seignurie dedeins celles parties, qu'est semblable,
                   come nous sumes enformés, d'estre destruit pur defaut de
                   bone governance et deue justificacioun, et nous de perdre
                   nostre profit d'icelle pur tousjours si meilleure ordeigne
             20  nance ne soit ent fait par temps. Sur quoy nous avons fait
                   faire une novelle commission, en laquelle nous avons
                   associé nostre dit cousin et vous de tenir les dites Sessions
                   ceste foitz, vous em priant que vous y veulléz estre a mesme
                   le temps si vous le purréz bonement faire, si que par vostre
             25  presence noz dites Sessions purront le mielx estre tenuz et le
                   plus forciblement a noz honneur et proufit, lesqueles Ses
                   sions commenceront lundy proschein aprés la feste de
                   N[oel]. Et vous prions treschierment, treschier et tresamé
                   cousin, que de vostre pleine intencioun en cest fait nous
             30  veulléz certifier en haste par voz lettres si vous y veulléz
                   estre ou noun. Treschier etc.


                   De par le Prince a un Baroun.

229

HENRY, PRINCE OF WALES TO A BARON


                   Treschier et tresbien amé, nous vous saluons [f.274d] tres
                   sovent et d'entier cuer. Et pur ce que nous sumes enforméz
                   que l'esglise de K., qu'est en vostre patronage, se novelment
                   voida par la morte de la darrein person d'icelle, vous prions
               5  treschierement de nostre entier cuer que, pur amour de
                   nous et par consideracioun de ceste nostre priere, vous
                   vuilléz avoir nostre amé chapellain, R. de H., recommendéz
                   a la dite esglise, et lui grantier ent voz lettres de presente
                   ment, si vous le puisséz bonement faire sauvant vostre
             10  estat, et nous volons faire autrefoitz aussi léément chose a
                   vostre priere en cas semblable, si vous vuilléz desirer
                   aucun de noz benefices pur un de les vostres. Treschier etc.


                   De par le Prince a un Baroun.

Page 296

230

HENRY, PRINCE OF WALES TO A KNIGHT

?1401


                   Treschier et bien amé, nous vous saluons tressouvent et
                   d'entier cuer. Et pur ce que certeines rebelles de nostre
                   conté de M. et autres gentz de Oweyn de Glendourdy ont
                   ore tarde torcenousement tuéz et murdréz nostre loial
               5  serviteur et officer, N. de C., et sont fuéz en vostre paijs
                   de Powys et y sont receptéz a present, et le dit Oweyn, aussi
                   que nous sumes enforméz, vous prions treschierment que
                   vous [f.275a] veulléz faire et mettre vostre entier pouoir d'eulx
                   prendre, sicome nous fions de vous, affin q'ils purront estre
             10  chastiéz et punéz selonc ce q'ils ont deservi, ou autrement il
                   ne covient a nul Englois des ore en avant estre officer en
                   Gales, et a cause de ce nous avons ordeignéz par avys de
                   nostre Conseil de y envoier en haste un suffisant chivaler
                   ove resonable pouoir ovec lui pur justifier la paijs, et devant
             15  sa venue nous vous certifierons affin que vous purréz faire
                   justificacioun de vostre partie come nous ferrons de la
                   nostre. D'autre part, pur ce que nous avons retenuz devers
                   nous E. de C. qui fuist ovec vous, vous prions que vous ne
                   soiéz ent displeasiz envers le dit E., a cause q'il ne vient
             20  devers vous d'avoir sur ce vostre congié, devant ce q'il
                   estoit retenuz, pur tant q'il fuist en nostre service, ainz
                   lui grantier toutdis vostre bone seignurie come il tresentier
                   ment desire l'avoir. Cestez choses ne vuiller lesser pur
                   l'amour de nous et come fions tresentierment de vous. Et
             25  le tout puissant etc.


                   De par le Prince a un Chivaler.

Page 297

231

HENRY, PRINCE OF WALES TO A KNIGHT


                   Treschier et bien amé, pur ce que nous sumes enforméz
                   que J. de K., vostre filz, esteant de plein eage et [f.275b] franche
                   voluntee, nadgairs en sa vie enfeoffa J. H., persone de l'es
                   glise de L., et autres en tous les terres et tenementz queulx il
               5  avoit en D. et aillours deinz le Contee de S., a avoir as ditz
                   feofféz et a lour heirs pur touz jours sur condicioun parlé au
                   temps de sesine liveré, c'est assavoir que a quele temps ils
                   fuissent requis par le dit J. ils deussent refeoffer lui ou
                   autres, queux ils vorroit nomer, de tiel estat come il vorroit
             10  ordeigner de les terres et tenementz susditz, les queux
                   feofféz, a ce que nous est dit, vous vous afforciéz de destour
                   bier d'accomplir la voluntee de lour feoffour, en grande
                   peril de vostre alme et expressement encontre ley et raison,
                   si ainsi soit, par quoy nous, qui sumes tenuz de conscience
             15  et de veritee d'avancer le droit, vous prions de par nous et
                   mandons de par nostre tresredoubté seignur le Roy et pere
                   que vous seuffréz les ditz feofféz faire et accomplir franche
                   ment l'entent de lour feoffer touchant les avantdites terres
                   et tenementz, sibien en accomplissement de la voluntee de
             20  lour dit feoffour, come a descharge de lour consciences de
                   mesmes come raisoun requiert. Et ce ne lessés pur l'amour
                   de nous, et come nous fions tresen [f.275c] tierment en vous. Et
                   le tout puissant etc.


                   De par le Prince a un Chivaler.

232

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON


                   Chier et ben amé, pur ce que nous sumez enforméz par
                   la supplicacioun de nostre bien amé Agneis de B. coment un
                   J. de H. vous enfeoffa nadgairs en sa vie en touz les terres
                   et tenementz queux il avoit en A. et ailleurs deinz le Countee

Page 298


               5  de S., a avoir a vous et a voz heirs pur touz jours sur con
                   dicioun parlé au temps de seisine liveree; c'est assavoir q'a
                   qil temps vous fuisséz requis par le dit J. vous deussés
                   refeoffer lui ou autres, quelx il vorroit nommer, de tiel
                   estat comme il vorroit ordeigner de les terres et tenementz
             10  susdites, et le dit J. devant sa mort ordeigna que vous
                   deussiéz enfeoffer la dite Agnés en les terres et tenementz
                   susdites a avoir a ele et a ses heirs pur touz jours, come
                   pleinement il poet apparoir, si bien par paroles del testament
                   de dit J., come par instrument soubz signé de Notaire quel
             15  la dite Agneis a prest a monstrer, a ce que nous est dit.
                   Par quoy vous mandons et chargeons que si ainsi soit, vous
                   parfournéz les entente et voluntee du dit J. sanz ce lessoir ou
                   esparnir pour doubte ou manasse de nullui, qar nous volons
                   faire tiele pursuyt au Roy nostre tresredoubté seignur et
             20  pere, si mestier soit, en avancement de justice, que vous
                   serréz mainteignéz d'accomplir [f.275d] les entente et voluntee de
                   dit J., nient contresteant la malice de nullui qui vorra tenir
                   la contraire. Donné etc.

233

HENRY, PRINCE OF WALES TO THE LIEUTENANT OF THE CHAMBERLAIN OF CHESTER

1402


                   Chier et bien amé, pur ce que noz améz tenantz, R. R.
                   N. H., nous ont enforméz coment ils avoient vignt toneulx
                   de vyn en une neif de J. Coly de nostre citee de Cestre
                   appellé le George, lequele neif est desoubz nostre arrest a
               5  cause de la freint d'une arreste sur ce fait pur avoir [esté]
                   ovec nostre treschier et tresamé frere T[homas] de Lancastre
                   vers les parties d'Irlande, del freint de quele arrest ils ne sont
                   coupables, a ce q'ils dient; par quoy vous mandons que,
                   pris des ditz R. et N. sufficiante seurtee de respondre pur le
             10  freint de la dite arreste s'ils soient en trouvéz coupablez

Page 299


                   en temps a venir, vous leur facéz deliverer les vignt toneulx
                   de vyn, et ce ne lesséz.


                   Donné etc.


                   de par le Prince a le Lieutenant del Chambellein de Cestre.

234

HENRY, PRINCE OF WALES TO THE MAYOR AND JURATS OF BORDEAUX


                   Treschiers et entierment bien améz, nous vous saluons
                   tressovent. Et scavoir vous fasons que receu avons les
                   lettres quelles le portour d'icestes nous apportéz de vous,
                   par lesquelles, et par le report de pluseurs entrevenantz,
               5  aparcevons bien la bone affeccion [f.276a] quele vous avez d'oïr
                   et scavoir bien de nous et de nostre estat, dont vous remer
                   cions treschierement, et vous signifions q'au partir de cestes
                   nous estions en bone prosperitee de nostre personne, la
                   mercie nostre seignur, qui ce vous veulle touz jours ottroier.
             10  Et, treschiers et tresentierment bien améz, si chose averéz
                   affaire par de cea que vous touche ou la citee de Boure
                   deaux, signifiéz la nous fiablement, et vous verréz que nous
                   volons faire pur vous de bon cuer. Et prions a Dieu q'il
                   vous eit toudiz en sa seinte grace et vous doint grande grace
             15  et prosperitee a la dite citee de Burdeaux. Donné etc.


                   De par le Prince a les Mairre et Jureez del citee de Bur
                   deaux.

235

HENRY IV TO HENRY, PRINCE OF WALES

? Evesham Sept: 1401


                   Treschier et tresentierment bien amé filz, nous vous
                   saluons tressovent ove la benison de Dieu et la nostre,

Page 300


                   savoir vous faisant que par pluseurs lettres et report des
                   messages créables nous sumes certeinement enforméz que
               5  Oweyn Glendourdy et autres noz rebelles de nostre paijs
                   de Gales, ja tarde levéz encontre nous et nostre magestee,
                   se sont assembléz a grant nombre, et de jour en autre facent
                   pluseurs grevances et destruccions sur noz foialx subgiés
                   illoeques qui ne veullent consentir a leur mauveis purpos, [f.276b]
             10  en tant que par tiele cohercioun grande partie de l'avantdit
                   nostre paijs se sont rendue a noz ditz rebelles, et a ce que
                   reporté nous est toute la residue de nostre dit paijs et les
                   marches d'icelle dedeinz brief se renderont a mesmes noz
                   rebelx si nous ne y soions en nostre persone pur resister a
             15  leur malice, si nous veullons ove l'eide de Dieu soucorer et
                   supporter noz ditz lieges, nous avons ordeignéz de nous
                   remuer par icelle cause de nostre manoir de K., ou nous
                   sumez de present, mescredy proschein vers nostre ville de
                   W[ircestre], ou nous serrons, si Dieu plest, samady le
             20  primer jour d'octobre proschein a venir, pour nous d'illoe
                   ques transporter en nostre dit paijs de Gales a resistre noz
                   ditz rebelx. Pur quoy, treschier et tresentierment bien amé
                   filz, nous vous prions sur nostre benisoun et chargeons que
                   vous mettéz sagement vostre diligence par la bon avys de
             25  vostre compaignie de conforter et defendre a vostre pouoir
                   en le moen temps noz subgiéz et lez voz, par resistence
                   affaire encontre noz ditz rebelx, en salvacioun de les estatz
                   de nous et vous et de nostre roialme, en nous signifiant de
                   jour [f.276c] en autre les novelles que vous averéz de mesmes noz
             30  rebelles et de vostre exploit en ceste partie, laquele nostre
                   seignur par sa haute puissance veulle estre bone et vous
                   avoir en sa seint garde etc.


                   De par le Roy au Prince.

Page 301

236

HENRY IV TO HENRY, PRINCE OF WALES

July 10th, 1401


                   Treschier et tresentierment tresbien amé filz, nous vous
                   saluons etc. en vous signifiant q'au departir d'icestes nous
                   estions en tresbone santee de nostre persone, merciéz en
                   soit Dieu, qui ce vous ottroit par sa seinte grace, et avons
               5  receu voz lettres lesquelles envoiéz nous avéz par C, vostre
                   messager, ensemblement ove une lettre a vous envoié par
                   vostre Chambellein de Northgales, contenante la bone
                   exploit que noz foialx lieges ont eux sur noz rebelx illoeques
                   a leur confusioun, si comme mesmes les lettres plus pleine
             10  ment ent facent mencioun, dont pris avons consolacion et
                   plesir et en loons nostre seignur. D'autre part, treschier et
                   tresamé filz, touchant voz costages affairs pur remuer
                   l'assiege mys entour la Chastel de H. par aucuns noz rebelx
                   celles parties, par quele enchesoun desiréz estre purveux de
             15  monoie, savoir vous fasons que devant la recepcion de voz
                   dites lettres estoient devers vous noz escuiers et les vostres,
                   H. R. et M. B., as queux nous avons faite avoir assignement
                   en vostre nome de mil [f.276d] livres, d'estre receuez des issues et
                   prouffites des terres et seignuries du counte de la Marche,
             20  sicome nous tenons que les avantditz H. R. [et] M. vous en
                   ont fait report de par nous. Treschier et tresamé filz, nous
                   vous prions outre que par l'avys de vostre conseil vostre
                   entier diligence toutdis mettre veulléz a la bone governance
                   de vostre paijs de Gales et a la resistence des ditz rebelles,
             25  en salvacioun de nostre honeur et de vostre, et signifier de
                   temps en temps et de vostre estat et des nouvelles devers
                   vous. Et prions a Dieu q'il vous eit tousjours en sa garde.
                   Et en especial, treschier et tresamé filz, de bone avys de
                   vostre dit Conseil facéz purveioir en tout hast possible pur
             30  remuer la siege suisdite, en salvacioun du dit Chastiel et de
                   noz foialx lieges dedeinz esteantz, considerant, tresamé filz,

Page 302


                   que de meindres coustages et a plus ease puisse on garder
                   le dit chastiel que la gaigner et recovrer des mains de noz
                   rebelx s'ils l'eussent pris, que Dieu ne veulle, et pur la
             35  recours de mesme le chastelle, nous avons ordeignéz de y
                   venir par meer de nostre ville de B. nostre foial chivaler,
                   R. B., qui serra illoeque en toute le haste, si Dieu plest,
                   possible.


                   De par le Roy a soun treschier et tresentierment bien
             40  amé filz le Prince.

237

HENRY IV TO HENRY, PRINCE OF WALES

Nov: 14th, 1401

[f.277a]
                   Treschier et tresentierement bien amé filz, nous vous
                   saluons tresouvent ove la benison de Dieu et la nostre. Et
                   pur ce que nous tenons que continuelment desiréz oïr de
                   nostre estat bones novelles, scavoir vuilléz, tresamé filz,
               5  que quant ces presentes feurent escriptez, nous estions en
                   bone sante de nostre personne, gracies a Dieu qui en tiel
                   estat vous veulle continuer pur sa mercie. Treschier et
                   tresbien amé filz, aprés la faisance de noz autres lettres ja
                   tarde a vous envoiéz de la ville de R., par lesquelles nous vous
             10  signifiasmes en partie ce que faire avons en nostre paijs de
                   Gales, estoient amesnéz pardevers nous a la ville de R.
                   deux noz rebelles, lesqueux noz foialx lieges de la terre de
                   R. de leur bone corage avoient pris, et a nostre citee de
                   Herforde fait avons justicer et punier selon leur desert
             15  iceulx noz rebelx et autres qui amesnéz estoient illoeques.
                   Et d'autre part, treschier et tresentierment bien amé filz,
                   pur ce que devant nostre departir de nostre dit paijs de Gales,
                   nous fismes ordeigner d'estre mys garnisons des gentz

Page 303


                   d'armes et archiers en diverses chastielx, lesqueux nous
             20  nostre treschier et foial cousin R. S. ordeignasmes d'estre
                   capitaigne de C. et nostre lieutenant de Gales pur le quartere
                   d'un an pur constreindre les ditz rebelles et les [f.277b] mettre a
                   ranceons si besoigne est; si volons nous que pur doner a
                   nostre dit cousin le meillour courage et voluntee pur bien
             25  et diligealment excercer son dite office, vous lui signifiéz
                   par voz lettres que vous estez bien contens q'il y face son
                   dite office, et lui priéz de ce faire en meillour forme et
                   manere, et desicome de la disposicion de Dieu nostre
                   treschier cousin H[ughe] de D[espenser], nadgairs nostre
             30  justice de Soutgales, soit de vie trespassés et les sessions de
                   voz justices sont proclamés, come dit est, d'estre tenuz
                   dedeinz brief, il nous semble pur le mielx que pur tenir
                   ycelles cessions vous constituéz le susdit nostre cousin
                   vostre justice, et aussi scavoir veulléz que heir a nostre
             35  departir de Herforde nous ordeignasmes le reverent pere en
                   Dieu l'Evesque de Seint David d'estre surveour de les ditz
                   garnisons et Sire R[obert] Eggerley d'estre Receivour de les
                   ditz ranceons et en paier souldiours leur gaiges. Treschier et
                   tresentierement bien amé filz, come noz améz escuiers W.
             40  de C. et R. de V., connestable del chastel de D., sont par
                   tiel manere accordéz que le dit R. susrendra en voz mains
                   le dit office de conestablerie au fin que R. de C. l'ait, si volons
                   nous bien que vous a ce donnéz vostre assent et le facéz
                   estre fait de l'avys de vostre Conseil. Et pur ce que devant
             45  vostre ve [f.277c] nue en Gales nous estions enforméz de pluseurs
                   grantz diligences faites a nostre honour et a la bone gover
                   nance de mesme le paijs par nostre treschier escuier et le
                   vostre, J[ehan] Norbury, lesquelles a nostre estre illoeques
                   nous trovasmes estre bones, ou mesme celui J[ehan] nous
             50  fist bone service en nostre presence, vous prions que par
                   tant lui veulléz avoir le plus chierement recommendéz
                   Treschier etc. de vostre estat et des novelles que vous
                   aviendront nous facéz certifier de temps en temps ovec voz
                   desirs etc.


             55  De par le Roy au Prince.

Page 304

238

HENRY IV TO AN EARL

Dec: ?1401


                   Treschier et bien amé, nous [vous] saluons tressouvent
                   et avons receu voz lettres quelles nous avéz envoiéz deinz
                   icelles enclosez. Et pur ce que nous ne savons rien de la
                   traitee dont la dite copie fait mencioun, ne n'avons nulle
               5  conissance, nous avons envoié a nostre treschier et tresamé
                   cousin le Count de W. d'ent savoir le veritee en toute la
                   haste que se purra estre fait, et si tost come nous ent savrons
                   la verité, nous vous volons ent certifier. Et touchant les
                   maisons es queux Rees ap Tudur est receptes, dont les ditez
             10  lettres font mencioun, nous ne sumes uncqore aviséz que
                   de ce serra fait, méz sibien touchant ceulx de les commis
                   sions et les autre communes qui ne veulle aler ovec leur
                   compaignons pur prendre [f.277d] Oweyn, nous volons que vous
                   faitez arester atant d'eulx qui vous purréz et faitez faire
             15  execucion de la loy d'ascuns de les plus grandes de eulx
                   pur ensample a leur compaignons, et les autres faces seure
                   ment garder tanque a la proscheine sessioun de nostre
                   justice en celles parties. Et touchant l'ordeignance pur noz
                   souldiours, nous n'avons nostre Conseil entour nous a
             20  present, einz nous volons que vous veignéz devers nous a
                   Eltham entour le tierce jour de cest Nouel, sicome nous
                   vous avons certifiéz par nostre amé Escuier, le vostre filz,

Page 305


                   si vous purréz en aucun manere, et alors nous assignerons
                   nostre Conseil de comuner ovec vous et ordeigner le mielx
             25  que nous purrons en ce fait et touz autres touchant la
                   governance de les parties susdites. Et nostre sire etc.


                   De par le Roy a un Cont etc.

239

HENRY, PRINCE OF WALES TO HENRY IV


                   Mon tresredoubté et souverain seignur et pere, je me
                   recommande a vous si treshumblement et tresentierement de
                   cuer come je sai ou plus puisse, humblement requirant
                   vostre gracieux benison. Et please a vostre hautesse assavoir
               5  que j'envoie pardevers vous, mon tresredoubté et souverain
                   seignur, par le portour d'icestes, deux lettres que a moy
                   feurent envoiéz yce joefdy a nuyt, l'un hors de Northgales [f.278a]
                   et l'autre de Cestre, par certeines mes officers, touchant les
                   novelles de celles parties, en vous suppliant que vous
             10  vuilléz estre aviséz et les matires comprisez dedeinz mesmes
                   les lettres et moy comander voz gracieuses voloirs et plaisirs,
                   as queux parfournir je serray toudis prest de tresjoieux cuer.
                   Et pri a Dieu q'il vous eit, mon tresredoubté et soverein
                   seignur et pere, en sa tressainte garde, et vous doint en santee
             15  tresbone vie et longue a son plaiser etc.


                   De par le Prince a soun pere le Roy d'Engleterre etc.

Page 306

240

HENRY, PRINCE OF WALES TO THE BAILIFFS OF SHREWSBURY


                   Chiers et bien améz, pur ce que certeins du Conseil de
                   nostre treschier et tresamé cousin, le Cont de Stafforde,
                   nous ont signifiéz que vous avéz fait arester un Thomas M.
                   et W. E., tenantz a nostre dit cousin de la seignurie de K.,
               5  a cause q'ils porteront recorde que certeines gentz feurent
                   loialx, lesqueux vous avéz arestuz pur suspeccioun qu'ils
                   deussent aver achaté vitailles et les carier a Oweyn de
                   G[lendour], par quoy vous prions que si ensi soit, vous
                   vuilléz lesser les tenantz de nostre dit cousin a mainprise
             10  sur sufficiante seurtee de venir a response, au quel temps
                   qu'aucun vorra riens leur surmettre pur celle cause en temps
                   a venir. Et nostre Seignur vous garde.


                   Donné etc. de par le Prince a les Baillifs de Shrouesbury.

241

AN EARL TO HENRY, PRINCE OF WALES

[f.278b]
                   Mon treshonuré et tresredoubté seignur, je me recomande
                   a vostre hautesse de trestout moun cuer come je puisse,
                   vraiement et entierment desirant d'oier et scavoir bones
                   novelles, honurables et joieuses, de voste noble estat et
               5  entiere santee, vous en suppliant, moun treshonuré et
                   tresredoubté seignur, si avant come je doie, que de vostre
                   bone seignurie vous me please acerteiner par les entre
                   venantz bien souvent selonc vostre bone plaiser, pur les
                   entier et vraie léésce et singulere consolacioun de mon cuer,
             10  a touz les foitz que j'en puisse oier en tout bien joie, hon
                   neur et santee. Et, moun treshonuré et tresredoubté seignur,
                   quant a moun fait par de cea, si plesir a vous soit assavoir,
                   a la reverence de moun soveraigne seignur, le Roy vostre
                   pere, et de vous, mon seignur, je sui icy moult honeurable

Page 307


             15  ment receux de touz les estatz, barons et burgeoys de cestes
                   parties, et en lieutenant de mon dit soveraigne seignur, le
                   Roy vostre pere, et vous, monseignur, acceptéz si avant que
                   leur ay fait primierement les seurmens accustuméz a le
                   lieutenant, et semblablement ils m'ont fait les seuremens
             20  accustuméz de leur part, et ce moult bonement et de bone
                   voluntee, a ce que je puisse aparcevoir. Et, mon treshonuré
                   et tresredoubté seignur, quant a touz autres novelles de
                   par de cea, please a vous assavoir que vostre serviteur et
                   mon bien amé portour de cestes les savra exposer a vostre [f.278c]
             25  hautesse de ma part, a qui vous plese, mon seignur, de
                   donner graciouse audience, en vous suppliant en outre,
                   mon treshonuré et tresredoubté seignur, que par les ditz
                   entrevenantz de vostre bone seignurie vous m'en plese,
                   monseignur, bien souvent mander et comander voz
             30  honeurablez mandementz, plesirs et comandementz ensemble,
                   et selonc vostre bone plesir de voz novelles par de la, mon
                   seignur, come a vostre humble subgiét qui a la parfourne
                   ment de celles voz plaisirs et mandementz mettray tout mon
                   pouoir et penyle diligence de tresentier et lee cuer, em priant
             35  a Dieu q'il vous ottroie, moun seignur, tresbone vie et
                   longue treslonguement a durer etc.


                   De par un Cont a le Prince.

242

AN EARL TO THE PRINCE OF WALES


                   Mon treshonuré et tresredoubté seignur, je me recomande
                   a vostre hautesse si treshumblement de tout moun cuer
                   come je say ou puisse, en desirant soveraignement de tout
                   mon entier cuer d'oier et savoir bones novelles et honur
               5  ablez de vostre noble estat et entier santee, desquelles lui
                   Seignur toutpuissant me veulle ottroier par sa sainte
                   grace de si bones, honneurablez et joyeusses de vous, moun
                   seignur, oier et scavoir, come vostre noble cuer mielx le
                   savera voloir, penser ou deviser singulerement et vraiement,

Page 308


             10  pur ma consolacioun et la soveraigne léésse de mon cuer.
                   Et si de vostre humilitee et courtoisie, mon treshonneuré et
                   tresredoubté seignur, pleasir a vous soit assavoir de novelles
                   de cestes parties, vostre paijs par de cea est en bon estat,
                   Dieu mercie, [f.278d] come vostre humble subgét A. B., portour
             15  d'icestes, savera expliquer et exposer a vostre hautesse
                   ensemble et de touz autres novelles que icy sont, a qui
                   treshumblement a mesme vostre hautesse je supplie que
                   vous plese donner gracieuse audience, et par lui et les autres
                   entrevenantz, selon voz bones et gracieuses plesir et volun
             20  tee, vous me plese mander et commandre voz mandementz
                   et plesirs come a vostre humble et entier subgét, que a tout
                   mon petit et entier pouoir les accompleray de tresentier et
                   joyeux coer, car je sui cellui qui en prendroy grant joye et
                   consolacioun s'ascune chose scavoie ou faire pouroy de
             25  vostre commandement qu'a vous purroit venir et au pleasir
                   tournir en ascun maniere. Et je prie a Dieu, mon treshonuré
                   etc.


                   De par un Cont a le Prince.

243

AN EARL TO HENRY, PRINCE OF WALES

?1401 x [x] For the text, see 209.309

244

?THE EARL OF NORTHUMBERLAND TO HENRY, PRINCE OF WALES

Nov. 1401


                   Mon treshonuré, redoubté et puissant seignur, je me
                   recommans a vostre hautesse si avant come plus puisse, a
                   laquele please assavoir que aucuns queux venoient de

Page 309


                   Oweyn de G[lendour] me disoient que le dit O[weyn] avoit
               5  desir pur parler ovec aucunes de mes gentz, sur quoy envoia
                   par devers lui pur scavoir son entent, en disant que, si il
                   se vouldroit mettre en hault et baas en le grace nostre
                   seignur le Roy, que je vouldroie mettre ma peine pur
                   priere pur sa vie, sanz lui promettre riens, as queux gentz il
             10  respondist q'il ne se oseroit pur riens venir en Engleterre,
                   car il avoit bien oïe que les communes d'Engleterre avoient
                   tuéz des [f.279b] grandes seignurs encontre la voluntee du Roy
                   nostre seignur et sanz venir a justice, et pluseurs autres
                   paroles et demandes queux ne feurent de nul effect, dont
             15  plus avant n'ad esté fait de ceste matire. Et, mon tresredoubté
                   seignur, vous please assavoir que nostre seignur le Roy
                   m'ad escript pur avoir esté ovec lui a ceste feste de Noel
                   et si m'en ay excusé, sibien a cause de voz sessions, come de
                   pluseurs autres governances queux faudront estre mys sur
             20  la paijs. Et, moun redoubté seignur, si tiel ordeignance
                   purroit estre fait que a la chastel de Pole fuist un bon
                   garnisoun que entre eux et Sire Edmond Mortimer et les
                   marchiers enviroun celle paijs purroient venir ove un bon
                   route en Northgales, et que mesme celle temps voz garni
             25  sons de C. et H. fuissent un autre bon route et pur entrer
                   par autre part, et que moy ovec les gentz de ceste paijs
                   venoient vers les parties de Northgales, c'est assavoir par
                   M., et aussi pur encontrer les uns ovec les autres a lieu qui
                   purroit estre entrepris, me semble que ce serroit semblable
             30  chose pur grever a voz enemys, et si di pur moy que je
                   serray prest a quel jour ou temps que vous me mandréz
                   affaire les choses susdites ou autres. Mon treshonuré,
                   redoubté et puissant seignur, autres choses a present ne vous
                   scay escrire, méz si riens [f.279c] vous plese moy commander,
             35  toutdis vous me troveréz prest d'accomplir en tout mon
                   pouoir. Em priant etc.


                   De par un Cont a le Prince etc.

Page 310

245

AN EARL TO HENRY, PRINCE OF WALES


                   Mon treshonuré et redoubté seignur, treshumblement me
                   recommans a vostre hautesse, en desirant toutdys d'oier de
                   vostre tresbon estat et santé, que Dieu par sa grace face
                   atiel come vostre cuer vouldroit mesmes deviser. Et, moun
               5  redoubté seignur, voz honurables lettres ay nadgairs receux
                   fesant mencioun que vostre plesir serroit que je tiens vostre
                   sessions en Southgales. Si veuléz scavoir, come cellui que
                   toutdis vous voldroit faire service a moun pouaire, ay fait
                   proclamer voz dites sessions a comencer la lundy proschein
             10  aprés la Tiffane, come plus pleinement W., vostre escuier,
                   vous sarra dire, par laquel vous envoie l'ordenance qu'est
                   fait en ceste paijs et atiel seurement come j'ay fait les gentz
                   jurer, queux sont venuz a vostre obeissance, et aussi certeins
                   articles pur ent avoir vostre tresbon avys et plesir encontre les
             15  sessions. Et semblament ay envoié envers moun tresredoubté
                   seignur, le Roy vostre pere, por scavoir sa voluntee sur
                   mesmes les articles. Et, mon treshonuré seignur, a la fai
                   sance de cestes il n'estoit guairs des gentz d'estat q'ils ne
                   feurent venuz a grace et de estre a [f.279d] vostre ordennance de
             20  les deux contees de Kerm' et Card.' Et outre ce please a
                   vostre hautesse d'ordeigner q'un justice apris en loy qui
                   fuist englois purroit estre ove moy a dit jour de les sessions,
                   car ce vous tournera, si Dieu plest, a honneur et proufit.
                   Et si vous plust envoier Huls il moy semble que serroit bon
             25  a ce faire. Et fault de necessité que vous envoiéz lui ou une
                   autre homme bien apris en la loye. Et en cas q'il plerra a
                   vous et a vostre Conseil d'ordeigner aucune chose pur estre
                   fait a ceste plein lune, le me vuilléz mander par le portour
                   de cestes et je serra prest, si Dieu plest, ovec bon route pur
             30  vous encontrer en Northgales, si besoigne soit, ou d'en
                   countrer ceulx qui vous vouldriéz ordeigner en manere
                   come vous me mandréz par le dit portour, lequel vous
                   parlera plus a plein de ceste matire. Treshonuré et redoubté

Page 311


                   seignur, autre chose ne vous scay mander a present, més
             35  si rien vous plest en quoy je vous purrey faire service ou
                   plesance, le me vuilléz de ce commander, come a lui que les
                   accompleray en tout moun pouoir. Em priant a nostre
                   seignur tout puissant q'il vous doint honneur etc.


                   De par un Cont a le Prince etc.

246

HENRY, PRINCE OF WALES TO HENRY IV

[f.280a]
                   Mon tresredoubté seignur et pere, je me recomande a
                   vostre hautesse auxi humblement et obeissantement comme
                   je say ou pluis puisse, humblement requerant vostre gra-
                   cieuse benisoun, en desirant continuelement oier de vous et
               5  de vostre roial estat et tresentier santee de cuer tresbones
                   novelles, a moun entier joie de cuer et recreacioun singuler,
                   et prie a Dieu que le face a prosperer et d'accroistre de
                   bien en mielx a plesir de lui et ease de vous. Et s'il plese a
                   vostre hautesse assavoir de mon petit estat et de la gouver
             10  nance de les parties de Northgales, mez treschiers améz
                   serviteurs et conseiliers, Esmond de M[ortimer] et A. de P.,
                   les queux par avys de moun meistre et Conseil j'envoie de
                   present pardevers vous de vous signifier si bien ce que
                   j'ay fait faire et ordeigner par la bone governance et estab
             15  lissement de celles parties a nostre avys icy, come ce que
                   nous semble outre besoignable a estre fait et ordeignéz pur
                   l'establissement et governance de les parties susdites, as
                   queux E[smond] et A., ou a un d'eulx, en ce q'ils vous
                   reporteront de par moy touchant la governance de les
             20  D246L20 [D246L20] benigne ferme struck out by scribe.312parties susdites, vous plese adjouster benigne audience,
                   ferme foy et créance, et moy commander touchant ce et
                   autres queconques voz voloirs et plesirs, as queux parfour
                   nir je sui, et serraye, toutdis prest [f.280b] et apparailléz a tout mon
                   petit pouoir etc.


             25  De par le Prince au Roy etc.

Page 312

247

HENRY, PRINCE OF WALES TO HENRY IV

Before Mar: 1402


                   Mon tresredoubté et souveraigne seignuur et pere, je me
                   recomande a vous en tant come je say ou plus puisse, hum
                   blement requirant vostre gracieuse beniceoun, en remer
                   ceant treshumblement a vostre hautesse de touz les bones et
               5  gracieuses seignuries, queux il vous a pleu a moy toutdis
                   faire et moustrer, et de la grande tendresse quel vous avéz
                   eeu de mon petit estat, la vostre tressouveraigne mercie, et
                   en especial de le tresbon et discret meistre governour quel
                   vous moy pleust ordeigner et assigner pur mes tresgrande
             10  bien et honneur, lequel de la voluntee de Dieu, a quelle
                   chescun creature coviendra obeier, est novellement tres
                   passé de ceste vie, a tresgrande poisance de moun cuer et
                   arrerissement de ma gouvernaille a present, car il avoit
                   tresgrant tendresse de mes honneur et estat. Et lore please
             15  a vostre hautesse ordeigner pur moy un autre sufficeante
                   personne de moy governer et les miens, tiel come il vous
                   plerra et semblera a vostre haulte discrecioun sufficeante de
                   ce faire en lieu de mon dit meistre, qui Dieu assoille, et en
                   quelle maniere que plerra a vostre hautesse roial ordeigner
             20  pur moy, je veulle obeier vostre gracieux voloir de tres
                   humble cuer. Et, moun tresredoubté et souvereigne seignur
                   et pere, [f.280c] please a vostre hautesse assavoir coment a ma venue
                   en cestes parties y moy vient Sire J[ohan] de M[ascy], et lui
                   submist en vostre haute grace, en corps et biens, come celui
             25  qui avoit hautement forfaite pur sa negligente garde de la
                   chastiel de C[oneway], dont il fuist Conestable, et sur ce par
                   avys de moun Conseil je lui fiz arrester et descharger sibien
                   247-28 [247-28tanccome . . . fait = until I should know your gracious will as to what was to be done with him.313de son dit office de conestable, tanccome je scaverey vostre
                   gracieux voloir que de lui serroit fait. Et alors viendrent a

Page 313


             30  moy certeins chivalers et autres gentilles de le contee de
                   Cestre, et moy supplierent que je lui vouldroie lesser a
                   mainpris, q'ils deviendrent ses mainpernours attendre
                   vostre gracieuse ordeignance, et auxi que le dit J[ohan]
                   purroit aler en vostre honneurable service et le mien tanque
             35  a Coneway a le siege pur faire son pouoir e diligence d'amen-
                   der ce q'il avoit malfait, et illoeques il fist bien et diligealment,
                   et ore depuis que la dite seege est finéz je lui envoie par
                   devers vostre haute presence de faire sur lui vostre plesir
                   etc.


             40  De par le Prince au Roy.

248

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON


                   Treschier et bien amé, nous vous saluons sovent et vous
                   prions chierement que vous vuilléz faire tout l'ease que
                   vous purrés endroit a nostre bien amé E. H. en ce q'il avera
                   affaire pur resister la malice de J[ehan] de W., son adversaire,
               5  qui lui a fait tresgrand tort, injuree et encontre raisoun,
                   come de certeines terres et tenementz queux le dit Jehan ad
                   recoveréz envers lui en court [f.280d] du Roy, mon tresredoubté
                   seignur et pere, par deue procés de loy, a nostre priere, nous
                   vous volons scavoir tresgraunde gree. Donné, etc. de par le
             10  Prince.

249

HENRY, PRINCE OF WALES TO HENRY IV

Thurs: Oct: 6th, 1401


                   Mon tresredoubté et soveraigne seignur et pere, je me
                   recommande a vostre magestee roiale, tant humblement et
                   tresentierment de cuer come je say ou plus puisse, tres
                   humblement requerant vostre gracieuse benisoun; en vous
               5  remerceant moult humblement et tresentierment de tout

Page 314


                   mon tresentier cuer de vooz honneurablez et gracieuses
                   lettres, quelx il vous a pleu de me envoier par J. de B.,
                   vostre vadlet, lesquelx receu ay a Cestre yce joefdy le vj. jour
                   d'octobre de ceste present moys séant a manger, par la
             10  contenue des queux j'ay entendu de tresgrand joye de moun
                   coer que vous, mon tresredoubté et soveraigne seignur et
                   pere, estez en bone santee de vostre treshaute personne, la
                   mercie nostre seignur, qui en tiel estat vous veulle longe
                   ment conserver pur sa seinte grace. Et outre ce j'ay entenduz
             15  coment vous, moun tresredoubté et tressoveraigne seignur
                   et pere, purposéz d'estre a vostre citee de Hereforde le
                   vendredy l'endemain aprés la date du cestes pur en outre
                   aler en vostre paijs de Gales pur resister a la malice de voz
                   rebelx susditz, et auxi m'avéz commandé d'envoier par
             20  devers vous a Hereforde le susdit vendredy ou samady a
                   bone matyne ascune [f.281a] sufficeante personne de mon conseil
                   que vous saveroit bien enfourmer de tout moun fait a
                   present en Gales, pur lequelle auxi vous purriéz moy certifier
                   de vostre volentee, coment je me doy governer touchant
             25  les rebelx susditz, si j'envoie pardevers vostre hautesse mes
                   bien améz serviteurs et conseillers, H. M. et W. B., pur estre
                   a vous illoeques selonc vostre gracieux commandement
                   en toute haste possible, lesqueux savront bien reporter a
                   vostre hautesse toute la certeintee, si bien touchant ce que
             30  j'ay fait, come certeines autres novelles de les susditz
                   partiez, as queux H. et W., ou a un d'eulx, please a vostre
                   hautesse adjouster vostre benigne audience, ferme foy et
                   credence en ce q'ils vous reporteront de ma part touchant
                   les matiers susdites, et commander par eulx coment il soit
             35  vostre plesir que je moy doye governer, et je serraie prest de
                   obeier et parfournir vostre gracieux commandement.
                   Nepurquant, mon tresredoubté et tressoveraigne seignur et
                   pere, please a vous assavoir que je vous ay certifié de mon
                   fait a present en Gales par diverses foitz, c'est assavoir
             40  primierement de Lampaderne et puis ce de la etc.


                   De par le Prince au Roy.

Page 315

250

HENRY, PRINCE OF WALES TO A BISHOP


                   Reverent pere en Dieu, nostre treschier et bien amé,
                   nous vous saluons tressovent. Et pur ce que nous avons
                   entenduz que un de noz venours, nommé J. H., fist nadgairs
                   son chemyn par un [f.281b] de voz parkes en contee de Sussex,
               5  ovec certeins noz chiens, et y negligentement suffrist noz
                   ditz chiens tuer cinque de voz bestes savages dedeinz vostre
                   dit parke, par quoy lui avéz excommengéz, a ce que nous est
                   dit, si veulléz savoir que nous sumez a mal content q'ascun
                   de noz servantz ferroit trespas en tiel manere a vous ou a
             10  nulle autre personne de seinte esglise, et auxi que ascune
                   personne excomengéz nous ferroit service. Par ont vous
                   prions treschierement que pur ceste foitz, a la reverence de
                   nous, vous vuilléz pardonner nostre dit servant le dit
                   trespas et lui ent grantier vostre absolucioun, entendantz
             15  que s'il trespas a vous en tiel manier par le temps a venir,
                   nous volons que vous pursuiéz envers lui la comune loy,
                   car il ne serra par nous en ce sustenuz ne maig[n]tenéz
                   en nulle manier touchant autieles matiers, etc.


                   De par le Prince etc.

251

HENRY, PRINCE OF WALES TO A 'COUSIN'

Aug. 1401


                   Treschier et tresamé cousin, nous vous saluons tres
                   souvent de nostre entier cuer. Et, treschier et tresamé
                   cousin, pour ce que devant ore, vostre treschier mercie, a la
                   reverence de nous et de nostre priere, avéz escript au reve
               5  rent pere en Dieu, l'Evesque de Saresbirs, pur nostre treschier

Page 316


                   clerc, A. de C., q il lui vouldroit avoir recommendéz a la
                   prebende de N., quele maistre H[enry] Bowet ad en l'esglise
                   de S., s'il aviendroit [f.281c] que le dit Maistre H[enry] serroit
                   Evesque de B[athe], le quele le dit Evesque granta a la
             10  reverence de nostre priere et la vostre, et ore, pur tant que
                   nous avons oye que le Roy, moun tresredoubté seignur et
                   pere, ad ordeignéz que Clifforde, gardein de son privee seal,
                   serra Evesque de W[ircestre], affin que le dit Maistre
                   H[enry] puisse estre en seure possessioun de l'evesché de
             15  Bathe, si nous avons escript au dit Evesque et prions vous,
                   nostre treschier et tresamé cousin, que vous vuilléz escrire au
                   dit Evesque pur nostre susdit clerc, et lui prier semblable
                   ment et lui remercier de sa bone promys a nostre dit clerc,
                   et lui priéz q'il le veulle ore bonement parfournir. Et si vous
             20  vuilléz que nous escrivons autre foiz pur l'avancement d'un
                   de les vostres, nous le vorrons faire auxi léément et de bone
                   coer come nous sumez bien tenuz. Treschier et tresamé
                   cousin etc.


                   De par le Prince etc.

252

HENRY, PRINCE OF WALES TO HENRY BOWET

Aug: 1401


                   Treschier et tresbien amé, nous vous saluons tressovent
                   d'entier cuer. Et moult sumes lééz et joieux de ce que nous
                   [avons] entenduz que vous estez, Dieu mercie, en bone voie
                   d'estre deinz brief en seure possessioun de vostre Eveschee
               5  de B[athe], de quele Dieu pur sa puissance vous doint bone
                   joie et honneur. Et pur ce que l'Evesque de S[aresbirs] nous

Page 317


                   a granté a nostre priere que a quel temps que vous feusséz
                   Evesque de B[athe], il vouldroit avoir nostre [f.281d] bien amé
                   clerc, E. M., recommendéz a la prebende de M., quelle vous
             10  avéz en sa esglise de S., vous prions treschierement que faire
                   veulléz toute le bien et avancement a nostre dit clerc que
                   bonement faire purréz en ce cas, savant toutes voies vostre
                   estat de mesme, car s'il l'ait de la bone voluntee du dit
                   Evesque et de vous, nous supposons q'il ne faillera de bien
             15  faire. Treschier etc.


                   De par le Prince etc.

253

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON


                   Treschier et bien amé, savoir vous fasons que noz neefs
                   tenantz de nostre contee de M. nous ont moustréz par lour
                   supplicacioun, laquelle nous envoions a vous closee deinz
                   cestes presentes, coment ils sont amerciéz en diz li. par
               5  nostre justice de Northgales en sa darrein sessioun en celles
                   parties, a cause q'ils ne voloient faire certeine service quele
                   il leur surmys autre q'ils ne soloient faire devant ces heures
                   en temps de noz progenitours, seignurs illoeques, a ce q'ils
                   dient, c'est assavoir de carier ses vitailles au temps de sa
             10  sessioun hors d'un contee en un autre. Si vous mandons
                   que vous vééz que noz suisditz tenantz ne soient chargéz de
                   faire ne sustenir autres maniers chargez que de raison faire
                   devont, et soleient faire de temps de noz ditz progenitours,
                   seignurs illoeques. Et ce ne lesséz.


             15  De par le Prince etc.

Page 318

254

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON

[f.282a]
                   Chier et bien amé, nous volons et vous mandons que,
                   veuez ycestes, vous nous certifiéz expressement par voz
                   lettres de la verraie extent par an de nostre ville de M., par
                   recorde de noz evidences en temps du Roy E[dward], filz au
               5  Roy H[enry] le tierce, que Dieu assoille; et outre ce la verraie
                   value de la dite ville ove touz les appurtenances annuelment
                   sicome il vault et soy extende en touz parcelles au present,
                   sanz nulle delaie ent faire.


                   Donné etc. de par le Prince.

255

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON


                   Chieres et bien améz, pur ce que nous sumes enforméz
                   que R. de B. a et detient un nostre palfrey que fuist gardéz en
                   nostre abbaye de R., vous mandons et chargeons que, cestes
                   noz lettres veues, vous facéz nostre dit chival estre a nous
               5  envoiéz sanz delaie ou difficultee queconque. Et ce ne lesséz,
                   come vous vuilléz eschuer nostre grevouse indignacioun.


                   Donné etc. de par le Prince.

256

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON

Shrewsbury Aug: 1402


                   Treschier et tresamé cousin, nous vous saluons souvent
                   de nostre entier cuer. Et pur ce que le Roy etc. nous a
                   ordeignéz et commandéz d'aler as partiez de G[ales] pur
                   chastier et punir ses rebelles de celles parties, qui lour
               5  afforcent de lui destruir et nous et toute Englois nacioun a

Page 319


                   leur pouoir, et vous a donné en mand[em]ent, a ce q'il nous a
                   certifiéz, d'estre attendant sur nous a nostre venue en la
                   marche ove toute vostre pouoir pur passer en nostre com
                   paignie [f.282b] devers celles parties, en eide et afforcement de nous
             10  pur chastier les rebelx susditz, et ore nous sumes par celle
                   cause venuz a la ville de S[hrouesbirs], vous mandons de par
                   nostre dit seignur et prions de par nous que vous soiéz ovec
                   nous, et autres seignurs alors y serront assembléz pur la dite
                   cause a S[hrouesbirs] samady prochein, pur parler et con
             15  seiller de nostre ordeignance devers les dites partiez, et que
                   tout vostre pouoir de gentz soit prest lundy proschein pur
                   passer devers mesmes les parties sanz nulle default, car celle
                   jour nous nous purposons de prendre les champs al eide de
                   Dieu, que vous eit etc.


             20  Donné etc. de par le Prince.

257

HENRY, PRINCE OF WALES


                   Henry etc. a touz les foialx lieges et subgiés a Roy nostre
                   tresredoubté seignur et a nous de la seignurie de D., saluz.
                   Et pur ce que certeins foialx lieges de diverses seignuries sur
                   la marche de nostre terre de Gales ont esté pardevers nous
               5  et nostre conseil et lour grevousement complainéz comment
                   les rebelx venent et entrent leur paijs de jours et de nuytz,
                   et eux tuent, robbent et dispoillent, et ils n'osent entrer
                   nostre principaltee de guerrer et faire semble destruc
                   cioun as ditz rebelx sanz nostre licence, et issint ils ont
             10  declaréz a nous et a nostre conseil q'ils lour doubtent ne
                   par aventure, a cause que les ditz rebelx ne soient resistéz et
                   q'ils ne facent a eulx semblablement, [f.282c] ils serront tenuz
                   favourables et confortables a les ditz rebelx, comme vous

Page 320


                   est [dit] q'ils serront, et par celle cause a la revenue du Roy
             15  nostre tresredoubté seignur surchivachéz et destruz. Et sur
                   257-16 [257-16et issint. . . destruz = and so they have declared to us and to our Council that they are afraid lest by chance, because the said rebels have not been resisted and they have not done likewise to them, they should be held to favour and support the said rebels, as you have been told that they will be, and for this reason overrun and destroyed at the return of the King our much-dreaded Lord.321ce ils nous ont requis de licence d'entrer nostre dite princi
                   paltee et faire as susditz rebelx guerre et destruccioun en
                   maniere semble a eux acquiter loialment envers lour
                   ligeance, sicome loialx lieges deussent faire en ce cas. Par
             20  quoy nous, par avys de nostre conseil, pur tant q'ils n'ave
                   ront nulle excusacioun en celle partie par nous, einz faire lour
                   devoir et eux acquiter envers leur ligeance sicome de loialté
                   ont demandee, nous leur avons donné licence par noz lettres
                   patentz desoubz nostre seal qu'ils puissent entrer etc.


             25  De par le Prince.

258

HENRY, PRINCE OF WALES TO THE OFFICERS OF CHESTER


                   Chiers et bien améz, pur ce que certeins noz purvéours de
                   nostre hostelle nous ont enforméz coment ils, en alant
                   entour nostre purvéance a la ville de N., au quelle ville ilz
                   achaterent cinque quarters de avaignez de les gentz de dite
               5  ville par lour bon gree, pur ent appaier atant comme nous
                   paions en autre lieux, et la vient un R. Huls et commanda
                   les dites gentz q'ils ne deliveroient riens de les ditz aveignez,
                   sinon que nous vouldroions ent paier come ils les purront
                   vender en la marché, lequel n'est pas resonable, come il
             10  semble a nostre Conseil, a vender al hostiel come ils veullent
                   vender quant ils ont cariéz vij. ou [f.282d] viij lieuques a la marché,
                   en hault contempt de nous et arriresment de nostre dite
                   purvéance, car a cause de ce les autres gentz de paijs sont
                   moult enorgoilléz et disobeissantz, issint q'ils ne veullent
             15  suffrer noz ditz purvéours sanz ce q'ils leur paient es mains
                   a leur plaiser, si nous volons et vous mandons qu'en chas
                   tisement de lui et pur donner ensample as autres, vous
                   donnéz en mandement de par nous a nostre viscont de

Page 321


                   nostre contee de Cestre, per breue, q'il face arester le dit R.
             20  et lui amesner a nostre chastiel de Cestre, et quant vous
                   averéz le dit R. en nostre dit chastiel mys en nostre prisonne
                   illoeques, (et) lui facéz seurement estre gardéz en ferres
                   tanque come vous averéz autre mandement de par nous, Et
                   ce ne lesséz, en nulle manere.


             25  Donné etc. de par le Prince.

259

HENRY, PRINCE OF WALES TO ANON


                   Treschier et bien amé, come nous éons ordeigné et
                   assigné nostre amé vadlet, E., achatour et purvéour de noz
                   vins pur les despenses de nostre hostiel, sibien en Engleterre
                   259-4 [259-4] d'o.322come en Gascoigne et Guyen, et auxi de prendre et l'ordenner
               5  cariage sufficeant pur mesmes les vyns carier, sibien par terre
                   come par eaue, queconque lieu q'il serra ordeigné par nostre
                   Conseil de le faire carier, pur noz deniers ent resonablement
                   appaier, vous mandons que sur ce vous facéz faire noz lettres
                   au dit E. a durer a nostre voluntee desoubz nostre seal en
             10  vostre garde esteant ov une clause d'attendance en deue
                   fourme.


                   Donné etc.

260

HENRY, PRINCE OF WALES TO A BISHOP

[f.283a]
                   Reverent pere en Dieu et nostre treschier et bien amé,
                   nous vous saluons tressouvent et d'entier cuer, et vous
                   remercions treschierment de la grande ease quel vous nous
                   D260L4 [D260L4] que de struck out in MS.322fistez en apprist de monoie a nostre besoigne au temps que
               5  nostre Chastiel de C. fust pris par les Galois, et sachéz pur
                   certein que la dite monoie est tout prest de vous repaier a

Page 322


                   vostre jour. Nientmeins vous prions que considerer vuilléz
                   lez grandes charges et coustagies queux nous covient faire
                   et sustenir a present en alant as parties de G[ales] pur
             10  chastier noz rebelx, et nous respiter de le repaiement du dite
                   somme tanque a Nouel proschein venant si vous soiéz en
                   ease de ce faire, a quel temps nous ordeignerons que vous
                   en serréz bien et loialment repaiéz sanz faille, reteignans
                   pardevers vous en le moien temps la seureté quele vous avéz
             15  de nous de la somme susdit.


                   Reverent pere etc.


                   De par le Prince etc.

261

HENRY, PRINCE OF WALES TO AN OFFICIAL

After July 1402


                   Treschier et bien amé, nous vous saluons sovent.
                   Scavoir vous faisons que nous avons grant merveille que
                   vous, sachantz les grandes custages queux nous avons eue
                   ore tarde, fait et covient affaire et sustener de jour en autre,
               5  et coment nous avons escript pardevers vous pur monoie et
                   vous signifié nostre besoigne a cause de les dites custages,
                   et unqore nous n'avons envoié nulle denier, comebien, a ce
                   q'est dit a nous, vous avéz receu CC. li. de l'assignement [f.283b]
                   que a nous feu granté par le Roy etc. de mille li. en eide de
             10  noz custages a present en Gales et diverses autres issuez de
                   vostre office, si nous volons et vous mandons que vous facéz
                   envoier par le porteur d'icestes touz lez deniers quelx vous
                   avéz entre mains a present de les nostres, ou des quelx vous
                   purréz faire chevance pur noz custaiges susditz. Et ce ne
             15  lesséz de nul manere, come vous desiréz noz honneur et
                   estat sauver. Car si nous n'aions monoie par temps d'ordei
                   gner pur la governance et garde de nostre paijs de Gales
                   encontre la malice de noz rebelx, nostre dit paijs est sem-
                   blable d'estre perduz pur pluseurs jours.


             20  Donné etc. de par le Prince.

Page 323

262

HENRY, PRINCE OF WALES TO A COMMANDER

Aug: 1402


                   Treschier et bien amé, nous vous saluons sovent de cuer.
                   Et pur ce que le Roy moun tresredoubté seignur et pere nous
                   a ordeigné et comandé d'aler as parties de G[ales] pur
                   chastier et punier ses rebelx qui lour afforcent de lui destruir
               5  et nous et tout Englois nacioun a lour pouoir, et vous a
                   donné en mandement, a ce que nous a certifiéz, de faire
                   proclamer dedeinz vostre contee que touz maniers gentz
                   defensables du dit contee soient prestes de venir a nous en
                   nostre compaignie, a quel temps que vous serréz garniz de
             10  par nous en eide et afforcement de nous pur chastier les
                   rebelx susditz; et ore nous considerons que vous estez bien
                   loignes de nous [f.283c] et q'il vous serroit grand disease et custage
                   et as gentz de vostre contee de nous venir a S[hrouesbires],
                   si nous volons, en easement de vous et de les gentz de mesme
             15  le contee, et vous mandons de par moun dit seignur et pere,
                   et prions de par nous, que, veuez cestes, vous facéz assembler
                   tout la poair du dit contee et preignéz vostre chemyn devers
                   Sire W. B. et H. de W., qui sont en les partiez de B., ou bien
                   prés en celles parties, sechantz les rebelx avantditz, et que
             20  vous et le pouair du dit C[ontee] leur soiéz attendantz si
                   avant comme nous y fuissons mesmes en chastisement de les
                   rebelx avantditz. Car nous avons ordeigné les ditz W. et H.
                   de nous encontrer en Southgales, sibien ovec les pouoir du
                   contee de S. come de vostre de W., et ove tout le pouoir
             25  qu'ils purront avoir de leurs gentz propres. Et ce ne lesséz,
                   come vous desirés l'estat et honneur de moun seignur et
                   pere et de nous estre sauvéz etc.


                   Donné etc. de par le Prince.

Page 324

263

ROGER MORTIMER, EARL OF MARCH TO THOMAS, ARCHBISHOP OF YORK

Ireland 1394-5


                   Treshonneuré pere en Dieu et treshonneuré seignur et
                   cousin, veulléz savoir que al escrire de cestes nostre seignur
                   le Roy et touz lez autres seignurs et gentz de sa retenue
                   estoient en bone santee, loué soit Dieu, lequele, honneuré
               5  sire, je desire entierement de vous oïr et scavoir. Et, tres
                   reverent pere en Dieu, je vous requir, comme ma grande
                   affiance est en vous, que vous please estre aidant, tendre et
                   bien vuillant a les [f.283d] busoignes que moy touchent en Engle
                   terre maintenant en m'absence, vous esmerciant du grande
             10  amistee, bien veullance et tendresce que vous m'avéz fait et
                   moustré puis mon departir hors d'Engleterre, sicome je sui
                   bien certifié par les miens, qui ont pursué devers vous, em
                   priant toutdis de vostre bone et naturelle continuance par
                   devers moy. Et, reverent pere, le plus especialment que je
             15  scay ou puisse qu'en ce que mon treschier clerc et le vostre,
                   Sire E. de P., a affaire et pursuir devers vous, que vous lui
                   plese moustrer vostre bone seignurie et eide en tant come
                   vous pourrés, et le plus tendrement a cause de moy et cestes
                   mes priers, sicomme je m'affie en vous, certifiant a moy voz
             20  voluntees et plaisirs si rien vuilléz devers moy que faire
                   puisse, quelle je serey toutdys prest a parfournir de tout mon
                   coer, sicome je sui moult entierment tenu. Tresreverent
                   pere etc.


                   De par le Conte de Marche a l'Ercevesque d'Everwyk.

264

RICHARD II TO ISABELLE OF BAVARIA

c. 1396


                   Au treshaulte et excellente Princesse I[sabelle] par la
                   grace de Dieu nostre treschiere et tresamee mere de France,
                   R[ichard] par ycelle mesme grace Roy d'Engleterre etc.,

Page 325


                   salut et tresentiere et tressovereine dileccioun. Treschiere et
               5  tresamee mere, pour le tresgrande desir que nous avons de
                   savoir sovent vostre bon estat, nous vous prions tresacertes
                   que pur nostre tresgrand joy et consolacion par touz les
                   venantz [f.284a] a par de cea nous en vuilléz certifier, car ce nous
                   est souverain plesir touz foiz que en pouons oïr bones
             10  novelles–Dieu par sa grace le veulle faire touz jours tiel que
                   vous le desiréz et come nous mesmes vouldrions. Et pur ce,
                   treschiere et tresamee mere, que nous tenons certainement
                   que semblablement desiréz scavoir le nostre, nous signifions
                   que a la faisance de cestes nous et nostre treschiere et
             15  tresamee compaigne la Royne, vostre fille, estions en tres
                   bone santee de noz personnes, la mercie a nostre seignur,
                   qui ce vous vuille a toute heure ottroier. Treschiere et
                   tresamee mere, nous vous envoions par nostre foial bachiler,
                   W. E., portour d'icestes, ne mie pur doun, més pur souvei
             20  gnance a bone estrainee, a comencement de cest present an,
                   un petite chose, laquele, sanz garde prendre a la value méz
                   seulement a la tresbonne voluntee, que prions treschiere
                   ment que prendre vuilléz en gree. Et si rien soit que vous
                   vuilléz de par decea, la nous vuilléz fiablement signifier et
             25  nous la ferrons de tresbon cuer. Treshaulte et excellente etc.


                   Donné etc. de par le Roy d'Engl[eterre] a la Royne de
                   France.

265

JOHN, DUKE OF BRITTANY TO RICHARD II

c. 1386


                   Mon treshonneuré et tresredoubté seignur, je me re
                   comande a vostre noble et haulte seignurie tant et si avant
                   come je puisse, desirant souvereignement sur touz chosez
                   oier et savoir de vostre hault et noble estat, lequel veule le

Page 326


               5  tout puissant [f.284b] maintenir en aussi bon point come vous le
                   saveréz mielx souheider et desirer. Et de moy, s'il vous plest
                   assavoir, a la faisance de cestes j'estoie sain et en bon point,
                   loiéz soit Dieu, qui ce vous ottroie. Mon treshonneuré et
                   tresredoubté seignur, j'ay entendu puis moun departir q'il
             10  y a venuz certeines gentz Ambasiadours de mon paijs de
                   Bretayigne pardevers vous et vostre noble Conseil, pur
                   parler et traiter du fait de la deliverance de deux enfans du
                   Charles Bloys, laquelle chose penséz et tenéz fermement en
                   memoire, s'il vient al affait, il serra grand anuye a vous et a
             15  vostre roialme, et a moy disheretance et destruccioun de tout
                   entierment mon duché et estat. Et si ay en vostre noble et
                   haulte seignurie si parfaite et souveraine affiance que ce ne
                   vorriéz mie, come autre foitz le m'avéz promys. Et pur ce
                   vous prie et supplie q'il vous please de vostre noble et haute
             20  seignurie avoir bon avys sur ce et consideracions as glides,
                   anuyes et dommages que purroient venir a vous et a vostre
                   roialme et a mon entierment destruccioun, a cause de que
                   Dieu ne veulle. Et croiéz moun bien amé bachiler, Mysire
                   Thomas Morewelle, portour de cestes, de ce q'il vous dira
             25  sur ce de par moy, et pur lui moy mandéz vostre bonne
                   voluntee sur ce etc.


                   De par le Duc de Bretaigne au Roy d'Engl[eterre].

Page 327

266

RICHARD, EARL OF ARUNDEL TO AN OFFICIAL

1395


                   D266L1 [D266L1] Pur ce que . . . pur quoy. The writer has forgotten how he began the sentence and made a fresh start. 328Treschier et tresbien amé, pur ce que nous avons en
                   tendu que la vicarie de S[eint Michel] dedeinz la seignurie de
                   Bergeveny, qu'est dedeinz l'ottroiement de ma part de le
                   mesme seignurie, est mainteignant voide, laquele appartient
               5  au donaisoun de nostre honneuré frere le Chanceller, pur
                   quoy vous prions chierement que se vous purréz donner
                   presentement de tielx benefices sanz savoir de nostre dit
                   frere, vous le vuilléz grantier a un povre chapellain appellé
                   Mysire David Carpenter le presentement d'icelle, come
             10  nous fions en vous. Treschier etc.

267

THE KING TO THE KEEPER OF THE PRIVY SEAL


                   Tresreverent pere en Dieu et nostre treschier cousin,
                   comme XXme jour de ceste present moys de septembre
                   nous eussions de nostre certaine science donnéz a nostre
                   chier et bien amé E. M., clerc, l'arcedeakné de Brouham alors
               5  voidant et a nostre donaisoun regardant, et puis aprés nous,
                   non pas aiant en memoire, donasmes par non-souvenance
                   a une autre personne de tout a nous desconue le mesme
                   archdeakené, quel doun secounde nous tenons et declarons
                   estre non vaillable et de nulle effect, combien quant que,
             10  ainsi nous fuismes enforméz, noz lettres de garant soubz

Page 328


                   nostre privé seal a vous soient directes pur faire noz lettres
                   de presentacioun soubz nostre grand seal a celui que avoit
                   la secound grant suisdite, si volons et vous mandons que
                   pur nulle garant, lettre ne mandement [f.284d] que a vous est
             15  venuz, ou purra venir, vous ne souffréz my passer en nulle
                   manier, nulles noz lettres de presentacion a nulle personne
                   forsque a dit E., benefice lequel nous volons q'il ait en tout
                   guise selon l'effect du grant primere avantdite.


                   Donné etc. de par le Roy.

268

JOHN, EARL OF HUNTINGDON TO OFFICIALS


                   Treschiers et tresbien améz, nous vous saluons tres
                   sovent d'entier nostre cuer. Et, treschiers et tresbien améz,
                   veulliéz savoir que nous avons veue et bien entenduz voz
                   lettres et les contenuez d'icellez, quelles ore tarde nous avéz
               5  envoiéz par nostre tresbien amé escuier, G. D., entendans
                   bien de vostre grand labour et paramiable diligence que vous
                   avéz eeu en noz affairs par de la envers le Duc de Bretaigne,
                   vous em priant chierement de vostre bone continuance, et
                   au droit de cella que vous avéz appointéz en voz dites lettres
             10  que vous avéz oïez en les parties par de la, la cause de longe
                   tarier de vostre paiement est tant seulement que le Duc de
                   B[retaigne] s'envoie envers nostre tresredoubté seignur le
                   Roy par son escuier, A[ntoine] R[icz], pur traiter de la
                   liance faire par entre le filz du dit Duc et nostre joene fille,
             15  al entent d'avoir pardon de nostre dit seignur le Roy du
                   paiement avantdite par raison de la liance susdite, si vous
                   prions, volons et chargeons d'entier nostre cuer que, selonc
                   ce que vous purriéz par vostre bon avys, vous facéz pursuir [f.285a]
                   au dit Duc pur nostre paiement susdite, et, la dite paiement
             20  receu, nous traitrons bien de la liance susdite. Et ce ne lesséz,
                   pur la grande affiance que nous avons de vous, car del tariel
                   du dit fait grand perylle purroeit avenir. Treschiers etc.


                   De par le Conte de Huntyngdoun.

Page 329

269

CHARLES VI OF FRANCE TO JOHN OF GAUNT

After 1396


                   Charles par la grace de Dieu Roy de France a treshaut et
                   puissant prince le Duc de Lancastre, nostre treschier et amé
                   Cousin, salut et dileccioun. Treschier et amé Cousin, nous
                   avons receu lettres de vous par nostre amé huisshier d'armes
               5  J[ehan] Lisac, escuier, par lesquelles desirés savoir nostre
                   estat, si veulléz savoir que, [quant] ces lettres feurent
                   escriptes, nous estions, la mercie nostre seignur, en bonne
                   santee, ce que pareillement desirons estre de vous, et pur ce
                   nous en faites sovent savoir la certeineté, et en ce faisant vous
             10  D269L10 [D269L10] nostre vostre330nous ferréz grand plaiser. Et nostre dit huissier, lequel nous
                   envoions pardevers vous, s'est moult loué a nous de la bone
                   chiere que pur amour de nous vous lui avéz fait, sicome il
                   nous a dit, dont nous vous savons bone gree. Et se chose
                   vuilléz que faire puissons, faitez le nous assavoir et nous
             15  l'acomplirons de tresbon cuer.


                   Donné etc.

Page 330

270

GASTON OF FOIX TO THE LORDS OF PARLIAMENT


                   Mes treschiers seignurs et grandes amys, come pur
                   l'amour et honneur de mounseignur le Roy et de soun Roia [f.285b]
                   lme et pur l'amour de Mysire E. Wautoun, Seneschal
                   d'Acquitaigne, qui Dieu assoille, je presté au dit Mysire E.
               5  xxxj ml. francz pur paier sa finance, et j'ay entendu que
                   Monseignur le Roy doit au dit Monsire E. aucunes sommes
                   pur ses gages; et auxi que par de cea le paijs du Roy fist
                   aucunes donnacions a cause de sa dite finance, et aussi q'il
                   a asséz de biens, selonc ce que je entiens par de la, je vous
             10  em prie treschierement come je plus puisse que vous vuilléz
                   faire en manere pardevers le Roy monseignur, a quel je en
                   supplie par mes lettres, que lui please moy faire paier, ou
                   des biens du dit Misire E., ou de ce que Monseignur lui doit,
                   ou de assigner par de cea ou de faire donner l'argent par de
             15  la, et auxi commander a yceux qui lui ont promys faire les
                   dites donacions par de cea, que lez paient a moy en manere
                   que j'en soie paié. Et en ce faisant Monseignur ferra son
                   devoir, raison et justice et a moy tresgrand pleasir. Et je l'en
                   serra touz jours tenu de servier, car vous savéz bien que ne
             20  serroit pas raison et justice que moy, que ay fait cela pur
                   l'amour de Monseignur le Roy et de tout la paijs, que ne le
                   pardisse, car, certes, il fust ore mort en prisoun se ne feust
                   pur moy. Et sur ce, mes treschiers seignurs et grans amys,
                   vuilléz moy faire assavoir la bonne responce de [f.285c] Moun
             25  seignur le Roy et de vous par G. M., mon Cousin, lequele
                   vous plese croire de ce qu'il vous dira de par moy. Mes
                   treschiers etc.


                   De par le Conte de Foys as Seignurs du Parlement.

Page 331

271

RICHARD II TO A BISHOP

Ireland Oct: 1394 x [x] For the text and notes, see 154.332

272

THE EARL OF RUTLAND TO ?JOHN OF GAUNT

France 1396


                   Treshaut et puissant Prince, mon treshonneurée signur
                   et uncle, je me recomande a vostre hautesse si entierement
                   ove trestout mon cuer comme je plus puisse. Et quant a mon
                   fait en cestes parties, vous please assavoir que je sui toutfoiz
               5  attendant pur la responce du la matire pur laquelle je sui
                   cy venuz, laquelle, sire, je croie serra tresbonne, Dieu
                   aidant, [f.286c] car je tien de certein, que par atant que j'ay parceu,
                   il serra ainsi come mon uncle de Burgoigne le veult, come
                   bien que diverses autres ont mys leur peine a contraire.
             10  Treshault et puissant Prince, mon treshonneuré seignur et
                   uncle, touchant toutes autres novelles de par de cea, please a
                   vostre dit hautesse savoir que les ay countéz a L. vostre
                   heraulde pur vous les moustrer de par moy, a qui vous
                   please d'ajouster créance, et ainsi, mon treshonneuré seignur
             15  et uncle, j'ay entendu q'il vous a plu de prendre mez chiens
                   ovec les autres quant en alastez pur tuer le cerf et huissiéz un
                   tresbeal jeu, dont je sui tresléez, vous em priant si especial
                   ment de cuer comme je puisse que vous les n'esparnéz point,
                   car, mon treshonneuré seignur et uncle, toute ce que j'ay la
             20  et aillours est et serra a vostre commandement. Et si rien
                   soit que je puisse faire a vostre pleasir, vous please de le me

Page 332


                   mander, et je serray tout prest de le accompler de lee cuer a
                   moun pouoir. Em priant etc.


                   De par le Conte de Rutlonde.

273

THE DUKE OF AUMARLE TO ?JOHN OF GAUNT

1397-8


                   Treshaut et puissant Prince, mon treshonneuré seignur
                   et uncle, je me recomande a vostre hautesse si entierment de
                   tout mon cuer come je plus puisse, et je sui toutdis desirant
                   de sovent oier et savoir de voz honneurablez estat et santee
               5  bonnes novelles et plesantz, dont Dieu par sa grace me
                   veulle toutdis ottroier la certainetee, pur la singuler léésse
                   et confort de moun cuer. Et se de [f.286d] mien, treshonneuré
                   seignur et uncle, vous plese savoir que au departir de cestes
                   j'estoie sain et en bon point, la mercie nostre seignur tout
             10  puissant. Et outre ce, please a vostre hautesse savoir que
                   pur la matir de quoy je vous emparloie darrainement a
                   vostre esteant a W., j'envoie devers vous un mon bienamé
                   escuier, E. Q., lequel vous supplie, si humblement come je
                   puisse, que vous please croire de ce qu'il vous moustrera a
             15  vostre hautesse de ma part touchant la matire avantdite,
                   come ma tresentier affiance en est a vous. Treshault etc. si
                   ascune chose y soit que je puisse faire a vostre plaisir, vous
                   please de le moy mander come a celui qui touz jours serra
                   tout prest de le faire de joieux cuer a mon pouair etc.


             20  De par le Duc d'Aumarle.

Page 333

274

JOHN, EARL OF HUNTINGDON TO A KNIGHT


                   Treschier et bien amé compaignon; je vous salue tres
                   sovent de cuer. Et, treschier et bien amé compaignoun,
                   come a ce que j'ay entendu nostre bien amé tenant, J. D.,
                   a grandement affaire et pursuyr devers vous, vous pri tres
               5  chierment de cuer qu'en tout ce que vous purréz bonement,
                   savant vostre estat, a nostre dit tenant vous vuilléz estre
                   aidant et favourant touchant ses affairs avantditz pur amour
                   de moy, auxi q'il purra bien sentir ceste ma priere lui valoir
                   envers vous, et que vous vuilléz donner foie et credence a
             10  tout ce que moun treschier et bien amé E. de B. vous [f.287a] dirra
                   de par moy de bouche touchant la matire avantdite, come
                   je m'affie de vous. Et treschier et bien amé, le seint Trinité
                   etc.


                   De par le Cont de Huntyngdoun.

275

THE EARL OF RUTLAND TO ?JOHN OF GAUNT

Paris 1396


                   Treshault et puissant Prince etc., et suy desirant de
                   sovent oier et savoir de voz honneurable estat et santé
                   bonnes novelles et plesantz, pur lequel je pri a le seignur
                   toutpuissant qu'il m'ottroie grace de si bonnes et tiels de
               5  vous savoir come vous mesmes le vouriéz ou come je desire
                   de ma personne, de mesme pur la singular léésce et conso
                   lacioun de mon cuer. Et si de mien, plese a vostre hautesse
                   assavoir que le mescredy darrein passé le Duc de Burgoigne
                   et moy arivasmez a Parys en bon point, la mercie nostre
             10  seignur Dieu, qui ce mesme vous vuille grantier. Et nous
                   dinasmes ovec le Roy mesme le mescredy, aiant tresbon
                   chier, et a present je n'ay mie veue ma tresredoubtee dame

Page 334


                   la Royne, ne la Royne sa miere, je croie que je ferraie dedeinz
                   breif, et je tien de certain que le marsdy proschein ensuiant
             15  aprés la date du cestes, je prendray mon chemyn de Parys
                   envers Engleterre, s'il a Dieu plerra. Treshault etc. quant a
                   touz autres novelles de par de cea, vous plese savoir que
                   vostre Tresorer, porteur de cestes, les savera bien moustrer
                   a vostre hautesse de ma part. Et si ascune chose y soit que je
             20  puisse faire a vostre pleasir, vous please etc. ut supra.


                   De par le Conte de Rutlande.

276

THE MAYOR AND COMMONS OF BAYONNE TO THE KING


                   Tresexcellent Prince et nostre tresredoubté et tres [f.287b]
                   souverain seignur, humble recommendacion precedant.
                   Please a vostre roiale magestee savoir que le sage et tres
                   honneuré home, Guilliaume Puynge, de vostre court
               5  soveraine d'Acquitaigne, foialx lieges et servieurs de vous
                   et de vostre tresexcellent coroune, et nostre treschier et bien
                   amé, se transport vers vostre roiale magestee–lequel sceit
                   bien les loies, custumez et franchises de vostre citee de
                   Baionne et tout l'estre du paijs du cestes partiez–a qui vous
             10  please donner foye et créance touchant la matire susdite et
                   lui avoir pur recommandé. Et supplions treshumblement et
                   de cuer a vostre susdite coroune et roiale magestee de nous
                   tenir et avoir en vostre bone grace et souveraine seignurie et
                   vraie conissance, ainsi come toutdis avons esté voz foialx
             15  subgiz et serrons, si Dieu plest, jusques a la mort. Tres
                   excellent Prince etc. la seinte Trinitee etc.


                   De par les Mair et Communes du citee de Baionne au Roy d'Engleterre.

Page 335

277

ANON TO ?AN ARCHBISHOP


                   Tresreverent pere en Dieu, treschier et treshonneuré
                   cousin, vous plese savoir que m'est donné a entendre que
                   deux briefs sont venuz a E. P., l'un sur paine de quant
                   que il purra forfaire que il ne passera le roialme, et l'autre
               5  sur peine de ml. li. q'il comparera devant le Conseil nostre
                   seignur le Roy en sa Chancellerie l'endemain [f.287c] de la Nativitee
                   de nostre Dame proschein venant, quel briefz, come je
                   suppose, sont purchaséz par ses ennemys et mal veullantz.
                   Si vous prie tresacertes, treschier et honneuré cousin, que le
             10  dit E. vous vuilléz bonement et gracieusement delivrer et
                   q'il ne soit ennuyéz encontre raison, car a ce que j'ay entendu
                   il se aporte bonement depuis que je lui amesna a vous et a
                   quel temps vous lui ottriastes vostre bone seignurie et
                   amistee; et touchant son passage as parties par de la, je
             15  veulle estre son plegge, et ay escript a moun treschier frere
                   d'estre un aultre si mestiers soit, qu'il ne passera la mier,
                   car il n'est en voluntee de ce faire, et a proschein Conseil que
                   serra aprés le seint Michel ou au parlement je lui amesneray
                   devant vous pur estier a tout droit selonc vostre ordeignance.


             20  Tresreverent etc. De par etc.

278

PHILIP VI OF FRANCE


                   Phelipe par la grace de Dieu Roy de France a touz ceulx
                   qui ces presentes lettres verront, salut. Come nous eussions
                   assigné nostre amé et foial et amé clerc, Maistre P. O., les
                   gaiges et manteaux q'il prenoit sur nous pur cause de son
               5  dit office sur nostre recepte de Senz a sa vie, sicome il

Page 336


                   appiert par noz lettres ouvertes seellees de nostre grant seel
                   contenent la forme qui s'ensieut–P[helipe] par la grace de
                   Dieu Roys de France a touz ceulx qui ces presentes lettres
                   verront, salutz. Savoir fasons que au consi [f.287d] deracioun aux
             10  bonnes services que nostre amé clerc, Maistre P. O., lequel
                   receuismez en nostre notaire a la request de feu Jehan, jadis
                   Duc de Bretaigne, nostre frere, a faiz a nous et a nostre amé
                   et foial chevalier et chambellain, G. de Beaumont, Seignur
                   de Lude, avant ce qu'il fu nostre notaire et depuis, et fait
             15  encores de jour en jour et esperons q'il nous [ferra] en temps
                   a venir, nous, de nostre grace especiale et de certaine science
                   et de nostre liberalitee roiale et pur contempla[cion] de
                   nostre dit Chambellain, avons ottroié et ottroions par ces
                   lettres au dit P. que les six solz par. de gaiges par jour et dix
             20  li. par. par an pur manteaux qu'il prent pur cause de son dit
                   office, il dores en avant en quelconques estat q'il soit ou
                   deu ou demegné, ait et prengne, la vie de lui durant, sur lez
                   emolimentz, proffis et revenus de nostre recept de Sens, si
                   mandons par ces lettres a nostre re[ce]vour de Sens present
             25  et a venir dés mainten[ant] un foiz pur toutes que a nostre
                   dit clerc ou a son certain commandement paie ou face paier
                   dors en avant sanz nulle empeschement ou contredit quel
                   qu'il soit et sanz attendre sur ce nulle autre mandement,
                   ses ditz deniers et manteaulx aus termes acustumés tant
             30  comme nostre dit clerc vivra. Et toutevoies est nostre entent
                   278-31 [278-31] que337qui, se par maladie et par impotence nostre dit clerc ne poet
                   deservir a son office avandit ou se [f.288a] en temps a venir il
                   n'estoit pas receuus a son estat par nous ou par noz succes
                   sours, Rois de France, que en ce cas il ait et preigne ces ditz
             35  gaiges quelque part q'il soit aussi franchement comme se il
                   fuist en noz besoignes et deservist a son dit office. Mandons
                   par ces mesmes lettres a noz améz et foialx gentz de noz
                   comptes a Par[is] que (se) ce qu'i par le dit recevour avra ainsi
                   est paié a nostre dit clerc, il alloent chascun an és compt du dit
             40  recevour et rebatent de sa recept sanz nulle contredit et sanz
                   278-41 [278-41jour = joïr.337ascune difficultee, et nostre dit clerc laissent et facent jour
                   de nostre presente grace et assignacioun tant come il dura,
                   non contresteant quelzconques ordennances en contrairs.

Page 337


                   En tesmoigne de ce nous avons fait nostre seel a ces pre
             45  sentes lettres. Donné a Pocomt de lés Montargiz l'an etc.


                   Et depuis ce en faveur de nostre dit clerc nous avons
                   enviéz noz autres lettres overtes a noz foialx et améz gentz
                   de nous comptes a paier des quelles la tenure est tiel
                   P[helipe] par la grace de Dieu Roy de France a noz améz et
             50  foialx gentz de noz comptes a Par[is], salut et dileccioun.
                   Nostré ame et foial clerc, Maistre P. O., nous a supplié que
                   ses gaigez et mamteaulx, lezqueux nous lui avons assignéz
                   par noz [f.288b] autres lettres a prendre tant come il vivra sur les
                   proffis, revenuz et emolimens de nostre recept de Sens, nous
             55  lui vousissons assigner sur l'escripture de Tabellionage de
                   nostre provoste de Sens et pur ce q'il en puisse estre paiéz
                   par sa main lui vousissons faire estre baillé(r) la dite scripture
                   pour le pris qe elle vault ou a esté acustumé a baillier. Si
                   nous, et a la request de nostre amé féaulx chevalier et
             60  Chambellain, G. de B[eaumont], seignur de Lude, lui avons
                   ottroié et ottroions de certainne science et de grace especiale
                   que la dite escripture vous faciéz crier et subhaster en la
                   maniere acustumé. Et se il en est le plus offrant, si la lui
                   facéz bailler, se ascuns ne la tient de doner de noz predeces
             65  sours, et deliverer a tenir tant come il vivra et faire exercer
                   par personne covennable et souffisant a sez perilz en tiel
                   maniere que de ses ditz gaiges et manteaulx il se paiera par
                   sa main sur la escripture. Et [se] le surplus de les ditz gaiges et
                   manteaulx ne montent tant, il nous baudra ou a nostre
             70  recevour de Sens pur nous, et ou cas que le dit escripture ne
                   vaudroit tant come ses ditz gaiges et manteaulx se montent,
                   nous volons que le surplus lui soit paié par nostre dit
                   recevour sanz nulle contredit [f.288c] , et sur ce lui donnéz noz
                   lettres telles come apartendra. Donné etc.


             75  D278L75 [D278L75] Tabellionage a Tabellionnage338Et pur ce que noz ditz gentz la dite escripture ou Tabel-
                   lionnage ont ballié a ferme a T. D. jusques a certein temps
                   pur certein pris que mont plus que les gaigez et manteaulx
                   de nostre dit clerc, nous, voullans nostre grace faire a nostre
                   dit clerc de ses gaiges et manteaulx, volons que dores en
             80  avant nostre dit clerc sanz nulle empeschement soit paié de
                   ses gaiges et manteaulx et les receive par la main de ceulx que

Page 338


                   tiennent ou tendront a ferme ou autrement la dite escripture
                   de nous, volons et ordennons que le dit T. ou qelconques
                   autres qui le dit escripture ou tabellionnage tendront de
             85  nous a ferme ou aultrement, paient et delivrent a nostre dit
                   clerc ou a son certain comandement sez diz gaiges et man
                   teaulx tant come il vivra, des deniers que nous deussent
                   rendre ou a nostre recevour de Sens pur nous de la ferme de
                   278-89 [278-89] sans.339la dite escripture ou tabellionage sur attendre sur ce nul
             90  mandement de nostre recevour ne d'autres, et le surplus de
                   leure dite ferme rendant a nostre dit recevour pur nous, que
                   ce que le dit T., ou aultres qui tendrent a ferme ou autrement
                   la dite escripture, avront paié a nostre dit clerc pur ses dites
                   gaiges et manteaulx soit aloé és comptes de ceulx [f.288d] qui
             95  tiennent ou tiendront la dite escripture a ferme ou autrement
                   par nostre recevour de Senz desusdit, lequel prendra en
                   dispensez sur nous ce que ainsi serra paié a nostre dit clerc
                   et le rendra en recept, et entreportant de ce acquitance de
                   nostre dit clerc noz dites gentz aloerent es comptes du dit
           100  recevour ce que ainsi avra esté paié a nostre dit clerc de ses
                   diz gaiges et manteaulx. En tesmoigne etc.

279

ANON


                   Treshonneure sire et mon tresfiable amy, je me recom-
                   mank humblement a vous. Et vous please assavoir que je
                   sui joieux et lee de ce que j'ay oïéz bonnes novelles de vous.
                   Et si vous plese de moy savoir, a la fesance de cestes j'estoie
               5  en bone sanctee de corps, mercié soit Dieu, et vous mercie
                   de tout moun cuer de toutes voz bones et grandez amistéz
                   et naturesses queux vous m'avéz faitz et moustréz devant ces
                   heures et a tous les miens, et prie a Dieu que je les puisse en
                   partie acquiter en temps a venir, et pur ce que je ay eue ore
             10  tarde grande damage et perde, comme vous avéz entenduz
                   et come H., moun servant, portour de cestes, vous sciet plus
                   pleinement enformer, et ne puisse estre relevéz sanz vostre

Page 339


                   gracieux aide et socour encontre cest temps de N. et autres
                   grandes busoignes que j'ay ore affairez, sur quoy vous
             15  supplie humblement que vous me vuilléz aider de XL. s. ou
                   de XXX. s. tanque a Nowel, a quel temps vous ent averéz
                   prest paiement, et que vous les vuilléz envoier par le dit P.,
                   portour d'icestes, et ce vuilléz faire pur l'amour de moy et
                   comme je m'affie entierement de vous.


             20  Treshonuré sire et mon tresfiable amy, lui toutpuissant
                   vous ottroie etc.

280

RICHARD II TO MATTHEW CHEYNY, LOMBARD

Woodstock
Secret Signet, Oct: 17th,? 1397

[f.289a]
                   Treschier et bien [amé], nous vous saluons assés de fois,
                   et vous mandons par notre escuyer, Jammes de Lustrat,
                   tielles lettres comme il nous a demandés de par vous, une au
                   Maire de nostre citee de Londres et l'autre a reverend pere
               5  en Dieu, nostre treschier et amé, l'Evesque de Duresme.
                   Toute fois nous vous mandons et chargeons que vous
                   veigniéz par devers nous en nostre chastel de Windesore
                   environ la feste de Tous Sains, pour nous enformere de la
                   chose par laquelle vous aviéz esté arresté, quelle touche a
             10  nous sellonc que vous nous avéz fait exposere, et pour nous
                   informere d'autres choses quelles autre fois nous avéz parllé
                   et dit de bouche. Et, treschier et amé, de ce que vous avéz
                   baillié a plusurs de nostre comandement, nous vous mer
                   cions et ne doubtés point, quare nostre entente et volonté
             15  est de vous bien paiere brieffment. Et si par aventure le dit
                   Jammes, lequel nous envoyons en certain lieu poure nostres
                   especials afferes, avoit besoing d'argent pur despens, vous
                   priouns que pour x. ou pour xij. lli. li vuilléz faire donner a
                   Londres, quare nous lez alloerons oveques lez autres
             20  sommes que vous avéz baillees de nostre comandement

Page 340


                   comme desus est dit. Treschier et bien amé, le seint Esperit
                   soit garde de vous.


                   Script souz nostre seignet secré en nostre Manoire de
                   Wodestok le xvij. joure d'octobre. De par le Roi a Matheu
             25  Cheyny, Lombard.

281

HENRY IV TO MASTERS ROBERT HALLUM AND WILLIAM MILTON

:Westm
Signet, Jan: 9th, 1406


                   Treschiers et bien améz, nous avons en memoire coment
                   nous–nagairs enforméz que la Priorie de Bromhale deinz la
                   Foreste de Windesore, q'est de la fundacioun de noz progeni-
                   tours et de nostre patronage, estoit bien prés desolat et en
               5  voie de perdicioun parmy la mal [f.289b] veise governance d'icel
                   escrivasmes par noz lettres au tresreverent piere en Dieu,
                   nostre treschier cousin, l'Arcevesque de Canterbirs, en lui
                   priant par ycelles de ordennere certeins ses commissairs pour
                   alere au dite Priorie et de y enquerire de la gouvernance
             10  281-10 [281-10remedie with i expunged341d'icel, et sur ce faire pourvoiere de tiel remede come le cas
                   requeroit. Sur quoy nostre dit Cousin, considerant la mes

Page 341


                   chief susdit, vous ordenna par ses lettres de commissioun,
                   sicomme entendu avons, jointement et severalment pur faire
                   la dite inquisicioun et pur mettre outre en execucioun la
             15  contenue d'icelle; quelle chose non obstant, soit il par vostre
                   negligence ou autrement, la dite maisoun parmy la non due
                   gouvernance d'une Julian Dun, que se pretende estre
                   illoeques Prioresse, est en point d'estre tout outrement
                   destruite, si de hastive remede ne y soit pourveu, sicomme
             20  enforméz sumes. Si volons par tant et vous prions en
                   chargeant que, veues cestes, vous mettéz vostre entiere
                   diligence d'executure la charge a vous donné par nostre dit
                   cousin l'Arcevesque par ses ditz lettres de commissioun,
                   selonc l'effect et purport d'icelles, ainsi que en vostre defaute
             25  la dite maisoun ne soit destruite, que nous desplairoit
                   grandement, ne que nous aions matiere de vous en escrire
                   autrefoiz par celle enchesoun, sachantz que semblablement
                   nous avons escrit par autres noz lettres a nostre treschiere
                   clerc Richard Kyngestoun, Dean de Wyndesore, par la
             30  cause avantdite.


                   Donné soubz nostre signet a nostre palais de Westmouster
                   le ix. joure de januere.


                   De par le Roi a Maistres Robert Halhom et William
                   Miltoun.

Page 342

282

HENRY IV, TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

Windsor
Signet, June 15th, 1402


                   Tresreverent piere en Dieu nostre treschier et tresamé
                   cousin, nous [f.289c] vous saluons souvent d'entier cueur. Et vous
                   envoions par le porteur de cestes noz lettres adroissantes a
                   nostre tresseint piere le Pape, quelles par le sage avis de vous
               5  et d'autres de nostre grand conseil feurent conceues et
                   ordennees de passer a cause de la generale revocacione des
                   appropriaciones faite par l'appostoille. Et pour ce que nous
                   ne savons a present coment noz dites lettres puissent estre
                   seurement apportees a la courte de Rome, ne par quelle
             10  personne la besoingne purra estre bien avancee vers nostre
                   dit tresseint piere, consideré la nature d'icelle, vous prions
                   treschierment que ordenner vuilléz pour l'envoie et promo
                   cione d'icelles au mieulx que vous saveréz selon vostre sage
                   discrecione, toutesfoiz nous certiffiant de vostre bon estat a
             15  tressinguliere consolacione de nous qui sumes de present, la
                   Dieu merci, en tresbonne santé de nostre personne, desirans
                   de souvent ouire de vous yce mesme. Tresreverent piere en
                   Dieu, nostre treschier et tresamé cousin, nostre seignur vous
                   ait tousjours en sa sainte garde.


             20  Donné soubz nostre signet a nostre chastel de Windesore
                   le xvme joure de juyn.


                   De par le Roi a l'Arcevesque de Cant[erbirs].

Page 343

283

JOHN OF GAUNT TO ROGER WALDEN, TREASURER

Hertford the last day of Feb:, 1395-7


                   Treschiere et tresenterement bien amé, nous vous
                   saluons tressovent de trestout nostre cueur, en vous mer
                   ciant bien effectuelment de toute bonne amistié et naturesse
                   qeles vous nous moustréz toutz diz en noz affairs devers
               5  283-5 [283-5que . . . fait = that he may perceive it by your deeds344vous. Si vous prions, tant que plus nous pouons, que sentir
                   le purrons du fait, ainsi que nostre tresgrande affiance est
                   de vous, et que a nostre treschier escuiere Nicholas Usk,
                   Tresorere de nostre hostelle, presentoure de cestes, vous
                   veulléz croire en ceo q'il vous dirra de nostre part, et sur ceo
             10  faire tielment que nous soions tenuz a [f.289d] vous pur l'entere
                   amoure de nous. Le seint Esperit soit toutz jours garde de
                   vous. Escript en hast a nostre chastelle de Hertford le
                   darreine joure de fevrere.


                   Le Duc de Lancastre a Sire Rogier Waldene, Tresorer
             15  d'Engleterre.

284

HENRY IV, TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

Hereford Sept: 1404


                   Tresreverent pere en Dieu et nostre treschier et tresamé
                   cousin, nous vous saluons souvent d'entiere cuer. Et cer
                   teinement [sumes] enforméz coment noz ennemys de France
                   sont en Gales en confort de noz rebelx en celles parties, et y
               5  font mesmes noz rebelx et ennemys le destruccione, mal

Page 344


                   damage et grevance qu'ils pourront, et ensi est que poure
                   resistere a leure malice sumes de present a nostre citee de
                   Hereford, ou nous avons eu novelx du pays de Gascoigne
                   que pluseures noz chastelx y sont assiegéz par autres noz
             10  ennemys de France et par noz rebelx en celles parties, issint
                   que si socour et aide de gentz d'armes et archiers et aussi de
                   monoye ne soient illoeques envoyéz en haste icelle pays est
                   en poynt d'estre perdue, que Dieu defende. Et pour ce que
                   l'endemain prendrons nostre chemyn ove nostre host vers
             15  les dits parties de Gales pour y faire, ove la grace de Dieu,
                   tielle resistence a noz ditz ennemys et rebelx y esteantz, que
                   si aprés nostre retour suffisantz garisons y soient mys,
                   mesme nostre pays sera en meillour gouvernance qu'elle
                   n'ad esté cy devant en temps passé et tout nostre Royaume
             20  en avera greindre quiete qu'il n'ad eue devant ces heures,
                   pour lesquelles garnisons mettre et gentz d'armes et archiers
                   envoier ove monoye pour socour et salvacione de nostre
                   dite pays de Guyene–considerees les tresgraundes coustages
                   et expenses queux nous avons [f.290a] fait pour la garde du meere
             25  et du pays de Gales et aussi pour le chastisement de noz
                   rebelx deinz nostre Royaume, come notoirement il est conuz
                   parmy tout nostre Royaume, susdit–n'avons de present
                   aucune notable somme de monoye; et ycestes matieres de
                   clarees as seignurs, chivalers et tout nostre conseil y esteantz
             30  a present, et consideree que sanz chevance de monoye deinz
                   trois semaignes a faire ne purrons ordenner pour les matieres
                   susdites, et que a plaisance de Dieu et poure seurtee de
                   ceulx que nous feront tiel chevance ne savons trouvere
                   autre voie de chevance que par seurtee de les moytees des
             35  dysmes et quinzismes a nous darreinement grantees par les
                   lays payable a la feste de Seint Martin prouchein venant, et
                   de la moytee de la dysme a nous grantee par le clergie de
                   vostre province paiable a la feste de Noel alors prouchein
                   ensuant, avons fait faire commissions a toutes les contees
             40  de nostre royaume pour nous faire chevance, c'est assavoir
                   en chescun contee d'attante de somme come les moitees de
                   les dismes et quinzisme des lays amontera, lesquelles
                   sommes, si Dieu pleist, nous seront paiees le xxvjme jour de
                   cest present moys de septembre prouchein venant. Si nous,

Page 345


             45  considerans les matiers susdites et en especial coment sanz
                   tielle chevance, sibien le susdit nostre duchié de Guyene,
                   come la dite pays de Gales seront vraisemblablement en
                   voie de perdicione, et nostre royaume en grand peril, lequel
                   284-49 [284-49] foialx346peril nous [f.290b] savons de certein que vous, ne nul de noz foilax
             50  liges, seoffrer vuielléz en aucun manere, vous prions tres
                   chierement de cuer et sicome vous desirés la salvacione de
                   noz duchié et pays susditz et la quiete de nostre royaume,
                   veues cestes, escrire vuilléz a tous les evesques de vostre
                   province qu'ils, cessantes toutes excusacions et delaies,
             55  facent venir devant lour officers ou commissairs en chescun
                   archideaknee de loure diocises a tantes des personnes,
                   sibien prelatz religious come personnes seculers, plus riches
                   et souffissantes deinz chescun archideaknee en lour ditz
                   diocises come nous pourront apprester en ceste nostre
             60  necessitee a tante de somme de monoye come la moitee de
                   la dite demy disme amontera en mesme l'ercedeaknee, et
                   mesme la somme paier prestement en main, et de eux a ce faire
                   inducer et exciter par tielles voies possibles et resonables
                   qu'ils le facent sanz defaute, ffaisantz pour leur seuretee
             65  les coillours de la dite moitee en chescun archideaknee en
                   vostre dite province par toutes voies possibles de reson
                   estre obligés as personnes des qeux ycelle monoye sera ensi
                   appromptee pur les sommes issint par eux apprompteez, et
                   sur ce faisantz liveree a mesmes le cuillours tailles de tante de
             70  monoye come la moitee amontera en chescun archideakene
                   pour lour descharge finale de la moitee avantdite, ensi vous
                   aiant, treschier cousin, en ceste partie que les sommes ensi [f.290c]
                   a apprompter, come dit est, puissent estre paiees et
                   deliverees le xxvjme jour de cest present moys de septembre
             75  a nostre citee de Wircestre as tresourers de noz guerres
                   darreinement assignéz en nostre darrein parlement tenuz a
                   Coventré pour les defenses et guerres susditz, et ne mye en
                   autre oeps d'estre emploiéz etc.


                   De par le Roy a l'Arcevesque de Cantirbirs.

Page 346

285

HENRY IV TO THOMAS, ARCHBISHOP OF CANTERBURY

c. 1405


                   Tresreverent pere en Dieu, treschier et tresamé cousin,
                   nous vous envoions closee deinz cestes une supplicacione a
                   nous donnee de par les noneynes de Bromhale faisante
                   mencione de la dishoneste vie et male gouvernance d'une
               5  Juliane Bromhale, noneigne de mesme la maisone, quelle
                   les dites noneynes desirent par vous estre corrigee selon les
                   loys de seinte eglise pour defaute ou negligence de l'Evesque
                   de Sar[esbirs]. Si vous prions que faire vuilléz en celle partie
                   ce qu'appartient a vostre office. Et ce ne veulléz lesser, come
             10  nous nous fions de vous.


                   Donné soubz nostre etc. de par le Roy a l'Arcevesque de
                   C[antirbirs].

286

RICHARD II TO ?THE DUKE OF YORK

Ireland June 1399


                   Chier et bienamé, nous vous saluons du cuer entierement,
                   vous en faisante savoir que par la grace de Dieu nous sumes
                   arrivéz a nostre citee a Waterforde le primer jour de cest
                   present mois, et avoms les temps et marree par la divine
               5  grace si gracieuses que n'y est en vie nullui que sciet sou
                   venir passage si benigne. Puis nostre arrivail, Dieu merciz,
                   que d'une proie faite par nostre treschier neveu de Surr'. [f.290d]
                   de bestes a grand nombre, que d'une journee fait sur
                   Macmurgh, Obrin et les autres par soun meignee a la dis
             10  comfiture des enemys, ou estoient de eux tuéz clxij hommes

Page 347


                   armés et les kernes arméz, nous avons eu tresbone com
                   mencement, affiantz en lui toutpuissant q'il nous mesnera,
                   et en brief, a bone conclusione de nostre emprise. Si vous
                   prions, sur la tresentiere affiance quelle nous avoms de vous,
             15  qu'en nostre absence vostre loial peine vuilléz mettre